DOSSIERS

LA PANDÉMIE DE COVID: LE TRAVAIL DES PSYCHOLOGUES CRIMINELS ?

Herbert Ludwig, auteur, pédagogue Waldorf de longue date et greffier, qualifie les événements actuels du Covid de « lutte pour la conscience de l’homme ». La population est plongée dans une non-réalité par la politique et les reportages trompeurs, et son sens de la vérité est gravement endommagé. Elle perd ainsi sa capacité de jugement pour les sujets publics ou politiques. Les gens ont perdu l’habitude d’analyser les informations venant de l’extérieur avec leurs propres pensées. Ainsi, aucun processus de prise de conscience n’a plus lieu.

Parallèlement, la politique et les médias diffusent constamment des mensonges unilatéraux, de sorte que la population est plongée dans une sorte d’« hypnose ». Ce qui est fatal, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de mensonges isolés, mais que les contextes globaux plus larges sont détournés. L’individu ne peut plus faire la différence entre le vrai et le faux et devient manipulable, comme une marionnette. Le médecin et psychanalyste néerlandais Joost Meerloo a expliqué en 1956 le fonctionnement de ce type de contrôle dans son livre « The Rape of the Mind » (Le viol de l’esprit).

Meerloo s’est intéressé de près aux techniques de contrôle mental et de lavage de cerveau. Il a décrit une méthode de contrôle des masses : la mise à mort systématique de l’esprit humain et de la pensée libre, également appelée menticide. Une société est préparée au menticide par la diffusion intentionnelle de la peur. Une stratégie particulièrement efficace pour induire la peur consiste à déclencher des vagues de terreur. La technique des vagues de terreur peut être représentée par un schéma d’escalade de vagues, où chaque période de peur est suivie d’une période de calme, que la « terreur » en question soit réelle ou fictive. Après une courte période de calme, le niveau de menace augmente à nouveau, chaque cycle de peur étant plus intense que le précédent.

Des rapports contradictoires, des recommandations inutiles et des mensonges sans scrupules sont utilisés intentionnellement, car cela augmente la confusion. Plus une population est confuse, plus l’état de peur et de panique est important, ce qui réduit la capacité de la société à faire face à la crise. De telles vagues de peur et de confusion caractérisent également la crise permanente du Covid. Elles empêchent la population de percevoir comme il se doit les faits qui pourraient faire s’effondrer l’ensemble du récit de Covid. Nous rappelons trois faits de ce type tirés des médias de service public : 1. En octobre 2020, le Dr Andreas Gassen, président du conseil d’administration de l’Association fédérale des médecins conventionnés, a déclaré sur la chaîne de télévision ARD : « En Allemagne, il n’y a pas de surmortalité. Cela signifie en bref qu’il n’y a pas plus de décès que dans une année normale sans Covid. » En janvier ainsi qu’en octobre 2021, le Spiegel et le Welt ont titré : « Pas de surmortalité significative en Allemagne ». Des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de Duisburg-Essen sont arrivés à la même conclusion : en 2020, il n’y avait pas de surmortalité en Allemagne. 2.

Les faits et les incohérences concernant l’utilisation des lits de soins intensifs sont présentés dans ce court extrait de film : Tom Lausen : « Si on regarde l’ensemble de l’activité des soins intensifs au niveau national, on constate que le taux d’occupation des unités de soins intensifs ne change pas. Et qu’il y a une part de patients Covid, mais que celle-ci n’a absolument aucune importance sur l’occupation globale des unités de soins intensifs. » En revanche, le nombre total de lits de soins intensifs disponibles, représenté ici en vert, a nettement changé. Depuis novembre 2020, il a presque diminué de moitié, bien que le taux d’occupation des unités de soins intensifs soit resté pratiquement inchangé. Une situation que même les politiques remarquent désormais.

Sahra Wagenknecht : « Ce qui a changé de manière dramatique, ce sont les capacités disponibles de lits de soins intensifs, non pas parce qu’il y a plus de patients en soins intensifs, mais parce que le nombre de lits a été de plus en plus réduit. Ainsi, au deuxième semestre 2020, 6 000 lits de soins intensifs ont en quelque sorte disparu des statistiques. Personne ne sait pourquoi ? » Le Stern, le Focus et le Bild, entre autres, ont également fait état de ce mensonge sur les lits de soins intensifs. 3. A propos du test PCR, qui sert de base au nombre de personnes infectées, on pouvait déjà lire dans le Ärzteblatt en 2020 : « Les tests PCR ne disent rien sur le fait qu’une personne soit malade ou contagieux… » ou « Comme un test positif n’est ni synonyme d’infection ni de maladie, les médias devraient dire « testé PCR positif » ».

Les tests PCR ne peuvent pas prouver avec certitude l’infectiosité. ARD, ZDF et le Süddeutsche Zeitung en ont également parlé. Les gens ne sont-ils plus en mesure d’évaluer correctement ces faits ? L’homme agissant par connaissance, souverain d’une démocratie, est-il déjà éteint ? Pour la spécialiste en psychologie sociale et économique Katy Pracher-Hilander, une chose est sûre : « Pour moi, en tant que psychologue, c’est un comportement absolument criminel qui est adopté ici par les politiciens, par les collaborateurs et par les médias de masse – un comportement absolument criminel. » Pour Mme Pracher-Hilander, il est clair comme de l’eau de roche que ce sont des psychologues qui sont à l’œuvre et qui conseillent les politiques et les agences de relations publiques sur la manière d’utiliser les connaissances psychiques contre les gens. Selon elle, il existe des indices clairs qu’il s’agit d’une guerre psychologique dont le but est de briser psychiquement les gens afin de pouvoir les diriger.

Les psychanalystes et les psychologues sociaux mettent en garde dans ce contexte contre le danger d’une psychose de masse, d’une « épidémie de folie ». Celle-ci survient lorsqu’une grande partie de la population perd le contact avec la réalité et sombre dans le délire, comme dans le totalitarisme du 20e siècle. Mais peut-il y avoir une issue à la psychose de masse ? Car si l’attaque destructrice de la raison est multiple, la contre-attaque doit l’être tout autant. Selon Carl G. Jung, la première étape pour ceux d’entre nous qui veulent contribuer à ramener la raison dans un monde fou consiste à mettre de l’ordre dans notre propre esprit et à vivre de manière à inspirer les autres à nous suivre.

Ce n’est pas pour rien que notre époque réclame une personnalité rédemptrice, qui peut se libérer de l’emprise de la psychose collective et sauver au moins sa propre âme, qui allume une lueur d’espoir pour les autres et proclame qu’il y a au moins un homme qui a réussi à se libérer de l’identité fatale de la psychose de groupe. A condition de vivre de manière à pouvoir se libérer de l’emprise de la psychose, il y a d’autres démarches à entreprendre. Les informations qui contrecarrent la propagande doivent être diffusées le plus largement possible, car la vérité est plus puissante que la fiction et les contre-vérités colportées par les aspirants totalitaires. Leur succès dépend donc en partie de leur capacité à censurer le libre flux d’informations.

Une autre tactique consiste à délégitimer l’élite dirigeante par l’humour et la dérision ou, comme l’explique Meerloo : « Nous devons apprendre à vaincre avec l’arme de la dérision les démagogues et les dictateurs émergents parmi nous. Le démagogue lui-même est presque incapable de faire preuve d’humour. Et si nous le traitons avec humour, il s’effondrera. » Une tactique recommandée par Václav Havel, un dissident politique sous le régime communiste soviétique puis président de la Tchécoslovaquie, est la mise en place de ce qu’on appelle des structures parallèles. Une structure parallèle est toute forme d’organisation, d’entreprise, d’institution, de technologie ou d’activité créatrice qui existe physiquement au sein d’une société totalitaire, mais moralement en dehors d’elle. Dans la Tchécoslovaquie communiste, Havel a constaté que ces structures parallèles étaient plus efficaces que les mesures politiques dans la lutte contre le totalitarisme.

En outre, lorsque suffisamment de structures parallèles sont créées, une deuxième culture ou société parallèle se développe. Une enclave de liberté et de raison au sein d’un monde totalitaire est formée et fonctionne. […] Mais avant tout, pour éviter une descente totale dans la folie du totalitarisme, le plus grand nombre possible de personnes doit agir. Car tout comme l’élite dirigeante ne reste pas assise passivement, mais prend délibérément des mesures pour accroître son pouvoir, un effort actif et concentré doit donc être fait pour faire évoluer à nouveau le monde vers la liberté. Cela peut être un immense défi dans un monde qui a succombé à l’illusion du totalitarisme. Mais comme l’a fait remarquer Thomas Paine, « … La tyrannie, comme l’enfer n’est pas facile à vaincre; pourtant nous avons cette consolation avec nous, que plus le conflit est dur, plus le triomphe est glorieux. »

de kb., ah., rw.Sources / Liens : Herbert Ludwig: https://odysee.com/@blackbox.de:e/Stiftung_Corona_Ausschuss_Ich_bin_also_denke_ich-:5
https://www.youtube.com/watch?v=HvtZUR203II
Übersterblichkeit: https://www.youtube.com/watch?v=ATRCwMta7Qg
https://www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/corona-jahr-2020-keine-deutliche-uebersterblichkeit-in-deutschland-a-e4524a2e-cc59-44ff-b63a-86ed8bbcf81d
https://www.welt.de/wissenschaft/plus234580142/Keine-Uebersterblichkeit-in-Deutschland-Was-diese-Nachricht-bedeutet.html
Intensivbettenauslastung: https://www.exomagazin.tv/scripted-reality-das-3-jahrtausend-61/
https://www.stern.de/politik/deutschland/intensivbetten-betrug–das-ist-freiheitsberaubung-30567954.html
https://www.focus.de/politik/deutschland/scharfe-kritik-an-spahn-zahl-der-intensivbetten-manipuliert-wuerde-bisherige-skandale-in-den-schatten-stellen_id_13382899.html
https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/intensivbetten-luege-milliarden-euro-versickerten-im-sumpf-76706404.bild.html
PCR Test: https://www.nordbayern.de/politik/pcr-tests-konnen-infektiositat-nicht-sicher-nachweisen-1.11161276
https://www.youtube.com/watch?v=fPOL_YfSPsk
https://www.nordbayern.de/politik/pcr-tests-konnen-infektiositat-nicht-sicher-nachweisen-1.11161276
https://www.tagesschau.de/faktenfinder/drosten-pcr-test-101.html
https://www.zdf.de/nachrichten/panorama/corona-pcr-test-kritik-essen-100.html
https://www.sueddeutsche.de/gesundheit/coronavirus-test-covid-19-pcr-abstrich-1.4840953
Psychologin Katy Pracher-Hilander: https://www.auf1.tv/aufrecht-auf1/psychologin-pracher-hilander-wir-brauchen-die-masse-nicht
Massenpsychose/Video: https://www.youtube.com/watch?v=lBe73QyZVhQ
Text Quelle dazu: https://knetworldblog.wordpress.com/2021/10/22/massenpsychose/

0 comments on “LA PANDÉMIE DE COVID: LE TRAVAIL DES PSYCHOLOGUES CRIMINELS ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :