DOSSIERS

VACCIN GÉNÉTIQUE: « ESSAI THÉRAPEUTIQUE À GRANDE ÉCHELLE »

Tribune : Depuis deux décennies, les gens regardent des fictions fantastiques et de plus en plus rarement des histoires tirées de la vraie vie ou de la grande Histoire. Cela explique -t-il l’extraordinaire plasticité de trop d’entre nous au scénario vaccin génique. Si celui-ci arrivait à se mettre en place à grande échelle, (ce qui est douteux vu le nombre d’incidents dont des morts rapides), les eugénistes auraient enfin leur expérimentation sur l’avenir de l’homme, selon leur désir schizophrénique délirant où le profit n’est pas le seul déterminant à la volonté de quelques illuminés.

Faust est parmi nous

Le vaccin génique est -il fiable ?

« Les rapports des médias grand public, donnant l’impression que ces vaccins se sont révélés efficaces et sûrs ne sont pas des preuves et ils ne sont pas basés sur la science. Ils sont basés sur la politique et ils rapportent des babillages pseudo-scientifiques dangereux, se faisant passer pour du journalisme scientifique. » nous dit le Guardian.

Curieusement, les français une nouvelle fois se taisent, et pour nombre d’entre eux se laissent faire, et même si ce n’est que 40 % d’entre eux, c’est encore énorme.

Se faire vacciner ou autoriser qu’on vaccine sa grand-mère en Ehpad (à moins qu’elle ne soit désagréable et ait un bel héritage) est simplement incompréhensible, en l’absence totale d’informations scientifiques sur ces vaccins qui n’en sont qu’au tout début des essais cliniques, et n’ont même pas subi d’essais chez l’animal. Même Mr Vaccin, le professeur Fischer qui connait bien les expérimentations sur les ARN messager à l’origine des premiers traitements sur cette base pour des maladies létales, ne s’est pas engagé sur l’innocuité des vaccins géniques.

Certes les médias officiels ne lésinent pas sur la mise en condition mais tout de même…

Il n’y a pas si longtemps les français savaient encore s’émouvoir de malformations chez quelques milliers d’enfants en raison de prise de dépakine par la future mère enceinte sans que le laboratoire n’ait prévenu du risque potentiel. Pas grave, l’état donnera quelques sous de compensation (pas le labo) et tout le monde oubliera sauf la pauvre maman et surtout les petits handicapés à vie. Le principe de précaution brandi comme argument politique un temps (celui de Chirac et des pommes ?) est oublié. Bfm tv et consorts font ce qu’ils peuvent certes, mais tout de même.

Alors nous comptions tenter à nouveau de vous mettre en garde pour qu’au moins vous sachiez ce que vous prenez comme risque, et tombons sur ce bel article du Guardian[1] qui explicite clairement la situation. Quelques passages savoureux vont vous éclairer.

« Les gens semblent vraiment croire que les vaccins COVID 19 ont fait l’objet d’essais cliniques et se sont avérés à la fois sûrs et efficaces. Cette croyance est tout simplement fausse.

Le point principal est celui-ci. Si vous décidez d’avoir le vaccin expérimental BNT162b2 (BNT) de Pfizer et BioNTech, ou tout autre vaccin COVID 19 revendiqué d’ailleurs, vous êtes un sujet d’essai dans un essai de médicaments. » 

En d’autres termes, le vaccin est en cours d’essai et le cobaye consentant c’est vous ! Pourquoi pas d’ailleurs, si vous en êtes conscient et d’accord !

« les protocoles de l’OMS utilisés par Pfizer pour produire l’ARNm ne semblent pas identifier de séquences nucléotides propres au virus SRAS-CoV-2. Lorsque l’enquêteur Fran Leader a interrogé Pfizer, ils ont confirmé :

Le modèle d’ADN ne vient pas directement d’un virus isolé d’une personne infectée.  Il n’y a pas non plus d’essais cliniques terminés pour ces vaccins. Des essais sont en cours »

Evidemment d’énormes mensonges déferlent dans la presse, du genre de ceux cités par le Guardian en ce 3 janvier.

Le 8 décembre, la BBC a rapporté une étude dans le Lancet et a déclaré catégoriquement :

« Le vaccin Oxford/Astra Zeneca Covid est sûr et efficace, offrant une bonne protection, ont confirmé les chercheurs

La[nd1]  BBC n’avait aucune justification pour faire cette allégation. L’étude dans le Lancet n’a rien confirmé de tel. Les chercheurs ont écrit :

ChAdOx1 nCoV-19 a un profil d’innocuité acceptable et s’est révélé efficace contre le COVID-19 symptomatique dans cette analyse provisoire des essais cliniques en cours.  Il s’agissait d’une analyse provisoire financée, entre autres, par le CEPI et la Fondation Bill et Melinda Gates. L’analyse a été basée sur des essais qui sont à des années de l’achèvement et n’ont rien rapporté ».

Il n’existe aucune preuve scientifique claire établissant l’innocuité ou l’efficacité des vaccins COVID 19 proposés. La BBC et d’autres HSH rapportent que ces preuves existent sont fausses. »

L’article se concentre sur les vaccins BNT de Pfizer et BioNTech, mais tous les fabricants ont essentiellement exploité le même système. « Les organismes de réglementation et les gouvernements ont collaboré avec les sociétés pharmaceutiques pour confondre les données limitées des essais initiaux, ou de la première phase, avec la collecte incomplète et continue de données provenant des essais de phase deux et trois beaucoup plus importants ».

En réalité, non seulement la déclaration des données existantes a été manipulée pour montrer une efficacité qui n’est pas évidente dans les données brutes elles-mêmes, mais les phases les plus importantes et significatives des essais ont à peine commencé, et encore moins ont été achevées.

L’essai en phase 1,2,3 pour AZD1222 a été enregistré auprès du Centre for Disease Control des États-Unis en tant qu’essai clinique NCT04516746 [Archivé le 29 décembre 2020]. Il est incomplet et la date de fin estimée est le 21 février 2023. L’État CDC : « aucun résultat de l’étude publié ». Astra Zeneca est à des années de la communication de « données finales ». Il est impossible pour le ministère britannique de la Santé de l’examiner, parce qu’il n’existe pas. »

Comment vérifier les données publiées pour un médicament, un vaccin en cours d’essai ? 

La caverne d’Alibaba : clinicaltrials.gov

Pour tous les essais de médicaments que vous prescrit un médecin, en cancérologie par exemple, si vous êtes curieux, vous tapez clinicaltrials.gov et sur la page initiale le nom du médicament et éventuellement d’autres informations que vous souhaitez avoir (pays de l’essai) etc. Il est obligatoire d’inscrire tout essai thérapeutique sur cette banque de données internationales pour être autorisé en fin d’essai ou en cours, à publier les données sur les revues à comité de lecture. Les curieux vont se régaler avec les vaccins, un médicament théoriquement soumis aux mêmes obligations (sauf dans le cas précis où les agences font sauter tous les garde-fous). Mais la publication sur le site référençant les essais résiste.

Quels essais de vaccins ?

Le 18 novembre, Pfizer et BioNTech ont annoncé qu’elles avaient terminé leur essai de phase trois de BNT. Ils avaient démontré l’efficacité de 95 % et l’étape des données d’innocuité de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avait été respectée.

La seule partie de cette allégation qui était vraie était la conformité avec les jalons de données de sécurité d’urgence de FDA. Ils n’ont pas terminé leurs essais de phase trois. Ils n’ont même pas terminé la première phase.

En vertu de l’article 564 de la Loi fédérale sur l’alimentation, les médicaments et les cosmétiques (Loi sur les drogues et les cosmétiques), les médicaments dits « non approuvés » sont autorisés sur le marché en cas d’urgence. De même, au Royaume-Uni, l’autorisation en vertu du règlement 174 du Human Medicine Regulations 2012 (tel que modifié) permet la même chose.

Ayant également été approuvé au Royaume-Uni, l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a déclaré : ce médicament n’a pas d’autorisation de mise sur le marché britannique. Le fait qu’il n’y ait pas d’essais cliniques terminés pour le vaccin Pfizer et BioNTech BNT explique également pourquoi la FDA annonce :

« d’autres effets indésirables, dont certains peuvent être graves, peuvent se faire sentir avec l’utilisation plus répandue du vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech ».

La FDA a également noté : « [il y a] actuellement des données insuffisantes pour tirer des conclusions sur l’innocuité du vaccin dans les sous-populations telles que les enfants de moins de 16 ans, les personnes enceintes et allaitantes, et les personnes immunocompromises…. [le] risque de maladie améliorée par la vaccination au fil du temps, potentiellement associé à une diminution de l’immunité, demeure inconnu. »

Le Guardian commente : « pourtant, les premières personnes à recevoir ce vaccin sont les plus vulnérables de la société, dont beaucoup sont immunodéprimées. Le principe de précaution semble avoir été abandonné. L’idée que le but du déploiement du vaccin BNT est de sauver des vies semble intenable ».

« L’annonce de Pfizer a permis aux politiciens de faire semblant de pleurer à la télévision nationale, d’autres étaient vraiment excités. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’il s’agissait de « nouvelles fantastiques », et la BBC a déclaré que c’était « une bonne nouvelle vraiment encourageante ». Tout le monde a été complètement impressionné par la revendication efficace de 95% ».

Les essais cliniques en cours

Une analyse des tests RT-PCR positifs disponibles et des résultats de mortalité a conduit l’Oxford Centre for Evidence Based Medicine a estimé un taux très provisoire des cas COVID 19 (CFR) d’environ 1,4%. D’après les chiffres communiqués à la FDA par Pfizer et BioNTech, cela indique un risque de mortalité basé sur la population large de COVID 19 de 1,4 (0,88/100) qui est de 0,012%.

Evaluation bénéfices-risques

Si nous examinons la « surveillance active sans danger pour les vaccins COVID 19 » signalée par le Center For Disease Control (CDC) des États-Unis, les premières indications des « événements d’impact sur la santé » enregistrés révèlent un niveau inquiétant d’effets indésirables du vaccin contre l’ARNm. Les CDC définissent un effet indésirable sévère comme : « Incapable d’effectuer des activités quotidiennes normales, incapable de travailler, soins requis de la part d’un médecin ou d’un professionnel de la santé ».

Le 18 décembre, 112 807 personnes ont été injectées avec le vaccin Pfizer/BioNTech aux États-Unis. De ce nombre, 3 150 ont par la suite été incapables d’effectuer des activités quotidiennes normales, incapables de travailler, ont eu besoin de soins de la part d’un médecin ou d’un professionnel de la santé. Il s’agit d’un taux d’incapacité de 2,8 %.

Ainsi parmi les 10 premiers millions de personnes à recevoir le vaccin au Royaume-Uni, environ 280 000 pourraient se retrouver dans l’incapacité d’effectuer des activités quotidiennes normales, incapables de travailler et ayant besoin de soins médicaux. Comme ce sont les plus vulnérables qui sont les premiers à recevoir ce vaccin, étant donné le faible risque de mortalité par la maladie COVID 19, il n’est nullement clair qu’il s’agit d’un risque qui vaut la peine d’être pris selon les conclusions de l’article Guardian. « De toute évidence, il est possible que les vaccins contribuent à plus de décès que la maladie contre laquelle ils protégeraient les personnes vulnérables. »

L’essai Pfizer/BioNTech a été enregistré en tant que numéro d’essai clinique NCT04368728 auprès des CDC (centers of disease control = centres de contrôle des maladies). « il s’agit de l’essai clinique de phase 3 que Pfizer a affirmé avoir conclu dans leur communiqué de presse. Il n’y en a pas d’autre. C’est tout. Si nous vérifions sur la base officielle nous obtenons les données suivantes :

page Web archivée de ClinicalTrials.gov, l’onglet Résultats de l’étude se lit comme suit : « Aucun résultat affiché ». C’est parce qu’il n’y a pas de résultats affichés ou soumis de l’essai Pfizer BioNTech du vaccin BNT162b2 :

Aucun résultat de l’étude publié ClinicalTrials.gov pour cette étude : l’essai NCT04368728 a été conçu comme un essai de 1,2,3 avec toutes les phases en cours d’exécution simultanément. En ce qui concerne l’évaluation de l’innocuité, Pfizer a décrit les événements systémiques comme :

« Fièvre, fatigue, maux de tête, frissons, vomissements, diarrhée, douleurs musculaires nouvelles ou aggravées, et douleurs articulaires nouvelles ou aggravées comme auto-rapporté sur les journaux électroniques.

Les 360 premiers sujets randomisés dans les essais de phase 2 et 3 ont fait l’objet d’un suivi des événements systémiques pendant moins d’une semaine, après chaque dose :

Au cours des 360 premiers participants randomisés dans la phase 2/3, pourcentage de participants signalant des événements systémiques [Délai : Pendant 7 jours après la dose 1 et la dose 2]. La même cohorte de 360 sujets d’essai a également fait l’objet d’un suivi pour les événements indésirables graves (EES) pendant une période d’une période d’au plus 6 mois dans les phases 2 et 3 :

Au cours des 360 premiers participants randomisés en phase 2/3, pourcentage de participants signalant des effets indésirables graves [Délai : De la dose 1 à 6 mois après la dernière dose] »

« Mais aucun résultat n’a été communiqué ni de la phase 2 ni de la phase 3. Personne n’a la moindre idée des risques pour la santé du vaccin, en particulier pour ceux qu’il est censé être conçu pour protéger, et aucune autorité ne s’en inquiète officiellement en tous cas. « Les essais cliniques de phase 2/3 sont maintenant un point théorique de toute façon » selon le Guardian.

Nous constatons donc sur les données fournies une période de surveillance courte, mais contrairement au journal cité, il n’est pas certain que les effets secondaires restent durablement un point théorique, surtout si quelques jeunes soignants meurent dans les heures ou jours suivants l’injection, que les décès soient liés ou non, démontrés non liés ou non, l’impression restera toxique.

Les organismes de réglementation ont déjà approuvé le vaccin au nom de l’urgence, et les services de santé ont commencé à injecter du vaccin Pfizer aux gens. Ils le font alors que les fabricants n’ont pas testé la toxicité sérieusement dans des délais suffisants et avec le nombre nécessaire de participants.

Pour plus d’informations examinons la base clinicaltrials.gov

« Study to Describe the Safety, Tolerability, Immunogenicity, and Efficacy of RNA Vaccine Candidates Against COVID-19 in Healthy Individuals[2][3]

Study Type :  Interventional (Clinical Trial), Estimated Enrollment : 43998 participants

Official Title :    A PHASE 1/2/3, PLACEBO-CONTROLLED, RANDOMIZED, OBSERVER-BLIND, DOSE-FINDING STUDY TO EVALUATE THE SAFETY, TOLERABILITY, IMMUNOGENICITY, AND EFFICACY OF SARS-COV-2 RNA VACCINE CANDIDATES AGAINST COVID-19 IN HEALTHY INDIVIDUALS

Actual Study Start Date : April 29, 2020

Conclusions provisoires

On peut s’étonner de la propagande énorme et mensongère sur les ondes sur ce vaccin et que ceux qui ont encore peur d’un virus qui ne tue que les vieillards pas en forme de plus de 82 ans, n’aient pas peur d’une molécule inconnue qui manifestement a affaire avec notre ADN et ARN

Il est très étonnant que la peur se range toujours du coté voulu par le pouvoir : peur de l’hydroxychloroquine connue depuis 70 ans, mais peu de peur d’un vaccin nouveau modèle en cours de test et dont les vaccinés actuels seront les cobayes.

La preuve par 9 que l’expérimentation ne fait que commencer : on peut lire sur clinicaltrials.gov :

« Estimated Primary Completion Date : July 30, 2021

Estimated Study Completion Date : January 27, 2023 »

 En d’autres termes, le sponsor annonce donc la date de première estimation des résultats au 30 juillet 2021 ET LA FIN DE L’ETUDE DU 27 janvier 2023, soit dans deux ans…. les âges d’inclusion extrêmes sont 12 à 85 ans

Alors courage aux cobayes qui auront effectivement signé un consentement éclairé véritablement, conformément au code de Nuremberg, chacun est libre de ses choix.

En revanche, attention à nos ainés dont le consentement serait obtenu par des menaces d’isolement en cas de refus. Cela serait inacceptable et n’est évidemment pas imaginable.

[1] What Vaccine Trials ? – OffGuardian (off-guardian.org)

[2] Study to Describe the Safety, Tolerability, Immunogenicity, and Efficacy of RNA Vaccine Candidates Against COVID-19 in Healthy Individuals – Full Text View – ClinicalTrials.gov

[3] Brief Summary :

This is a Phase 1/2/3, randomized, placebo-controlled, observer-blind, dose-finding, vaccine candidate-selection, and efficacy study in healthy individuals.

The study consists of 2 parts : Phase 1 : to identify preferred vaccine candidate(s) and dose level(s) ; Phase 2/3 : an expanded cohort and efficacy part.

The study will evaluate the safety, tolerability, and immunogenicity of 2 different SARS CoV 2 RNA vaccine candidates against COVID 19 and the efficacy of 1 candidate :

As a 2-dose (separated by 21 days) schedule ;

At various different dose levels in Phase 1 ;

In 3 age groups (Phase 1 : 18 to 55 years of age, 65 to 85 years of age ; Phase 2/3 : ≥12 years of age [stratified as 12-15, 16-55 or >55 years of age]).

The candidate selected for evaluation in Phase 2/3 is BNT162b2 (mid-dose).

Participants ≥16 years of age who originally received placebo will be offered the opportunity to receive BNT162b2 at defined points as part of the study.

Auteur(s): Gerard Delépine pour FranceSoir

DERNIERS ARTICLES

CORONAVIRUS: MODERNA TRAVAILLAIT DÉJÀ SUR SON VACCIN « ANTI-COVID » DÈS DÉCEMBRE 2019 ! ON A LES PREUVES

The Daily ExposeSott.netPlus le temps passe, plus on découvre des choses louches. Un document incroyable prouve que Moderna travaillait sur son « vaccin » à ARNm anti-coronavirus mi-décembre 2019, avant même que les premiers cas de Covid-19 soient reconnus par la Chine et que l’OMS parle de pandémie. Les chercheurs de Moderna étaient bien avancésLire la suite

VACCINS ET CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

par Gérard Maudrux. En droit de la santé, le consentement libre et éclairé impose au médecin de présenter clairement au patient tous les risques d’une conduite thérapeutique. Le consentement doit être libre, c’est-à-dire en l’absence de contrainte, et éclairé, c’est-à-dire précédé par une information. Nous venons de voir que, pour la vaccination des enfants pour le Sars-Cov-2, il faut trois consentements : lesLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “VACCIN GÉNÉTIQUE: « ESSAI THÉRAPEUTIQUE À GRANDE ÉCHELLE »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :