MONDE

LA POLOGNE ATTAQUE UN POSTE FRONTIÈRE BIÉLORUSSE

par Jacob Dreizin.

Une brigade entière se rend à Mariupol

Nous allons bientôt aborder le sujet principal du titre. D’abord, à propos de Marioupol…

Des éléments des forces armées ukrainiennes et une partie des forces d’Azov ont tenté de s’échapper de Marioupol hier, sans savoir comment regagner les lignes ukrainiennes, distantes d’au moins 90 kilomètres.

Certains sont sortis de la ville, mais ont dû laisser leurs véhicules derrière eux (après que beaucoup d’entre eux aient été détruits par l’artillerie ou par les airs), et ont ensuite été tués ou capturés dans les bois ou les champs à l’extérieur de Marioupol.

La vidéo ci-dessous montre une section de brouillage radio (ou ce qui reste d’une compagnie de brouillage radio, ce n’est pas clair) qui faisait partie de la 36e brigade d’infanterie de marine séparée ou qui y était attachée.

Dans la vidéo, ils sont gentiment interrogés par l’un des principaux correspondants de guerre russes, qui leur demande quelle était leur situation avant l’assaut, comment s’est déroulé l’assaut, quel traitement les blessés ont reçu des médecins russes ou de donetsk, etc.

L’homme barbu à environ 0:52 prétend être un zampolit, c’est-à-dire un commissaire ou un officier politique, bien qu’il affirme ne pas avoir été formé en tant que tel, c’est-à-dire qu’il ne faisait que « jouer » ce rôle.

Le journaliste russe (qui affirme avoir reçu une telle formation, il y a longtemps) est surpris de découvrir que cette fonction existe toujours. « Ne vous retournez pas, Der Kommissar est en ville ! »

Selon les rapports, deux bataillons entiers (ou leurs restes) de la 36e se sont rendus aujourd’hui. Un autre bataillon s’est rendu il y a quelques jours, comme je l’avais porté à votre attention.

Ainsi, la seule résistance restante à Marioupol est maintenant constituée d’environ 1500 hommes d’Azov, qui sont retranchés (probablement avec quelques conseillers étrangers qui ont été piégés avec eux dans la ville) dans l’usine d’acier.

La Pologne « attaque » un poste frontière biélorusse

Ceci est un article de plaidoyer. Je demande un « maximum de republication », un maximum de participation. C’est votre chance d’aider à arrêter une guerre beaucoup plus importante.

Les médias ne le feront pas. C’est à vous de le faire. S’il vous plaît, faites-le pour mes enfants, vos enfants, vos petits-enfants, peu importe.

Il y a quelques jours – et je ne suis pas sûr que ce soit la première fois – du personnel en uniforme polonais a « attaqué » un poste frontière biélorusse.

Dans le court clip vidéo ci-dessous, un militaire polonais tire avec une fronde (voir vers 0:27) et d’autres font briller des lasers et une lampe stroboscopique, en direction de la position biélorusse.


Vous pourriez penser que ce n’est pas sérieux.

C’est sérieux. Il s’agit d’une frontière internationale. À moins que vous ne pensiez que les gardes-frontières polonais (ou l’armée, ou qui que ce soit) sont des hooligans, ils ne feraient pas cela sans ordres.

Imaginez que l’armée mexicaine fasse cela aux gardes-frontières américains, comment les Américains se sentiraient-ils ? (Nous savons que les cartels font bien pire, mais ils ne sont pas le gouvernement).

Ensuite, les Polonais peuvent déployer une catapulte à pastèque, une arme sonore, des gaz lacrymogènes ou autre, et quelqu’un du côté biélorusse sera blessé, ou pire.

La Pologne dira : « Ce n’est qu’une catapulte ! », mais si elle brise le cou de quelqu’un, la Biélorussie devra répondre…

… Et c’est alors « l’article 5 de l’OTAN », et les plus de 10 000 militaires américains en Pologne, dont la plupart sont situés à moins de 30 miles des frontières ukrainiennes ou biélorusses (pour parer à une telle éventualité), sont entraînés dans cette affaire. Sans oublier que je viens de recevoir une vidéo de ce train d’obusiers américains ou allemands (ils ne font pas partie de l’arsenal polonais) – au moins deux batteries – entrant en Pologne.

C’est une étape dans une campagne d’escalade.

La Pologne tente d’opérer un changement de régime en Biélorussie depuis 2020.

Les affirmations selon lesquelles l’Oncle Sam est directement derrière les efforts de changement de régime sont en partie fausses. C’est la Pologne, avec la Lituanie et l’Allemagne en deuxième position.

En réponse, la Biélorussie avait facilité une vague de migration illégale chaotique d’Irakiens et d’autres personnes vers la Pologne, mais cela s’est plus ou moins arrêté, il y a plusieurs mois.

Récemment, une équipe de saboteurs de chemins de fer a été arrêtée en Biélorussie ; l’un des trois a résisté et a été blessé par balle. On a découvert qu’ils avaient un pistolet et du matériel radio professionnel. J’ai des vidéos de leur arrestation et des dégâts qu’ils ont causés, mais ce n’est pas très intéressant.

Il est probable qu’ils opéraient en étant payés et sous les ordres des services de renseignement polonais. Le chemin de fer est une cible parce qu’il transporte du matériel de l’armée russe.

Les services de renseignement polonais ont créé un « groupe de façade » virtuel appelé BYPOL, qui serait composé de membres du personnel de sécurité biélorusse souhaitant voir une Biélorussie démocratique bla bla bla.

BYPOL prétend disposer d’un vaste réseau de fonctionnaires « de l’intérieur » en Biélorussie. C’est probablement imaginaire.

Même si BYPOL n’est pas 100% faux, c’est une façade. Vous savez qui signe les chèques et tire les ficelles.

BYPOL « existe » pour que tout sabotage ou subversion à l’intérieur de la Biélorussie puisse être « plausiblement nié » par la Pologne. Comme, « Ce n’était pas nous, c’était BYPOL ». Ensuite, si la Biélorussie riposte, c’est l’agresseur et… article 5 de l’OTAN.

Le site internet en anglais de BYPOL est ici. Il est ridiculement élégant, probablement fabriqué aux États-Unis, ou avec l’aide d’une société de relations publiques américaine.

La Pologne a cherché à étendre son influence sur ses voisins.

Une grande partie de la Biélorussie et de l’Ukraine a été contrôlée par la Pologne entre les années 1400 et le début des années 1700, puis la Biélorussie occidentale et le nord-ouest de l’Ukraine ont été à nouveau occupés par la Pologne entre 1919 et 1939.

Aujourd’hui, la Pologne veut récupérer son territoire.

Ne vous contentez pas de me croire sur parole. Le tweeteur américano-polonais Jack Posobiec – 1,7 million d’abonnés et un habitué de l’émission de Steve Bannon – appelle depuis plus d’un an à la renaissance de l’empire polonais.

Un commandant à la retraite des forces terrestres polonaises a récemment déclaré au principal tabloïd polonais que l’enclave russe isolée de Kaliningrad (autrefois les 40% du nord de la Prusse orientale, pris par l’URSS en 1944-45) est de plein droit polonaise et doit être conquise.

C’est le genre de conneries qui circulent dans leur espace médiatique. Leur public est préparé à l’intervention et à l’expansion.

Ces dernières semaines, la Pologne a mobilisé au moins une division d’infanterie entière (avec l’aide de formateurs américains) pour se déplacer dans le nord-ouest de l’Ukraine, afin de « protéger » les Ukrainiens, même si les combats entre l’Ukraine et la Russie se déroulent à des centaines de kilomètres.

Quelques cibles militaires dans cette partie de l’Ukraine ont été bombardées, mais personne ne pense sérieusement que la Russie veuille – ou puisse – déplacer ses forces terrestres dans la région de sitôt. Si la guerre arrive ici, aussi improbable que cela soit, il faudra encore attendre des mois.

Jusqu’à présent, l’Union européenne et le commandement de l’OTAN ont dit à la Pologne : « Non ! ».

Cela pourrait changer si les choses se réchauffent à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

Si la Pologne et la Biélorussie commencent à se battre, ce serait déjà assez grave, cela impliquerait l’OTAN et peut-être des armes nucléaires. Mais (si nous en sommes encore là), la Pologne aurait également un prétexte et une couverture politique pour s’installer dans le nord-ouest de l’Ukraine et y établir un protectorat à long terme.

(Cette « force expéditionnaire » serait soutenue par les batteries de missiles Patriot de l’OTAN actuellement déployées en Slovaquie).

C’est leur objectif. C’est probablement l’objet de ce drame frontalier en Biélorussie.

Tout le monde doit comprendre maintenant que si la guerre Russie-Ukraine devient « hors de contrôle », et se transforme en une guerre plus large Russie-OTAN, ou en une guerre nucléaire, ce ne sera pas grâce à Brandon.

Ce sera grâce à la Pologne.

Pendant très longtemps, dans nos médias, les Polonais ont été de « bons lutins » – ils sont purs, saints, ils ont vaincu le communisme avec leurs chapelets et leur eau bénite, bla bla bla. Ils ne peuvent pas faire de mal. Cela ne changera pas.

Je demande donc à tous ceux qui lisent ces lignes de partager ce message ou au moins la vidéo ci-dessus.

Le simple fait de diffuser ce message dans l’espace médiatique alternatif des États-Unis contribue à atteindre cet objectif.

Faites ce que vous pouvez.

Si vous vivez dans la circonscription de l’un des rares républicains non-RINO du Congrès, appelez son bureau et demandez-lui de parler de ce sujet publiquement.

La vie que vous sauverez sera peut-être la vôtre.

Merci.

Source : The Dreizin Report

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

0 comments on “LA POLOGNE ATTAQUE UN POSTE FRONTIÈRE BIÉLORUSSE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :