DOSSIERS

COVID: CECI N’EST PAS QU’UN MASQUE

Le débat autour de l’obligation du port du masque néglige de prendre en compte la signification sociale du geste ainsi que les considérations éthiques de respect de la diversité des opinions en matière de tolérance au risque.

Par Gabriel Lacoste, depuis le Canada.

Durant le mois d’avril au Québec, j’ai reçu la directive, au travail, soit de fermer ma porte, soit de porter mon masque en tout temps, même si mon plus proche collègue se trouve à 20 mètres de moi. Le courriel précisait que la consigne venait de la commission nationale sur les normes du travail du Québec.

Au même moment, le gouvernement du Québec avait adopté discrètement une directive nous obligeant de porter un masque en plein air « dès qu’un groupe de plus de deux personnes ne résidant pas à la même adresse pratique une activité sportive ou récréative. »

C’est la première fois durant cette pandémie que je me suis senti profondément humilié par les autorités et leurs soutiens.

Ils me disent que « c’est un petit effort demandé pour sauver des vies ». Justement, non. Ce n’est pas que cela.

LES FONDEMENTS SCIENTIFIQUES

L’OMS, puis les autorités ne recommandaient pas le port du masque en début de pandémie, puis soudainement, leur discours a complètement changé.

Depuis, des « études » ont été produites pour en démontrer l’utilité et ont été relayées largement par les médias.

Comme c’est habituellement le cas, il s’agit d’observations corrélationnelles entre l’application du port du masque et la diminution du nombre de cas.

Quiconque a une solide culture scientifique doit savoir que cette méthodologie est pauvre car il est facile de mener à la conclusion désirée en choisissant judicieusement les faits corrélés.

Dans le cas des mesures sanitaires, c’est d’autant plus difficile à évaluer que l’obligation de porter un masque accompagne un ensemble d’autres changements de comportements. Il est donc difficile d’isoler l’impact de chacun d’entre eux.

Le rationnel théorique en défense du port du masque est qu’il bloque l’envoi de gouttelettes dans l’air, en présumant que le Covid-19 se transmet par elles. Le masque ne nous empêche pas de renvoyer des particules d’air autour de nous, car celles-ci passent à travers les mailles. Et pour qu’il soit efficace contre ces gouttelettes, il faut éviter de le toucher, puis de se frotter les yeux, la bouche ou le nez. Or, l’écrasante majorité de ceux qui le portent ne respecte pas cette règle.

Cela dit, la recherche durant la pandémie a mené à la conclusion que le virus se transmet davantage par de très petites particules, les aérosols, que par les gouttelettes.

Face à cette information, nous pouvons alors raisonnablement nous demander si le masque est efficace. Logiquement, il devait bloquer l’envoi de larges gouttelettes autour de nous. Maintenant que nous savons que le Covid-19 peut circuler dans l’air au moyen d’aérosols minuscules, cela signifie qu’il peut facilement passer à travers le masque, non ?

Les chercheurs s’abstiennent de tirer cette conclusion. Pourtant, l’étude d’une cluster en milieu hospitalier a montré que l’utilisation des moyens de protection les plus rigoureux ne l’ont pas empêché, appuyant ainsi la thèse que le virus passait au travers.

De plus, il existe très peu de preuves attestant de la transmission en plein air. Alors, pourquoi l’obliger dans un parc ? N’est-ce pas un moyen d’encourager les gens à rester chez eux et donc d’augmenter leur risque ? D’ailleurs, le gouvernement du Québec a reculé sur cette question.

LA SIGNIFICATION SOCIALE

Si le masque a une fonction, elle n’est pas que physique mais aussi psychologique. Elle donne à chacun l’illusion d’avoir un contrôle sur ce qui lui fait peur, un peu comme les danses de la pluie, les prières ou les rituels vaudou. Les politiciens peuvent ainsi, à moindre coût, donner aux gens l’impression qu’ils agissent.

Cependant, l’effet peut très bien être l’inverse. Au même titre que le nettoyage compulsif des surfaces peut alimenter la peur des surfaces, le port du masque peut contribuer à nourrir une atmosphère anxiogène et donc participer d’une stratégie de communication des autorités pour maintenir la vigilance de la population. Il n’est donc même pas clair que le port du masque contribue à rassurer, mais plutôt à faire paniquer.

Le masque a aussi une fonction de trappe argumentaire.

Il est utile pour discréditer la dissidence aux mesures sanitaires. L’État nous a imposé beaucoup depuis un an, puis la gravité de ces restrictions varient. Annuler des rendez-vous de dépistage du cancer (ici et ici), fermer des commerces, confiner des personnes âgées, isoler des populations entières et culpabiliser des enfants de voir leurs parents en constituent les offenses les plus graves.

Nous masquer en public, c’est moins pire. Au fond, l’inconfort du masque est faible par rapport au bienfait imaginé sur autrui.

Lors d’un débat avec un dissident aux mesures, il est plus efficace de l’attaquer sur la question du masque, puis de passer sous silence le reste… C’est un vieux truc : attaquer le point le plus faible de notre adversaire. Il est plus pratique d’étiqueter son adversaire d’anti-masque que d’anti-confinement ou d’anti-panique.

En même temps, c’est aussi une manière de marquer l’adhésion aux mesures. Contraindre une population à le porter équivaut à faire passer le message : « je reconnais la gravité de la situation et j’appuie mon gouvernement. » C’est l’équivalent de nous obliger à porter un slogan publicitaire.

ÉTHIQUE DU PORT OBLIGATOIRE DU MASQUE

Ces nuances sont importantes pour comprendre avec respect l’opposition au port du masque obligatoire.

La capacité objective de bloquer les gouttelettes ou de réduire les infections n’est qu’un aspect de la question. Le calcul des coûts/bénéfices médicaux d’une obligation s’appuie essentiellement sur une éthique utilitariste réduisant les individus à un simple instrument pour la santé générale.

Il existe pourtant des actions moralement répréhensibles même si elles sont utiles à la santé, précisément parce que nous ne voulons pas vivre dans un monde où notre existence et nos droits dépendent essentiellement des calculs d’experts travaillant dans des hôpitaux ou des universités.

Le raisonnement moral autour du port du masque affirme que s’en abstenir équivaut à un homicide involontaire ou une négligence criminelle. Il est légitime de l’obliger comme de nous empêcher de tenter un homicide ou de conduire une voiture en état d’ébriété.

Or, l’incertitude entourant l’efficacité des mesures ainsi que les faibles probabilités de réellement causer la mort de quelqu’un en ne portant pas de masque sont des éléments à prendre en compte. La tolérance au risque varie d’un individu à l’autre. Il est donc essentiel d’établir ces règles dans le cadre d’un dialogue respectueux.

L’utilisation constante des insultes par les journalistes, la gouvernance par décret, l’infantilisation des masses par les autorités sont des façons humiliantes de justifier ces restrictions. Or, refuser de porter un masque est une réponse symbolique à cette humiliation.

Il est vrai que chacun a l’obligation de prendre en compte les risques qu’il fait peser sur la santé d’autrui. Cependant, en matière de tolérance au risque la diversité d’opinions oblige aussi chacun à traiter avec respect ceux qui sont du côté libéral de ce spectre.

Dans la sphère publique, le port du masque demeure une restriction mineure avec laquelle nous pouvons composer par respect pour ceux dont la tolérance au risque est plus faible. Cependant, pour susciter l’adhésion à cette règle, il est nécessaire d’en passer par un dialogue respectueux envers la dissidence.

En contrepartie, lorsque les efforts des autorités s’étendent dans la moindre sphère privée, s’acharner sur le port du masque dans notre espace de travail ou dans les parcs, la légitimité de cette obligation est moindre. Pourquoi ? Parce que, dans cette sphère, les individus négocient entre eux ce risque. Si je rencontre mon ami dans un parc, nous sommes tous les deux conscients du risque et les acceptons. Si quelqu’un vient me visiter, il se sera lui-même informé des risques que je prends et aura fait un choix en conséquence. Nous demeurons donc des adultes consentants. Et si quelqu’un ne s’informe pas des risques, c’est son choix.

Certains vont répliquer que nos choix imposent un fardeau aux autres via nos hospitalisations. C’est la conséquence directe d’un système de santé publique et  universel que nous n’avons pas forcément choisi. Personnellement, si je pouvais payer davantage pour mes risques d’hospitalisation moyennant un respect plus grand de mes priorités en matière de coûts/bénéfices, je le ferais.

J’accepterais également de ne pas être prioritaire pour une hospitalisation en échange de ma liberté. Seulement, je n’ai pas le choix. Dans ce cas, mon droit d’imposer des fardeaux supplémentaires sur ce système n’en sont que la conséquence logique et vous ne pouvez pas m’en attribuer la faute.

Soutenir notre rédaction en faisant un don

Chère lectrice, cher lecteur,
Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias :

  • Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
  • Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
  • Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Toute la Rédaction JEMINFORMETV.COM vous remercie.

Par virement bancaire

N26 BANK
Code SWIFT NTSBDEB1XXX
DE06 1001 1001 2628 1540 81

DERNIERS ARTICLES

LES TERRIFIANTES VÉRITÉS SUR LES VACCINS COVID À ARNm: LE CRÉATEUR DE LA VACCINATION ARN PASSE AUX AVEUX

Pour éviter de se faire taper dessus car souvent les titres sont accrocheurs et un peu inexacts. Malone est le créateur d’injections à ARN pour soigner certaines maladies (cancers etc…) pas spécialement pour prévenir une maladie rôle attribué dans le langage commun à ce qu’on appelle “vaccins”.Et c’est pour cela qu’il avait alerté les autoritésLire la suite

LE VARIANT DELTA EN CHIFFRES

par Gérard Maudrux. Qu’en est-il de ce variant, dont on nous dit qu’il est plus contagieux, plus ou moins méchant, ne touchant que les non vaccinés, ou autant les vaccinés que les non vaccinés ? 1 000 fois plus contagieux selon notre ministre qui prend de plus en plus l’habitude de citer des chiffres qui neLire la suite

CORONAVIRUS: LE PAPE FRANÇOIS VA EN CROISADE CONTRE LES NON-VACCINÉS

Le Vatican et la conférence épiscopale italienne : croisade contre les non-vaccinés anti-covid par Francesca de Villasmundo. Le vaccin anti-covid, le nouveau sauveur de l’humanité ? À l’évidence, la réponse est « oui » pour le Vatican et la Conférence épiscopale italienne qui construisent un mur contre les non-vaccinés. Étrangement, voilà que l’hôte du Vatican qui n’aLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

À propos jeminformetv

JEMINFORMETV.COM, est une chaîne d'information web, consacrée à l'actualité africaine et internationale. JE M’INFORME TV (JMTV ) a été créée en 2017. Documentaires - Reportages - Émissions "UN ŒIL SUR LE WEB" S'INFORMER - S'ABONNER - PARTAGER

0 comments on “COVID: CECI N’EST PAS QU’UN MASQUE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :