MONDE

OTAN: LE MENSONGE FONDATEUR

Les anti-OTAN brandissent régulièrement l’argument massue selon lequel l’Organisation n’a plus lieu d’être depuis le démentèlement de l’URSS et du Pacte de Varsovie. Ce faisant, ils valident sans le savoir le mensonge fondateur, selon lequel l’OTAN avait été créée pour contrer … bla bla bla. La vérité c’est que la nécessité d’une telle organisation n’a jamais existé, à aucun moment, ni au moment de sa création, ni par la suite. L’on pourrait même se demander si la guerre froide n’a été mise en place que pour justifier et maintenir l’existance de l’alliance. Le Pacte de Varsovie, que l’on citait jadis comme une menace existentielle pour l’Occident autoproclamé « monde libre », n’aurait jamais exité si l’OTAN n’avait pas elle-même existé. De même, toutes les actions du bloc soviétique à caractère militaire durant la guerre froide ne furent qu’une série de réactions face à des actes hostiles du bloc occidental. RI

***

La perfidie de sang-froid des élites dirigeantes anglo-américaines est tout simplement colossale. Et cela nécessite une machinerie colossale de désinformation pour la garder secrète.

En réalité, la guerre « froide » a commencé peu après le début de la guerre, vers 1941. Roosevelt et Churchill sont intervenus militairement le plus tard possible dans la guerre – malgré les demandes répétées de leur allié Staline : l’Armée rouge et la Wehrmacht allemande devaient se détruire autant que possible.

Après la Seconde Guerre Mondiale en 1945, les États-Unis savaient : l’Union Soviétique affaiblie ne représente aucun danger. Mais avec la prise en tenaille du Plan Marshall et de l’OTAN, les USA ont intégré les pays d’Europe occidentale, du Nord et du Sud dans leur expansion économique et militaire. Les ex-nazis et les ex-collaborateurs des nazis ont été promus, tandis que les partis, mouvements et personnes antifascistes ont été éliminés, infiltrés, achetés. Dans le même temps, les États-Unis ont également aidé les gouvernements à lutter contre les mouvements de libération dans les colonies – également en raison des matières premières pour les entreprises américaines.

Après 1990, le mensonge fondateur et donc la prise en tenaille militaro-capitaliste se sont poursuivis avec l’« expansion vers l’Est ». Cela inclut le démantèlement de la prospérité et de la liberté pour les populations majoritaires : L’UE et de plus en plus d’entreprises, d’investisseurs et de consultants américains organisent l’américanisation avec des travailleurs pauvres, des travailleurs malades ainsi qu’une migration de la main-d’œuvre illégale et légalisée – en même temps, la militarisation et l’hostilité contre la Russie s’étendent : La domination de l’Eurasie de Lisbonne à Vladivostok était le plan depuis le début. Nous vous présentons un chapitre du livre de Werner Rügemer : Imperium EU – ArbeitsUnrecht, Krise, neue Gegenwehr. Cologne 2020. La guerre en Ukraine n’y joue pas de rôle, bien sûr, mais elle devient explicable à certains égards. Les sources ont été omises.

par Werner Rügemer.

« Russie » après la Seconde Guerre Mondiale : pas de danger

À l’approche de la création de l’OTAN, les responsables aux États-Unis le savaient : l’Union Soviétique ne représentait aucune menace militaire. La puissance affaiblie ne pourrait pas soutenir une attaque contre l’Europe occidentale même si elle le voulait : L’économie de l’Union Soviétique est en grande partie détruite et technologiquement obsolète ; son système de transport est trop primitif ; son industrie pétrolière est facile à attaquer. L’Union Soviétique n’a pas non plus la bombe atomique. « Les hommes du Kremlin sont des tyrans intelligents qui ne risqueront pas leur pouvoir interne par des aventures militaires à l’étranger. Ils veulent gagner la bataille pour l’Allemagne et l’Europe, mais pas par une action militaire », a déclaré George Kennan, le planificateur en chef du département d’État, pour le chef du département d’État Marshall, pour le président Truman et pour les ambassadeurs américains dans divers mémorandums en 1948.

Mais pourquoi les États-Unis et leurs alliés alors encore peu nombreux ont-ils néanmoins créé l’OTAN, une alliance militaire expressément dirigée contre l’Union Soviétique ?

La Légende de la guerre Froide

La légende dit que l’OTAN était un « produit de la guerre froide » après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En réalité, l’OTAN est un produit de l’expansion américaine, qui était déjà en cours avant l’intervention militaire américaine pendant la Seconde Guerre Mondiale.

La « guerre froide » est l’une des constructions idéologiques les plus ingénieuses utilisées par la machine d’opinion américaine pour déguiser les pratiques américaines de la Seconde Guerre Mondiale à nos jours. Le terme a été popularisé par l’idéologue américain le plus important du XXe siècle : Walter Lippmann, le père du « néolibéralisme ».

« Guerre froide » est censé signifier : après la Seconde Guerre Mondiale, la guerre militaire est terminée et la phase de confrontation non militaire entre « l’Ouest libre » et le « bloc communiste de l’Est » commence. Mais pendant la « guerre froide », les États-Unis et les premiers pays de l’OTAN ont mené des guerres chaudes, très chaudes, par exemple en Grèce, en Corée, aux Philippines, en Afrique et en Indochine – il faudra y revenir.

En réalité, la guerre « froide » a commencé peu après le début de la guerre, vers 1941. Roosevelt et Churchill sont intervenus militairement le plus tard possible dans la guerre – malgré les demandes répétées de leur allié Staline : L’Armée rouge et la Wehrmacht allemande devaient se détruire mutuellement autant que possible. Les gouvernements américain et britannique ont également rejeté par principe toute résistance intérieure à Hitler. L’avocat de Wall Street Allen Dulles, en tant que chef de l’agence de renseignement Office of Stragic Services (OSS) basée en Suisse, ne voulait pas que les assassins du 20 juillet 1944 réussissent – l’armée américaine voulait à tout prix empêcher un armistice précoce avec l’Union Soviétique. L’Armée rouge devait subir des pertes aussi élevées que possible dans la poursuite de la lutte contre la Wehrmacht de Hitler.

Faire progresser la ligne de « défense » américaine vers l’Europe

Walter Lippmann (à gauche), un diplômé de Harvard qui se considérait initialement comme un gauchiste et un socialiste, avait aidé à organiser la propagande en faveur de l’entrée en guerre des États-Unis pour le ministère américain de la Guerre pendant la Première Guerre Mondiale (Committee on Public Information, CPI) : En 1917, la promesse de neutralité pacifiste du président américain Woodrow Wilson devait être annulée, et l’entrée en guerre des États-Unis devait désormais être justifiée.

Par la suite, Lippmann a justifié théoriquement et accompagné journalistiquement l’expansion mondiale des États-Unis dans une position de premier plan – notamment en ce qui concerne l’Europe et le Japon. En 1938, en tant qu’opposant au programme de réforme de Roosevelt (New Deal), il avait réuni les futurs gourous de la théorie économique « néolibérale » tels que Friedrich Hayek, Alexander Rüstow et Raymond Aron : c’est là que le terme euphémique « néolibéralisme » a été inventé pour désigner la doctrine mondiale pointue, antisyndicale et anticommuniste du capitalisme.

En mars 1943, Lippmann écrivait : Après avoir conquis l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, les Caraïbes, les Philippines et plusieurs îles du Pacifique (Wake, Guam, Hawai, îles sous mandat japonaises), les États-Unis avaient été contraints de « défendre les deux tiers de la surface de la terre à partir de notre base continentale en Amérique du Nord. » Maintenant, cependant, avec la défaite prévisible des puissances de l’Axe que sont l’Allemagne, le Japon, l’Italie et leurs alliés et collaborateurs, un accès beaucoup plus large s’ouvre.

Les États-Unis ne seront désormais plus en mesure de « défendre » leurs territoires précédemment conquis, a déclaré le géostratège, à partir de leur seul territoire nord-américain et des îles dispersées du Pacifique. Au contraire, l’Amérique peut et doit maintenant étendre de manière décisive sa ligne de « défense » « en fondant notre politique étrangère sur des alliances fiables dans l’ancien monde ». De nouvelles bases américaines pourraient désormais être établies en Europe et au Japon. Cela permettrait aux États-Unis de passer de l’ancienne « défense » passive à une « défense » active de leurs intérêts nationaux.

États-Unis 1947 : Le département « Guerre » devient département « Défense »

Cette stratégie impliquait des artifices idéologiques : La doctrine anti-libérale et anti-démocratique du capitalisme intensifié a été appelée « néolibéralisme ».

Et l’expansion militaire intensifiée est passée pour de la « défense ». À partir de 1789, depuis leur fondation, les États-Unis ont en fait eu un département de la guerre : par des guerres, le continent nord-américain a été intégré au territoire national, puis l’Amérique centrale, les Caraïbes, Cuba, puis les Philippines, Porto Rico, la Chine, etc. ont été pénétrés militairement, occupés temporairement, des gouvernements vassaux ont été installés, des îles ont été occupées et développées comme bases militaires permanentes.

Mais juste au stade le plus élevé de son expansion militaire jusqu’alors, le département de la guerre a été euphémiquement et factuellement rebaptisé département de la défense en 1947. C’est pourquoi l’OTAN, bien qu’agressive, a été baptisée l’alliance de « défense ».

Le jumeau : plan Marshall et OTAN

L’OTAN, fondée en 1949, était le jumeau du plan Marshall. Le double caractère militaire et civil était incarné par George Marshall lui-même : Pendant la Seconde Guerre Mondiale, en tant que chef d’état-major, il coordonne l’armée américaine sur tous les théâtres de guerre entre l’Afrique du Nord, l’Europe et l’Asie. Après la guerre, en tant que secrétaire d’État de 1947 à 1949, il organise le plan Marshall. Et en 1950, cet homme agile s’est glissé dans le rôle de secrétaire à la défense des États-Unis, organisant des interventions brutales, notamment des bombardements au napalm, contre les mouvements de libération du monde entier, en Corée comme en Grèce.

À partir de 1947, tous les futurs membres fondateurs de l’OTAN ont reçu l’aide du plan Marshall : Grande-Bretagne, France, Portugal, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Danemark, Islande, Italie, Norvège. Cela s’est poursuivi après la fondation de l’OTAN jusqu’à la fin du plan Marshall en 1952. En outre, en 1949, le Congrès américain a approuvé une aide d’un milliard de dollars pour le réarmement des pays fondateurs de l’OTAN. Dans certains cas, l’aide du plan Marshall a été réaffectée à des fins militaires.

Tous ces États – à l’exception du Luxembourg, de l’Italie et de la Norvège – étaient également des puissances coloniales actives. La plupart d’entre eux étaient également des monarchies et pas des parangons de démocratie. Les États-Unis eux-mêmes entretenaient dans le monde de nombreux territoires dépendants de manière néocoloniale et dominaient des États d’Amérique centrale et des Caraïbes avec l’aide de dictateurs, notamment à Cuba.

Pacte de Bruxelles préliminaire : « Allemands » et « Danger communiste »

Avant la fondation de l’OTAN, les pays européens les plus fiables destinés à devenir membres fondateurs ont pu faire leur prélude. En mars 1948, les gouvernements de la Grande-Bretagne, de la France et des trois petites monarchies du Benelux, fortement subventionnés par le plan Marshall, ont adopté le « Pacte de Bruxelles ». Ce pacte se veut une alliance militaire contre une nouvelle agression allemande et contre une menace d’agression soviétique.

Ces praticiens de la conspiration dirigés par les États-Unis simulaient des dangers qui n’existaient pas : L’Allemagne était entièrement désarmée et sous le contrôle militaire des Alliés, y compris des membres du Pacte de Bruxelles eux-mêmes – la France, la Grande-Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas étaient des puissances occupantes en Allemagne de l’Ouest ; et ils pouvaient avoir leur mot à dire sur le réarmement ou non de l’Allemagne de l’Ouest ou de la République Fédérale d’Allemagne. L’Union Soviétique n’était ni capable ni désireuse d’attaquer l’Europe occidentale, et encore moins de l’occuper de manière permanente – cette évaluation du gouvernement américain était également connue des États du Pacte de Bruxelles.

Le Pacte de Bruxelles réunissait, avec la Grande-Bretagne, les États dont les gouvernements et les élites économiques n’avaient pas résisté à l’occupation de la Wehrmacht, mais avaient collaboré avec l’Allemagne nazie et voyaient également le « communisme » comme le principal danger. Ils craignaient tous d’être punis, ostracisés ou même expropriés après la guerre, les militaires et les services secrets craignaient de perdre leur influence. Mais les États-Unis gardaient une main protectrice sur eux.

Le 4 avril 1949 – quelques mois avant la fondation de la République Fédérale d’Allemagne – l’alliance militaire Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, l’OTAN, est fondée à Washington. Elle est présentée comme une alliance de « défense », selon le langage américain. Tous les autres membres étaient dépendants des États-Unis, non seulement par le biais du plan Marshall, mais aussi par des prêts, une aide militaire et des investissements supplémentaires. Le siège de l’OTAN se trouvait à Washington jusqu’en 1952.

Il y avait aussi : Le dictateur Franco avec un statut spécial

Les cercles dirigeants des États-Unis avaient admiré le fascisme de Mussolini : Il avait montré comment vaincre le « danger communiste » à l’Ouest. Mussolini a été comblé de prêts par Wall Street, et les investisseurs américains ont acheté des actions dans des entreprises italiennes, comme Fiat. Avec Mussolini et Hitler, les sociétés américaines ont alimenté le fasciste Franco, qui a détruit la République dans une guerre civile brutale.

Franco avait déclaré la victoire le 1er avril 1939 – à peine deux semaines plus tard, l’administration Roosevelt avait nommé son ambassadeur à Madrid. Seuls Mussolini, Hitler, le pape Pie XII et les promoteurs fascistes britanniques, le roi George VI et le Premier Ministre Neville Chamberlain, avaient été plus rapides à reconnaître diplomatiquement la dictature.

Pour des raisons esthétiques, l’Espagne n’est pas devenue membre de l’OTAN pendant le règne de Franco. Mais les États-Unis ont inclus l’Espagne dans leur expansion européenne, même sans adhésion officielle. Ils y exploitent des bases militaires et encouragent le développement économique, notamment le tourisme. Le fascisme était compatible avec « la liberté et la démocratie » et l’OTAN.

Guerre contre les mouvements de libération dans les colonies européennes

Avec l’OTAN, avec des bases militaires américaines supplémentaires dans les États membres de l’OTAN et des partenariats supplémentaires comme avec l’Espagne, les États-Unis n’ont pas seulement poussé leur ligne de « défense » en Europe occidentale au sens de Lippmann. Ils ont également soutenu les guerres que les puissances coloniales européennes ont menées contre les mouvements de libération dans les colonies qui s’étaient renforcés après la guerre. Et dans le processus, les États-Unis ont également eu accès aux matières premières de ces colonies.

Grande Bretagne

La Grande-Bretagne avait été approvisionnée par les États-Unis en armements, navires et nourriture pendant la guerre et était maintenant lourdement endettée envers les États-Unis. Les États-Unis ont veillé à ce que le Fonds Monétaire International (FMI), qu’ils avaient fondé et contrôlé en 1944, accorde son premier prêt important à la Grande-Bretagne en 1947 : cela a été utilisé pour concilier et faire chanter le gouvernement travailliste.

La Grande-Bretagne a également été affaiblie à d’autres égards : ses colonies les plus importantes, comme l’Inde, ont été perdues. Déjà pendant la guerre, la Grande-Bretagne avait cédé plusieurs bases militaires du Commonwealth aux États-Unis (programme de bail foncier). Au moment de la fondation de l’OTAN, le gouvernement dirigé par les travaillistes a combattu le mouvement de libération au Ghana, qualifiant le chef du Parti populaire de la Convention, Kwane Nkrumah, de « petit Hitler local » et le mettant en prison en 1950. Ce n’est qu’en 1957 que le Ghana réussit à devenir indépendant avec Nkrumah.

Les États-Unis, déjà présents en Grèce et en Turquie depuis 1943 avec leurs services secrets OSS, y ont remplacé les services militaires et secrets britanniques en 1948 et ont repris la guerre contre le mouvement de libération antifasciste en Grèce.

Le Canada

Le Canada, en tant que membre du Commonwealth, était doublement dépendant : depuis la fin du XIXe siècle, le pays était une colonie économique des États-Unis. Les troupes canadiennes et leur service de renseignement avaient été sous commandement britannique, et les troupes britanniques et toute l’économie de guerre britannique avaient été subordonnées aux États-Unis.

La France

Le deuxième membre le plus important de l’OTAN après la Grande-Bretagne était la France. L’armée américaine, avec les Britanniques et les Canadiens, avait libéré le pays des nazis et du gouvernement collaborationniste de Vichy du maréchal Pétain en 1944. La Résistance de gauche, qui avait été infiltrée par l’agence de renseignement américaine OSS, a été progressivement éliminée.

L’impopulaire général Charles de Gaulle, qui avait combattu Hitler et représenté une France indépendante, a dû être autorisé à participer au défilé de la victoire sur les Champs Élysées à Paris, puis un gouvernement provisoire a été formé ; il comprenait le Parti communiste, qui avait dirigé la Résistance. Mais ce gouvernement n’a jamais été reconnu par les États-Unis. La Banque mondiale, sous le président John McCloy, a accordé un prêt à la France avant même le plan Marshall, à une condition : de Gaulle et les communistes doivent être hors du gouvernement ! Le secrétaire d’État américain Byrnes, prédécesseur de Marshall, a promis un prêt de 650 millions et la livraison supplémentaire de 500 000 tonnes de charbon.

Des politiciens chrétiens laquais comme George Bidault, ami proche du président de la CDU et futur chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer et, comme ce dernier, en contact avec le chef de la CIA Allen Dulles, sont manœuvrés pour entrer au gouvernement. De Gaulle est chassé. Le prêt est accordé. En 1948, les États-Unis ont également réarmé trois divisions françaises afin que la France puisse même agir comme une puissance occupante sérieuse dans son territoire occupé en Allemagne de l’Ouest.

L’Algérie n’était pas seulement une colonie française, mais était considérée comme faisant partie de la France, bien qu’avec un système d’apartheid raciste. Cela n’a pas du tout dérangé l’OTAN : l’Algérie a été immédiatement incluse dans la zone du traité de l’OTAN. La guerre coloniale brutale du gouvernement français s’est intensifiée. À l’indépendance, l’armée française avait tué des centaines de milliers de combattants de l’indépendance et de civils.

Dans le même temps, le gouvernement français exigeait une aide militaire contre le « communisme » dans la colonie d’Indochine : la République démocratique du Vietnam, proclamée en septembre 1945 par le mouvement indépendantiste vietminh sous Ho Chi Minh, devait être détruite – les États-Unis ont aidé la France avec des conseillers militaires, de la nourriture et des armements. McCloy, en tant que président de la Banque Mondiale, a également approuvé un prêt à cette fin en 1949, l’année de la création de l’OTAN.

Belgique, Pays-Bas, Luxembourg

Les trois pays du Benelux n’avaient apporté aucune contribution militaire contre l’Allemagne hitlérienne. Leurs gouvernements et leurs entreprises avaient collaboré avec les nazis pendant la guerre. Mais la Belgique et les Pays-Bas sont devenus membres de l’OTAN et ont été autorisés à entrer en Allemagne de l’Ouest en tant que forces d’occupation par la grâce des États-Unis.

McCloy a également concédé un prêt de la Banque Mondiale au Royaume des Pays-Bas en 1949, l’année de la fondation de l’OTAN, pour combattre le mouvement d’indépendance dans la colonie d’Indonésie. Contre la République d’Indonésie, établie en 1945 après l’occupation japonaise, les 145 000 militaires néerlandais ont bombardé des villes, assassiné des dizaines de milliers de résistants et d’autres habitants, et capturé le gouvernement.

Belgique

Le Royaume de Belgique a continué à tenir sa colonie riche en ressources du Congo sous le feu après 1945 avec l’approbation des États-Unis. Les États-Unis avaient obtenu de la colonie belge de l’uranium, crucial pour leurs bombes atomiques. La société minière Union Minière du Haut Katanga – dans laquelle les Rockefeller détenaient une participation – avait déjà déménagé son siège social de Bruxelles à New York en 1939.

Après 1945, la résistance anticoloniale au Congo est menée sans merci : les syndicats sont interdits, les grévistes sont fusillés ou fouettés publiquement. Plus tard, en 1961, en complicité belgo-américaine (roi Baudouin, président américain Eisenhower, CIA, collaborateurs indigènes), le premier Premier Ministre du Congo nouvellement indépendant, Patrice Lumumba, est sauvagement assassiné peu de temps après.

Portugal

Le Portugal fasciste était resté neutre pendant la guerre et était donc d’autant plus important économiquement pour l’Allemagne nazie : En tant qu’État le plus important, le Portugal fournissait du tungstène, un métal précieux crucial pour la guerre, pour la trempe de l’acier, nécessaire, par exemple, pour les canons de fusils et de canons. Au Portugal, des actions pirates et de l’or piraté ont été blanchis pour financer l’effort de guerre allemand.

Après 1945, les États-Unis ont rendu au Portugal les colonies asiatiques de Timor et de Macao, qui avaient été occupées par le Japon. Dans les colonies africaines du Mozambique et de l’Angola, les économies coloniales forcées et de plantation (café, coton) prévalaient. Le Parti communiste, la principale organisation de libération, est interdit et persécuté.

Et les États-Unis et l’OTAN peuvent désormais utiliser les îles atlantiques du Portugal, les Açores, comme bases militaires.

Petits États et plus tard membres de l’OTAN

L’Islande, une colonie danoise, avait été occupée par la Grande-Bretagne et les États-Unis en 1940. Le pays avait déclaré son indépendance au Danemark en 1944. Par conséquent, l’Islande a reçu des fonds du plan Marshall et a accepté son adhésion à l’OTAN. Le petit pays n’avait pas d’armée propre, mais servait de base aux États-Unis et à l’OTAN.

Le Danemark : Un gouvernement anti-fasciste a été formé ici après l’ère nazie. Il comprenait le parti communiste, qui avait résisté aux nazis. Ici aussi, les États-Unis, avec l’aide de la social-démocratie et du plan Marshall, ont chassé le non-alignement initialement prévu.

Dans la colonie danoise du Groenland, les États-Unis avaient déjà établi des bases militaires en 1941. Le gouvernement danois, qui s’était réservé la politique étrangère et de sécurité du Groenland, a accepté : le Groenland a été déclaré zone de défense de l’OTAN en 1951. La base militaire américaine de Thulé, au Groenland, est devenue l’une des plus grandes bases étrangères des États-Unis, servant de site d’espionnage avancé contre l’Union Soviétique, puis contre la Russie, et déterminant la politique étrangère danoise.

La Norvège : Ici, le gouvernement social-démocrate voulait rester non-aligné après l’occupation allemande. Mais avec l’aide du plan Marshall et une aide supplémentaire au réarmement, les États-Unis ont fait entrer la Norvège dans l’OTAN.

La Grèce : L’année de la fondation de l’OTAN, les bombardiers en piqué américains bombardent au napalm les positions du mouvement de libération antifasciste déjà victorieux en Grèce et équipent les militaires fidèles à la monarchie, qui avait collaboré avec les nazis. C’était le seul moyen de vaincre le mouvement de libération. Lorsque les États-Unis ont assuré un gouvernement dépendant des États-Unis ici comme dans la Turquie voisine, ils ont fait entrer les deux pays dans l’OTAN en 1952.

République Fédérale d’Allemagne : la plus grande forteresse américaine d’Europe

Les États-Unis voulaient avant tout faire entrer les zones occupées de l’ouest de l’Allemagne dans l’OTAN. Mais d’une part, cette Allemagne de l’Ouest n’est pas encore un État et d’autre part, les gouvernements français et britannique s’opposent dans un premier temps au réarmement des Allemands en raison d’une opinion publique critique dans ces deux États.

Mais peu après la fondation du nouvel État de la République Fédérale d’Allemagne (RFA), son chancelier Konrad Adenauer, aux couleurs chrétiennes, a accepté (secrètement) de réarmer en 1950. Il a fait combattre les mouvements pour la paix et la neutralité et les a qualifiés de « communistes ». Dès 1950, les États-Unis ont encouragé la production d’armes en RFA pour les besoins de la guerre contre le Mouvement populaire de libération en Corée. Les industriels ouest-allemands de l’armement ont fait pression pour l’OTAN. Et dès septembre 1950, l’OTAN a inclus la RFA dans la zone de défense de l’OTAN – cinq ans avant son adhésion officielle.

Aujourd’hui, au XXIe siècle, aucun autre État de la planète n’accueille autant de bases militaires américaines supplémentaires que l’Allemagne de l’Ouest, membre de l’OTAN.

Les USA envahissent les colonies européennes

L’OTAN était donc une alliance contre la démocratisation post-fasciste et antifasciste en Europe et contre l’autodétermination nationale dans les colonies. Et l’État néocolonial de l’OTAN, les États-Unis, a envahi les anciennes colonies des Européens.

B-52 faisant exploser la jungle en contrebas avec toutes sortes de munitions antipersonnel. Les États-Unis (comme d’habitude) ont mené une guerre classée par de nombreux observateurs impartiaux – don’t Lord Russell – comme simplement sociopathe, dans laquelle, outre les bombardements brutaux et la terreur généralisée, des armes biologiques ont été utilisées avec des armes chimiques (Agent Orange).

Dans les colonies françaises d’Indochine (Vietnam, Laos, Cambodge) et d’Afrique (une bonne douzaine de colonies, principalement de la France, puis également de la Belgique et du Portugal), il y avait des réserves importantes de matières premières. Les entreprises américaines voulaient s’en emparer au meilleur prix possible. Sous la direction de Evan Just, l’autorité du plan Marshall à Paris a maintenu le département « Matières premières stratégiques ». Il explorait et inventoriait dans les colonies des puissances coloniales européennes, par exemple, le manganèse et le graphite à Madagascar ; le plomb, le cobalt et le manganèse au Maroc ; le cobalt, l’uranium et le cadmium au Congo ; l’étain au Cameroun ; le chrome et le nickel en Nouvelle-Calédonie ; le caoutchouc en Indochine ; le pétrole en Indonésie ; sans compter les diamants industriels, l’amiante, le béryllium, la tantalite et la colombite.

L’Autorité du Plan Marshall et le département d’État ont organisé des contrats d’achat de matières premières à partir de 1948, par exemple, en faveur des sociétés américaines United Steel, Bethlehem Steel et Newmont Mining. Des banques d’investissement telles que Morgan Stanley et Lazard Frères formèrent des holdings communes pour moderniser les mines dans les colonies. Pour les bombes atomiques, les États-Unis avaient besoin d’encore plus d’uranium après la guerre que pendant la guerre de toute façon.

Enfin, enfin, conquérir la Russie ? Résistance

Pour l’OTAN, la fondation ne visait pas à vaincre le « communisme », ce n’était qu’une étape préliminaire. Il s’agissait et il s’agit toujours de la conquête et de l’exploitation de l’Europe par les États-Unis, en particulier de la Russie, c’est-à-dire de toute l’Eurasie, de Lisbonne à Vladivostok (selon le conseiller présidentiel américain Zbigniew Brzezinski), qu’elle soit communiste ou capitaliste.

L’OTAN a été et reste une alliance qui a violé principalement et de manière permanente la Charte des Nations Unies, l’article 1 « Autodétermination des nations », depuis sa création. Les membres de l’OTAN – ainsi que des membres associés tels que la Suisse et l’Autriche – ont participé de diverses manières aux nombreuses guerres menées par les États-Unis dans le cadre de ce que l’on a appelé à tort la « guerre froide », en commençant par la guerre de Corée et plus récemment, par exemple, pendant deux décennies en Afghanistan, laissant derrière eux des pays appauvris et dévastés, avec des profits élevés pour les industries de l’armement, de l’énergie, des fournitures et des services militaires privés.

Et même sous le président Donald Trump, par ailleurs quelque peu critiqué, les partenaires européens de l’OTAN ont suivi la première puissance de l’OTAN dans l’agitation anti-russe et le réarmement pour conquérir le théâtre eurasien, réussissant finalement, si besoin est à nouveau par la guerre, et cette fois avec des bombes nucléaires.

Avec l’élargissement de l’OTAN vers l’est, le mensonge fondateur s’est poursuivi. L’adhésion à l’UE des anciens États socialistes a toujours suivi de quelques années l’adhésion à l’OTAN. L’UE reste un appendice de l’OTAN. Le soutien économique relatif apporté par le plan Marshall n’a apporté qu’une prospérité relative – et ce n’était qu’une concession temporaire. Il a pris fin en 1990. Depuis lors, l’UE, de concert avec les entreprises, les investisseurs et les consultants américains, a démantelé cette prospérité relative, étape par étape, d’abord en Europe de l’Est mais, au plus tard depuis la « crise financière » de 2008, de plus en plus rapidement dans les États « riches » d’Europe occidentale également.

L’enjeu est de taille. L’édifice de mensonges de l’OTAN, entretenu pendant des décennies, est plus fragile que jamais. La résistance à cet édifice doit et peut prendre une nouvelle force, sur tous les continents. La base juridico-politique a été clarifiée depuis longtemps avec le droit international des Nations Unies et les droits de l’homme des Nations Unies, qui incluent les droits du travail et les droits sociaux. Et les écologistes peuvent encore apprendre que l’armée ne nuit pas seulement à l’environnement.

source : The Greanville Post

traduction Avic pour Réseau International

Inscrivez-vous pour nous rejoindre

0 comments on “OTAN: LE MENSONGE FONDATEUR

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :