MONDE

LES ÉTATS-UNIS DÉTRUISENT EUX MÊME LE DOLLAR IMPÉRIAL

par Michael Hudson.

Depuis plus d’une génération, les diplomates américains les plus en vue ont mis en garde contre ce qu’ils pensaient représenter la menace extérieure ultime : une alliance de la Russie et de la Chine dominant l’Eurasie.

La puissance économique et financière américaine devait éviter ce sort.

Le rôle clef des bons du Trésor US qui en a résulté a permis aux États-Unis de financer leurs dépenses militaires à l’étranger et de soutenir les déficits commerciaux chroniques dus à la désindustrialisation en créant des reconnaissances de dette en dollars que d’autres pays acceptent.

Les déficits de la balance des paiements des États-Unis se retrouvent dans les banques centrales des pays en excédent de paiements et en tant que réserves, tandis que les débiteurs du Sud ont besoin de dollars pour payer leurs d’obligations et mener leur commerce extérieur.

Ce privilège monétaire – le seigneuriage du dollar – a permis à la diplomatie américaine d’imposer des politiques néolibérales au reste du monde, sans avoir à utiliser sa propre force militaire, sauf pour s’emparer du pétrole du Moyen-Orient.

La récente escalade des sanctions américaines empêchant l’Europe, l’Asie et d’autres pays de commercer et d’investir avec la Russie, l’Iran et la Chine a imposé d’énormes coûts d’opportunité – le coût des opportunités perdues – aux alliés américains.

Et la récente confiscation des réserves d’or et de devises du Venezuela, de l’Afghanistan et maintenant de la Russie, ainsi que la saisie ciblée des comptes bancaires de riches étrangers (dans l’espoir de gagner leur cœur et leur esprit, ainsi que la récupération de leurs comptes séquestrés), ont mis fin à l’idée que les avoirs en dollars ou ceux de ses satellites de l’OTAN en livres sterling et en euros sont un refuge sûr pour les investissements lorsque les conditions économiques mondiales deviennent fragiles.

Je suis donc quelque peu chagriné de voir la vitesse à laquelle ce système financiarisé centré sur les États-Unis s’est dé-dollarisé en l’espace d’un an ou deux seulement.

Je pensais que la dé-dollarisation serait dirigée par la Chine et la Russie qui prendraient le contrôle de leurs économies pour éviter le type de polarisation financière que leur impose les États-Unis.[1] Mais les responsables américains les forcent à surmonter leurs hésitations à dé-dollariser.

Je m’attendais à ce que la fin de l’économie impériale dollarisée se produise par la rupture d’autres pays. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Les diplomates américains eux-mêmes ont choisi de mettre fin eux-mêmes à la dollarisation internationale, tout en aidant la Russie à construire ses propres moyens de production agricole et industrielle autonomes.

Les confiscations américaines pourraient donc finalement conduire la Russie à l’abandon de la philosophie monétaire néolibérale, comme Sergei Glaziev le préconise depuis longtemps en faveur du MMT.

Mais la prise en otage des avoirs en dollars russes, en livres sterling et en euros a eu pour effet de faire de la City de Londres un lieu trop risqué pour détenir leurs actifs.

En imposant des sanctions aux Russes les plus riches les plus proches de Poutine, les responsables américains espéraient les inciter à s’opposer à sa rupture avec l’Occident, et ainsi à servir efficacement d’agents d’influence de l’OTAN. Mais pour les milliardaires russes, leur propre pays commence à paraître le plus sûr.

Depuis de nombreuses décennies maintenant, la Réserve fédérale et le Trésor se sont battus pour que l’or ne retrouve pas son rôle dans les réserves internationales. Mais pourquoi l’Inde et l’Arabie saoudite conserveraient elles leurs avoirs en dollars alors que Biden et Blinken essaient de les forcer à suivre «l’ordre fondé sur des règles» imposées par les États-Unis au lieu de suivre leur propre intérêt national? Les récents diktats américains n’ont laissé guère d’autre alternative que de commencer à protéger leur propre autonomie politique en convertissant les avoirs en dollars et en euros en or en tant qu’actif libre de toute responsabilité politique susceptible d’être pris en otage par des demandes américaines de plus en plus coûteuses et perturbatrices.

La diplomatie américaine a mouché le nez de l’Europe dans sa servilité abjecte en disant à ses gouvernements de demander à leurs entreprises de vendre les actifs russes pour quelques centimes par le dollar après le blocage des réserves de change de la Russie et la chute du taux de change du rouble.

Blackstone, Goldman Sachs et d’autres investisseurs américains ont agi rapidement pour racheter ce que Shell Oil et d’autres sociétés étrangères déchargeaient.

Personne ne pensait que l’ordre mondial d’après-guerre 1945-2020 céderait aussi vite.

Un véritable nouvel ordre économique international est en train d’émerger, bien que l’on ne sache pas encore exactement quelle forme il prendra.

Mais « piquer l’ours » avec la confrontation entre les États-Unis et l’OTAN avec la Russie a dépassé le niveau de masse critique. Il ne s’agit plus seulement de l’Ukraine car  c’est que le déclencheur, le catalyseur pour éloigner une grande partie du monde de l’orbite US/OTAN.

Ce que les pays étrangers n’ont pas fait eux-mêmes pour remplacer le FMI, la Banque mondiale et les autres branches de la diplomatie américaine, les politiciens américains les forcent à le faire. 

Au lieu que les pays d’Europe, du Proche-Orient et du Sud mondial rompent avec leur propre calcul de leurs intérêts économiques à long terme, l’Amérique les chasse, comme elle l’a fait avec la Russie et la Chine.

De plus en plus de politiciens recherchent le soutien des électeurs en se demandant s’ils seraient mieux servis par de nouveaux arrangements monétaires pour remplacer le commerce, l’investissement et même le service de la dette extérieure dollarisés.

La pression des prix de l’énergie et des denrées alimentaires frappe particulièrement durement les pays du Sud, coïncidant avec leurs propres problèmes de Covid-19 et l’échéance imminente du service de la dette dollarisée. Quelque chose doit céder. Combien de temps ces pays s’imposeront-ils l’austérité pour payer les obligataires étrangers ?

Mais la dernière rupture avec l’aventurisme de l’OTAN doit venir des États-Unis eux-mêmes. À l’approche des élections de mi-mandat de cette année, les républicains vont probablement [certainement !] insister sur l’inflation des prix menée par l’essence et l’énergie comme un échec de Biden.

Il n’est pas clair que la propagande pro-ukrainienne aura perdu son efficacité en raison d’une surexposition.

Mais si la Russie gagne la guerre à court terme, les républicains pourraient marteler Biden pour s’être appuyé sur des sanctions économiques coûteuses, sans doute irréfléchies et inefficaces.

L’Amérique a besoin des exportations russes de pétrole et de gaz.

Le gaz est nécessaire non seulement pour le chauffage et la production d’énergie, mais aussi pour fabriquer des engrais, dont il existe déjà une pénurie mondiale.

Cela a été exacerbé par le blocage des exportations de céréales russes et ukrainiennes pour faire monter en flèche les prix alimentaires américains et européens.

source : Naked Capitalism

via Bruno Bertez

Dernières nouvelles du blog

VACCINER LES FEMMES ENCEINTES EST UNE FOLIE ABSOLUE

par La rédaction de l’AIMSIB. Chez les médecins français, il existe un exercice périlleux qui consiste à montrer son désaccord médical à un élu de son Conseil de l’Ordre car cela se solde par des poursuites à l’encontre de l’écervelé qui croyait que la confraternité pouvait autoriser … les échanges confraternels1. Nous évoquerons ici les tentativesLire la suite

0 comments on “LES ÉTATS-UNIS DÉTRUISENT EUX MÊME LE DOLLAR IMPÉRIAL

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :