MONDE

SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE: L’INDE RAPPELLE À L’ORDRE L’OCCIDENT

Le chef de la diplomatie indienne rappelle à l’Occident que le monde ne tourne pas autour de lui

par Andrew Korybko.

Traduction: La Rédaction JEMINFORMETV.COM

En appelant un chat un chat et en discutant publiquement du secret de polichinelle selon lequel tous les pays sont principalement motivés par la poursuite de ce que leurs dirigeants considèrent sincèrement comme leurs intérêts nationaux objectifs, le MEA Jaishankar rend un service au monde entier en levant le tabou qui entourait officieusement toute discussion sur ce fait.

Le ministre des Affaires étrangères (MEA), Jaishankar, a réaffirmé ses références en tant que l’un des plus grands conservateurs-souverainistes multipolaires (MCS) du monde après avoir rappelé à l’Occident lors d’un événement vendredi que le monde ne tourne pas autour de lui. Il s’exprimait devant le groupe de réflexion slovaque GLOBSEC et répondait aux questions sur la politique étrangère de son État-civilisation dans la New Cold War quand il a déclaré que « l’Europe doit sortir de l’état d’esprit que le problème de l’Europe est le problème du monde, mais le problème du monde n’est pas le problème de l’Europe ». Car aussi simple que cette déclaration puisse être, elle était extrêmement puissante venant d’une grande puissance montante du Sud comme l’Inde, qui a fièrement refusé de se soumettre à la pression occidentale dirigée par les États-Unis pour condamner publiquement la Russie pour son opération militaire spéciale en cours en Ukraine et la sanctionner par la suite.

Comme l’a expliqué le MEA Jaishankar, « Je représente un cinquième de la population mondiale. Je représente ce qui est aujourd’hui la cinquième ou la sixième plus grande économie du monde. Oubliez l’histoire et la civilisation, tout le monde la connaît. Je pense que j’ai le droit d’avoir mon propre point de vue. J’ai le droit de peser mes propres intérêts et de faire mes propres choix. Mes choix ne seront pas cyniques et transactionnels. Ils seront un équilibre entre mes valeurs et mes intérêts. Il n’y a pas de pays au monde qui fasse fi de ses intérêts ». Il n’aurait pas pu s’exprimer plus clairement, car il devrait être évident pour tous que l’Inde est un pays trop grand, trop influent et trop puissant pour se laisser bousculer par les autres. Sa politique étrangère néo-réaliste est alignée sur l’esprit du monde, mais contrairement à l’Occident dirigé par les États-Unis, l’Inde ne va pas faire semblant d’être uniquement guidée par de prétendues « valeurs » et de ne pas faire passer ses propres intérêts en premier.

En appelant un chat un chat et en discutant publiquement du secret de polichinelle selon lequel tous les pays sont principalement motivés par la poursuite de ce que leurs dirigeants considèrent sincèrement comme leurs intérêts nationaux objectifs, le MEA Jaishankar rend un service au monde entier en levant le tabou qui entourait officieusement toute discussion sur ce fait. Avec cette observation à l’esprit, il devient également évident que tout ce que l’Occident dirigé par les États-Unis dit sur les soi-disant « morale », « éthique », « principes » et « l’ordre fondé sur des règles » n’est rien de plus que de la rhétorique destinée à la consommation publique dans le cadre de la campagne mondiale de guerre cognitive pour gagner les cœurs et les esprits. Une enquête récente de l’Alliance pour les démocraties, qui a des raisons idéologiques inhérentes pour manipuler ses résultats, a confirmé à son crédit que ce sont à peu près seulement ceux de l’Occident dirigé par les États-Unis qui ont une vision négative de la Russie puisque peu de gens dans les pays du Sud partagent cette perception.

Ce résultat ajoute du crédit à la déclaration du MEA Jaishankar selon laquelle « l’Europe doit sortir de la mentalité selon laquelle le problème de l’Europe est le problème du monde, mais le problème du monde n’est pas le problème de l’Europe ». L’une des seules raisons pour lesquelles l’Occident dirigé par les États-Unis a une opinion aussi négative de la Russie est que ses habitants sont le public captif des médias contrôlés par l’élite après que leurs gouvernements ont soit censuré les médias russes financés par des fonds publics, soit rendu impossible leur activité dans ces pays. Si les gens ordinaires de ces pays avaient un accès égal à l’information, comme c’est le cas de la grande majorité des habitants du Sud, il est probable qu’ils auraient une meilleure perception de la Russie, mais c’est précisément la raison pour laquelle leurs autorités ont censuré ces plates-formes afin de cultiver la pensée de groupe parmi leurs citoyens, en espérant qu’ils soutiendront sans discuter tout ce que leurs gouvernements feront pour « contenir » la Russie.

Par exemple, alors que de nombreux Américains ont décrié le fait que leur gouvernement ait donné 40 milliards de dollars à l’Ukraine au milieu de l’une des pires crises économiques de l’histoire récente, qui a également entraîné une pénurie de lait maternisé dans tout le pays, pratiquement aucun d’entre eux n’a fait quelque chose de concret, comme protester devant la Maison Blanche (même si cela n’aurait probablement rien changé de toute façon). Ils ont simplement ronchonné, sont passés à autre chose et accepteront passivement que leur gouvernement fasse, comme c’est inévitable, encore plus de dons dans le futur. Cette situation contraste fortement avec celle du Sud, où la plupart des gens soutiennent passionnément la neutralité de principe de leur gouvernement vis-à-vis de la crise ukrainienne, à tel point que l’on s’attendrait à ce qu’un grand nombre d’entre eux protestent – peut-être même de manière incontrôlée – si leurs dirigeants condamnaient publiquement la Russie par solidarité avec l’Occident dirigé par les États-Unis et la sanctionnaient ensuite.

C’est l’Occident qui est isolé du reste du monde, et non le reste du monde qui est isolé de l’Occident, exactement comme l’ancien Premier ministre italien Berlusconi l’a récemment déclaré dans un article publié dans les médias de son pays. La solidarité de l’Occident dirigé par les États-Unis face à l’opération spéciale de la Russie en Ukraine est en fait artificielle et donc très fragile, car elle a été forgée à la suite de la manipulation par l’Amérique des perceptions de ce conflit afin de réaffirmer son hégémonie unipolaire déclinante sur cette civilisation. Elle est donc à l’opposé de la solidarité du Sud en faveur de la Russie, qui est véritablement populaire et reflète donc la volonté des peuples de ces pays. Néanmoins, beaucoup d’Occidentaux ignorent ces faits parce qu’ils sont pris en otage par leurs médias contrôlés par l’élite, qui censurent et déforment les événements dans le monde, en particulier ceux liés au conflit ukrainien.

Il est donc compréhensible, dans une certaine mesure, que leurs populations croient sincèrement que le monde tourne autour d’elles, même si leurs dirigeants savent évidemment qu’il n’en est rien, et c’est pourquoi ils manipulent les perceptions de leur peuple, comme nous l’avons expliqué précédemment. Cependant, en parlant si ouvertement de ce sujet, le MEA Jaishankar a rendu acceptable pour tout le monde de discuter publiquement de ce fait objectivement existant et facilement vérifiable. Cela permet de briser le « grand mur » de la censure construit par l’Occident dirigé par les États-Unis et pourrait, espérons-le, amener certains de ses otages médiatiques de facto à se demander pourquoi ils n’ont pas été informés que des pays comme l’Inde – qui se décrit symboliquement comme la plus grande démocratie du monde – adoptaient une position aussi fièrement indépendante vis-à-vis du conflit ukrainien. Ils ont été induits en erreur en pensant que le monde entier condamne également la Russie alors qu’en réalité, la majeure partie de l’humanité la soutient.

Andrew Korybko

source : One World

DERNIERS ARTICLES

LA RUSSIE MENACE LES CENTRES DE DÉCISION OCCIDENTAUX

Alors que les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN se réunissent à Madrid et envisagent une Troisième Guerre mondiale contre la Fédération de Russie, la société publique russe de l’espace, Roscosmos, a publié sur sa chaîne Telegram les coordonnées des centres de décision de l’Occident. On peut y voir les photos satellitaires de laLire la suite

VENEZUELA: MACRON VEUT LE PÉTROLE DE MADURO

Lors de la remise du prix national de journalisme, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, à évoqué l’intervention du président de la France, Emmanuel Macron, lors de la réunion du G7 en Allemagne dans laquelle il a demandé le retour du Venezuela et de l’Iran en tant qu’importants producteurs de pétrole dans le monde pour qu’ilsLire la suite

LES MEDECINS SONT MAJORITAIREMENT HOSTILES AUX INJECTIONS : 2,3 FOIS PLUS DE RISQUES DE CONTAMINATION APRÈS UN OU DEUX RAPPELS QUE POUR LES NON VACCS. IDEM POUR LES SOINS CRITIQUES

Par pgibertie 1°Une large majorité de médecins ne croit plus dans les injections covid . Hélas on ne leur donnera pas la parole https://www.legeneraliste.fr/services/debats-sondages/proposerez-vous-le-2e-rappel-de-vaccin-anti-covid-vos-patients-eligibles-des-cet-ete CECONDIX • MÉDECIN OU INTERNE • LE 25/06/2022 À 17:14 VACCIN. n. m. ■ Terme de Médecine. Virus d’une maladie éruptive recueilli dans les pustules p. 704 du pis des vaches et qui, inoculé à l’homme,Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

0 comments on “SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE: L’INDE RAPPELLE À L’ORDRE L’OCCIDENT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :