DOSSIERS

RECONFINEMENT: NOUS SOMMES DES HUMAINS, PAS DES HAMSTERS

C’est toujours au nom de la pression hospitalière que sont décrétées des mesures liberticides. Aucune leçon n’a été tirée depuis un an.

Par Nathalie MP Meyer.

Que tous les antiracistes de combat me pardonnent : je ne suis pas noire et pourtant je vais me risquer à traduire ici les premiers mots du texte composé et récité par la jeune poétesse Amanda Gorman lors de l’investiture du nouveau Président américain Joe Biden. Car s’ils furent évidemment écrits dans un contexte qui n’a rien à voir avec la pandémie de Covid-19, ô combien ils s’appliquent tristement au drame de la vie limitée que nous subissons en France de confinement en confinement depuis un an !

« When day comes, we ask ourselves : where can we find light in this never-ending shade ? »

Chaque jour qui point réveille notre question : où trouver la lumière dans cette nuit sans fin ?

Ce matin du samedi 20 mars 2021 ne fait pas exception. Loin de signifier la lumière du retour à la vie, il marque au contraire le prolongement de la nuit sans fin – en clair, le recours renouvelé aux méthodes liberticides et absurdement pointilleuses de restriction des mouvements privilégiées par le gouvernement pour faire reculer le Coronavirus – sans grand succès, faut-il le souligner une nouvelle fois ?

Nous avons donc subi pendant quelques jours l’habituelle danse macabre médiatique autour des hypothèses les plus sombres qui fait que tout durcissement passerait presque pour une faveur spéciale des autorités.

RECONFINEMENT, ÉVIDEMMENT

Puis la sublime décision est tombée : le Premier ministre a en effet annoncé que seize départements représentant pratiquement le tiers de la France rempilaient à partir du 20 mars et pour au moins quatre semaines dans une formule de confinement baptisée « freinage » qui renoue avec le charme douteux des attestations dérogatoires de sortie et le sketch kafkaïen de la définition bureaucratique d’un produit de première nécessité.

Comme précédemment, on ferme à nouveau des milliers de commerces, à la stupéfaction totale des associations professionnelles de commerçants qui discutaient plutôt conditions de réouverture avec le gouvernement ; comme d’habitude, on s’abrite derrière « l’équité » pour fermer aussi les rayons non essentiels des grandes surfaces.

Pour faire bonne mesure, le porte-parole du gouvernement nous promet sans surprise abondance de carottes et de coups de bâton pour nous disposer à une obéissance citoyenne de bon aloi. Le « quoi qu’il en coûte » va continuer de plus belle, les sanctions renforcées pour les récalcitrants au télétravail ou au respect des jauges également. Et tant pis pour le désastre psycho-socio-économique qui s’annonce de plus belle dans un remugle de dette publique incontrôlée, de chômage, de faillites et de vies devenues insupportables.

RECONFINEMENT, MAIS VOUS AVEZ LE DROIT DE VOUS ÉBROUER UN PEU

Mais souriez, malheureux confinés : le couvre-feu est retardé d’une heure, les coiffeurs restent ouverts et vous pourrez « prendre l’air » dans un rayon de dix kilomètres autour de votre domicile ! Qui oserait dire que le gouvernement n’apprend pas de ses expériences passées ? Qui oserait prétendre qu’il n’a pas à cœur d’assurer le bien-être maximal de ses administrés au plus profond de l’adversité ?

Depuis l’Élysée, Emmanuel Macron est arrivé à la présidentielle conclusion que les Français devaient s’aérer – après avoir lancé sans réserve ses drones, ses hélicoptères et ses policiers sur les promeneurs lors des précédents confinements, mais passons.

Aussitôt dit, aussitôt fait : l’administration s’est empressée de déterminer un rayon au sein duquel le citoyen infantilisé, que dis-je, domestiqué façon « hamster dans sa roue » serait autorisé à s’ébrouer sous le regard fier et heureux du paternalisme étatique.

Cher Président, cher M. Castex, cher M. Véran, si votre objectif est bien de juguler la pandémie de Covid et de rendre aux Français les libertés de vivre qui étaient les leurs il y a maintenant plus d’un an, j’aimerais vous dire deux choses.

D’abord que nous sommes des êtres humains, pas de pauvres petits hamsters fragiles soumis au rayon de votre bon vouloir. Comme vous, nous sommes des êtres responsables ; comme vous, nous sommes doués d’une certaine intelligence des choses et des circonstances ; comme vous, nous nous informons et réfléchissons ; et comme vous, nous avons appris des événements sanitaires et économiques de cette année écoulée.

Pour reprendre cet exemple du « grand air » qui semble vous préoccuper aujourd’hui, cela signifie que nous sommes parfaitement capables de savoir par nous-mêmes, sans l’intervention de votre toute relative sagesse supérieure, où, quand et comment nous « aérer » sans nous mettre en danger et sans mettre autrui en danger. De la même façon, depuis un an que le Covid nous environne, nous avons très bien compris où, quand et comment faire acte d’une judicieuse distance sociale.

Et qu’on ne vienne pas dire : oui, mais « les autres » (les jeunes, les vieux, les Parisiens, les provinciaux, tout le monde sauf soi, en fait) ne respectent rien. Il a été mille fois montré que les obligations et interdictions sont d’une part abondamment contournées et qu’elles ont d’autre part pour principal effet de déresponsabiliser. Elles appellent au respect aveugle d’une norme par nature incapable de tenir compte de toutes les nuances des circonstances, pas à l’utilisation de la faculté de discernement de tout un chacun.

À PROBLÈME MÉDICAL, SOLUTIONS MÉDICALES, ET NON POLITIQUES

Et j’aimerais vous dire deuxièmement que le Covid-19 est un problème médical, une maladie qui appelle des réponses médicales, pas une sorte de malédiction diabolique à laquelle on ne pourrait échapper que par des incantations et des sacrifices populaires sans grand rapport avec les dommages qu’on souhaite éviter ou réparer.

Il y a un an, un coronavirus inconnu mais apparemment sévère, voire mortel dans certains cas, a fait irruption dans nos vies. Qu’on ait commencé par des mesures de quarantaine généralisée pour s’en protéger n’était pas sans une certaine logique, en attendant d’en savoir plus.

Or tout se passe aujourd’hui comme si l’expérience accumulée n’avait servi à rien. Comme si l’on ne savait toujours pas où sont les risques – personnes âgées, personnes souffrant d’obésité ou de diabète, essentiellement. Comme si l’on n’avait pas dû faire dès le départ le dur constat que notre système de soins n’était pas à la hauteur et devait impérieusement s’adapter.

Résultat, depuis un an le gouvernement bouge ses curseurs de couvre-feu, de confinement, de produits essentiels et de rayon de sortie au grand air en les accommodant à la sauce faussement humaniste d’un « quoi qu’il en coûte » dont on apprend maintenant, comme on pouvait s’y attendre venant d’une administration qui dépense l’argent des autres pour les autres, qu’il est fortement chargé en gaspillages et autres effets d’aubaine – que nous devrons tous payer un jour, soyez-en sûrs.

Mais dans le même temps, rien ou presque n’a été fait du côté médical.

Le cafouillage initial sur les masques s’est transformé en cafouillage actuel sur la campagne vaccinale, campagne que le gouvernement s’est empressé de rendre encore plus suspecte en se rangeant à toute vitesse derrière l’Allemagne (assez peu rationnelle en l’occurrence) et derrière le principe de précaution pour suspendre pendant quatre jours l’utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Coronavirus sur des présomptions de risque de thrombose.

Parallèlement, le manque initial de lits en réanimation qui nous a obligés dès le départ à transférer des malades en Allemagne n’a pas été comblé, ni par une politique de transferts locaux efficaces incluant le secteur privé ni par un élargissement temporaire des capacités d’accueil (capacités qui, semble-t-il, existent en Île-de-France mais demeurent inutilisées).

C’est donc toujours au nom d’une pression hospitalière intenable qui a beaucoup plus à voir avec l’incapacité bureaucratique de l’hôpital public à se réinventer en fonction des circonstances et à affecter ses ressources là où elles sont nécessaires qu’avec la gravité réel du Coronavirus que sont décrétées des mesures liberticides qui affectent profondément toutes les dimensions de la vie de millions de personnes.

Et c’est ainsi que l’on prépare à coup sûr le prochain confinement des hamsters puisque rien de sérieusement médical n’aura été entrepris entre temps. Pas acceptable dans un pays qui n’a de cesse par ailleurs de se prétendre héritier des Lumières et de la Liberté.

DERNIERS ARTICLES

LA PANDÉMIE PLANIFIÉE EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ – DOCTEUR MCCULLOUGH DIT: « LES VACCINS COVID ONT DÉJÀ TUÉ JUSQU’A 50000 AMÉRICAINS »

Dans une entrevue extraordinaire la semaine dernière, le Dr Peter McCullough, le professeur américain de médecine et vice-chef de médecine interne à l’Université Baylor, a déclaré que le monde a été soumis à une forme de bioterrorisme, et que la suppression des premiers traitements pour Covid-19, comme l’hydroxychloroquine, « était étroitement lié au développement d’un vaccin ». LeLire la suite

12 MORTS DU COVID EN BELGIQUE: TOUS ÉTAIENT VACCINÉS

Source : infodujour.fr Par Infodujour Intrigante épidémie de Covid au sein de la maison de repos « Nos Tayons » à Nivelles en Belgique. Qui interroge les scientifiques. Par Jean-Michel Wendling . L’établissement belge a vu une vague de résidents infectés malgré une vaccination complète conduite avec double dose en janvier de cette année. Selon la directriceLire la suite

CEQUE JE SAIS ET CE QUE JE NE SAIS PAS SUR LE VIRUS SRAS-CoV-2

Après quinze mois de lecture, d’étude, d’observation et de recherche assidues, j’en suis arrivé à quelques conclusions sur ce qu’on appelle le COVID-19. Source : Centre de Recherche sur la Mondialisation Par Edward Curtin Je tiens à souligner que j’ai fait ce travail obsessionnel car il semblait si important. J’ai consulté des informations et des arguments surLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “RECONFINEMENT: NOUS SOMMES DES HUMAINS, PAS DES HAMSTERS

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :