CULTURE

« LE SATANISME EST LA FORME MODERNE DE LA SORCELLERIE »

« Le satanisme est la forme moderne de la sorcellerie. »

S’il fallait une preuve indiscutable que […] la croyance aux forces du mal n’a pas totalement disparu, on la trouverait sans difficulté dans la présence
au sein de chaque diocèse de France d’un prêtre exorciste. Francis Attard, Au rendez-vous de l’étrange, 1984 Il est caractéristique de l’imaginaire occidental
d’associer la figure du sorcier avec celle du Malin. Le sorcier est généralement celui qui a des accointances avec le démon : satanisme* et sorcellerie se confondent donc en grande partie dans le contexte occidental.

Le fait est historiquement attesté : la « démonomanie » a envahi une grande partie de l’Europe entre le XVe et le XVIIe siècle. Les forces du mal se trouvent alors
personnifiées à travers la figure diabolique, et les auteurs du XVIIe siècle rivalisent d’imagination pour voir se manifester un peu partout des « diableries » et autres « choses épouvantables ». Si l’image du diable apparaît très tôt dans les doctrines et la symbolique monothéiste, ce dernier ne cristallise les forces du mal qu’au XVe siècle. Le diable est présent dans l’Ancien Testament mais ne s’avère
pas l’ennemi de Dieu. C’est avec le christianisme qu’il devient la figure inversée de la divinité monothéiste, apparue tardivement dans l’iconographie religieuse (à partir des Xe et XIe siècles). Si nombre de civilisations ont développé en des temps reculés de l’histoire des croyances démonologiques* des textes hindouistes, les djinns de l’islam, le démon boiteux Asmodée du judaïsme…), seul l’Occident
monothéiste à fait du Démon le pivot d’un culte particulier, celui de Satan, qui s’inscrit dans la frénétique démonomanie de la Renaissance. Si le qualificatif « satanique » existe depuis le XVe siècle (mais d’usage limité avant le XVIIIe), le terme de « satanisme » n’apparaît néanmoins qu’au XIXe siècle (vers 1855).
Sous la dénomination de « satanisme » se révèle en réalité une multitude de croyances et de manifestations qui n’ont pour seul point commun que de se
reconnaître dans la référence à la figure satanique.

Le satanisme, qui n’était au départ qu’un motif de procès en sorcellerie, est devenu une pratique religieuse à part entière. Il s’est récemment manifesté en Europe de différentes manières : on se souvient des assauts menés (sans grand succès) par l’Église catholique contre l’affichage de signes sorciers lors des premières organisations de la fête de Halloween, ou, auparavant, contre les affiches du film Batman. Une tout autre manifestation est apparue sous la forme d’une demande en reconnaissance du satanisme au titre de « religion ».

À l’automne 2004, la marine britannique a autorisé l’une de ses recrues à pratiquer le satanisme – sous réserve de ne pas se livrer à des sacrifices* d’animaux. Aussi insolite qu’il puisse paraître, ce fait n’a en définitive rien de bien étonnant. Tout d’abord, parce la sorcellerie et le satanisme renaissent depuis près d’un siècle et demi sous de nouvelles formes dans le monde occidental, avec des figures remarquées d’une magie* occidentale contemporaine.

Ensuite, certains de ces mouvements contemporains s’efforcent de faire sortir le satanisme d’une clandestinité dans laquelle il était auparavant confiné. Ce satanisme « moderne » a conservé quantité des attributs de son prédécesseur historique : sa figure divine (le diable), ses symboles (pentagramme, numérologie) ses pratiques (rites nocturnes et « sacrificiels ») tout en s’efforçant de devenir plus actuel en s’inspirant de valeurs et de pratiques tout à fait contemporaines. Il se fait alors culte d’une nature sauvage et des comportements spontanés s’érigeant comme le miroir inversé d’une religion qui a fondé une société domestiquée où les comportements sont policés et soumis au contrôle des instances politiques et religieuses.

Alors que, virtuellement, seule la religion comme institution est porteuse de doctrines ou d’idéologies, la sorcellerie est plutôt une nébuleuse aux contours imprécis constituée d’éléments disparates, qu’il est difficile de réunir en système et encore plus comme support de doctrines et d’idéologies précises – à l’exception de celles qui lui ont été attribuées par les instances religieuses. L’une des formes de satanisme les plus ostensibles dans le monde anglo-saxon est l’Église de Satan. Fondée par l’Américain Anton Szandor Lavey, auteur d’une Bible satanique (1966), il n’aurait plus rien des pratiques sanglantes et orgiaques attribuées au culte médiéval – du moins selon ce qu’affirment ses partisans.

Il est charnel, individualiste, intéressé par les choses de ce monde puisque celles de l’autre monde, l’audelà des monothéismes, serait une illusion. La posture
anti-religieuse adoptée par le satanisme contemporain ne tranche pas radicalement avec celle des siècles précédents : le satanisme se veut subversion, mouvement revivaliste à la recherche d’un antique rapport à la nature, auparavant dénigré comme signe de la sauvagerie et combattu par l’Église, réhabilité de manière générale par les groupes néo-païens*.

Si les pratiques sont apparemment les mêmes, le satanisme ne saurait être confondu avec la sorcellerie (occidentale). La forme d’une « église » est historiquement, dans le contexte occidental, étrangère à la sorcellerie. Seul le satanisme a été considéré comme tel, lors des grands procès du XVe au XVIIe siècle. Ainsi, la volonté de Lavey de formuler une « bible » montre bien qu’il s’agit là d’un nouvel alignement sur le modèle chrétien pour mieux s’y opposer : en clair, ce satanisme se veut religion contre une autre religion officielle, tout en prenant à la fois le contrepied et la forme de celle-ci. La réémergence du satanisme peut être vue comme une réaction à une société « trop » judéo-chrétienne, mais l’explication est trop simple. Certes, le satanisme contemporain s’affirme comme une réaction contre la religion officielle : mais il surgit dans un contexte particulier, celui des années 1960, nourries aux mouvements de contre-culture (beatniks, hippies) et aux influences extrême-orientales, dont il devait d’ailleurs se singulariser : le satanisme a permis de rétablir une antique relation entre les Églises et un ennemi historique tout désigné, écartant ainsi (temporairement) de ses préoccupations la question de la concurrence de ces mouvements venus d’Orient – qui s’avèrent pourtant, à l’heure actuelle, bien plus aptes à « détourner » les paroissiens du droit chemin, qu’un satanisme encore
très marginal au plan statistique. C’est encore sur un plan autre que religieux que le satanisme s’est révélé une menace.

Aux États-Unis, depuis les années 1980, une quantité croissante de meurtres sont attribués aux satanistes – comme l’ont été les meurtres ourdis par Charles Manson, dont l’une des plus fameuses victimes, l’actrice Sharon Tate, était la compagne de Roman Polanski, réalisateur du film Rosemary’s Baby, à la thématique satanique. En Europe, également, le satanisme actuel revêt des formes inquiétantes : il flirte parfois avec des idéologies extrémistes. Cette association entre sorcellerie et idéologie politique tient à l’identification de certains mouvements d’extrême droite à un « néo-paganisme* » auquel ils confèrent des racines culturelles « pures » (parce que préchrétiennes) antérieures au « cosmopolitisme » contemporain du continent européen.

Les travaux de Sherrill Mulhern sur le satanisme
sont particulièrement instructifs : l’anthropologue montre que l’augmentation de la criminalité (aux États-Unis) s’explique de plus en plus en référence à des troubles de la personnalité attribués à des rites sataniques, et qu’elle convoque massivement les psychologues et psychiatres, conduisant alors (avec l’appui de journalistes) une véritable « chasse aux sorcières ».

Quatre siècles plus tard, sur un autre continent, ce sont encore et toujours les mêmes arguments et les mêmes batailles qui sont livrées (même si les acteurs sont un peu différents) entre les forces de la norme et celles de la subversion. On peut pourtant conclure que le satanisme peut effectivement être considéré, pour plusieurs raisons, comme une forme « moderne » de la sorcellerie. Si l’image du diable est ancienne, le satanisme n’est en effet apparu qu’assez tardivement dans le christianisme, en des temps que les historiens qualifient de « modernes ».

La résurgence de formes contemporaines (mais transformées) du satanisme montre ensuite que les « cultes lucifériens », comme les dénomment leurs détracteurs, loin de succomber devant l’avancée d’une modernité techniciste et rationaliste, prospèrent au contraire simultanément. Si le satanisme est, enfin, une variante occidentale de la sorcellerie, ses expressions contemporaines ne sauraient être confondues avec des formes anciennes, malgré le recours à une symbolique et un rituel identique : le satanisme de la Renaissance apparaissait sous une forme imaginaire et comme modèle inversé d’un christianisme dominant, le satanisme contemporain sous une forme bien concrète et à la fois comme emblème d’une « résistance » idéologique et parfois politisée aux valeurs judéo-chrétiennes et comme un animisme* moderne des forces de la nature.

Chère lectrice, cher lecteur,
Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias :

  • Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
  • Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
  • Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Toute la Rédaction JEMINFORMETV.COM vous remercie.

Par virement bancaire

N26 BANK GMBH
Code SWIFT NTSBDEB1XXX
DE06 1001 1001 2628 1540 81

DERNIERS ARTICLES

LES TERRIFIANTES VÉRITÉS SUR LES VACCINS COVID À ARNm: LE CRÉATEUR DE LA VACCINATION ARN PASSE AUX AVEUX

Pour éviter de se faire taper dessus car souvent les titres sont accrocheurs et un peu inexacts. Malone est le créateur d’injections à ARN pour soigner certaines maladies (cancers etc…) pas spécialement pour prévenir une maladie rôle attribué dans le langage commun à ce qu’on appelle “vaccins”.Et c’est pour cela qu’il avait alerté les autoritésLire la suite

LE VARIANT DELTA EN CHIFFRES

par Gérard Maudrux. Qu’en est-il de ce variant, dont on nous dit qu’il est plus contagieux, plus ou moins méchant, ne touchant que les non vaccinés, ou autant les vaccinés que les non vaccinés ? 1 000 fois plus contagieux selon notre ministre qui prend de plus en plus l’habitude de citer des chiffres qui neLire la suite

COVID-19 EN FRANCE: IL BRÛLE SON PASS SANITAIRE

Réveillez-vous pour l’honneur et l’avenir des générations futures. Si rien n’est fait votre liberté ne sera plus qu’un lointain souvenir. Chère lectrice, cher lecteur,Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias : Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenonsLire la suite

LES BRITANNIQUES VACCINÉS MEURENT PLUS DU COVID-19 QUE LES BRITANNIQUES NON-VACCINÉS

Ceci est une traduction du site universitaire The Conversation : une source incontestable que l’on ne pourra pas qualifier de « complotiste » ! Seuls les sous-titres ont été rajoutés. Quelle est la cause de la mortalité malgré les vaccins ? Les vaccins contre le coronavirus réduisent le risque de contracter le COVID-19 et réduisent considérablement le risque deLire la suite

OUTILS JURIDIQUES CONTRE LES DISPOSITIONS ANTI-COVID

Par Me DE ARAUJO-RECCHIA Mesdames, Messieurs, Je suis désolée de ne pas pouvoir répondre à l’ensemble des demandes, que je reçois actuellement. Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous, un ensemble d’éléments juridiques non exhaustifs susceptibles de vous aider à résoudre les problématiques rencontrées personnellement ou professionnellement concernant le pass sanitaire ou l’injection quiLire la suite

CORONAVIRUS: LES VACCINS PFIZER « DÉTRUISENT » TOUS LES SYSTÈMES DU CORPS HUMAIN

Les vaccins Pfizer « Détruisent tous les systèmes du corps humain », avertissent des experts israéliens de la santé Source : numidia-liberum.blogspot.com Le Comité du peuple israélien (IPC), un groupe d’experts israéliens de la santé dirigé par des citoyens, a publié son rapport d’avril émettant un avertissement urgent selon lequel le vaccin Pfizer / BioNTech endommage pratiquement tousLire la suite

LE VACCIN PFIZER CONTRE LE CORONAVIRUS AFFAIBLIT LE SYSTÈME IMMUNITAIRE INNÉ D’APRÈS LE DIRECTEUR DU PROGRAMME DE VACCINATION DU ROYAUME-UNI

Le directeur du programme de vaccination du Royaume-Uni reconnaît que le « vaccin » Pfizer affaiblit le système immunitaire inné Chère lectrice, cher lecteur,Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias : Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni àLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “« LE SATANISME EST LA FORME MODERNE DE LA SORCELLERIE »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :