DOSSIERS

COVID-19: LA CRÉATION ARTIFICIELLE DES PÉNURIES DES VACCINS

Le regretté économiste et professeur à l’Université de Salamanque David Anisi a écrit en 1995 un livre intitulé « Créateurs de pénuries : Du bien-être à la peur » (Alianza Editorial). Il y expliquait que, contrairement à ce que l’on croyait, ce n’est pas la crise survenue à partir des années 1970 qui a forcé la remise en cause de l’État providence, mais plutôt l’inverse : la remise en cause de l’État providence a provoqué la crise.

par Juan Torres López.

Comme l’explique Anisi, « le temps était venu de discipliner les travailleurs. Et c’est ce qui a été fait ».

Pour ce faire, le moyen le plus efficace a toujours été de générer du chômage. Celui qui n’a pas de revenus et de moyens de subsistance n’a d’autre choix que d’accepter tout ce qu’il faut pour s’en sortir et devient ainsi fragile sur le plan personnel, mental et social, facilement manipulable et discipliné.

Pour provoquer délibérément le chômage afin de discipliner les classes ouvrières, on a appliqué des politiques basées sur la création artificielle de la rareté, en augmentant les taux d’intérêt (ce qui ralentit l’investissement productif mais enrichit en même temps les détenteurs de monnaie), en réduisant les salaires (ce qui réduit la consommation mais augmente les profits des grandes entreprises qui ont des marchés captifs) et en provoquant des déficits publics et une dette élevée (ce qui ralentit l’économie mais augmente les affaires du capital financier).

L’effet de ces politiques est le même que celui d’appuyer constamment sur les freins d’une voiture : la vitesse de croisière diminue, l’énergie dépensée est beaucoup plus importante et toute la mécanique se détériore. Dans une économie, la conséquence est que le taux de croissance de l’activité économique diminue et que le chômage augmente. Deux effets qui s’aggravent lorsque tout cela se produit, comme ce fut le cas dans les années 80 et 90 du siècle dernier, en pleine révolution technologique. Lorsque cela se produit, la productivité augmente et si cette augmentation ne s’accompagne pas d’une réduction du temps de travail et de politiques de dépenses expansives, l’effet du ralentissement est beaucoup plus important.

C’est ce que les politiques néolibérales ont provoqué et c’est pourquoi nous disons qu’elles créent artificiellement des pénuries. Elles détruisent l’ensemble de l’économie et réduisent la fourniture de biens et de services mais, comme je l’ai dit, elles profitent largement aux détenteurs du capital financier (qui s’enrichissent à mesure que la dette augmente) et aux grandes entreprises qui dominent les marchés et disposent de clients captifs ou d’une très grande masse de liquidités avec lesquelles elles s’enrichissent sur les marchés financiers.

Il peut sembler que la thèse que je viens d’exposer est trop perverse pour être vraie mais, si vous ne le croyez pas, lisez ce qu’écrit Carlos Solchaga, qui avait été un ministre de l’Économie de Felipe González, à la page 183 de son livre « La fin de l’âge d’or » (Ed. Taurus 1996) : « La réduction du chômage, loin d’être une stratégie dont tout le monde bénéficierait, est une décision qui, si elle devait être mise en œuvre, pourrait causer des dommages à de nombreux groupes d’intérêts et à certains groupes de l’opinion publique ». On ne saurait le reconnaître plus explicitement et plus clairement.

En effet, le capitalisme de nos jours est un créateur artificiel de pénurie et nous en contemplons actuellement une manifestation sanglante dans le cas des vaccins.

Lorsque la pandémie s’est propagée, les autorités mondiales ont reconnu que son remède ne pouvait être qu’une vaccination massive et très rapide de la majorité de la population mondiale.

Le président de la Commission européenne a exigé que les vaccins deviennent un bien public car « l’Union européenne a investi plusieurs milliards dans le développement des premiers ». Le Fonds monétaire international a appelé dans son rapport de janvier dernier à « la distribution universelle de vaccins … à des prix abordables pour tous »…

Or, ce n’est pas ce qui se passe, mais bien le contraire : les gouvernements des pays riches refusent que les vaccins soient produits en masse et distribués à des prix abordables dans tous les pays du monde. Les pénuries continuent d’être créées, bien que maintenant ce ne soit pas pour discipliner les classes ouvrières mais pour sauvegarder les profits et le pouvoir des grandes entreprises pharmaceutiques, dont le professeur Vicenç Navarro a décrit la nature et la stratégie il y a quelques jours dans ces mêmes pages (ici).

Pour développer des vaccins à distribution universelle, comme le demande le FMI, la collaboration de scientifiques et de producteurs de toute la planète est nécessaire, mais cela n’est possible que si les connaissances et les techniques qui les rendent possibles sont mises à la disposition de tous, ce qui est impossible tant que les brevets et les droits de propriété intellectuelle ne sont pas suspendus.

C’est ce que la grande majorité des pays, des dirigeants politiques, des organisations de toutes sortes, des centres de recherche, des personnalités, des responsables d’église… demandent depuis des mois. Et c’est ce que souhaite une grande partie de la population (73% au Royaume-Uni).

Mais, contrairement à cette opinion majoritaire, les gouvernements des pays riches (États-Unis, Union européenne, Japon, Royaume-Uni, Brésil, Canada, Norvège et quelques autres) s’y opposent constamment.

Afin de préserver les intérêts commerciaux des grandes entreprises pharmaceutiques qui produisent des vaccins (comme on pourrait le dire pour d’autres biens, dispositifs ou outils de diagnostic essentiels en cas de pandémie), cela conduit à une pénurie généralisée de vaccins, tout simplement parce que le plein potentiel des capacités de fabrication de vaccins n’est pas utilisé. Les preuves sont irréfutables :

  • Seuls 43% de la capacité mondiale actuelle de production de vaccins déjà approuvés sont utilisés (ici).
  • Les trois plus grands fabricants de vaccins ne produisent que pour 1,5% de la population mondiale, bien en deçà de leur capacité potentielle, car ils n’ont pas accès aux licences (ici).
  • Malgré les pénuries, lorsque certains fabricants proposent d’en produire, ils ne reçoivent aucune réponse des entreprises qui, avec la bénédiction des gouvernements, dominent le marché. C’est ce qui s’est passé avec l’entreprise danoise Bavarian Nordic, qui pourrait fabriquer près de 250 millions de vaccins (ici).
  • Une situation similaire se produit dans des pays comme l’Inde : l’un de ses fabricants produit des millions de vaccins mais il existe au moins vingt autres usines, et bien d’autres dans le monde, qui pourraient les produire si elles avaient accès aux licences (ici).

Tout d’abord, des milliards de personnes dans les pays les plus pauvres sont privées de la vaccination. Les pays riches (16% de la population mondiale) stockent des vaccins (60%) alors que les plus pauvres sont en rupture de stock. Fin février, le Royaume-Uni avait distribué plus de 31 doses pour 100 personnes et les États-Unis plus de 22, l’Asie dans son ensemble un peu plus de 2 et l’Afrique moins de 0,55 en moyenne dans les pays où ils étaient arrivés (ici). Un tiers de l’humanité n’a pas reçu une seule dose et, selon The Economist, plus de 85 pays ne vaccineront pas suffisamment avant 2023 (ici), tandis que les gouvernements des pays riches ont acheté trois fois plus d’unités que ce dont leur population a besoin (cinq au Canada).

Le stockage de vaccins dans les pays riches ne mettra pas fin à la pandémie, car celle-ci est mondiale et les mutations peuvent provenir de n’importe quel pays. Et c’est aussi une politique stupide car, comme je l’ai expliqué dans un article précédent, financer la vaccination dans tous les pays du monde représente 338 fois moins d’argent que les dommages causés par l’absence de vaccination (ici). Une preuve supplémentaire que les décisions économiques qui sont prises ne visent pas l’efficacité ou les économies mais l’enrichissement de quelques-uns.

La politique des pays riches est tout aussi absurde car, à terme, elle créera également un rationnement en leur sein, comme cela se passe dans l’Union européenne. Et il est également stupide de répondre aux pénuries qu’ils ont eux-mêmes provoquées en restreignant les exportations, car cela n’améliorera pas l’offre nationale ou mondiale, mais provoquera des réactions du même type qui perturberont les chaînes d’approvisionnement.

La pandémie n’est pas combattue comme les dirigeants mondiaux eux-mêmes ont dit qu’elle devait l’être, car ils ne peuvent ou ne veulent pas limiter la cupidité de quelques-uns. Une crise économique gigantesque et la perte de millions d’entreprises et d’emplois sont provoquées par la sauvegarde des privilèges des grands monopoles.

Je terminerai en citant un auteur maudit, car je pense qu’il avait parfaitement raison. Je me réfère à Frederick Engels qui a déclaré dans son ouvrage intitulé « La situation de la classe ouvrière en Angleterre » que lorsque des personnes meurent en tant que « victimes de notre désordre social et des classes qui ont un intérêt dans ce désordre », un « meurtre social » est commis.

C’est ce qui se passe actuellement avec les vaccins, et c’est pourquoi il est de plus en plus nécessaire que les crimes économiques contre l’humanité soient définis et poursuivis.

DERNIERS ARTICLES

ALAIN MARIUS NGOYA_KESSY ASSASSINÉ FROIDEMENT PAR LE DICTATEUR DENIS SASSOU NGUESSO

L’ancien Directeur de cabinet de l’opposant André Okombi Salissa a été retrouvé mort dans sa cellule de prison, alors qu’il avait été arrêté au lendemain de l’élection présidentielle de Mars 2016 sur fond de contestation des résultats publiés par la commission électorale acquise à la Dictature de Brazzaville. Décryptage dans la vidéo ci-dessous LATEST POSTS

LE VIOL DES FOULES, UN MÉTIER D’AVENIR !

Petit survol des entreprises de décérébration des esprits du nouvel ordre mondial. Pour se donner une légitimité dans l’air du temps, ce groupe était supposé traquer les contenus racistes, antisémites, homophobes et sexistes. Curieusement, les djihadistes ne faisaient pas partie des « méchants »… Quinze mois plus tard, ce sont les thérapies du professeur Raoult qui furentLire la suite

GRANDE-BRETAGNE: 60 À 70% DES VICTIMES DE LA TROISIÈME VAGUE SERAIENT DES PATIENTS VACCINÉS

La Grande-Bretagne, qui est le pays européen à avoir la plus grande proportion de sa population ayant reçu un vaccin anti-Covid, se prépare malgré tout comme ses voisins à prolonger les restrictions pour faire face à une « troisième vague ». par Rodolphe Bacquet L’annonce a été faite cette semaine par le premier ministre Boris Johnson. Doit-on yLire la suite

A QUOI BON SE FAIRE VACCINER ?

par Charles ANDRÉ Alors que Nice se targue d’avoir « battu le record » journalier de vaccinations (lire Vaccination contre la Covid-19 : le record de France a été battu à Nice avec plus de 5.300 personnes au rendez-vous), qu’il nous soit permis de nous questionner : POURQUOI toutes ces personnes se font-elles ainsi vacciner ? 1) Les personnes vaccinées ne sont pas dégagées des restrictions de libertés imposées parLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

1 comment on “COVID-19: LA CRÉATION ARTIFICIELLE DES PÉNURIES DES VACCINS

  1. cette plandémie est une arnaque !
    je ne veux pas de ces vaccins !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :