DOSSIERS

LA NOUVELLE-ZÉLANDE AUTORISE L’EUTHANASIE DES PATIENTS COVID

Les patients admis à l’hôpital avec COVID-19 peuvent mourir par euthanasie si les médecins décident qu’ils pourraient ne pas survivre, a déclaré le gouvernement néo-zélandais.

Source: catholicherald.co.uk

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

Le ministère de la Santé a confirmé qu’un droit à une injection létale en vertu d’une nouvelle loi sur l’euthanasie pourrait s’étendre aux patients qui meurent du coronavirus ou souffrent de manière insupportable de ses conséquences.

En réponse à une demande de clarté sur une loi sur l’euthanasie entrée en vigueur le mois dernier, le gouvernement a déclaré que « dans certaines circonstances, une personne atteinte de COVID-19 peut être admissible à l’aide à mourir ».

L’admission que les patients COVID étaient éligibles à un coup mortel est intervenue après que Henoch Kloosterboer, rédacteur en chef du site Web anti-euthanasie The Defender, a fait une demande en vertu de l’Official Information Act – l’équivalent néo-zélandais de la 2000 Freedom of Information Act.

Il a déclaré que la politique laissait «la porte grande ouverte aux abus» des patients âgés et vulnérables – en particulier si les services de santé du pays subissaient la pression d’une vague de COVID.

Il a déclaré: « Il ne serait pas difficile d’envisager une situation dans laquelle une augmentation rapide et importante des hospitalisations pour COVID-19 pourrait entraîner des pressions pour utiliser l’euthanasie et le suicide assisté comme outils pour résoudre une crise aussi grave. »

La loi sur l’euthanasie, a-t-il ajouté, « a maintenant rendu la pandémie de COVID-19 potentiellement encore plus dangereuse pour les habitants d’Aotearoa en Nouvelle-Zélande ».

La loi de 2019 sur le choix de la fin de vie est considérée comme l’une des lois sur l’euthanasie les plus extrêmes au monde, et les critiques disent que les garanties sont si fragiles qu’elles sont facilement contournées.

Il autorise à la fois l’euthanasie et le suicide assisté pour les adultes souffrant d’une maladie qui serait en phase terminale dans les six mois, ou qui étaient dans un état avancé de déclin physique irréversible ou qui souffraient de manière insupportable.

La loi, ratifiée à la suite d’un référendum en 2020, garantit à tous les résidents le droit d’accès à un médecin qui les tuera dans un délai aussi court que quatre jours à compter de la réception d’une demande.

Les médecins reçoivent des honoraires du gouvernement de 1 000 $ plus les dépenses pour chaque décès par euthanasie qu’ils pratiquent.

Cependant, seuls 96 des 16 000 médecins du pays ont proposé de participer, et tous sauf un des 32 hospices du pays ont indiqué qu’ils n’autoriseraient pas l’euthanasie.

La seule exception – Totara Hospice à South Auckland – a accepté d’allouer un espace dans ses locaux pour la pratique tandis que son personnel s’opposera en conscience à toute participation.

Au Royaume-Uni, la baronne Finlay de Llandaff, professeure de médecine palliative, a déclaré que la loi néo-zélandaise sur l’euthanasie contredisait l’objectif fondamental de la médecine et des services de santé de guérir les malades.

Elle a déclaré : « Il est bizarre qu’un pays qui a essayé de protéger ses citoyens en se fermant complètement contre un virus dont les gens peuvent se remettre complètement … suggère maintenant que ces patients devraient être tués par leurs médecins.

« Cela bouleverse l’éthique de la médecine », a-t-elle déclaré.

« Vous ne pouvez vraiment pas prédire la mort à 100% », a-t-elle ajouté. « Alors pourquoi ne pas les soutenir pendant qu’ils meurent et laisser la porte ouverte au cas où ils feraient partie du groupe qui défie toutes les chances et se rétablit complètement ? »

À l’heure actuelle, la baronne Meacher cherche à légaliser le suicide assisté en Angleterre et au Pays de Galles par le biais de son projet de loi sur l’aide à la mort, qui a reçu en octobre sa deuxième lecture à la Chambre des lords.

Le pair interbancaire, qui préside le groupe de campagne Dignity in Dying, a également déposé un amendement au projet de loi sur la santé et les services sociaux dans le but d’intégrer le suicide assisté aux soins palliatifs.

En Écosse, Liam MacArthur, le député libéral-démocrate a l’intention de présenter un projet de loi sur le suicide assisté et, le mois dernier, les politiciens de Jersey ont accepté en principe de légaliser à la fois le suicide assisté et l’euthanasie.

Cependant, l’écrasante majorité des praticiens des soins palliatifs et les 12 organisations de défense des droits des personnes handicapées au Royaume-Uni s’opposent farouchement à une modification de la loi.

Ils soutiennent que le suicide assisté et l’euthanasie seraient discriminatoires et dangereux et ouverts à des abus indépendamment de toute garantie, constituant une grave menace pour la sécurité des patients et d’autres personnes vulnérables.

Ils disent également que l’expérience d’autres pays suggère que même une loi modeste sur le suicide assisté servirait de tête de pont à des amendements plus larges et de libéralisation qui supprimeraient les garanties initiales en tant qu’« obstacles à l’accès ».

Le mois dernier, il a été révélé que Nancy Russell, une Canadienne de 90 ans, avait choisi de mourir par suicide assisté plutôt que de subir un autre verrouillage COVID dans sa maison de soins qui l’isolerait de ses amis et de sa famille.

Dernières nouvelles du blog

ILS VEULENT LA GUERRE TOTALE, MAIS À LA FAÇON DES LÂCHES

Ils veulent la guerre totale, mais à la façon des lâches Chaque jour apporte son lot d’informations sur la politique vénéneuse dans laquelle l’Occident s’est engouffré. Une précipitation de mesures les unes plus irrationnelles que les autres, qui pourraient peut-être cadrer avec une conspiration, en supposant qu’il y ait une intention délibérée de créer uneLire la suite

LA BAISSE DE LA FERTILITÉ CHEZ LES VACCINÉS EST DE PLUS EN PLUS PROBABLE

L’excellente Interview d’Alexandra Henrion Caude, généticienne spécialisée dans la recherche sur l’ARNm, sur sud radio par André Bercoff précise les avancées sur les études en cours sur le risque sur la fertilité des injections anticovid. Elle évoque les risques pour les enfants vaccinés à long terme, impossibles à évaluer sans recul suffisant. Interview d’Alexandra HenrionLire la suite

LARA LOGAN: SI NOUS NE NOUS SOUMETTONS PAS, ILS N’ONT AUCUNE CHANCE

LARA LOGAN: « Si nous ne nous soumettons pas, ils n’ont aucune chance ». Soutenez – nous financièrement ! Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias : Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe niLire la suite

0 comments on “LA NOUVELLE-ZÉLANDE AUTORISE L’EUTHANASIE DES PATIENTS COVID

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :