CULTURE

LA PEUR EST UN MONSTRE VIRAL

La lecture du livre du défunt Hans Rosling de 2018, Factfulness, au cours de l’été 2020 crée une sensation de surréalisme qui aurait été absente si j’avais lu ce volume en 2018 ou 2019. À presque chaque page de Factfulness, Rosling détruit le mythe populaire selon lequel les habitants de la modernité sont confrontés à des calamités imminentes qui vont nous détruire, nous et la terre.

Les craintes répandues – telles que la surpopulation, le terrorisme et le fait que les riches s’enrichissent tandis que les pauvres stagnent – se révèlent méthodiquement soit totalement injustifiées, soit exagérées de façon exorbitante.

Soutenez notre Média en faisant un don

Mais aujourd’hui, au milieu des blocages en cours et sans que l’hystérie sur le COVID ne prenne fin, j’ai perdu tout l’optimisme naturel qui m’habite depuis longtemps et qui aurait été autrement fortifié par le splendide travail de Rosling.

Martelés

L’image qui me vient sans cesse à l’esprit est celle d’un marteau de forgeron. Avec une force brutale, l’État a fait basculer sur la société un instrument émoussé et lourd. Les marteaux de forgeron concassent. Ils démolissent. C’est leur unique fonction. Ils ne construisent pas. Et tant que le poids épouvantable de ce marteau de forgeron particulier – l’énorme maillet qu’est le confinement du COVID-19 – continuera à appuyer sur les décombres qu’il a causés, il y aura très peu de possibilités pour la créativité humaine et l’effort de travail libérés par les marchés pour apporter le genre d’améliorations que Rosling documente.

L’humanité se rétablira-t-elle ? Quand le marteau de forgeron sera levé, nous lèverons-nous, nous dépoussiérerons-nous et remonterons-nous sur la voie heureuse où nous étions avant mars 2020 ? Bien sûr que c’est possible. Mais il y a maintenant une nouvelle réalité qui rend beaucoup moins probable une nouvelle poursuite des progrès réalisés avant le COVID : le marteau de forgeron lui-même.

Lorsque ce marteau de forgeron nous sera retiré, il ne le sera plus pour longtemps. Nous savons maintenant que cet horrible marteau est là, suspendu au-dessus de nos têtes. Nous avons de bonnes raisons de craindre que les responsables gouvernementaux ne nous écrasent avec lorsqu’un autre agent pathogène transmissible apparaîtra et fera la une des journaux – comme ce sera inévitablement le cas, car les agents pathogènes viraux font partie de l’existence humaine depuis le début. Comment l’esprit d’entreprise et l’investissement seront-ils modifiés par cette menace toujours présente d’un marteau de forgeron ? La création, le financement et l’exploitation de lieux où les individus entrent en contact physique étroit les uns avec les autres – que ce soit pour les loisirs ou pour le travail – seront certainement beaucoup moins attrayants.

Plus généralement, la volonté nouvellement démontrée des responsables de l’État de détruire, avec seulement quelques diktats exécutifs, des centaines de milliards de dollars de valeur en capital ne peut que pousser certains entrepreneurs et investisseurs à l’inactivité. Pourquoi construire, ou construire en grand, quand un gouverneur ou un maire pompeux – quelqu’un dont la seule « compétence » et la démangeaison la plus intense est d’exercer le pouvoir sur ses semblables – peut, avec une simple signature, abattre un marteau de forgeron et réduire en bouillie le fruit d’années de travail et de sacrifice ?

Et comment ceux qui sont au pouvoir – et ceux qui cherchent le pouvoir – seront-ils affectés par le fait que tant de gens affichent une volonté mièvre d’être assignés à résidence par l’État ? Les premiers ministres, les gouverneurs et les maires savaient-ils à la mi-mars à quel point il serait facile pour eux de détourner des millions d’entre nous des activités dont nous, les êtres humains, bénéficions depuis des générations ? Ces fonctionnaires étaient-ils conscients de leur pouvoir de convaincre tant de personnes sous leur commandement que chaque individu représente une menace toxique pour tous les autres ?

Pour prospérer, nous, les êtres humains, devons coopérer dans la production – Adam Smith l’a appelée la division du travail – et faire du commerce de manière extensive. La plupart de ces activités nécessitent un contact direct entre des individus qui se considèrent comme des partenaires de coopération et d’échange plutôt que comme des porteurs de menaces de mort. Et pour profiter de ce que nous produisons, il faut aussi des contacts en face à face, car nous sommes une espèce sociale.

En possession d’un pouvoir dictatorial inconnu il y a quelques mois à peine, les fonctionnaires du gouvernement – un groupe ne méritant pas une grande confiance même dans les meilleures conditions – n’hésitent pas à exercer leurs pouvoirs nouvellement découverts.

Les résultats seront désastreux.

Attentifs à la peur

Ironiquement, dans son livre optimiste, Hans Rosling lui-même justifie involontairement mon pessimisme. Il le fait dans un chapitre intitulé « L’Instinct de Peur ». Voici un passage clé :

Quand on a peur, on ne voit pas clairement… La pensée critique est toujours difficile, mais elle est presque impossible quand nous avons peur. Il n’y a pas de place pour les faits lorsque notre esprit est occupé par la peur.

Cette réalité indéniable signifie qu’un peuple qui a peur est un peuple qui n’est pas susceptible d’évaluer avec beaucoup de rationalité les avantages et les inconvénients des politiques gouvernementales. Et plus la peur est grande, moins les gens sont capables de détecter et de résister aux excès du gouvernement.

Qui est assez naïf pour nier que cette réalité incite fortement les responsables gouvernementaux à attiser la peur ? Les personnes qui recherchent des postes de pouvoir politique sont généralement des personnes qui, par cette même recherche, révèlent qu’elles sont particulièrement désireuses d’exercer un pouvoir sur leurs semblables. Et donc, si le pouvoir de l’État s’accroît en raison de la peur de la population, les fonctionnaires ont tout intérêt à exagérer les dangers réels et à en concocter des faux.

Il en résulte un cercle vicieux. La possession du pouvoir comprend une capacité disproportionnée à susciter la peur, et la peur suscitée crée plus de pouvoir.

En outre, les observations de Rosling sur les médias impliquent qu’ils contribuent à ce cercle vicieux. Voici à nouveau Rosling :

Nous avons un bouclier, ou un filtre d’attention, entre le monde et notre cerveau. Ce filtre d’attention nous protège contre le bruit du monde : sans lui, nous serions constamment bombardés d’informations, nous serions surchargés et paralysés… La plupart des informations ne passent pas, mais les trous [dans notre filtre d’attention] permettent de faire passer des informations qui font appel à nos instincts dramatiques. Nous finissons donc par prêter attention aux informations qui correspondent à nos instincts dramatiques, et à ignorer les informations qui ne le font pas.

Les médias ne peuvent pas perdre de temps avec des histoires qui ne passent pas notre filtre d’attention.

Voici quelques titres qui ne passeront pas le cap d’un rédacteur en chef, car il est peu probable qu’ils passent nos propres filtres : « LE PALUDISME CONTINUE À DÉCLINER PROGRESSIVEMENT ». « LES MÉTÉOROLOGUES ONT CORRECTEMENT PRÉDIT HIER QU’IL Y AURAIT UN CLIMAT DOUX À LONDRES AUJOURD’HUI. » Voici quelques sujets qui passent facilement nos filtres : les tremblements de terre, la guerre, les réfugiés, les maladies, les incendies, les inondations, les attaques de requins, les attentats terroristes. Les événements inhabituels sont plus dignes d’intérêt que les événements quotidiens.

Un virus invisible est le parfait fauteur de troubles à dépeindre comme un monstre existentiel. Comme un esprit maléfique, il peut vivre, généralement en silence, au sein de chacun d’entre nous. Ainsi, si un nombre suffisamment important d’entre nous peut être convaincu qu’un monstre ignoble et invisible se cache en chacun de nous, la peur généralisée qui en résulte permet aux responsables gouvernementaux de faire ce que les fonctionnaires font le mieux – et ce qu’ils ont fait de façon si horrible au cours des cinq derniers mois : détruire.

Source : https://www.aier.org

traduction par Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “LA PEUR EST UN MONSTRE VIRAL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :