DOSSIERS

VACCIN CONTRE LE COVID: MORT PAR COÏNCIDENCE ?

Par Robert Kennedy Jr. La défense de la Santé des enfants :

Les déclarations des responsables de la santé et des fabricants de vaccins selon lesquelles les décès et les blessures consécutifs aux vaccinations COVID sont des coïncidences sans rapport entre elles deviennent un modèle. Elles privent également les gens des informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions en connaissance de cause.

La prise en charge officielle, la semaine dernière, des décès de deux Danois et d’un médecin de Miami à la suite de leurs vaccins COVID met en évidence les lacunes béantes du système de surveillance du gouvernement pour détecter les réactions post-commercialisation des vaccins.

Ces incidents suggèrent qu’il est peu probable que les autorités sanitaires donnent au public des profils de risque authentiques pour les vaccins COVID utilisés en urgence.

Des profils de risque précis permettent aux autorités réglementaires de déterminer si une intervention médicale cause plus de tort que de bien et aux consommateurs de faire des choix rationnels quant à leur propre utilisation d’un produit.

Les régulateurs élaborent généralement des évaluations des risques au cours des essais pré-cliniques en comparant les résultats pour la santé des personnes recevant l’intervention par rapport à un groupe placebo. Ces études doivent être suffisamment importantes pour détecter des lésions rares et d’une durée suffisante pour révéler des affections dont l’horizon de diagnostic est long.

L’existence du groupe placebo rend difficile la dissimulation ou la mauvaise attribution des lésions. À l’inverse, l’absence d’un groupe placebo dans les systèmes de surveillance post-vaccinale permet aux responsables pharmaceutiques et réglementaires intéressés de sous-estimer facilement les lésions en les attribuant à une coïncidence.

La coïncidence s’avère tout à fait mortelle pour les personnes ayant reçu le vaccin COVID.

Mort par coïncidence

Peu après avoir signalé les décès danois et avant toute autopsie, Tanja Eriksen, chef par intérim de l’unité de pharmacovigilance du Danemark, a déclaré au journal danois EkstaBladet que l’Agence danoise des médicaments avait déterminé que cette coïncidence avait probablement tué les deux citoyens danois dont la mort suivait leurs vaccinations.

L’un des décès était un citoyen qui souffrait d’une « grave maladie pulmonaire ». L’existence de la comorbidité suggérait que le décès était donc une coïncidence.

Le second citoyen a reçu le vaccin à un « âge très avancé » et a donc également été victime d’une coïncidence.

« Lorsqu’on vaccine des groupes fragiles, on s’attendrait à des décès », a expliqué Eriksen, en utilisant une logique rarement appliquée par les responsables de la santé aux décès dus au virus COVID-19. « Cela se produira indépendamment du fait qu’ils soient vaccinés ou non ».

Ces simples déclarations – selon lesquelles les décès et les blessures consécutifs à la vaccination sont des coïncidences sans rapport – deviennent un modèle.

Le 20 décembre 2020, World Today News a rapporté le décès d’un homme de 85 ans à Kalmar, en Suède, un jour après qu’il ait reçu le vaccin. Le Dr Mattias Alvunger de l’hôpital de Kalmar a rejeté les inquiétudes concernant le décès lié au vaccin, qualifiant de « routine » le fait qu’il ait été signalé à l’Agence suédoise des produits médicaux.

Le 1er janvier, Sonia Acevedo, une infirmière portugaise de 41 ans et mère de deux enfants, est morte deux jours après avoir reçu le vaccin Pfizer/BioNtech. Son père a déclaré au Daily Mail qu’elle n’avait jamais bu d’alcool et qu’elle était en parfaite santé. Néanmoins, l’autorité sanitaire portugaise a considéré que sa mort était une triste coïncidence.

Israël a également fait état de deux décès dus à la pandémie des coïncidences : l’un chez un homme de 75 ans à Beit She’an, et l’autre chez un homme de 88 ans. Tous deux sont morts deux heures après la vaccination. Les autorités sanitaires israéliennes ont averti le public de ne pas attribuer ces décès au vaccin.

À Lucerne, en Suisse, un homme de 91 ans est mort cinq jours après avoir reçu le vaccin de Pfizer/BioNtech. Les autorités suisses ont qualifié tout lien de « très improbable ».

Le 3 janvier, le Dr Gregory Michael, un obstétricien de Miami et un enthousiaste promoteur du vaccin COVID-19, est mort d’une attaque hémorragique après avoir reçu le vaccin de Pfizer/BioNtech. Le Dr Michael a développé un purpura thrombocytopénique idiopathique aigu (PTI) – un effet secondaire connu du vaccin – immédiatement après avoir reçu l’injection. Sa numération plaquettaire est passée de 150 000 à zéro et n’a jamais rebondi.

Une armée d’experts du monde entier, impliqués dans le programme de vaccination, a été consultée dans le cadre d’efforts voués à l’échec pour rétablir le nombre de plaquettes du Dr Michael.

L’inévitable hémorragie cérébrale l’a tué deux semaines plus tard. La femme de Michael a déclaré que la mort de son mari était « liée à 100% au vaccin ». Elle a ajouté qu’il était en bonne santé physique, faisait souvent de l’exercice, buvait rarement de l’alcool, ne fumait jamais de cigarettes et n’avait pas de comorbidités connues.

Néanmoins, Pfizer a rejeté les blessures de Michael comme une autre triste coïncidence :

« Nous ne pensons pas pour l’instant qu’il y ait un lien direct avec le vaccin. » Pfizer a souligné que le PTI est également causé par une consommation excessive d’alcool et a raisonné que « aucun signal de sécurité n’a été identifié lors des essais de vaccination jusqu’à présent ».

Mardi, le New York Times a cité le Dr Jerry Spivak, un expert en troubles sanguins de l’Université Johns Hopkins, qui a déclaré :

« Je pense qu’il est médicalement certain que le vaccin était lié ».

Mais Pfizer/BioNtech n’aurait pas été susceptible de voir les signaux de thrombocytopénie dans ses brefs essais cliniques, insuffisamment enregistrés.

La thrombocytopénie survient dans 1 cas sur environ 25 000 à 40 000 doses du vaccin ROR. C’est également un effet secondaire tout aussi rare mais persistant des vaccins contre l’hépatite A, la tuberculose, le HPV, la varicelle, le DTaP, la polio et le HiB.

Un tel accident qui se produit à cette fréquence ne serait probablement pas vue dans l’essai clinique de phase II de Pfizer/BioNtech car seulement 22 000 personnes ont reçu le vaccin.

Cependant, une blessure de cette gravité survenant une fois sur 25 000 vaccins pourrait affaiblir ou tuer 12 000 des 300 millions d’Américains à qui la société espère administrer le vaccin.

Le public peut s’attendre à voir d’autres de ces manœuvres stratégiques : Lorsqu’un médecin mexicain de 32 ans, en bonne santé, a été hospitalisé pour une encéphalite – inflammation du cerveau et de la moelle épinière – après avoir reçu le vaccin de Pfizer/BioNtech, les médecins mexicains ont écarté l’accident vaccinal comme n’étant pas liée à la vaccination, estimant que l’affection n’avait pas été détectée dans les essais cliniques de Pfizer/BioNtech.

Cette semaine, une maison de retraite d’Auburn (New York) a rapporté, sans ironie apparente, que 32 des 193 résidents sont morts depuis que l’établissement a commencé à administrer le vaccin Pfizer le 21 décembre. La société affirme que ses clients meurent d’infections COVID-19, et non du vaccin.

Tout aussi inquiétant, d’autres décès n’ont peut-être pas été signalés.

Parmi les nombreux patients reconnaissants du Dr Michael se trouvait Tessa Levy, qui avait rendez-vous avec lui le mardi suivant sa mort, le 3 janvier. Michaels a mis au monde les quatre enfants de Tessa, sauvant l’un d’entre eux grâce à un ingénieux diagnostic en une fraction de seconde d’une maladie cardiaque rare qui aurait autrement tué le garçon.

Tessa est la fille de mon ami proche, le célèbre chirurgien de Beverly Hills, le Dr George Boris. « C’était un type sain, fort et vigoureux », m’a dit Tessa à propos de Michaels. « Il n’a jamais montré aucun problème de santé. »

La veille du Nouvel An, le beau-frère du Dr Boris, Murray Brazner, est également décédé subitement, une semaine après avoir reçu le vaccin Pfizer. Ni la compagnie de vaccins ni aucune agence de santé n’ont pris note de sa mort soudaine et inattendue.

  • « Aucune autopsie n’a été pratiquée, et sa mort n’est pas enregistrée comme une blessure due au vaccin. On se pose des questions », m’a dit le Dr Boris.

La mort de M. Brazner illustre un problème encore plus grave :

  • de nombreuses blessures peuvent échapper au système de surveillance et aux médias. Des histoires non rapportées similaires à la tragédie du Dr Brazner sont déjà des plaintes courantes sur les médias sociaux.

Le 2 janvier, Janice Hisle a déploré sur Facebook que la mère de son amie, une femme de l’Ohio, soit morte après avoir reçu le vaccin. Selon Mme Hisle, la femme a développé une forte fièvre quelques heures après la piqûre et est décédée « quelques jours » plus tard. « Je suis tellement en colère pour mon amie », a-t-elle commenté, « qui pleure parce que les proches n’ont pas été autorisés à la voir avant qu’elle ne soit vaccinée« . Ils pensaient que le vaccin allait « ouvrir la porte vers la guérison » ».

Nous n’avons trouvé aucune mention de la mort de la femme de l’Ohio dans les médias ou dans les registres officiels de décès du vaccin COVID.

On pourrait supposer que si les décès consécutifs au vaccin COVID-19 peuvent être si facilement écartés ou ignorés, des blessures moins graves échapperont également à l’attention.

Le livre de propagande sur les vaccins

Le fait de rejeter par réflexe les décès et blessures suspects comme n’étant pas liés à la vaccination remet non seulement en question les données officielles sur les blessures causées par le vaccin, mais contraste aussi nettement avec l’habitude des responsables de la santé publique d’attribuer avec autorité chaque décès à la COVID-19, à condition que le défunt ait été testé positif à la COVID dans les 60 jours suivant le décès à l’aide d’un test PCR réputé pour produire des faux positifs.

En fait, l’entreprise du vaccin COVID, qui représente 48 milliards de dollars, partage trois caractéristiques communes avec chaque nouveau vaccin introduit depuis 1986 :

  • L’exagération systématique du risque lié à la maladie cible. (La société pharmaceutique appelle ce projet « Disease Branding »).
  • Exagération systématique de l’efficacité du vaccin.
  • Minimisation systématique des risques liés aux vaccins.

Exagération du risque de maladie :

Les organismes de réglementation comptent chaque décès comme un décès dû au COVID, à condition que la personne décédée ait été testée positive au COVID dans les 60 jours suivant son décès – peu importe qu’elle soit morte dans un accident de moto.

En septembre, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont admis que 94 % des personnes dont le CDC a officiellement attribué le décès au COVID avaient d’autres maladies qui auraient pu les tuer. En moyenne, les personnes décédées présentaient 2,8 comorbidités. Pourtant, dans les tableaux officiels du CDC, le CDC présume toujours que le COVID-19 a causé la mort.

Mais comme nous le voyons dans les exemples ci-dessus, lorsqu’il s’agit de blessures causées par le vaccin COVID, c’est la présomption inverse qui prévaut : la comorbidité est toujours la cause du décès – même lorsque, comme dans le cas du Dr Michaels, il n’y a pas de comorbidités connues.

Exagération systématique de l’efficacité du vaccin :

Pfizer vante un taux d’efficacité de 95% dans ses essais cliniques, mais il s’agit d’une mesure vide de sens de « l’efficacité relative » basée sur une minuscule cohorte de 94 personnes dans le groupe placebo qui ont eu des cas légers de COVID pendant les essais cliniques.

L’efficacité « absolue » ou « réelle » du vaccin au cours des essais cliniques était de 0,88%. Selon le British Medical Journal, cela signifie que les autorités sanitaires doivent administrer 155 vaccins pour éviter un seul cas de COVID léger.

Minimiser les risques liés aux vaccins :

Le véritable risque de blessure lié au vaccin continuera d’être occulté par l’habitude des responsables de la santé publique d’écarter systématiquement les blessures déclarées comme n’étant pas liées à la vaccination.

Les pratiques consistant à surestimer systématiquement la sécurité des vaccins, à sous-estimer les décès dus aux vaccins et à exagérer les risques de COVID-19 privent effectivement le public de son droit à un consentement éclairé.

Que savons-nous donc réellement du risque réel des vaccins COVID-19 ?

Les responsables de la santé publique et les porte-parole de l’industrie aiment à dire que les risques de blessures graves résultant de la vaccination sont « d’un sur un million »…

Cependant, au cours de la première semaine de distribution, les Américains ont pris 200 000 vaccins COVID et ont signalé 5 000 blessures « graves » (c’est-à-dire des journées de travail manquées ou une intervention médicale nécessaire).

Cela représente un taux de blessure de 1 pour 40 piqûres. Cela signifie que les 150 piqûres nécessaires pour éviter un cas bénin de COVID causeront des blessures graves à au moins trois personnes.

Si les essais cliniques sont de bons indicateurs, ce taux risque d’augmenter considérablement après la deuxième injection (les essais cliniques ont suggéré que presque tous les avantages de la vaccination COVID et la grande majorité des blessures étaient associés à la deuxième dose).

Nous ne connaissons pas le véritable risque de décès lié au vaccin, car les autorités de réglementation ont rendu pratiquement tous les décès invisibles en les attribuant tous à une coïncidence.

Le risque de « blessure grave » lié au vaccin COVID de Pfizer est de 1 sur 40, ce qui correspond à ce que nous savons des autres vaccins.

Depuis de nombreuses années, le ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS) maintient un système de surveillance post-homologation connu sous le nom de « Vaccine Adverse Event Reporting System » (VAERS). Même les initiés du gouvernement, comme le Dr David Kessler, chirurgien général, ont reconnu que le VAERS est un échec lamentable.

Néanmoins, c’est seulement en s’accrochant à ce système « conçu pour échouer » que les régulateurs et l’industrie ont maintenu leur prétention que les profils de risque actuels des vaccins sont acceptables.

Une étude de 2010 financée par le ministère de la santé a conclu que le VAERS a capturé « moins de 1% des blessures ». En d’autres termes, les taux réels de blessures dues aux vaccins obligatoires sont plus de 100 fois supérieurs à ce que le HHS a dit au public !

L’étude de 2010 du HHS a révélé que le risque réel d’événements indésirables graves était de 26/1000, soit un sur 37.

De même, les essais cliniques de Merck pour Gardasil ont révélé qu’une étonnante moitié des personnes vaccinées souffrait d’effets indésirables, ce que Merck a appelé par euphémisme « de nouvelles conditions médicales », et que 2,3 % des personnes vaccinées (1 sur 43) souffraient d’une maladie auto-immune dans les six mois suivant la vaccination.

De même, une étude italienne récente a révélé que 46 % des personnes vaccinées (462 événements indésirables pour 1 000 doses) ont subi des événements indésirables, dont 11 % ont été qualifiés de « graves », c’est-à-dire 38 événements indésirables graves pour 1 000 personnes vaccinées. Parmi ceux-ci figurent des troubles gastro-intestinaux graves et des « troubles neurologiques graves ». Cela correspond à un taux de blessures « graves » de 1/26.

Vera Sharav, survivante de l’Holocauste et membre de l’Alliance for Human Research Protection, a observé que « toute personne qui reçoit l’un de ces vaccins participe à une vaste expérience médicale ».

Les responsables de la santé s’accordent généralement à dire que l’octroi d’une « autorisation d’utilisation d’urgence » pour le déploiement de technologies vaccinales expérimentales avec seulement quelques semaines de tests de sécurité, deux ans avant l’achèvement prévu de la phase 2 des essais, est une grande expérience humaine, impliquant des millions de sujets.

Mais il est peu probable que les chercheurs voient tous les signaux de sécurité si un système de surveillance mal conçu laisse aux responsables locaux de la santé et aux employés de l’entreprise le pouvoir discrétionnaire d’écarter toute blessure grave comme étant sans rapport.

Source : Cogiito

DERNIERS ARTICLES

L’INGRATITUDE DE DENIS SASSOU NGUESSO

Après avoir été chassé du cercle restreint de l’empereur d’Oyo, Nianga Mbouala Ngatsé n’hésite plus de qualifier Denis Sassou Nguesso de fossoyeur de la République du Congo. DERNIERS ARTICLES

COMMENT LES FRANC-MAÇONS INSTRUMENTALISENT LES MIGRANTS MUSULMANS POUR CRÉER LE CHAOS EN EUROPE

Voici une courte vidéo dans laquelle Jean-Pierre Aussant affirme que le ciblage actuel de l’Islam n’aurait d’autre but que de détruire à la fois l’Islam et le Catholicisme. L’instrumentalisation des migrants musulmans fait partie d’une stratégie globale dans laquelle l’Islam est devenu véritablement une arme, non pas entre les mains des musulmans, mais entre cellesLire la suite

LE BILAN CATASTROPHIQUE DE MACRON EN FRANCE

Le 7 mai 2017 était élu Emmanuel Macron. Quatre ans plus tard, les Français éprouvent un sentiment très spécial : celui d’être gouvernés par un Président qui leur est hostile. Hostile à leur histoire, hostile à leur culture. Par Claude Robert. Tel un Don Quichotte en costume-cravate, Emmanuel Macron s’est engagé dans un combat contre trois ennemisLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “VACCIN CONTRE LE COVID: MORT PAR COÏNCIDENCE ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :