MONDE

« POUTINE A POUSSEÉ L’EUROPE VERS UNE DÉPRESSION INFLATIONNISTE ET UN EFFONDREMENT MONÉTAIRE »

par Michael Every de Rabobank.

Inflation « truss-itoire » et planification soviétique

Les marchés américains étant fermés hier pour la fête du travail, toute l’action s’est déroulée en Europe – et étant donné que Nord Stream 1 a été fermé et que la Commission européenne a proposé des réglementations de type économie de guerre, et que la Russie a ensuite clairement indiqué qu’à moins que les sanctions à son encontre ne soient levées, aucun gaz ne circulera *jamais* à nouveau par Nord Stream 1, il n’est pas étonnant que les Eurostoxx aient baissé et que l’euro soit passé sous la barre des 0,99 pour la première fois en 20 ans, alors que le mouvement de démolition du dollar se poursuit. (Obligeant la Chine à réduire les ratios de réserves obligatoires en devises des banques de 8 à 6%, ce qui ne fera rien pour arrêter longtemps la glissade continue du CNY, qui se situe à 6,9340 au moment d’écrire ces lignes ce matin en Asie).

L’indice de référence du gaz néerlandais TTF a d’abord connu une hausse considérable, avant de clôturer avec une augmentation de 17% « seulement », en raison de la reconnaissance ouverte du fait que, bien que de nombreuses mauvaises nouvelles soient désormais intégrées dans les prix, l’Europe est réellement en guerre économique, comme je l’avais annoncé.

Comme je l’ai souligné sur Twitter, la décision de la Russie est si flagrante qu’il est impossible pour l’Europe de truquer un accord avec elle comme certains l’ont fait pour des « problèmes techniques » avec le gazoduc. (Tout comme le président russe Poutine a également approuvé une nouvelle doctrine de politique étrangère soutenant un « monde russe » couvrant tous les russophones, y compris certains dans l’UE, tout en renforçant les relations avec tous les pays avec lesquels l’URSS était amie). C’est un pistolet sur la tempe de l’UE. Tout comme l’OPEP+ qui a accepté une réduction symbolique de 100 000 barils par jour de sa production. Tout comme l’Iran a dit non à l’accord nucléaire à moins que l’AIEA ne renonce à enquêter sur les graves violations du dernier accord nucléaire qu’il n’a pas respecté.

En supposant que l’Europe ne puisse pas se retirer, cela signifie une récession sévère avec une inflation très élevée, et si quelque chose devait arriver aux flux de gaz via l’Ukraine, ce qui pourrait facilement se produire, l’Europe devrait faire des coupes radicales dans la demande afin d’éviter des « pannes de gaz » imprévues. Le ministre allemand de l’Économie Habeck vient de dire : « Attendez-vous au pire ». Comme nous l’avons mentionné hier, des choix existentiels doivent maintenant être faits, car il n’y aura peut-être pas assez d’énergie pour tout le monde. Les choix sont évidemment peu appétissants.

Tout d’abord, l’Allemagne va retarder la mise en sommeil de certains réacteurs nucléaires – le bon sens à bout portant.

Pourtant, l’Europe et le Royaume-Uni ne rationneront pas l’énergie en fonction du prix, car cela entraînerait des factures astronomiques, puis la stagflation, l’incession ou l’inpression (une dépression inflationniste). Au lieu de cela, il subventionnera les entreprises et les ménages, même si cela signifie que les prix de gros de l’énergie augmenteront encore. C’est ce que fera le dernier plan de sauvetage énergétique de l’Allemagne, doté de 65 milliards d’euros, tout comme les mesures prises par la Suède et les Pays-Bas, la France et l’Espagne, et Bruxelles parle d’un plafonnement des prix de l’énergie à l’échelle européenne. Seule une partie de ces subventions proviendra de taxes exceptionnelles (qui suppriment également le capital industriel nécessaire pour investir dans de nouvelles sources d’énergie). Le nouveau Premier ministre britannique Truss, qui vient d’être élu avec un mandat décevant de 57% d’un minuscule électorat conservateur, a également proposé des dépenses de l’ordre de l’absentéisme pour limiter les factures énergétiques des entreprises et des ménages, d’énormes réductions d’impôts et un objectif de croissance tendancielle du PIB de 2,5%. Bonne chance avec ce dernier.

Emprunter ou imprimer de l’argent pour payer de l’énergie importée (en dollars), tout en creusant les déficits jumeaux, est un excellent moyen de détruire sa monnaie – ce qui signifie une inflation de type « Truss-itory », et non transitoire. Il faut donc rationner par diktat : mais comment ?

• Par secteur : ménages ou industrie ? Les ménages gèlent et votent. Mais l’industrie emploie les ménages – ou ne les emploie pas. (Comme la Californie qui dit à ses conducteurs qui ont acheté des VE pour se mettre au vert qu’ils ne peuvent pas maintenant les recharger à cause des pénuries d’électricité du réseau).

• En fonction de l’intensité énergétique de l’industrie et de la fermeture des « pécheurs » ? Mais cela ne tient pas compte de l’impact de la chaîne de valeur sur le PIB et l’emploi (par exemple, pas de x, alors pas de y, et si pas de y, alors pas de z, etc.)

• Par industrie en termes de realpolitik externe, c’est-à-dire que les secteurs qui produisent des biens liés à la défense sont prioritaires ?

• Par industrie en termes de realpolitik interne, c’est-à-dire que les secteurs qui emploient le plus de personnes sont prioritaires ?

• Par l’industrie pour des raisons d’équité ? c’est-à-dire que tous les secteurs subissent les mêmes coupes et qu’il ne peut y avoir de favoritisme, même si cela est totalement inefficace ?

C’est le genre de questions que les économies planifiées soviétiques se posaient quotidiennement – et qu’elles se sont trompées parce qu’elles n’avaient pas de mécanismes de fixation des prix, de taux d’intérêt, de monnaie totalement fongible, de commerce extérieur ou de mécanismes de retour d’information des entreprises et des consommateurs comme les médias ou les élections. Et elles voulaient toutes s’armer jusqu’aux dents pour la lutte contre l’impérialisme américain, bien sûr.

Ce n’est pas une blague… Ce n’est pas une blague du passé. Ce n’est pas un exercice abstrait. Il s’agit d’un processus de réflexion sans doute déjà en cours aux plus hauts niveaux de certains gouvernements, ou qui, je l’espère, l’est déjà. Comme j’y ai déjà fait allusion, j’espère également que quelqu’un du génie militaire est à proximité pour aider à orienter la discussion loin des sottises de l’économie traditionnelle et du PIB par la demande, vers un PIB par l’offre axé sur la sécurité nationale.

En effet, nous devons également investir dans l’offre, et pas seulement la réduire. Sans cela, nous restons piégés dans ce purgatoire. Le secteur privé le fera-t-il ? S’il le pouvait, il l’aurait fait, mais il ne l’a pas fait. Maintenant, ils ont aussi des taxes inattendues. C’est pourquoi la Commission européenne s’apprête à leur dire de le faire. Sans doute avec des capitaux publics et de l’argent imprimé. Ou l’État peut simplement le faire directement.

Mais dans quoi faut-il investir ? Il faut utiliser le même processus de réflexion que pour le rationnement, mais en sens inverse. Voulons-nous une production pour les ménages ou pour l’industrie ? Les deux ont besoin d’énergie maintenant. Prévoit-on de l’énergie provenant de sources « pécheresses » ou « sans péché » ? (Comme la Californie qui dit à ses conducteurs qui ont acheté des VE pour passer au vert qu’ils ne peuvent plus les recharger à cause de la pénurie d’électricité sur le réseau). Mais est-ce que nous regardons les croisements ? (Par exemple, il faut de l’acide sulfurique pour extraire des métaux « verts » comme le lithium, et il faut des combustibles fossiles pour produire de l’acide sulfurique, et il faut des combustibles fossiles pour produire de nombreuses énergies renouvelables à un certain degré… mais le corps des ingénieurs de l’armée sait tout cela). Considérons-nous l’impact de la chaîne de valeur en aval sur le PIB et l’emploi ? Prenons-nous en compte les biens nécessaires à la realpolitik externe ? Prenons-nous en compte les lobbyistes et la realpolitik interne ? Vise-t-on simplement l’équité ?

Les planificateurs soviétiques devaient jongler quotidiennement avec de telles décisions de production – et se trompaient généralement parce qu’ils n’avaient pas de mécanismes de fixation des prix, de taux d’intérêt, de monnaie totalement fongible, de commerce extérieur, ou de mécanismes de retour d’information des entreprises/consommateurs comme les médias ou les élections. Et ils voulaient tous s’armer jusqu’aux dents pour la lutte contre l’impérialisme américain, bien sûr.

Si vous avez eu une belle carrière sur le marché en prévoyant le PIB en fonction de la demande et en faisant des prévisions macroéconomiques dans le cadre des paramètres traditionnels, je suis heureux pour vous : que comptez-vous faire maintenant que vos compétences deviennent celles d’un apparatchik soviétique après 1991 ? Suivez le plan, et suivez la planification – et l’impérialisme américain !

Oui, nous savons tous à quel point les gouvernements planifient mal. Ce à quoi je réponds : avez-vous rencontré le secteur privé ? Et que faisons-nous lorsque les choses dont nous avons le plus besoin ne rapportent pas d’argent, ou ne le feront pas pendant des décennies ? Oui, je sais que cela n’arrête pas la Silicon Valley – mais ils ont la promesse d’être des monopolistes un jour, ou simplement de vendre plus tôt à un plus grand imbécile ou à un monopoliste existant.

La banque centrale pour laquelle tout ceci est en ligne de mire aujourd’hui, ou plutôt pour laquelle tout est flou, est la Banque centrale australienne (RBA). Le marché s’attend à ce qu’elle augmente à nouveau de 50 points de base son taux d’intérêt au jour le jour pour le porter à 2,35%, et il lui reste encore trois réunions cette année. Il y a quelques semaines à peine, la Reserve Bank essayait de faire croire que le pic des taux se situerait autour de 3%. À juste titre, le marché considère désormais que 4% est bien plus raisonnable. Aussi douloureux que cela puisse être, l’Australie (où l’on vient de me traiter de « provocateur », ce qui est un badge que je porterai avec fierté !) est encore bien mieux lotie que le Royaume-Uni ou l’Europe. Ils ont l’été qui arrive quand nous avons l’hiver, par exemple. Et ils ont des choses, même s’ils n’ont pas non plus de planification.

source : ZeroHedge

DERNIERS ARTICLES

CENSURE ET RÉPRESSION DE L’HÉTÉRODOXY COVID-19: TACTIQUES ET CONTRE-TACTIQUES

L’émergence de COVID-19 a conduit à de nombreuses controverses sur les connaissances et les politiques liées au COVID. Pour contrer la menace perçue des médecins et des scientifiques qui contestent la position officielle des autorités sanitaires gouvernementales et intergouvernementales, certains partisans de cette orthodoxie ont décidé de censurer ceux qui promeuvent des opinions dissidentes. LeLire la suite

INCIDENCE NON NÉGLIGEABLE DES MYOCARDITES APRÈS 3ème DOSE DE VAX ANTI-COVID-19

Incidence non négligeable des myocardites après 3e dose de vax anti-COVID-19 25/11/2022 (2022-11-25) [Source : cardio-online.fr] Auteur :Guillaume Le PessecMembre du Collège des Cardiologues en Formation,Rouen Relecteur :Théo PezelMembre du Collège des Cardiologues en Formation,Paris Sous la supervision de :Albert HagègePrésident du Comité Éditorial de Cardio-onlineNancy En direct de l’ESC Congress 2022 D’après la présentation de Christian EugenLire la suite

MACRON POURSUIVI PAR LA JUSTICE POUR FINANCEMENT ILLICITE DE SES CAMPAGNES

par Ümit Dönmez et Feiza Ben Mohamed Le parquet national financier (PNF) a ouvert fin octobre deux informations judiciaires concernant l’intervention des cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022, suite aux accusations qui ont visé Emmanuel Macron sur ses liens supposés avec le cabinet « McKinsey ». Pas moins de trois magistrats d’instruction ontLire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

2 comments on “« POUTINE A POUSSEÉ L’EUROPE VERS UNE DÉPRESSION INFLATIONNISTE ET UN EFFONDREMENT MONÉTAIRE »

  1. Ping : YouTube a supprimé plus de 120 000 vidéos pour cause de « mésinformation » — ANTIDOTES – La vérité est ailleurs

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :