MONDE

LE VENT SOUFFLE VERS L’EST, LES SAOUDIENS LE SAVENT

par Alastair Crooke.

L’accélération de l’inflation est partout – c’est évident. Les monnaies fiduciaires s’effondrent en termes réels. Et les monnaies adossées aux matières premières, qui ont une valeur réelle implicite, sont recherchées (par exemple, le rouble).

Biden doit se rendre en Arabie saoudite en juillet. Toutefois, l’administration américaine ressent clairement les effets de l’avalanche de critiques (y compris de la part du courant dominant aux États-Unis) concernant son prochain voyage au Moyen-Orient, qui inclura l’Arabie saoudite. Il est clair que le meurtre de Jamal Khashoggi reste aussi douloureusement sensible pour Biden qu’une ampoule éclatée.

Naturellement, le courant dominant de l’Occident suppose que la visite de Biden a pour but d’amener l’Arabie saoudite et l’OPEP à ouvrir le robinet des approvisionnements en pétrole pour les États-Unis et une Europe désespérée.

Biden devra donc rentrer chez lui avec au moins quelques gestes symboliques à cet égard. Plus tôt, il avait tenté de minimiser l’aspect du prix du pétrole dans ce voyage : « Il se trouve qu’une réunion plus importante a lieu en Arabie saoudite. C’est la raison pour laquelle je m’y rends. Et cela a à voir avec la sécurité nationale pour eux – pour les Israéliens ». Il a poursuivi : « J’ai un programme, de toute façon. Il concerne des questions bien plus importantes que le prix de l’énergie ».

Eh bien… je le crois. Il s’agit de la sécurité d’Israël (en quelque sorte). Israël, confronté à des divisions internes déchirantes, résoudra ses mécontentements intérieurs par un bras de fer visant à déterminer quel dirigeant est le plus dur face à la « menace iranienne ».

Cela ne signifie pas que l’Iran représente un « danger clair et présent » (si ce n’est les ripostes iraniennes prévisibles aux provocations israéliennes). C’est simplement que la politique israélienne « est ce qu’elle est » : Les services de sécurité israéliens affirment explicitement que la « menace pour Israël » vient de l’intérieur. Et c’est tout à fait vrai. Pourtant, on ne se bat pas dans les élections d’Israël sur la base d’une plateforme d’« ennemi intérieur » : Ce serait aller à la rencontre d’une guerre civile.

Donc, la menace de la « marmite de l’Iran » doit être réchauffée. La dynamique de la politique israélienne l’exige, en tant que telle. Bennet et le Lobby à Washington sont occupés à faire monter le niveau des flammes. Et Biden doit se rendre dans la région pour taper sur la table au sujet de l’Iran, et pour couper le ruban d’un autre pacte de sécurité du Golfe que personne ne prend très au sérieux (à l’exception de quelques hommes d’affaires israéliens du secteur technologique). Comme l’a fait remarquer la semaine dernière un ancien conseiller principal de plusieurs ministres israéliens des Affaires étrangères et du Premier ministre, « il n’existe pas de véritable « coalition sunnite-israélienne » et les discussions sur un front israélo-saoudien-émirati pour faire face à l’Iran relèvent plus de la fiction stratégique que de la réalité pratique ».

Quelles sont donc les « grandes questions » auxquelles pense Biden ? Pas tant le pétrole peut-être, mais le dollar américain.

La semaine dernière, la Fed n’a pas seulement relevé son taux d’intérêt de 0,75%, mais, de manière inattendue, même la Suisse, qui se montre très prudente, l’a relevé de 0,50%.

Quel est le rapport avec le voyage de Biden ? En grande partie. La décision suisse a été un grand feu orange clignotant. En effet, la BNS n’a pas seulement rapproché son taux directeur du territoire positif, mais a également souligné que le franc suisse n’était « plus très apprécié ». En raison de l’inflation. Ce dernier point implique que le franc doit être plus valorisé pour combattre l’inflation, ce qui suggère que la BNS vendra, et non achètera, des actions américaines et d’autres actifs (maintenant que l’achat d’actifs n’est plus nécessaire pour maintenir la valeur du franc à un niveau bas (le vieux mal de tête suisse)).

L’accélération de l’inflation est partout – c’est évident. Les monnaies fiduciaires s’effondrent en termes réels. Et les monnaies adossées à des matières premières qui ont une valeur réelle implicite sont recherchées (c’est-à-dire le rouble).

Il en va de même pour le dollar : sa valeur n’est plus aussi élevée (par rapport aux actifs réels dans un contexte inflationniste). Et s’il n’est plus très valorisé, beaucoup, beaucoup – comme les Suisses – vendront des actifs américains et n’en achèteront pas. La Fed augmente donc les taux.

Cela ne tuera pas l’inflation américaine. Aucune chance. Mais c’est probablement suffisant pour engendrer une certaine demande mondiale de dollars. Reste à savoir si cela sera suffisant ou non.

Mais … les États-Unis ont aussi une dette de 30 milliards de dollars à rembourser, mais à des taux d’intérêt beaucoup plus élevés. Ils doivent financer ce service de la dette en vendant des bons du Trésor américain au monde entier. Mais qui achètera des bons du Trésor alors qu’en termes réels, leur rendement est presque négatif de 10% ?

Le voyage de Biden consiste donc à demander aux Saoudiens de continuer à acheter des bons du Trésor américain avec les bénéfices accumulés grâce aux prix élevés du pétrole. En effet, si les États-Unis devaient perdre le pouvoir du dollar en tant que garantie mondiale – au profit des matières premières – leur économie et leurs marchés suivraient rapidement.

Le voyage de Biden est la répétition de la visite de Kissinger au royaume en 1974 : Cette année-là, la crise pétrolière avait frappé les États-Unis. Un embargo décrété par les nations arabes de l’OPEP – en représailles à l’aide militaire américaine aux Israéliens pendant la guerre de 1973 – a quadruplé les prix du pétrole. L’inflation est montée en flèche, la bourse s’est effondrée et l’économie américaine s’est effondrée.

L’objectif était alors étonnamment simple. Trouver un moyen de persuader un royaume hostile de financer le déficit croissant de l’Amérique avec sa nouvelle richesse en pétrodollars. Le président Nixon a clairement indiqué qu’il était hors de question de revenir de ce voyage les mains vides. Un échec mettrait non seulement en péril la santé financière des États-Unis, mais pourrait également donner à l’Union soviétique l’occasion de faire de nouvelles incursions dans le monde arabe. Plus ça change… ?

Les temps changent : La Russie a fait prendre conscience aux producteurs d’énergie du pouvoir des prix élevés des matières premières comme base des futurs échanges internationaux, au lieu de la dépréciation (en termes réels) du dollar fiduciaire. À l’époque, les bons du Trésor américain étaient considérés comme inviolables : aujourd’hui, ils peuvent être mis de côté comme n’étant pas de la bonne monnaie sur un coup de tête (par exemple la confiscation des réserves gouvernementales afghanes). À l’époque, les garanties de sécurité américaines semblaient plausibles ; elles le sont beaucoup moins aujourd’hui. À l’époque, l’OTAN était incontestée ; ce n’est plus le cas aujourd’hui. À l’époque, le vent géopolitique remplissait encore les voiles des États-Unis ; aujourd’hui, ces voiles occidentales pendent mollement par les mâts. Le vent souffle vers l’est. Et les Saoudiens le savent.

Biden réussira-t-il ? En fait, le voyage aura-t-il même lieu ?

source : Al Mayadeen

traduction Réseau International

DERNIERS ARTICLES

DICTATURE EN ISRAËL: UTILISER DU CASH DEVIENT CRIMINEL

La guerre d’Israël contre l’argent liquide passe un cap décisif. À partir de lundi, ce sera une infraction pénale en Israël de payer plus de l’équivalent de 1700 dollars en espèces à une entreprise ou de 4360 dollars en espèces à un individu, alors que le gouvernement intensifie sa guerre en cours contre l’argent tangible. C’estLire la suite

GÉNOCIDE PAR INJECTIONS VAXX COVID !

Les Mondialistes veulent tuer jusqu’à 90% de la population actuelle avant 2030, selon leur Agenda 2030, par les Vaccins, Masques, Tests PCR, Chemtrails, Ondes 5G… Maladies mentales et émotionnelles ! Depuis la déclaration de la pandémie de Covid il y a environ deux ans, nous vivons dans un monde précaire.  Les Lucifériens sataniques et leurs sbiresLire la suite

LA VÉRITÉ DOIT ÊTRE CACHÉE: LA GUERRE DE L’ÉLITE CONTRE LES SCEPTIQUES

par Markku Siira. « Les théories du complot peuvent être dangereuses », prévient l’UNESCO, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. « Elles ignorent souvent les preuves scientifiques et polarisent la société, avec de graves conséquences. Cela doit cesser. » La directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, met en garde contre les « théories du complot » quiLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

0 comments on “LE VENT SOUFFLE VERS L’EST, LES SAOUDIENS LE SAVENT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :