AFRIQUE

LA TRAGIQUE AUGMENTATION DES DETTES AFRICAINES, « L’EMPEREUR DENIS SASSOU NGUESSO DANS LE ROUGE »

La flambée des niveaux de dette africaine à la suite de la crise du COVID-19 augmente le risque d’une vague de défauts de paiement souverains et d’une augmentation des créances irrécouvrables dans les livres des banques du continent, deux meilleures notes de crédit les agences ont prévenu mercredi.

Une croissance modérée et des dépenses élevées devraient pousser la dette moyenne de l’Afrique subsaharienne en pourcentage du produit intérieur brut de plus de 70% l’année prochaine, selon un nouveau rapport de Fitch.

Il devrait atteindre 127% en Angola, 151% au Cabo Verde, 124% en République du Congo, 110% au Mozambique et 138% en Zambie déjà en défaut. Alors qu’il devrait baisser dans la plupart de ces pays d’ici 2022, les pays comme l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Rwanda devraient voir leur niveau d’endettement augmenter de 10 points de pourcentage.

« La flambée de la dette sub-saharienne soulèvera des inquiétudes concernant la viabilité de la dette, les pressions sur la liquidité et un risque accru de défaut souverain », indique le rapport de Fitch.

Les notes de crédit modestes de l’Angola, de la République du Congo, du Gabon et du Mozambique signifiaient qu’ils étaient exposés à un «risque de défaut élevé».

Il a ajouté que huit pays de la région devront dépenser au moins 20% de leurs recettes publiques simplement pour faire face à leurs paiements d’intérêts sur la dette d’ici 2022. Pour quatre pays, ce ratio dépassera 30% cette année et l’année prochaine.

Un rapport distinct de Moody’s a également soulevé des préoccupations concernant la pression croissante sur le système bancaire africain en raison de la pandémie.

« Nous prévoyons que les prêts non performants (NPL) doubleront potentiellement par rapport aux niveaux de 2019 à mesure que les congés de paiement expireront, tandis que l’augmentation des besoins de provisionnement, la réduction de la génération d’activité et la pression sur les marges éroderont la rentabilité des banques », a déclaré l’un des analystes de la société, Constantinos Kypreos.

Les tensions souveraines étaient également un problème clé car la solvabilité des banques était «inextricablement liée» à la solidité financière du gouvernement du pays dans lequel elles sont basées.

Au Nigéria, Moody’s a estimé que les prêts problématiques augmenteraient entre 10% et 12% du total des prêts contre 6% en 2019, bien que l’abstention et les restructurations masqueraient toute l’étendue de la détérioration.

En Afrique du Sud, on le voit passer à plus de 7% -8% des prêts, au Ghana et au Kenya, il est déjà respectivement à 15,5% et 13,6% et en Angola, il était supérieur à 32% en début d’année.

(Reportage de Marc Jones; édité par Emelia Sithole-Matarise)

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

Source: nasdaq

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “LA TRAGIQUE AUGMENTATION DES DETTES AFRICAINES, « L’EMPEREUR DENIS SASSOU NGUESSO DANS LE ROUGE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :