INTERNATIONAL

DONALD TRUMP N’A PAS ENCORE DIT SON DERNIER MOT

L’élection américaine n’est pas terminée

par Patrick Armstrong.

Le président Poutine a raison de ne pas féliciter Joe Biden pour son élection. Il y a deux raisons à cela. La première est que le processus complexe d’élection aux États-Unis n’est pas terminé ; par conséquent, comme Trump ne l’a pas concédé, il n’y a pas de « président élu ». La deuxième raison est que les résultats peuvent être annulés pour cause de fraude. Dans ce cas, Poutine aura, à la fin de l’histoire, l’air plus intelligent que ceux qui se sont précipités pour féliciter Biden avant que le processus ne soit terminé.

L’audience au Sénat de Pennsylvanie et les poursuites engagées en Géorgie et au Michigan la dernière semaine de novembre ont constitué la première apparition publique des arguments de la fraude et de leurs preuves à l’appui – bien que les médias alternatifs aient été sur l’affaire depuis le début. Contrairement aux déclarations des médias, ce n’est qu’alors que l’affaire a été présentée dans son intégralité – les actions en justice précédentes n’ayant été que des manœuvres préliminaires. Les preuves de la fraude se répartissent en quatre catégories : les témoignages, les invraisemblances, l’analyse statistique et la question des machines de vote et de leurs logiciels. Il est difficile d’établir des chiffres – il y a des relations et des modèles que le fraudeur ignore peut-être : mieux vaut se contenter d’un pourcentage final à la manière de l’URSS. Cet article résume certaines des incohérences liées aux résultats publiés ; cet article décrit certaines des « aberrations statistiques ».

(On pourrait observer que le gouvernement américain déclare que les élections à l’étranger sont frauduleuses sur une fraction seulement de ces preuves. Ou même, comme dans le cas de la Biélorussie, sans aucune preuve : pas de sondages des votants, pas de films flous, rien du tout).

Il existe aujourd’hui des centaines, voire des milliers, de témoignages de faits étranges : arrivée soudaine de bulletins de vote, observateurs tenus à l’écart, comptage arrêté mais apparemment continué en secret, bulletins de vote par correspondance suspects, piles de bulletins de vote sur lesquels seul le nom de Biden est inscrit, votes de Trump détruits, « traitement » suspect des bulletins, problèmes de signature, antidatage des bulletins de vote par correspondance, clés USB qui circulent, votes de personnes décédées, « pépins » informatiques envoyant des votes de Trump à Biden. Nombre d’entre eux sont incorporés dans des déclarations sous serment dans les procès et peuvent être lus et jugés par le public. Bien entendu, de nombreux témoignages peuvent être rejetés pour une raison valable ou une autre, mais il y en a trop aujourd’hui, et d’autres sont en cours de publication.

Il y a des improbabilités dans le résultat. Biden a reçu moins de voix que Clinton ou Obama dans la plupart des zones, mais beaucoup plus dans les « États champ de bataille ». Il y a eu des exceptions frappantes dans les votes des autres élections : dans les États clés, il y a eu de grandes différences entre les votes pour Biden et pour le candidat démocrate au Sénat. Il existe des cas de records historiques de participation – presque au niveau soviétique – dans les circonscriptions clés des « États champ de bataille ». Les taux de participation ont été improbablement élevés dans les maisons de retraite et les foyers de groupe. Dans de nombreux cas, le nombre de votes exprimés a été supérieur au nombre d’électeurs inscrits. Cela a été une mauvaise journée pour les candidats démocrates en général : des sièges ont été perdus à la Chambre et dans les assemblées législatives des États, mais nous sommes censés croire que Biden a remporté une large victoire. Malgré la différence spectaculaire dans l’enthousiasme des foules, on nous dit que plus de gens se sont déplacés pour Biden ce jour-là. On peut peut-être expliquer l’une ou l’autre de ces raisons, mais toutes les expliquer ?

L’analyse statistique constitue le prochain groupe de preuves. Nous voyons que les votes pour Biden, la plupart du temps, et les votes pour Trump, tout le temps, correspondent à peu près à la courbe de la loi de Benford. Mais dans les domaines où Biden avait besoin de ces votes, ce n’est pas le cas. Les violations de la loi de Benford sont couramment utilisées par les juricomptables pour indiquer une fraude. Une analyse des moyennes mobiles dans le temps montre un ratio de votes établi pour Biden avec un saut soudain dans les heures où le comptage a été « arrêté ». Dans certains cas, les votes semblent avoir été traités plus rapidement que ce qui était physiquement possible. D’autres analyses indiquent des pics suspects de votes pour Biden. Un certain nombre de statisticiens ont été attirés par la question et leurs analyses suggèrent que des fraudes apparaissent. Là encore, ces indices sont trop nombreux – tous dans la même direction – pour être simplement écartés.

Enfin, il y a toute une série de problèmes liés à certaines machines de vote – en particulier les Dominion – et aux logiciels qui leur sont associés. L’argument est que les machines et les logiciels ont été spécifiquement conçus pour produire des résultats frauduleux : les totaux peuvent être modifiés, les votes peuvent être transférés d’un candidat à un autre, le vote entrant peut être pondéré en faveur d’un candidat, etc. Il existe des déclarations sous serment à cet effet. Des messages de l’Ambassade américaine et des enquêtes précédentes avaient montré des problèmes avec les machines Dominion mais, néanmoins, ces machines et les logiciels associés ont été largement utilisés en 2020. Il est possible que des étrangers soient impliqués dans ces importantes machines : de nombreuses pièces sont fabriquées en Chine ; des déclarations sous serment affirment que les décomptes de votes ont été envoyés à d’autres pays par Internet et que les mots de passe du système étaient largement disponibles. Un expert en sécurité informatique atteste que « des centaines de milliers de votes » ont été transférés de Trump à Biden par ces machines. Ces problèmes attirent les programmeurs et les pirates informatiques et il existe maintenant un certain nombre de vidéos sur Internet montrant la facilité avec laquelle les machines peuvent être piratées.

En résumé, l’argument est que les machines ont été programmées pour truquer le vote dans les États clés (et peut-être partout) dans une mesure jugée suffisante. Mais le vote de Trump était tellement plus important que prévu que le décompte a dû être « arrêté » dans les « États champ de bataille » ; dans le temps « arrêté », des bulletins de vote ont été fabriqués pour compenser. L’image d’une courbe rouge lisse dépassée par une courbe bleue en escalier est devenue le logo de ceux qui pensent qu’il y a eu de telles injections.

Il s’agit aujourd’hui d’un amas assez important d’accusations, de déclarations de témoins et d’affirmations : ces accusations peuvent-elles être prouvées devant un tribunal (en laissant de côté la question de savoir si l’on peut faire confiance aux tribunaux américains pour statuer sur une question aussi partisane – voir l’expérience du général Flynn) ? Ou, compte tenu des dispositions de l’article II, section 1 de la Constitution – « Chaque État désigne, de la manière que sa législature peut ordonner, un certain nombre d’électeurs… » – peut-on convaincre suffisamment de législatures d’État de choisir des électeurs votant Trump ? Nous le découvrirons. Mais il y a certainement trop de choses à écarter et rien ne laisse penser que l’une ou l’autre partie cédera tant que la question n’aura pas été débattue jusqu’au bout.

Mais, quelle que soit la décision prise, la moitié de la population sera convaincue que l’élection a été volée – en effet, un sondage Rasmussen à la mi-novembre a montré que près de la moitié de la population – dont 30% des Démocrates ! – croit déjà que « les Démocrates ont volé des votes ou détruit des bulletins de vote pro-Trump dans plusieurs États pour s’assurer que Biden gagnerait ».

2020 n’a pas été une bonne année pour les États-Unis : le COVID-19 a fait des ravages, les acquis économiques de ces dernières années se sont érodés, la violence civile et les émeutes ont été monnaie courante. Une élection contestée laissant la moitié de la population penser que son candidat a été floué et chassé du pouvoir ne rendra pas les choses plus pacifiques. Nombreux sont ceux qui parlent de troubles civils graves, voire de guerre civile pure et simple.

Et, dans un contexte de troubles civils généralisés et qui sait quoi encore, quel est l’avenir de l’Imperium Americanum ? De nombreux experts citeront la fameuse remarque de Plehve sur l’attrait d’une « petite guerre victorieuse » pour distraire la population. Mais quelles sont les petites guerres qui restent ? L’Afghanistan ? L’Irak ? Rien de victorieux. Il est peu probable que le renversement de Maduro se fasse d’ici peu, et même si c’était le cas, cela ne ferait que distraire les émeutiers américains passionnés. Une guerre avec l’Iran ne serait ni petite ni victorieuse. Une guerre civile vraiment sévère diviserait l’armée américaine et la ramènerait chez elle. Les conséquences de l’élection de novembre 2020, quel que soit celui qui se retrouvera à la Maison Blanche en janvier, seront durables ; l’Imperium aura des préoccupations importantes chez lui.

Qu’en est-il du point de vue de Moscou ? Le rassemblement de ressources américaines pour faire face aux problèmes du pays sera bienvenu, mais pas les dangers d’implosion d’un État nucléaire. 2021 pourrait faire passer l’année 2020 pour un havre de stabilité béni.

Source : https://www.strategic-culture.org

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “DONALD TRUMP N’A PAS ENCORE DIT SON DERNIER MOT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :