AFRIQUE

CRISE POLITIQUE AU MALI, IBK SOUS PRESSION « UN VRAI FAUX DIALOGUE AVEC MAHMOUD DICKO »

Merci de faire un don participatif

Rencontres tous azimuts ce week-end pour tenter de dénouer la crise politique qui secoue le Mali depuis ces dernières semaines. Le président Ibrahim Boubacar Keïta a reçu l’Imam Mahmoud Dicko et des membres de son mouvement, le M5-RFP, la majorité présidentielle ainsi que les familles fondatrices de Bamako. Mais rien de vraiment concret n’est sorti de ces discussions.

« Lors de cette rencontre, le chef de l’État a pris connaissance des doléances du M5-RFP à travers le mémorandum transmis par l’intermédiaire de l’imam Dicko, sans pourtant donner une réponse favorable à ces propositions, relève Maliweb. « Je respecte les positions exprimées par vous, a indiqué IBK, et là-dessus, je vous invite à continuer et approfondir les échanges avec la majorité présidentielle ». »

Parmi ces doléances : un gouvernement d’union nationale et la nomination d’un Premier ministre qui aurait plus de pouvoir que le président de la République et qui serait non révocable par celui-ci. « Le M5 veut réduire le chef de l’État à un rôle honorifique pour les deux ans et sept mois qui lui reste au pouvoir, pointe Maliweb. Une pilule probablement très amère qu’IBK, très jaloux de son pouvoir, n’accepte pas d’avaler. »

Des graines pour une nouvelle démocratie ?

Pour le quotidien L’Aube, ce transfert de pouvoir est pourtant la seule solution pour sortir de la crise… « À la lecture de l’offre politique de sortie de crise du Mouvement du 5 Juin, il pourrait se trouver des Maliens pour s’émouvoir de son caractère maximaliste. Mais quand on fait l’effort de se départir du sentimentalisme et de la compassion que chacun de nous peut éprouver pour un vieux président fatigué, l’esprit hagard, le regard perdu, nous trouvons dans les propositions du M5 de bonnes bouées pour IBK, affirme L’Aube, et les ferments pour une reconstruction des bases d’une nouvelle démocratie (…). »

Démission en cascades au sein de la majorité

En tout cas, le M5-RFP maintient plus que jamais son appel à manifester vendredi prochain. Les discussions de ce week-end n’ont pas entamé la détermination du mouvement, d’autant, souligne le site d’information Inf@sept, que « certains barons ont déjà quitté le navire et d’autres ont suspendu leur participation au prochain gouvernement. En effet, précise Inf@sept, voyant un vent violent souffler en direction du régime, le bateau de la majorité se vide avant le quai final, tandis que celui du M5-RFP commence à faire le plein, au point de refuser certains à son bord. Cette confusion et ce sauve-qui-peut au sein de la majorité, aujourd’hui hétéroclite s’explique par le choc des intérêts de ses membres. D’un côté, il y a ceux qui veulent préserver leurs acquis et qui sont prêts à toutes les compromissions pour y parvenir, et de l’autre côté, les blasés du régime qui cherchent à revenir et à se faire une place au soleil, mais qui doutent aujourd’hui de la capacité du chef de l’État à redresser la barre presque cassée. »

Et Inf@sept de s’interroger : « Ces signes n’annoncent-ils pas le déclin du régime ? IBK pourra-t-il sauver la face en minimisant les dégâts ? »

Des chrysanthèmes pour IBK ?

La presse burkinabé pour sa part s’interroge… À l’instar du quotidien Aujourd’hui : « IBK acceptera-t-il d’inaugurer les chrysanthèmes, les presque trois ans qui lui restent comme bail ? Qu’en sera-t-il de sa majorité présidentielle ? Qui sera ce rare animal politique pour incarner ce Premier ministre aux pouvoirs exceptionnels ? Ce gouvernement d’union nationale pourra-t-il résoudre les crises dans lesquelles est empêtré le Mali et qu’IBK n’a pas pu résoudre ? On le constate, le chemin dessiné par le Mouvement du 5-Juin est peut-être une partie de la solution, mais à l’évidence pas la totalité. »

Enfin, pointe L’Observateur Paalga, « en acceptant un gouvernement d’union nationale, IBK pourrait avoir mis le doigt dans un engrenage de mise à mort de la Troisième République ou, tout le moins, qui ferait de lui un roi nu, bon pour inaugurer les chrysanthèmes. Il n’aura pas démissionné, mais s’il venait à être dépourvu des pouvoirs d’activer les leviers de l’appareil d’État, ce serait tout comme. Ira-t-il jusqu’à abandonner ses prérogatives présidentielles pour sauver le pays de la chienlit ? On attend de voir. »

Source: Frédéric Couteau

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “CRISE POLITIQUE AU MALI, IBK SOUS PRESSION « UN VRAI FAUX DIALOGUE AVEC MAHMOUD DICKO »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :