MONDE

KISSINGER EST LUCIDE, POUR UNE FOIS

par Mike Whitney.

Savez-vous pourquoi le discours d’Henry Kissinger au Forum économique mondial a suscité une telle fureur ?

Kissinger n’a pas critiqué la façon dont la guerre en Ukraine est menée ou le manque de progrès sur le terrain. Non. Ce que Kissinger a critiqué, c’est la politique elle-même, c’est ce qui a déclenché la tempête. Il a jeté un seau d’eau froide sur les personnes qui ont concocté cette politique farfelue en leur disant en face qu’ils « se sont trompés ».

Et ils se sont trompés, car la politique qu’ils mènent actuellement nuit aux alliés et aux intérêts des États-Unis. C’est le critère que nous utilisons pour déterminer si une politique particulière est stupide ou non et, malheureusement, celle-ci passe haut la main le « test de la stupidité ».

Laissez-moi vous expliquer : Notre stratégie de base consiste à « affaiblir » et à « isoler » la Russie en rompant ses liens économiques avec l’Europe et en l’entraînant dans un long et coûteux bourbier en Ukraine. Tel est le plan.

Maintenant, vous pouvez penser que cela semble assez raisonnable mais, selon Kissinger, c’est le mauvais plan.

Pourquoi ?

Parce que la stratégie de sécurité nationale des États-Unis identifie la Chine comme le rival numéro un de l’Amérique (ce qu’elle est certainement) et que, naturellement, toute politique qui rend la Chine plus forte va à l’encontre des intérêts stratégiques des États-Unis.

Vous comprenez ? Donc, la question est : Notre guerre par procuration en Ukraine rend-elle la Chine plus forte ?

Et la réponse est : Bien sûr que oui. Elle rend la Chine beaucoup plus forte parce qu’elle oblige la Russie à renforcer ses relations avec elle.

Qu’est-ce que cela signifie en termes pratiques ?

Cela signifie que les relations entre la puissance manufacturière mondiale (la Chine) et le deuxième producteur mondial d’hydrocarbures (la Russie) viennent de s’améliorer considérablement à cause de la guerre contre-productive de Washington en Ukraine. Voilà ce que cela signifie. Cela signifie également qu’à mesure que les relations entre les deux pays s’améliorent, le rythme du déclin impérial américain va s’accélérer, car la zone non-dollar s’étend et le commerce bilatéral remplace progressivement le système commercial mondial actuel dominé par les États-Unis.

Vous pouvez déjà le constater. La guerre en Ukraine a déclenché un effondrement choquant du commerce mondial, des perturbations majeures dans les chaînes d’approvisionnement critiques, des pénuries alimentaires et énergétiques sans précédent, et la plus grande redivision du monde depuis l’éclatement de l’Union soviétique. Washington a décidé de jouer son avenir et celui du peuple américain sur un pari géopolitique insensé qui pourrait s’avérer être la plus grande catastrophe stratégique de l’histoire des États-Unis.

Kissinger saisit la gravité de la situation et c’est pourquoi il décide d’apporter son grain de sel. Mais il ne s’est pas contenté de critiquer la politique, il a également lancé un avertissement inquiétant qui a été presque entièrement ignoré par les médias. Voici ce qu’il a dit :

« Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois avant de créer des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter. Idéalement, la ligne de démarcation devrait être un retour au statu quo ante (…) Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concernerait pas la liberté de l’Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même ».

C’est écrit noir sur blanc, mais nous allons le décomposer en deux parties pour mieux comprendre ce qu’il dit :

  • La politique est mauvaise
  • La politique doit être changée immédiatement ou les dommages causés aux États-Unis et à leurs alliés seront graves et permanents. (« Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois »)

Cela peut sembler trop apocalyptique pour certains, mais je pense que Kissinger a raison. Après tout, regardez les changements colossaux que le monde a déjà connus depuis le début du conflit ; les perturbations des lignes d’approvisionnement, les pénuries alimentaires et énergétiques, et le recul du projet de mondialisation. De grands changements, je dirais, mais ils ne sont probablement que la partie émergée de l’iceberg. La vraie douleur est encore devant nous.

À quoi ressemblera cet hiver, lorsque les factures de chauffage des ménages s’envoleront, que les industries européennes succomberont à la hausse des coûts énergétiques, que le chômage atteindra les niveaux de la Grande Dépression et que les coupures de courant deviendront une caractéristique régulière de la vie en Occident ? C’est ce que l’avenir réserve à l’Europe et à l’Amérique si la politique n’est pas inversée et si un accord négocié n’est pas rapidement conclu.

Poutine a déjà déclaré que la Russie ne se mettrait pas dans une position où elle serait à nouveau dépendante de l’Europe sur le plan économique. Cette époque est révolue. Au lieu de cela, il redirige les flux énergétiques critiques vers la Chine, l’Inde et au-delà. L’Europe n’est plus un client prioritaire, en fait, elle est devenue une menace pour la survie de la Russie, ce qui signifie que la Russie continuera à réorienter sa production vers l’Est.

Quel impact cela aura-t-il sur l’Europe ?

C’est simple. L’Europe va payer son énergie plus cher que n’importe quel autre pays du monde. C’est le choix qu’elle a fait en ignorant les exigences légitimes de la Russie en matière de sécurité, et c’est le résultat avec lequel elle devra vivre.

Voici donc ce que vous devez savoir :

  • En 2021, la Russie a fourni 40% de tout le gaz naturel consommé dans l’UE.
  • En 2021, la Russie a fourni plus de 25% du pétrole consommé dans l’UE.

Si vous pensez que ces quantités d’hydrocarbures peuvent être remplacées par des producteurs du Nigeria, d’Iran, d’Arabie saoudite ou d’autres pays lointains, vous vous trompez lourdement. L’Europe s’enfonce dans la plus grande crise énergétique de son histoire, et elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Voici la suite d’un article paru sur RT :

« La crise énergétique actuelle pourrait être l’une des pires et des plus longues de l’histoire et les pays européens pourraient être particulièrement touchés, a déclaré mardi le chef de l’Agence internationale de l’Énergie, Fatih Birol. Dans une interview accordée au magazine allemand Der Spiegel, Birol a déclaré que les retombées des événements en Ukraine risquent de rendre la crise énergétique actuelle pire que les crises des années 1970. …

À l’époque, tout tournait autour du pétrole. Aujourd’hui, nous avons à la fois une crise du pétrole, une crise du gaz et une crise de l’électricité », a déclaré Birol à la publication, ajoutant qu’avant les événements actuels en Ukraine, la Russie était « une pierre angulaire du système énergétique mondial : le plus grand exportateur de pétrole du monde, le plus grand exportateur de gaz du monde, un fournisseur de charbon de premier plan ». …

Dans le cadre de ses sanctions liées à l’Ukraine, l’UE a introduit des restrictions sur les combustibles fossiles russes et s’est engagée à les éliminer progressivement. Birol a prévenu que les pays d’Europe les plus dépendants du gaz russe risquaient de connaître un « hiver difficile », car « le gaz pourrait bien devoir être rationné », notamment en Allemagne. Ses commentaires sont intervenus alors que Gazprom, le fournisseur public de gaz russe, a interrompu l’approvisionnement de certaines entreprises énergétiques en Allemagne, au Danemark, aux Pays-Bas et dans d’autres pays, après que celles-ci n’aient pas payé le carburant en roubles, conformément aux nouvelles exigences1.

Donc, je suppose que mourir de froid dans le noir est préférable à insister pour que l’Ukraine reste neutre et arrête de tuer des Russes ethniques à l’est ? Est-ce là le « principe » que défend l’Europe ?

Si oui, c’est un mauvais choix.

Voici quelque chose à méditer : Saviez-vous que tous les « mélanges de pétrole » ne sont pas identiques ?

En quoi cela est-il important ?

Parce que l’Allemagne importe actuellement 34% de son pétrole de Russie. Le pétrole russe est un mélange de l’Oural de haute qualité qui a fait ses preuves et qui est livré en grandes quantités via l’oléoduc Druzhba à des raffineries allemandes qui ont été conçues pour répondre à des exigences de traitement particulières. Un pétrole différent provenant de fournisseurs différents perturberait l’ensemble du processus de raffinage. Il faudrait modifier considérablement « les nouvelles lignes et infrastructures d’alimentation, une installation de distillation atmosphérique, un système de distillation sous vide, une unité de craquage catalytique, une installation de viscoréduction, une unité d’alkylation, un reformeur catalytique, une unité d’isomérisation et une installation d’éther éthyl-tertio-butylique (ETBE). Sans oublier les toutes nouvelles installations de stockage et les équipements de manutention pour l’alimentation de Rostock, qui remplaceront le pipeline de Druzhba fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an »2.

Donc, tous les mélanges de pétrole ne sont pas les mêmes ?

Non, pas du tout. En outre, les experts du secteur estiment que la modification des raffineries prendrait environ six ans. Pendant ce temps, la croissance économique de l’Allemagne – qui est étroitement liée à la consommation d’énergie – chutera de façon spectaculaire, les entreprises fermeront leurs portes, le chômage grimpera en flèche et le pays le plus puissant et le plus productif de l’UE sera mis à genoux.

Peut-être quelqu’un au sein du gouvernement allemand aurait-il dû penser à ces choses avant de décider de boycotter le pétrole russe ?

Le point que nous essayons de soulever est simple : Kissinger a raison et les clowns néoconservateurs qui ont concocté la stratégie ratée de l’Ukraine ont tort, complètement tort. Et, si nous n’organisons pas de « Négociations… dans les deux prochains mois », comme le conseille Kissinger, alors la rupture avec la Russie sera définitive et irréversible, et les volumineuses ressources énergétiques, les richesses minérales et les produits agricoles de la Russie seront à jamais acheminés vers l’est, vers des nations plus amies. Et cela va infliger de terribles souffrances tant aux États-Unis qu’à leurs alliés en Europe.

La seule ligne de conduite raisonnable est d’appeler à un cessez-le-feu immédiat afin que les pourparlers de paix puissent commencer dès que possible.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

Inscrivez-vous pour nous rejoindre

2 comments on “KISSINGER EST LUCIDE, POUR UNE FOIS

  1. Oui Pour une fois ce vieux singe de Kissinger a raison sur toute la ligne, mais les dirigeants américains actuels l’écouteront ils? Çà c’est autre chose… Et ça craint pour nous européens dont les décideurs ne sont que de stupides larbins des USA !

    J’aime

  2. Ping : KISSINGER EST LUCIDE, POUR UNE FOIS — JEMINFORMETV.COM – La vérité est ailleurs

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :