DOSSIERS

REFUSER LE VACCIN COVID-19: « NOUS VOUS EXPLIQUONS POURQUOI »

De nombreux conservateurs aiment se moquer de la gauche pour son «signalement des vertus» fréquent. Le terme a été défini de différentes manières , mais à sa base, la signalisation de la vertu décrit tout effort (implicite ou explicite) pour communiquer son appartenance (réelle ou imaginaire) à un groupe par le biais de revendications calibrées en fonction de l’appartenance à ce groupe. En particulier, il décrit des appels qui transmettent une sorte de supériorité morale à ceux qui ne font pas partie du groupe. Les exemples les plus purs de signalement de vertu tendent à être des actions que le signaleur de vertu qualifie de transgressives ou culturellement dangereuses, mais sont en fait des expressions conformes aux idéologies dominantes de notre culture.

[V] irtue-signalisation sert à rappeler à ses adversaires que l’opposition existe en fait.

Quelques exemples s’imposent. Porter un masque qui lit «VOTE» pour empêcher la transmission du COVID-19 lorsque vous entrez dans votre bureau de vote est un signal de vertu . Premièrement, le message est présenté comme un message urgent, même si l’acte de voter est généralement considéré comme une vertu par les Américains. Deuxièmement, le masque se fait passer pour un moyen d’encourager la participation à la démocratie. Mais tout le monde aux urnes est déjà là pour voter, donc vraisemblablement, ils n’ont pas besoin d’être convaincus par le masque. Au lieu de cela, le masque VOTE est un moyen de signifier votre soutien au parti démocrate et à ses candidats – le parti qui représente sans cesse le vote comme s’il s’agissait d’une forme de transgression dangereuse . Un autre signal de vertu de gauche est le signe que vous avez peut-être vu dans votre quartier qui dit:«Dans cette maison, nous croyons…» suivi par un tas de platitudes largement répandues qui sont soit fausses, stupides, réactionnaires ou évidentes.

Mais la vertu-signal des conservateurs aussi. Moins que ceux de gauche peut-être, mais la vertu-signal des conservateurs. En effet, malgré toutes les critiques dirigées contre la signalisation de la vertu comme moyen de se plier aux compatriotes idéologiques, les gens signalent également la vertu d’envoyer un message à ceux qui ne font pas partie de leur propre groupe. Dans ces cas, la signalisation de la vertu sert à rappeler à ses adversaires que l’opposition existe en fait. Un bon exemple serait les cas enregistrés où les foules à des événements sportifs ont appris que l’hymne national ne sera pas joué (par génuflexion aux manifestations «Take a Knee» ), ils ont choisi de le chanter quand même . Ou, lorsque les élèves organisent des démonstrations visibles de prières dans les écoles publiques qui les interdisent.

La méfiance croissante à droite de se faire vacciner contre le COVID-19 devient rapidement un moyen pour les conservateurs de signaler leur vertu exactement à ces fins. Bien que je reçoive un vaccin antigrippal chaque année, j’avoue que j’ai décidé de ne pas recevoir le vaccin COVID. J’ai cherché dans mes pensées ce qui se trouve au cœur de cette réticence parce que je ne suis pas un imbécile, et je ne veux pas prendre de risques sanitaires inutiles pour marquer des points politiques ou me sentir bien dans ma peau (ce qui est le but ultime de tous les signaux de vertu). Ci-dessous, j’offre une explication des raisons pour lesquelles je renoncerai au vaccin.

Mais d’abord, je veux commencer par établir pour le lecteur que je ne suis pas un fou.

Je pense qu’une immunité généralisée contre le COVID serait une bonne chose, ne serait-ce que pour réduire le taux de mortalité chez les personnes âgées et d’autres groupes présentant des risques particuliers. Je crois aussi que COVID me rendrait assez malade si je l’obtenais, bien que toutes les données montrent que j’y survivrais presque certainement et que je me rétablirais complètement. Bien que je sois très préoccupé par la volonté des gouvernements à travers le pays d’appliquer des exigences juridiquement douteuses telles que les mandats de masque et les fermetures d’entreprises, je n’ai personnellement aucun problème à porter un masque (sauf un léger ennui à la façon dont il embume mes lunettes) . Je suis heureux qu’un vaccin efficace ait été développé et je suis fier (comme pour tant de grandes avancées scientifiques)l’ingéniosité et le dynamisme largement américains qui l’ont produit . Je ne pense pas que la prise du vaccin entraîne des effets secondaires significatifs, et je ne suis pas du côté des fous qui pensent que Bill Gates l’utilise comme un moyen de puce électronique .

Néanmoins, je ne recevrai pas le vaccin. Pour moi, le rejet du vaccin est une affirmation de la raison , à un moment où la raison souffre d’ une grande affaire d’abus .

Peu importe où l’on se situe sur le spectre politique américain, l’humeur nationale actuelle est définie par l’anxiété, la paranoïa et la précipitation. Que cette préoccupation découle de la grande réinitialisation , de l’ abrogation du deuxième amendement , de la prétendue montée de l’alt-right ou de la notion stupide que le président Trump refusera de quitter ses fonctions , les gens proposent une législation et une réforme radicales avec relativement peu de réflexion rationnelle et délibération. Bien que la «vitesse de distorsion» à laquelle le vaccin a été développé est louable, il ne fait aucun doute qu’il a subi un processus d’approbation abrégé.. Malgré ce fait, la plupart des autorités médicales et gouvernementales encouragent une mise en œuvre rapide et généralisée. Résister au vaccin est un moyen de freiner cette forme d’élaboration de politiques de plus en plus hâtive, qui passe d’une crise urgente à l’autre.Hospitalisation d'un patient COVID-19.

Hospitalisation d’un patient COVID-19.

COVID-19 ET LES CONTRADICTIONS DE LA «  SCIENCE RÉGLÉE  »

Le scepticisme du public à propos du vaccin COVID-19 provient du fait que des représentants clés d’au moins trois grandes institutions ont laissé tomber les Américains au cours de l’année dernière: des experts médicaux, des représentants du gouvernement et des médias. Tous ont hésité quant aux conseils qu’ils ont donnés au public. Dans certains cas, c’était parce qu’ils ne savaient apparemment pas quoi faire. Dans d’autres, l’incohérence était clairement due à une vision élitiste qui suppose que les règles ne s’appliquent pas à eux. Quoi qu’il en soit, leurs actions n’ont pas inspiré la confiance du public dans les autorités. Le scepticisme à l’égard du vaccin est une réponse rationnelle lorsque les experts et les fonctionnaires envoient systématiquement des signaux mitigés concernant la gravité du risque.

[L] es équivoques des experts et des fonctionnaires ont fait en sorte que, premièrement, la possibilité de jamais revenir à la «normale» soit beaucoup diminuée, et deuxièmement, il n’est pas clair qu’ils veuillent même le faire.

Peut-être plus que quiconque au début de la pandémie, les citoyens se sont tournés vers la communauté médicale. Ces «experts» nous ont d’abord dit qu’un masque typique était inutile pour arrêter la propagation. Puis, après avoir inversé le cours, ils nous ont dit qu’une certaine couverture du visage (quelle que soit sa composition) était absolument critique – allant jusqu’à suggérer que les personnes qui résistaient à ces conseils étaient de mauvaises personnes en général . En plus de tout cela, Anthony Fauci (un dirigeant du groupe de travail COVID du président Trump) a admis cette semaine qu’il avait menti au public sur des informations clés en raison de sondages d’opinion. Cela aggrave la mystification des gens quant à la raison pour laquelle Fauci portera un masque pendantlancer le premier lancer lors d’un match de baseball , à 90 pieds de la personne la plus proche, mais quand il s’assoit juste à côté d’amis dans les gradins, le masque se détache (au sens figuré et littéralement).

Mais ce n’était pas seulement Fauci. Rappelez-vous comment on nous a dit que le virus était hostile à la chaleur et que le temps estival arrêterait probablement la plupart des transmissions ? L’été, on nous a dit que nous devions porter des masques jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible . Et maintenant, dix mois après que des experts médicaux ont dit au public pour la première fois que les masques étaient inefficaces, les restrictions persistent. Mais lorsque l’approbation du vaccin a été annoncée, quelques jours seulement après l’élection présidentielle, la nouvelle a été immédiatement suivie par des experts affirmant que les restrictions devront persister – même après qu’une grande partie de la population soit vaccinée. Bien que les hôpitaux n’aient pas été dépassé , et la communauté médicale a affiné des protocoles très efficaces pour traiter ceux qui contractent le COVID-19, les réglementations destinées à réduire les taux d’infection n’ont pas été assouplies . À un certain moment, il est rationnel de supposer que ces efforts de précaution servent des objectifs qui vont au-delà des préoccupations sanitaires .

Les représentants du gouvernement n’ont pas fait mieux que la communauté médicale pour s’assurer la confiance du public. En mars de l’ année dernière , on nous a demandé d’observer un verrouillage pendant « deux semaines pour aplatir la courbe » des taux d’infection. Cela s’est transformé en plus d’un mois alors que les mesures draconiennes s’éternisaient , ruinant le 4 juillet. À présent, à l’approche du printemps 2021, la nouvelle administration Biden insiste sur le fait que le pire est toujours devant nous et ne dit pas un mot sur le moment où les mesures de prévention pourraient être levées. Et bien sûr, il y avait aussi des rapports de politiciens satisfaits des restrictions qui bafouaient les règles à volonté. L’une des principales incitations pour les personnes en bonne santé à se faire vacciner était de pouvoir «revenir à la normale». Mais les équivoques des experts et des fonctionnaires ont fait en sorte que, premièrement, la possibilité de jamais revenir à la «normale» soit beaucoup diminuée, et deuxièmement, il n’est pas clair qu’ils veuillent même le faire.

[Ceux] qui implorent maintenant tout le monde de se procurer un tout nouveau vaccin contre un virus nouvellement découvert n’ont pas fait grand-chose pour inspirer confiance au public.

Tout cela pour ne rien dire de l’alarme sélective des médias au risque de transmission et de leur vitriol sélectif pour ceux qui pourraient l’augmenter. Leur hypocrisie quant à savoir qui sera autorisé à faire fi des règles ne peut être manquée. Quelques dizaines de manifestants sans masque à la Statehouse du Michigan ont été flagellés comme une menace pour la société civile, mais des milliers de manifestants et d’émeutiers sans masque ont été valorisés par ces mêmes médias qui ont commis la flagellation. Nous l’avons vu à nouveau lors des campagnes présidentielles: les énormes rassemblements du président Trump ont été décrits comme des «événements à grande diffusion» et davantage de preuves de ses opinions «anti-scientifiques» dangereuses , tandis que Biden a été loué pour«Suivre la science» et rester dans son sous-sol . Bien sûr, lorsque les médias ont usurpé le pouvoir de décider du résultat des élections et ont annoncé une victoire massive de Biden , il n’y a pas eu de réprimande contre la formation spontanée de foules sans masque faisant la fête dans les rues de Manhattan ou de Washington, DC.

La distribution du vaccin devient elle-même un moyen de signaler la vertu. Comment expliquer autrement le nombre de professionnels de la santé qui disent que les minorités raciales et ethniques devraient être prioritaires pour se faire vacciner ? Ce biais a été explicitement déclaré dans divers médias, mais un expert médical cité dans le New York Times est un exemple choquant: «La société est structurée de manière à leur permettre [aux Blancs] de vivre plus longtemps. Au lieu de donner des avantages supplémentaires pour la santé à ceux qui en avaient déjà plus, nous pouvons commencer à uniformiser un peu les règles du jeu. » Après des années à chasser les fantômes de discrimination formelle et institutionnelle dans notre société, nos responsables de la santé et leurs médias proposent maintenant une telle discrimination comme une forme de justice.. (En tant qu’homme blanc, je vois une certaine ironie là-dedans. Certaines des personnes qui disent que je ne devrais pas avoir un accès égal au vaccin seront les mêmes qui seront scandalisées par mon refus de le prendre quand mon tour arrivera enfin .)

Les représentants de la profession médicale, du gouvernement et des médias qui implorent désormais tout le monde de se procurer un tout nouveau vaccin contre un virus nouvellement découvert n’ont pas fait grand-chose pour inspirer confiance au public. Bien au contraire: ils ont beaucoup fait pour le saper. Une partie de ma résistance à la vaccination est donc que les fonctionnaires et les experts ont perdu ma confiance. Mais plus encore que leur hypocrisie et le déplacement constant des objectifs, ma réticence est due à la prolifération rapide d’idées dangereuses liées à la sécurité et au risque – et aux implications que ces idées ont pour la liberté individuelle.Times Square, New York, vide.

Times Square, New York, vide.

CONTRE LA SÉCURITÉ: LE RISQUE PERSONNEL COMME COÛT DE LA LIBERTÉ

Peut-être encore plus convaincant que le manque de fiabilité des experts en santé publique, les données qui indiquent qu’environ 99% des Américains qui contractent cette maladie survivront à elle offrent la raison la plus convaincante de ne pas se faire vacciner. Oui, chaque vie humaine a de la valeur et réduire les pertes en vies humaines est un noble effort. Mais nos tentatives actuelles pour le faire sentent l’autoritarisme, et les coûts économiques, familiaux, éducatifs et spirituels des verrouillages sont incalculables. Notre réponse au COVID-19 est un exemple d’une tendance inquiétante que certains ont appelée sécuriténisme : l’idée que tous les risques inhérents à la vie doivent être réduite, que le pouvoir de l’État doit être mobilisé pour atténuer ces risques, et que toute intervention qui réduit ces risques à quelque degré que ce soit est justifiée.

La fausse promesse d’un monde «sans risque» n’est pas convaincante.

Cette tendance au sécuriténisme est évidente dans notre culture. Vous devez porter un casque de vélo. Vous devez mesurer 48 pouces pour faire ce tour. Les spectateurs épileptiques doivent faire preuve de prudence avant d’assister à ce film. Un enfant allergique aux arachides suffit à interdire les sandwichs au beurre d’arachide et à la gelée pour toute une classe. Mais les partisans du safetynisme sont hypocrites: ils exigeront des efforts majeurs pour contourner des risques comparativement mineurs (comme ceux évoqués ci-dessus) alors même qu’ils résistent à certains efforts pour atténuer les risques majeurs lorsque cela contrarie leurs aspirations politiques. L’avortement est un exemple de ce genre de sécuriténisme sélectif. Certaines des personnes qui souhaitent imposer toutes les réglementations en faveur de la «sécurité» affirment également que le fait d’exiger une installation d’avortement pour garder un membre du personnel avec des privilèges d’admission à l’hôpital estune infraction flagrante à l’autonomie individuelle . Ce tri sélectif dont les risques pour la sécurité nécessitent l’intervention de l’État est en soi l’une des menaces les plus pressantes à la liberté telle qu’elle a été conçue dans la tradition américaine.

Refuser le vaccin peut donc être considéré comme un refus symbolique de sécuriténisme. Un signal de vertu, si vous voulez. C’est une affirmation que vivre en tant que personne libre nécessite une certaine prise de risque. C’est un rejet de l’idée que vivre dans une «sécurité» comparative vaut la peine de céder notre droit de gouverner notre propre vie à l’État – notre droit de prendre nos propres décisions sur les risques acceptables.

Certains diront que je devrais me faire vacciner afin de réduire le risque encouru par ceux qui sont particulièrement vulnérables. En pensant à mes parents vieillissants, ou à ma belle-mère, qui se remet encore de la chimiothérapie, et je vois le mérite de cette ligne de pensée. Mais je n’ai le plaisir de les voir que quelques fois par an, et d’autres précautions peuvent être prises à ces occasions. La fausse promesse d’un monde «sans risque» n’est pas convaincante.

Bien que refuser le vaccin soit rationnellement justifiable, je mentirais si je disais que je ne tire pas un certain plaisir de la frustration de ceux qui veulent que je me fasse vacciner. Il est vrai que mon manque d’immunité amplifie (très peu) leur risque. Mais je pense que le degré minimal auquel je l’amplifie est en fait bénéfique pour ceux qui sont scandalisés par ma décision. Cela oblige les gens qui sont prêts à échanger leur propre autonomie contre une «sécurité» garantie par le gouvernement à prendre en compte le risque et à y répondre. En bref, cela exige que ceux qui sont prêts à renoncer à une fraction de leur liberté exercent leur liberté en décidant comment et s’ils doivent interagir avec moi, au lieu d’exiger que je lâche la mienne pour qu’ils se sentent en sécurité.

COVID-19 est réel. Nier ce fait dénigre les nombreuses personnes qui en sont mortes. Mais l’impulsion autoritaire qui est évidente dans la réponse officielle au COVID représente un plus grand danger pour la nation que la maladie elle-même. Compte tenu des circonstances, refuser le vaccin est un signe de vertu que je suis prêt à posséder.

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

Écrit parAdam Ellwanger

Adam Ellwanger est professeur d’anglais à l’Université de Houston – Downtown, où il étudie la rhétorique, l’écriture et le discours public. Son nouveau livre, Metanoia: Rhetoric, Authenticity, and the Transformation of the Self, est maintenant disponible. Contactez-le à adamellwanger@gmail.com, sur Twitter @DoctorEllwanger ou @TheHereticalTruth sur Parler.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “REFUSER LE VACCIN COVID-19: « NOUS VOUS EXPLIQUONS POURQUOI »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :