MONDE

L’OTAN VEUT UNE GUERRE TERRESTRE EN UKRAINE

par Mike Whitney.

« Si les États-Unis ont réussi à pousser le gouvernement russe à tirer le premier, il est clair que la guerre en Ukraine est la première étape d’un conflit beaucoup plus large. Après avoir provoqué le gouvernement russe dans une invasion désespérée et désastreuse de l’Ukraine, les États-Unis utilisent cette guerre pour réaffirmer leur hégémonie mondiale, en construisant une coalition de guerre pour ce que les États-Unis ont appelé un « conflit entre grandes puissances » visant non seulement la Russie, mais aussi la Chine ». (Andre Damon, World Socialist Web Site)

Soutenez – nous financièrement !

Faire un Don (PayPal – en crypto-monnaies)

Lien: https://jeminformetv.com/faire-un-don/

Virement bancaire

Choisir un montant

Ou saisissez un montant personnalisé :


« Ce qui est important pour nos élites managériales et de politique étrangère, c’est, avant tout, l’effort majeur et la poussée pour une « Grande Réinitialisation » mondialiste utilisant le conflit ukrainien pour finalement accomplir leur objectif d’amener le monde entier en accord avec leurs plans pour un Nouvel Ordre Mondial. Et pour ce faire, la Russie, qui s’oppose désormais à leurs desseins, doit être diminuée et mise au pas ». (Boyd D. Cathey, The Unz Review)

Pourquoi l’OTAN envoie-t-elle davantage d’armes mortelles en Ukraine ? Poutine n’a-t-il pas dit que l’envoi d’armes en Ukraine augmenterait la probabilité d’une guerre ?

Il l’a dit, mais les États-Unis et l’OTAN continuent quand même à envoyer davantage d’armes. Pourquoi ?

Et pourquoi l’Ukraine a-t-elle besoin de plus d’armes ?

Se pourrait-il que l’armée ukrainienne, forte de 600 000 hommes, s’effondre comme une caravane lors d’un ouragan ? Est-ce bien cela ? Est-ce la raison pour laquelle l’OTAN a tenu une conférence d’urgence à Bruxelles jeudi pour réaffirmer son soutien à une armée formée par l’OTAN qui n’a pas réussi à lancer une seule contre-offensive majeure contre l’armée russe ?

Les médias insistent sur le fait que l’offensive russe s’est « enlisée ». C’est ainsi que vous appelez cela lorsque votre adversaire s’empare d’un territoire de la taille du Royaume-Uni en moins de trois semaines, lorsque tous vos moyens aériens et navals ont été oblitérés, lorsque vos centres de commandement et de contrôle sont partis en fumée ou lorsque la plupart de vos troupes de combat sont soit encerclées par les forces russes, soit en train de fuir vers des endroits situés à l’ouest du Dniepr ? C’est à cela que ressemble « l’enlisement » ?

Avez-vous l’impression que les médias ne sont pas tout à fait francs dans leur couverture de la guerre en Ukraine ? Pensez-vous que leurs propriétaires liés au WEF pourraient avoir un rôle dans ce combat ? Voici comment l’archevêque Vigano a résumé la situation récemment dans un article liant la « tyrannie du Covid » à la guerre en Ukraine :

« La continuité idéologique entre la farce pandémique et la crise russo-ukrainienne continue d’apparaître, au-delà de l’évidence des événements et des déclarations des sujets impliqués, dans le fait que les auteurs ultimes des deux sont les mêmes, tous attribuables à la cabale mondialiste du Forum économique mondial »1.

Jamais des paroles plus vraies n’ont été prononcées. Tout n’est que manipulation de la part des « parties prenantes » mondialistes qui poursuivent leurs propres intérêts étroits. En ce qui concerne la guerre, jetez un coup d’œil à cette analyse tirée d’un billet du nouveau blog de Larry Johnson, A Son of the New American Revolution. Je ne peux pas me porter garant de l’auteur, mais il semble beaucoup plus crédible que CNN :

« Les affirmations officielles d’une contre-offensive ukrainienne majeure près de Kiev sont complètement fausses ; c’est totalement inventé, cela ne s’est jamais produit – ils n’ont tout simplement pas de force militaire cohérente dans la région de Kiev qui soit capable de mener une contre-offensive organisée. Tout ce qu’ils ont à Kiev et dans les environs est constitué de divers éléments, dont des forces spéciales de la police et de l’armée, des milices civiles, la police régulière, une défense aérienne et quelques batteries d’artillerie. Il ne s’agit pas d’une force offensive, mais d’un patchwork délirant. …

Ce qui reste de l’armée ukrainienne à l’est du Dniepr est à court de diesel, et devrait être à court de munitions d’artillerie à tube et à roquette (et en fait, d’artillerie) d’ici la première semaine d’avril. En dehors du Donbass, c’est une guerre d’usure, la Russie érodant la capacité de l’Ukraine à se battre, en utilisant avant tout des armes à distance (air et missiles). Dimanche, la Russie a découvert une cache de munitions qui était dissimulée, à la manière du Hamas, dans un complexe commercial et sportif « vacant » du centre-ville de Kiev. La Russie trouve des tonnes et des tonnes de matériel de l’armée ukrainienne et les détruit méthodiquement. …

Les forces russes et celles de Donetsk/Lougansk ont récupéré tellement d’armes antichars américaines et britanniques qu’il est visuellement prouvé qu’elles les utilisent maintenant sur le champ de bataille. …

Et le projet de missile Stinger a totalement échoué – Oncle Sam & Co. ont envoyé et continuent d’envoyer des centaines Stingers en Ukraine, mais il a été prouvé qu’ils n’ont abattu qu’environ sept avions pilotés depuis l’invasion, et aucun au cours des dix derniers jours environ. Certains de ces centaines d’appareils vont sortir et être vendus et… peut-être que vous ne devriez plus prendre de vols internationaux. …

Je ne cherche pas à édulcorer la situation pour la Russie – les unités militaires ukrainiennes qui n’ont pas simplement fondu et disparu au cours des premiers jours se battent. Mais à un moment donné, très probablement dans la première quinzaine d’avril, elles n’auront plus rien, elles s’effondreront et les forces russes et celles de Donetsk/Lougansk prendront la totalité ou la majeure partie de la « rive gauche » (à l’est du Dniepr) de l’Ukraine2.

Oui, mais peut-on faire confiance à l’auteur ?

Je ne sais pas mais – soyons réalistes – quand les médias mentent sans relâche pendant 4 ans sur la « collusion russe », puis pendant 2 ans sur « Tout le monde va mourir de la grippe », toute personne critique va chercher d’autres sources d’information, non ? C’est une question de crédibilité et, malheureusement, la « crédibilité » est un terme qui n’est jamais appliqué aux médias grand public.

Alors, où allons-nous à partir de là ?

Bonne question ; et vous pouvez voir dans la déclaration de l’OTAN que les dirigeants de Washington et de toute l’Europe sont déterminés à jeter de l’huile sur le feu. C’est le message qu’ils envoient au monde : « Nous sommes unis dans notre détermination à vaincre la Russie, que la planète explose ou non ». Compris ? Voici un extrait de leur déclaration de jeudi :

« Depuis 2014, nous avons apporté un soutien important à la capacité de l’Ukraine à exercer ce droit. Nous avons formé les forces armées ukrainiennes, renforçant leurs capacités et leurs moyens militaires et améliorant leur résilience. Les Alliés de l’OTAN ont intensifié leur soutien et continueront d’apporter un soutien politique et pratique supplémentaire à l’Ukraine, qui continue de se défendre. […] Nous restons déterminés à maintenir une pression internationale coordonnée sur la Russie. Nous continuerons d’agir en étroite coordination avec les parties prenantes concernées et d’autres organisations internationales, notamment l’Union européenne. …

La guerre non provoquée de la Russie contre l’Ukraine représente un défi fondamental pour les valeurs et les normes qui ont apporté la sécurité et la prospérité à tous sur le continent européen »3.

Êtes-vous surpris que l’OTAN se vante ouvertement d’avoir armé et entraîné des milliers de combattants ukrainiens depuis 2014 ? Et si un ennemi des États-Unis faisait la même chose au Mexique ou au Canada. Comment les États-Unis réagiraient-ils ? Voici comment Noam Chomsky s’exprime :

« … que l’Ukraine rejoigne l’OTAN serait plutôt comme si le Mexique rejoignait une alliance militaire dirigée par la Chine, accueillant des manœuvres conjointes avec l’armée chinoise et conservant des armes dirigées vers Washington. Insister sur le droit souverain du Mexique à le faire dépasserait l’idiotie. L’insistance de Washington sur le droit souverain de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN est encore pire, car elle dresse une barrière insurmontable à la résolution pacifique d’une crise qui est déjà un crime choquant et qui va bientôt devenir bien pire si elle n’est pas résolue – par les négociations auxquelles Washington refuse de se joindre ». (Truthout)

Il me semble que Chomsky pense qu’armer l’Ukraine était une provocation délibérée. Ce qui était le cas. L’OTAN a rempli le pays d’armes, a formé ses troupes de combat et ses paramilitaires, a mené des opérations militaires avec l’OTAN, a ordonné à son armée de se rendre à l’est afin de pouvoir terroriser la population russe de souche, et enfin – pour couronner le tout – a menacé de développer des armes nucléaires. En bref, ils ont mis un pistolet sur la tempe de Poutine et ont menacé de lui faire sauter la cervelle. Si ce n’est pas une provocation, alors qu’est-ce que c’est ? Voici la suite d’un article du World Socialist Web Site :

« “Le point de référence historique de Stoltenberg (chef de l’OTAN) n’était pas l’invasion russe de l’Ukraine le mois dernier, mais le coup d’État de 2014 dirigé par des fascistes qui a transformé l’Ukraine en un proxy de l’OTAN. « Depuis 2014, les Alliés [de l’OTAN] ont formé les forces armées ukrainiennes et ont considérablement renforcé leurs capacités. Elles mettent cette formation en pratique maintenant, sur les lignes de front, avec une grande bravoure”. …

Stoltenberg n’a fait aucun effort pour dissimuler le renforcement militaire massif des forces ukrainiennes par l’OTAN au cours des huit dernières années. L’OTAN, a-t-il dit, a “fourni des systèmes antichars et de défense aérienne, des drones, du carburant et des munitions. Ainsi qu’une aide financière”. …

Et de poursuivre : “Je tiens à saluer le courage et le professionnalisme des forces armées ukrainiennes. Je les ai rencontrées en Ukraine, et nous sommes tous conscients que par rapport à ce qu’elles étaient en 2014, c’est une force totalement différente d’il y a huit ans. Les forces armées ukrainiennes sont aujourd’hui beaucoup plus grandes, beaucoup mieux équipées, beaucoup mieux entraînées, beaucoup mieux commandées. Elles disposent d’une bien meilleure logistique qu’en 2014” »4.

Stoltenberg peut difficilement dissimuler son exaltation devant le « courage et le professionnalisme » de son armée du Nouvel Ordre Mondial qui sert de chair à canon dans une guerre par procuration des États-Unis contre la Russie. Mais les courageux Ukrainiens qui se battent dans ce fiasco savent-ils pour quoi ils se battent ?

Non, ils ne savent pas. Ils pensent qu’ils risquent leur vie pour leur pays, mais, en réalité, ils se battent pour préserver l’hégémonie mondiale des États-Unis en anéantissant la Russie, en encerclant la Chine et en établissant la domination des États-Unis sur la région la plus peuplée et la plus prospère du monde au siècle prochain. C’est pour cela qu’ils se battent, le « pivot vers l’Asie » de Washington. Comme l’admet l’auteur de l’article du World Socialist Web Site :

« Il est clair que ce dont il s’agit n’est pas seulement une guerre en Ukraine, mais une campagne des puissances impérialistes des États-Unis et de l’OTAN pour une guerre contre la Russie et une redivision du monde ».

Oui, c’est bien ça, et Biden n’essaie même pas de le cacher. Voici ce qu’il a dit il y a seulement deux jours :

« C’est maintenant un moment où les choses changent. … Il va y avoir un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger »5.

« Nouvel ordre mondial » ? Vous voulez dire que ce n’est pas à propos des « frontières de l’Ukraine », après tout ?

Non. Ce n’est que du blabla patriotique préparé pour les serfs. Voici comment le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a résumé la situation mardi :

« Il ne s’agit pas de l’Ukraine, il s’agit d’un ordre mondial dans lequel les États-Unis veulent être le seul souverain et dominer… Tout cela vise à éliminer l’obstacle que constitue la Russie sur la voie de la construction d’un monde unipolaire ».

En effet, tel est l’objectif, et les États-Unis ne vont pas être timides dans la poursuite de leurs intérêts. La Chine et la Russie ont l’illusion que l’émergence de divers « centres de pouvoir » entraînera inévitablement des changements dans l’ordre mondial. Mais le monde ne fonctionne pas de cette façon. Le leader mondial ne s’avouera pas vaincu de bon gré et n’abdiquera pas gracieusement son trône. Il doit être renversé de son piédestal, tout comme la brute de la cour d’école doit être maîtrisée par la force. Malheureusement, l’Ukraine s’annonce comme le champ de bataille où ces questions seront résolues par la force des armes.

Quoi qu’il en soit, nous devrions essayer d’aller au-delà de la propagande des médias et voir si nous pouvons identifier les véritables causes du conflit actuel. Pourquoi, par exemple, les États-Unis s’en prennent-ils à la Russie ? En quoi la Russie est-elle un « obstacle » qui bloque les ambitions stratégiques de Washington ?

L’ancien sous-secrétaire à la Défense, Paul Wolfowitz, répond à cette question dans un court paragraphe écrit il y a plus de deux décennies. Il est aussi pertinent aujourd’hui qu’il l’était alors :

« Notre premier objectif est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival, sur le territoire de l’ancienne Union soviétique ou ailleurs, qui représente une menace de l’ordre de celle que représentait autrefois l’Union soviétique. Il s’agit d’une considération dominante qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale ».

En bref, Washington considère la Russie comme une « puissance hostile » parce qu’elle est assise au sommet d’un océan de réserves de pétrole et de gaz et parce qu’elle mène de manière « provocante » sa propre politique étrangère indépendante. Pour ces raisons, la Russie est l’ennemi mortel de l’Oncle Sam.

Deuxièmement, la Russie a progressivement renforcé ses liens avec l’Europe, ce qui représente un défi sérieux pour la domination économique des États-Unis. La construction du gazoduc Nord Stream 2 – qui aurait considérablement accru la dépendance de l’Europe à l’égard du gaz russe – signifiait que l’influence de Washington ne cesserait de s’éroder tandis que l’Europe et l’Asie se rapprocheraient d’une zone économique commune dans laquelle le dollar américain et la sécurité de l’OTAN ne seraient plus nécessaires. C’est pourquoi Washington s’est donné tant de mal pour provoquer la Russie à envahir l’Ukraine. Ils avaient besoin de forcer la rupture des liens économiques pour empêcher une plus grande intégration aux marchés de l’UE.

La troisième raison pour laquelle la Russie est devenue l’ennemi numéro 1 de Washington est que les États-Unis procèdent actuellement à un « rééquilibrage » de leurs actifs et de leurs ressources vers l’Asie-Pacifique afin de tirer parti de la poussée de croissance attendue dans la région. Hillary Clinton a appelé cela « le pivot vers l’Asie », un terme inventé dans un discours qu’elle a prononcé en 2011. Voici ce qu’elle a dit :

« Exploiter la croissance et le dynamisme de l’Asie est au cœur des intérêts économiques et stratégiques américains et constitue une priorité essentielle pour le président Obama. L’ouverture des marchés en Asie offre aux États-Unis des possibilités sans précédent en matière d’investissement, de commerce et d’accès aux technologies de pointe. […] Les entreprises américaines (ont besoin) de puiser dans la vaste base de consommateurs en pleine croissance de l’Asie… L’avenir de la politique se décidera en Asie, pas en Afghanistan ou en Irak, et les États-Unis seront au cœur de l’action… »6.

Tels sont les impératifs géopolitiques à l’origine du conflit :

  • Empêcher la réapparition sur le territoire de l’ancienne Union soviétique d’un nouveau rival capable de dominer ses propres ressources et, partant, de défier la puissance des États-Unis.
  • La menace d’une intégration économique plus poussée qui conduirait inévitablement à une zone de libre-échange massive couvrant l’Europe et l’Asie.
  • Le plan « pivot » visant à dominer la région la plus peuplée et la plus prospère du monde au siècle prochain.

Ce sont les trois politiques stratégiques qui alimentent la guerre. Elles ne concernent l’Ukraine que dans la mesure où l’Ukraine est le malheureux terrain d’étape du « conflit des grandes puissances » qui ne cesse de prendre de l’ampleur. La recommandation faite mardi par le dirigeant politique polonais, Jaroslaw Kaczynsk, d’envoyer des casques bleus en Ukraine montre que l’OTAN prévoit une escalade majeure du conflit dans un avenir très proche. Selon Reuters, Kaczynsk, proposera que :

« Une mission internationale de maintien de la paix devrait être envoyée en Ukraine et recevoir les moyens de se défendre. …

“Je pense qu’il est nécessaire d’avoir une mission de paix – l’OTAN, éventuellement une structure internationale plus large – mais une mission qui sera capable de se défendre, qui opérera sur le territoire ukrainien”, a déclaré Kaczynski lors d’une conférence de presse.

“Ce sera une mission qui s’efforcera d’instaurer la paix, d’apporter une aide humanitaire, mais en même temps, elle sera également protégée par des forces appropriées, des forces armées”, a déclaré Kaczynski, qui est considéré comme le principal décideur en Pologne »7.

Réfléchissez-y une minute. Pensez à ce que cela signifierait. La mission de maintien de la paix :

  • opérera sur le territoire ukrainien (où la Russie mène son opération militaire)
  • sera capable de se défendre (ce qui signifie qu’ils seront armés).
  • sera (protégée par) « une structure internationale plus large » (OTAN)

Est-ce que quelqu’un pense que c’est une bonne idée ? Cela ne va-t-il pas obliger la Russie à traiter le personnel de l’OTAN comme des belligérants ennemis qui interfèrent avec leurs opérations militaires ?

Bien sûr que si. Alors, qu’essaient-ils d’atteindre, la troisième guerre mondiale ? Est-ce là le but ? Et qu’est-ce que cela nous apprend sur la stratégie de Washington pour l’Ukraine ?

Cela nous dit aussi que l’OTAN se prépare à engager militairement la Russie en Ukraine. Voilà ce que cela nous dit. Jusqu’à aujourd’hui, la plupart des gens supposaient que l’OTAN n’engagerait pas la Russie militairement, car ils pensaient que cela augmenterait considérablement les chances d’un échange nucléaire. Mais ce n’est pas ainsi que l’establishment de la politique étrangère voit les choses. Après avoir traité avec Poutine pendant plus de 20 ans, ils considèrent ce dernier comme un acteur rationnel qui ne s’engagera dans une escalade que si la Russie est confrontée à une menace imminente pour son existence (une attaque nucléaire). (En d’autres termes, les mandarins de la politique étrangère ont fait le calcul qu’ils peuvent engager Poutine dans une guerre terrestre sanglante et prolongée – qui drainera les ressources de la Russie et détruira son économie – sans que Poutine n’utilise son arsenal nucléaire. Il s’agit d’une stratégie risquée mais pas totalement déraisonnable compte tenu du comportement de Poutine dans le passé. Poutine a toujours été extrêmement prudent et jamais impulsif. Les experts en politique étrangère pensent qu’ils peuvent utiliser cela contre lui. Comme nous l’avons dit, il s’agit d’une stratégie à haut risque.

Naturellement, la Russie est consternée par l’idée des « gardiens de la paix », car elle rend presque inévitable un affrontement entre les deux superpuissances dotées d’armes nucléaires. Voici ce que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré en réponse à la nouvelle :

« Nos collègues polonais ont déjà déclaré qu’il y aura un sommet de l’OTAN maintenant, et que des casques bleus devraient être déployés. J’espère qu’ils comprennent ce qui est en jeu. Il s’agira d’un affrontement direct entre les forces armées russes et celles de l’OTAN, que tout le monde non seulement voulait éviter, mais a déclaré qu’il ne devrait jamais avoir lieu en principe ».

Lavrov fait-il preuve d’une courtoisie excessive ?

Oui. Si les États-Unis avaient lancé cet avertissement, ils auraient dit quelque chose de beaucoup plus sinistre, comme ceci :

« Toute formation armée sera traitée comme une cible ennemie légitime et détruite. Point final ».

C’est comme ça qu’on lance un avertissement. On n’essaie pas de s’attirer les bonnes grâces de la personne qui veut tuer vos soldats et rayer votre pays de la carte. Cela n’a aucun sens. S’il y a jamais eu un moment pour parler franchement, c’est maintenant. Des vies sont en jeu.

L’incident des « casques bleus » suggère une chose que je soupçonne depuis un certain temps, à savoir que Washington a envie d’une guerre terrestre en Ukraine, et dans une certaine mesure, c’est logique. Elle polarise et affaiblit davantage la Russie, elle unit les alliés autour d’une cause commune et elle renforce le rôle de l’OTAN en tant que garant de la sécurité régionale. L’inconvénient, bien sûr, c’est que le conflit pourrait rapidement dégénérer en une véritable guerre nucléaire. Je crois que les néoconservateurs du département d’État ne considèrent pas ce scénario comme plausible, et ils font donc tout leur possible pour intensifier les combats. Voici un court extrait de l’article du vétéran Jacob Dreizin qui semble voir les choses de la même manière :

« Je suis convaincu que, sous l’effet d’une rage impuissante, si ce n’est d’autre chose, les forces de l’OTAN se déplaceront de la Pologne vers l’ouest de l’Ukraine au plus tard à la mi-avril, si la guerre est toujours en cours à cette date. L’équipement lourd est déjà sur place près de la frontière ; faire venir le personnel pour l’accompagner est la partie la plus facile. Avec le récent bombardement russe de la plaque tournante américaine et britannique de la « piste Ho Chi Minh » à la base de Yavorov, près de la frontière polonaise, ils seront sur le terrain… pour faire une déclaration du genre « Pas encore, parce que nous sommes ici ouvertement maintenant ». …

Non, Brandon ne veut pas le faire, mais les faucons du Congrès et les médias dirigent le spectacle maintenant. Il y aura une escalade. C’est prévu. En fait, j’ai prédit avant l’invasion que la Pologne profiterait de la guerre pour créer un protectorat en Ukraine occidentale, et je maintiens ma prédiction… »[2].

Je pense que Dreizin est sur quelque chose ici. Brandon n’est pas d’accord avec l’escalade prévue, mais cela n’a peut-être pas d’importance, parce que le département d’État est un foyer de néoconservateurs qui font tout ce qu’ils peuvent pour graisser les patins en vue d’un combat en cage sur la terre brûlée, sans retenue, avec leur rival le plus honni, Vladimir Poutine. C’est le département d’État, les agences de renseignement, le Congrès et les médias qui dirigent le navire de l’État maintenant, pas Biden. Peut-être vous êtes-vous demandé pourquoi le NY Times a soudainement décidé de faire toute la lumière sur l’histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden ? Vous savez probablement que ce n’est pas parce que les rédacteurs du Times ont changé d’avis et ont voulu informer le public ou « dire la vérité ». Bien sûr que non. Le Times a sorti le dossier de l’ordinateur portable pour faire savoir à Biden qu’ils le « tiennent par les couilles » et que s’il ne joue pas le jeu, il est grillé.

Du chantage ? Les néoconservateurs feraient-ils vraiment chanter le président des États-Unis pour provoquer une escalade en Ukraine ?

Bien sûr que oui.

Les néoconservateurs ont à cœur de déclencher une guerre terrestre en Europe, et d’après ce que l’on voit, ils pourraient bien l’obtenir.

source : The Unz Review

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

Latest from the Blog

MÊME LE PAPE EST CENSURÉ – LE MÉDIAMENSONGE DU JOUR – N°5

Soutenez – nous financièrement ! Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. JEMINFORMETV.COM est différent de la plupart des médias : Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nousLire la suite

0 comments on “L’OTAN VEUT UNE GUERRE TERRESTRE EN UKRAINE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :