MONDE

L’HISTOIRE DÉSIGNE LES ÉTATS-UNIS COMME L’AUTEUR DE LA CRISE EN UKRAINE

par Mike Whitney.

« Nous voulons vous rappeler que la Russie n’a jamais attaqué personne au cours de son histoire ». Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin

« Les dirigeants de l’OTAN sont maintenant engagés dans l’opération de déstabilisation et de guerre hybride la plus flagrante et la plus irresponsable depuis qu’ils ont utilisé des terroristes islamiques pour détruire la Libye et qu’ils ont tenté de les utiliser pour briser la Syrie ». Nick Griffin, analyste politique et ancien membre du Parlement européen, Unz Review.

Voici votre quiz de politique étrangère américaine pour la journée : Laquelle de ces organisations militantes les États-Unis ont-ils soutenue au fil des ans ?

  1. Les guérillas marxistes dans l’est de la Syrie (les Unités de protection du peuple, les Forces démocratiques syriennes).
  2. Les néo-nazis d’extrême droite en Ukraine (Services de sécurité ukrainiens, Détachement d’opérations spéciales Azov)
  3. Les extrémistes islamiques en Syrie, en Libye, au Kosovo, en Tchétchénie et en Afghanistan. (alias Al-Qaïda, Al Nusra, etc.)
  4. Les escadrons de la mort anti-gauchistes au Salvador et au Nicaragua.
  5. Tous ces éléments

Si vous avez choisi « numéro 5 », félicitez-vous. C’est la bonne réponse. Les États-Unis ont « armé et entraîné » tous ces groupes disparates et soutiennent encore beaucoup d’entre eux aujourd’hui. Et la raison pour laquelle Washington les soutient, c’est parce qu’ils contribuent à faire avancer l’agenda géopolitique des États-Unis. Peu importe que le groupe soit de « droite » ou de « gauche ». Peu importe qu’il s’agisse d’extrémistes religieux ou d’athées sans Dieu. Ce qui compte, c’est de savoir s’ils peuvent être transformés en une force de combat efficace capable d’atteindre les objectifs stratégiques des États-Unis. C’est l’objectif primordial.

En résumé : L’idéologie n’est pas pertinente. Ce qui importe à Washington, c’est le pouvoir, un pouvoir pur et dur.

Ce que nous essayons de faire comprendre, c’est que les autres pays ne mènent pas leurs affaires comme les États-Unis. La Russie, par exemple, ne considère pas les coups d’État, les révolutions de couleur et les agressions militaires comme une manière acceptable de mener sa politique étrangère. Elle préfère la diplomatie, la négociation et le compromis. Moscou est attaché au droit international, à la sécurité universelle et à la résolution pacifique des conflits. Elle ne considère pas l’agression ou la violence interventionniste comme des moyens légitimes d’atteindre ses intérêts nationaux. C’est pourquoi, comme l’a déclaré samedi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, « la Russie n’a jamais attaqué personne dans son histoire ».

Réfléchissez-y une minute : « La Russie n’a jamais attaqué personne dans son histoire ».

Si c’est vrai – et c’est vrai – alors que devons-nous penser des déclarations sans fin des médias selon lesquelles la Russie prévoit d’envahir l’Ukraine ?

Soit la Russie envisage de rompre avec une approche vieille de plusieurs siècles, soit les médias excitent le public pour donner l’impression que la Russie représente une menace extérieure pour ses voisins ? Qu’en est-il ?

La plupart des gens connaissent déjà la réponse à cette question, car ils ont déjà assisté à ce même spectacle à de nombreuses reprises. Malheureusement, ces mêmes personnes peuvent être submergées par le déluge de déclarations alarmistes et d’avertissements sinistres sur l’imminence d’un conflit. Contre leur meilleur jugement, ils peuvent croire que les médias disent la vérité cette fois-ci. Mais les médias ne disent pas la vérité. Il n’y a pas de croque-mitaine russe et l’armée russe ne va certainement pas se déchaîner pour tuer et mutiler des innocents en Ukraine. C’est de la pure fiction.

Ce qui se passe réellement n’est pas difficile à comprendre, mais, tout d’abord, nous devons comprendre que le public cible n’est pas le peuple américain. Non. Les opérations psychologiques actuelles sont en fait dirigées vers l’Europe. L’objectif est de convaincre les Européens qu’ils doivent renforcer et perpétuer le parapluie de sécurité de Washington (alias l’OTAN) pour les protéger des ennemis étrangers. Le plan vise également à ramener les dirigeants européens, qui sont des chiens de garde, dans l’étreinte étouffante de l’Oncle Sam. Tels sont les objectifs de l’opération actuelle. Les États-Unis prennent des mesures d’urgence pour s’assurer que leurs colonies européennes ne sortent pas de leur orbite économique et politique.

Deuxièmement, Washington tente de creuser un fossé entre l’UE et la Russie afin d’empêcher une plus grande intégration économique qui conduirait inévitablement à une zone de libre-échange massive couvrant l’Europe et l’Asie. Washington doit saboter ce plan afin de maintenir son rôle dominant dans l’ordre mondial. Voici plus d’informations sur le sujet par l’analyste politique Nick Griffin :

« Les cibles fondamentales des bellicistes de l’OTAN dans cette crise ne sont pas le Donbass, ni même la Russie, mais l’Allemagne, et l’Initiative Ceinture et Route chinoise. Ils essaient de maintenir l’Allemagne à terre et la Chine à l’écart ; si ces deux objectifs ne sont pas atteints, les États-Unis deviendront une île isolée de la ceinture rouillée, à des milliers de kilomètres du principal bloc économique du monde.

Cette même évolution annonce également la fin prochaine du dollar en tant que monnaie de réserve financière mondiale, tandis que le temps où les États-Unis étaient la seule superpuissance militaire est déjà clairement terminé. C’est un exemple classique du piège de Thucydide, le moment où une puissance émergente menace de supplanter une grande puissance existante en tant qu’hégémon de l’époque, une transition qui s’accompagne trop souvent d’une guerre de désespoir…

Les décideurs politiques de Washington… savent que Nord Stream 2 représente bien plus qu’une relation commerciale énergétique mutuellement bénéfique entre l’Allemagne et la Russie. À court terme, il signifie également un nouveau désastre financier pour l’Ukraine, un État client déjà en faillite. À plus long terme, Nord Stream annonce une relation de plus en plus étroite entre l’Allemagne et la Russie, ce qui constituerait à son tour un grand pas vers la création d’un bloc de libre-échange eurasien géant »1.

Les lecteurs auront peut-être remarqué que Griffin envisage la possibilité que la Russie soit l’instigateur de la crise actuelle. Pourquoi ?

C’est parce que ce n’est pas possible, c’est aussi simple que cela. Comme nous l’avons souligné, Washington a tout à gagner d’un conflit en Ukraine, tandis que la Russie a tout à perdre. Si le plan de Washington réussit, la Russie sera encore plus isolée et diabolisée, ses relations commerciales avec l’Allemagne seront rompues, et elle sera universellement méprisée comme une belliciste sanguinaire et tyrannique. En quoi tout cela profite-t-il à la Russie ?

En rien, et pourtant, c’est l’orientation actuelle de la politique américaine, une politique qui façonne de manière spectaculaire la perception de la Russie par le public, tout en ignorant les tentatives manifestes de Washington de renforcer son contrôle sur l’Europe et de resserrer son emprise sur les leviers du pouvoir mondial.

Alors, comment rompre le charme des médias pour que les gens puissent voir ce qui se passe réellement ? Comment faire prendre conscience des jeux géopolitiques qui se jouent derrière l’écran de fumée de la désinformation ? Comment couper à travers la prodigieuse montagne de balivernes des médias et déterminer qui est responsable de la crise actuelle et qui ne l’est pas ?

Cela devrait être facile, après tout, nous avons tous vu ce spectacle de nombreuses fois auparavant. À l’heure actuelle, les gens devraient avoir une bonne idée de ce qui se passe. Et si ce n’est pas le cas, nous pouvons peut-être leur rafraîchir la mémoire en posant quelques questions simples qui mettront en lumière les motivations et le comportement historique des principaux acteurs, les États-Unis et la Russie. Cela devrait faire l’affaire. Cela devrait nous aider à voir quel pays est à l’origine des provocations, et quel pays ne l’est pas. Quel pays alimente la crise et quel pays essaie d’éteindre les flammes.

Que savons-nous donc de ces deux pays grâce à leur expérience passée ? Comment mènent-ils leurs politiques étrangères respectives ? Respectent-ils les règles « internationales » clairement écrites interdisant l’ingérence étrangère, l’intervention militaire et l’agression ou agissent-ils unilatéralement lorsque cela sert leurs intérêts, sans tenir compte de la destruction, du chaos et de la mort qu’ils peuvent causer ?

Répondre à ces questions nous permettra de nous élever au-dessus du brouhaha des médias de l’establishment. Cela nous aidera à voir que nous ne comparons pas une nation pacifique et respectueuse des lois à une autre nation pacifique et respectueuse des lois. Nous comparons un pays qui suit scrupuleusement les règles, que cela lui convienne ou non, à un autre qui affiche invariablement un mépris total pour les principes fondamentaux du droit international. Alors que la Russie n’a jamais lancé de guerre d’agression, les États-Unis ont initié une série de conflits qui ont plongé de vastes étendues du Moyen-Orient et de l’Asie centrale dans l’anarchie et la ruine. Ainsi, l’objectif de ce questionnaire est de permettre aux lecteurs de passer en revue les faits tels que nous les connaissons tous, et de déterminer par eux-mêmes d’où vient la source de la crise actuelle.

1- Lequel de ces deux pays a lancé – ou aidé à lancer – des interventions militaires en Afghanistan, Irak, Libye, Serbie et Syrie ?

La Russie ou les États-Unis ?

2- Lequel de ces deux pays a construit les centres de détention de la base aérienne de Bagram (Afghanistan), d’Abu Ghraib (Irak) et de Guantanamo Bay (Cuba), où les prisonniers étaient régulièrement soumis à des traitements ignobles et abusifs en violation des Conventions de Genève ?

3- Lequel de ces deux pays a fabriqué un prétexte pour envahir l’Irak, tuant ainsi des dizaines de milliers d’Irakiens ?

4- Lequel de ces deux pays a renversé ou tenté de renverser plus de 50 régimes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ?

5- Lequel de ces deux pays possède 800 bases militaires dans des pays du monde entier ?

6- Lequel de ces deux pays est le plus enclin à utiliser la force militaire pour atteindre ses objectifs géopolitiques ?

7- Lequel de ces deux pays a utilisé à plusieurs reprises des faux drapeaux comme prétexte pour lancer des interventions militaires ? (Note : « Remember the Maine », Pearl Harbor, le golfe du Tonkin, les armes de destruction massive de Saddam, les attaques aux armes chimiques d’Assad, les escadrons du viol de Kadhafi, etc.)

8- Lequel de ces deux pays construit des sites de missiles nucléaires à la frontière de l’autre pays, mettant leurs principaux centres urbains à 10 minutes de l’annihilation nucléaire ?

9- Lequel de ces deux pays (selon des sondages récents) constitue « la plus grande menace pour la paix mondiale » et représente « la plus grande menace pour la démocratie » ?

(Note : Selon les résultats de l’enquête : « Les États-Unis ont été massivement choisis comme le pays qui représente la plus grande menace pour la paix dans le monde aujourd’hui ». Aussi, « Menace pour la démocratie ? » Guardian)

10- Lequel de ces deux pays impose des sanctions économiques onéreuses (qui constituent une violation des règles et règlements de l’OMC) à tout pays qui représente une menace pour sa primauté mondiale ?

11- Lequel de ces deux pays « n’a jamais attaqué personne au cours de son histoire » ?

12- Quel pays a fourni des conseillers militaires et des armes de pointe à l’armée ukrainienne pour qu’elle puisse envahir l’est de l’Ukraine et tuer des Russes ethniques ?

13- De quel pays les médias omettent-ils de signaler que l’armée ukrainienne bombarde actuellement des Russes ethniques dans l’est du pays ?

14- De quel pays les médias continuent-ils de répéter des allégations non vérifiées d’une « invasion russe » tout en ignorant l’augmentation des troupes de combat ukrainiennes (sur la « ligne de contact ») qui planifient une opération massive de nettoyage ethnique dans l’est de l’Ukraine ?

15- De quel pays les médias ont-ils fait une campagne de désinformation pendant 4 ans en prétendant que l’autre pays avait piraté son élection présidentielle et en avait changé le résultat ?

16- De quel pays les médias se sont-ils révélés être une source d’information plus fiable et ne fonctionnent pas comme un organe de propagande de l’État diffusant des affirmations non vérifiées recueillies auprès d’agences de renseignement corrompues qui répètent sans sourciller les récits à la noix concoctés par leurs maîtres payeurs mondialistes ?

17- (Crédit supplémentaire) De quel pays le président est-il le plus susceptible de conduire sa nation dans une guerre catastrophique qui restera dans les mémoires comme « le plus grand désastre stratégique de l’histoire de sa nation » ?

Le but de cet article n’est pas de dénigrer les États-Unis, mais de fournir des preuves historiques montrant la différence flagrante entre l’approche de Washington en matière de politique étrangère et celle de la Russie. Les questions sont destinées à aider le lecteur à passer en revue les faits historiques – tels que nous les connaissons tous – et à décider par lui-même si l’auteur de la crise actuelle est plus probablement les États-Unis ou la Russie. Les preuves – selon nous – suggèrent clairement que la responsabilité incombe à Washington, qui mène une nouvelle opération de déstabilisation régionale visant à renforcer son emprise sur le pouvoir mondial.

Un chant du cygne pour le nouveau siècle américain ?

Pour ce que cela vaut, nous nous attendons à ce que cette opération se retourne contre nous de manière spectaculaire, déclenchant de violentes ruines sur les marchés des actions et des obligations que personne dans l’administration Biden n’a anticipées. Elle infligera également des dommages irréparables à l’Alliance transatlantique, ce qui conduira à la désintégration de l’OTAN. Même les alliés les plus irréductibles des États-Unis seront contraints de revoir leurs relations avec Washington pour déterminer si les risques pour leur réputation dépassent les avantages marginaux. Trente ans d’agressions, d’unilatéralisme et de coercition incessants ont poussé le pays vers une catastrophe dont il est entièrement responsable.

Nous sommes maintenant au point de danger extrême provoqué par des dirigeants incapables de reconnaître leur propre incompétence, leur propre orgueil et leurs propres échecs. Les États-Unis ont semé des dents de dragons pendant la majeure partie du siècle dernier, et maintenant Joe Biden fait avancer le pays vers une époque malheureuse. Que Dieu nous aide tous.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

Dernières nouvelles du blog

LES VACCINS COVID-19 PEUVENT APPORTER UNE AVALANCHE DE MALADIES NEUROLOGIQUES !

Stephanie Seneff : Le Glyphosate augmente la mortalité du Covid-19 ! Citant plusieurs études, Stephanie Seneff affirme que les vaccins Covid-19 peuvent provoquer une avalanche de maladies neurologiques et affirme que le vaccin peut être pire que la maladie elle-même.  Source: Changera3 Stephanie Seneff, Ph.D., une éminente chercheuse au MIT depuis plus de cinq décennies,Lire la suite

0 comments on “L’HISTOIRE DÉSIGNE LES ÉTATS-UNIS COMME L’AUTEUR DE LA CRISE EN UKRAINE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :