MONDE

L’EUROPE N’A PAS D’ALTERNATIVE AU GAZ NATUREL RUSSE

par Dmitry Orlov.

Ceux qui prêtent encore attention aux déclarations des marionnettes européennes, je veux dire des dirigeants nationaux, et qui s’y connaissent en matière d’énergie, ont probablement été très amusés d’entendre l’un d’entre eux déclarer que l’Allemagne envisage de réduire ses importations de gaz russe à 10%, et un autre déclarer que l’Europe ne paiera pas le gaz russe en roubles parce qu’il ne sait même pas à quoi ressemble un rouble. On peut s’attendre à des déclarations stupides de ce genre de la part de marionnettes, qui ne sont probablement pas allées à l’école, et si elles y sont allées, c’était probablement une sorte d’école de marionnettes où elles n’ont pas eu à se battre avec des matières difficiles comme les mathématiques, la physique ou la chimie.

Nous pouvons nous lamenter autant que nous voulons sur l’état déplorable des vieilles nations européennes et sur le fait qu’elles sont dirigées par des abrutis sans cervelle, mais pour ceux d’entre nous qui possèdent encore des facultés mentales, cela ne changera rien au fait que l’Europe ne pourra pas survivre longtemps sans le gaz naturel russe. Une devise appropriée pour l’Europe serait « Donnez-moi le gaz russe, ou donnez-moi la mort ! » Je vais maintenant fournir une justification complète de cette devise dans une perspective à court et à long terme.

Lorsqu’on fait remarquer que la situation énergétique de l’Europe est absolument désespérée, on entend souvent la réponse rapide suivante : « Tout cela n’a aucun sens. L’Europe n’achètera tout simplement pas de gaz pour le moment. Il reste beaucoup de temps avant l’hiver prochain et d’ici là, la Russie capitulera et offrira son gaz gratuitement. »

Laissez-moi vous expliquer comment fonctionnent les réseaux de livraison de gaz naturel. Pour survivre à la saison de chauffage de l’hiver, l’Europe doit remplir complètement son stockage souterrain de gaz d’ici novembre, alors qu’il est actuellement presque vide. Si ce n’est pas le cas, même avec des livraisons de gaz naturel en provenance de l’extérieur à plein débit, les Européens devront choisir entre fermer l’industrie et laisser les bâtiments sans chauffage. L’infrastructure européenne de gaz naturel existante n’a tout simplement pas la capacité de remplir son stockage souterrain de gaz en un jour, une semaine ou un mois. Son volume est évalué à 100 milliards de mètres cubes. Nord Stream 1, à son débit maximal, peut fournir 160 millions de mètres cubes par jour. Une autre tranche de 100 millions de mètres cubes par jour est actuellement pompée par le gazoduc ukrainien. Ajoutez à cela Yamal-Europe et Turk Stream, avec 300 millions de mètres cubes par jour. À la fin de la saison de chauffage actuelle, il restera moins de 20 milliards de mètres cubes dans le stockage souterrain (sans compter le « gaz technique » piégé utilisé pour maintenir la pression). La capacité maximale des usines de regazéification du gaz naturel liquéfié en Europe est de 400 millions de mètres cubes supplémentaires par jour. Oh, et l’Europe produit encore 150 millions de mètres cubes par jour par ses propres moyens. La capacité maximale de livraison de gaz naturel disponible pour l’ensemble de l’Europe s’élève donc à 850 millions de mètres cubes par jour. En appliquant des principes arithmétiques avancés, nous arrivons à la conclusion inévitable qu’il est impossible de remplir le stockage souterrain de l’Europe en moins de 100 jours !

Mais cela suppose que pas un seul mètre cube de gaz ne sera consommé entre-temps. Cette hypothèse n’est évidemment pas valable. De plus, il existe des restrictions quant à la vitesse de pompage du stockage souterrain ; le processus ralentit à mesure que le stockage est rempli et que la pression augmente. En réalité, pour atteindre l’objectif déclaré de 90% de la capacité au début de la saison de chauffage de 2022, le stockage souterrain doit commencer à être rempli à la mi-avril, c’est-à-dire dès maintenant ! Sinon, il n’y aura aucune chance de rattraper le retard. Et si l’Europe refuse d’acheter les 300 millions de mètres cubes par jour de la Russie en utilisant des roubles qu’elle n’a pas actuellement, alors il n’y a aucun espoir de passer la saison de chauffage.

Conclusion à court terme : pour l’Europe, il n’y a pas d’alternative au gaz naturel russe. Commençons par une proposition qui semble à la fois simple et logique : remplaçons le gaz naturel par plus d’éoliennes ; brûlons davantage de charbon ; remplaçons le gaz par du pétrole ; construisons encore quelques centrales nucléaires ; brûlons du biocarburant (arbres, meubles, animaux morts, etc.). Cela ne marchera pas et voici pourquoi.

Commençons par quelques faits de base. Le gaz naturel est principalement composé de méthane, CH4. Une transformation chimique assez simple permet de convertir le CH4, l’air et l’eau en NH3, qui est l’ammoniac, ou nitrure d’hydrogène. Ce dernier peut à son tour être utilisé pour fabriquer de nombreuses choses utiles, des engrais azotés (sans lesquels beaucoup de gens mourraient de faim) aux explosifs (sans lesquels beaucoup de gens vivraient plus longtemps et plus heureux, ce qui nécessiterait encore plus d’engrais azotés), en passant par de nombreux autres produits tels que les polymères (c’est-à-dire les plastiques). Il existe d’autres moyens de fabriquer de l’ammoniac, mais ils sont plus coûteux et l’infrastructure pour les utiliser n’existe pas. Un autre produit essentiel et irremplaçable fabriqué à partir du gaz naturel est le méthanol ; la chimie industrielle moderne est impensable sans lui. Il est donc tout simplement impossible de remplacer le gaz naturel par du charbon, des éoliennes ou des centrales nucléaires.

Ensuite, il faut savoir que le gaz naturel est utilisé pour produire de l’électricité et de la chaleur. Certes, la chaleur peut également être produite en brûlant du charbon ou en utilisant des chauffages électriques, mais les fours à charbon ne sont pas très répandus dans les foyers européens d’aujourd’hui, tandis que le réseau électrique n’est pas conçu pour fournir de la chaleur dans les quantités nécessaires, qui sont de plusieurs ordres de grandeur supérieures à la demande actuelle en électricité. Renforcer le réseau électrique ou installer des fours à charbon partout (et développer la logistique de la livraison du charbon) sont deux propositions très coûteuses et longues à mettre en œuvre. Ainsi, une fois encore, il n’y a pas d’alternative au gaz naturel.

Considérons maintenant les utilisations du gaz naturel comme combustible dans la fabrication du verre, la métallurgie, la fabrication du ciment et de nombreux autres processus industriels. Convertir la production de verre ou d’acier en utilisant du charbon ne fonctionnera pas. La convertir à l’électricité prendrait trop de temps. Le choix immédiat est de continuer à utiliser le gaz naturel ou de tout arrêter. Et tout arrêter signifie que l’Europe va se désindustrialiser, que tous les travailleurs industriels vont se retrouver au chômage et que le niveau de vie de tous les Européens va chuter d’un bon ordre de grandeur, tout cela à cause du manque de gaz naturel russe.

La dernière raison pour laquelle il n’y a pas d’alternative au gaz naturel russe peut sembler quelque peu contre-intuitive : il ne peut être remplacé par les énergies renouvelables. C’est vrai, l’utilisation généralisée des sources d’énergie renouvelables (éolienne et solaire en particulier) rend l’utilisation du gaz naturel absolument obligatoire. En outre, la capacité de production à base de gaz naturel doit être égale à la capacité de production à base de sources d’énergie renouvelables – rien de moins ne fonctionnera. En effet, l’éolien et le solaire ne peuvent pas fournir un niveau de production garanti, et plus la capacité éolienne et solaire installée est importante, plus les différences entre les pics et les creux de production sont grandes. D’autre part, les consommateurs d’électricité, qu’il s’agisse d’une fonderie d’aluminium ou des systèmes de survie d’un hôpital, ne peuvent pas fonctionner avec une alimentation électrique intermittente. Les pics et les creux doivent être lissés par quelque chose, et pour des raisons de physique, cette chose ne peut être que le gaz naturel.

L’énergie nucléaire est exclue, pour la simple raison qu’un réacteur nucléaire ne peut pas produire 500 MW une minute et 5 MW la minute suivante. C’est ce qu’on appelle la « manœuvre » et, si elle n’est pas effectuée très lentement et soigneusement, elle fait exploser les réacteurs nucléaires comme ce fut le cas à Tchernobyl. Il y a beaucoup d’autres excellentes raisons, mais cette première raison est suffisante. Il ne reste plus que le charbon et le gaz naturel. Il est peut-être possible de manœuvrer en utilisant des centrales au charbon, mais l’efficacité énergétique de telles manœuvres serait tout à fait lamentable : un moment, vous alimentez les fours comme un fou et le lendemain, vous évacuez bruyamment la vapeur dans l’atmosphère. Il serait moins coûteux de mettre au rebut tous les aérogénérateurs et les panneaux solaires que de mener une telle opération, car personne ne serait en mesure de s’offrir l’énergie ainsi produite. Le gaz naturel est unique en ce sens qu’une turbine à gaz naturel peut monter et descendre en puissance rapidement et sans perte d’efficacité majeure. De plus, le CO2 qu’il produit est un sous-produit précieux qui peut être utilisé pour fabriquer de la glace sèche pour les usines de conditionnement de viande.

Pour être complet, mentionnons brièvement l’hydrogène (H2) qui est si à la mode chez les écologistes. Certains d’entre eux pensent même que l’hydrogène peut remplacer le gaz naturel, notamment une certaine gynécologue au chômage qui, inexplicablement, dirige toute l’Union européenne. J’ai une mauvaise nouvelle pour elle : plus on utilise l’hydrogène, plus on a besoin de gaz naturel. Et ce n’est même pas parce que l’hydrogène doit être fabriqué principalement à partir de gaz naturel (de gaz naturel russe, en Russie) ; il y a une raison plus simple, basée sur la physique. L’hydrogène ne peut pas être acheminé par gazoduc comme le gaz naturel. Les molécules d’hydrogène sont minuscules et traversent le métal sans trop de problèmes ; sur un pipeline de 1000 km de long fonctionnant à une pression typique de 60 à 90 atmosphères, 40% de l’hydrogène s’échapperait tout simplement.

En outre, l’hydrogène brûle à une température beaucoup plus élevée que le gaz naturel et son utilisation nécessite le remplacement d’un grand nombre d’infrastructures, des stations de compression des pipelines aux fours et aux échangeurs de chaleur. Enfin, l’hydrogène s’accompagne de toute une série de problèmes particuliers : il fragilise les pipelines et les expose à des défaillances catastrophiques ; il est explosif à des concentrations très diverses ; sa flamme est invisible mais extrêmement chaude. En résumé, lorsque vous détectez une fuite d’hydrogène, vous êtes déjà à mi-chemin de la mort. La seule bonne nouvelle est la suivante : des expériences ont montré qu’il est relativement sûr et efficace de mélanger du gaz naturel avec de l’hydrogène dans un rapport de 9 pour 1. Mais cela signifie que pour doubler l’utilisation de l’hydrogène, il faut doubler l’utilisation du gaz naturel.

Conclusion à long terme : pour l’Europe, il n’y a pas d’alternative au gaz naturel en général, et au gaz naturel russe en particulier (parce qu’il n’y a pas d’autres sources de gaz naturel). À l’heure actuelle, les Européens n’ont pratiquement plus de gaz naturel stocké sous terre et n’ont plus de roubles sur leurs comptes pour en acheter davantage – une situation vraiment épouvantable qui les oblige à passer par les différentes étapes du processus de deuil. Depuis hier, certains pays européens – l’Allemagne, l’Autriche et la Pologne en particulier – en sont au stade du déni, tandis que d’autres – le Danemark – en sont déjà au stade du marchandage. La Bulgarie et la Moldavie, qui ont une grande expérience des relations avec la Russie et savent pertinemment que la première offre de la Russie est toujours la meilleure, s’empressent d’accepter toutes les conditions.

Nous ne pouvons qu’être désolés pour les marionnettes européennes. Elles ont été élevées et entraînées à suivre tous les ordres de leur grand frère de l’Ouest ; mais aujourd’hui, leur grand frère de l’Ouest voudrait qu’elles s’effondrent (en refusant d’acheter du gaz naturel russe) pour qu’il puisse s’effondrer seulement demain ou après-demain. Ils ont maintenant la tâche peu enviable de violer toute leur programmation et de s’incliner en supplication devant le Grand Frère de l’Est et de demander : « Que pouvons-nous vous donner en échange de quelques roubles avec lesquels acheter du gaz naturel afin de survivre au prochain hiver ? » Ils ne devraient même pas essayer d’offrir l’Ukraine ; ce territoire a déjà été récupéré. La Lituanie, alors ?

Dmitry Orlov

source : Club Orlov

traduction Hervé, relu par Wayan

via Le Saker Francophone

Dernières nouvelles du blog

VACCINER LES FEMMES ENCEINTES EST UNE FOLIE ABSOLUE

par La rédaction de l’AIMSIB. Chez les médecins français, il existe un exercice périlleux qui consiste à montrer son désaccord médical à un élu de son Conseil de l’Ordre car cela se solde par des poursuites à l’encontre de l’écervelé qui croyait que la confraternité pouvait autoriser … les échanges confraternels1. Nous évoquerons ici les tentativesLire la suite

0 comments on “L’EUROPE N’A PAS D’ALTERNATIVE AU GAZ NATUREL RUSSE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :