MONDE

L’EUROPE VA-T-ELLE ROMPRE AVEC LES ÉTATS-UNIS ?

par Larry Johnson.

J’ai reçu une excellente question d’un lecteur allemand qui se trouve également être journaliste. Il a demandé : « Quel serait un moyen et quelles seraient les implications pratiques si l’Europe en général et l’Allemagne en particulier devaient rompre avec les États-Unis afin de trouver un cadre européen de paix et économique incluant la Russie ? »

La flagornerie lâche dont ont fait preuve l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni dans leur étreinte passionnée de la confrontation de l’Amérique avec la Russie est maintenant sous respirateur artificiel. Malgré les menaces explosives continues de continuer à armer l’Ukraine jusqu’à l’effondrement de la Russie, la réalité économique frappe les Européens comme une douche glacée d’une lance à incendie. L’inflation rapide, en particulier dans le secteur de l’énergie, oblige les usines et les entreprises à fermer leurs portes. La désindustrialisation de l’Europe, en particulier de l’Allemagne et du Royaume-Uni, a commencé. Les aciéries allemandes ferment, les boulangeries allemandes essaient de trouver un moyen de payer des factures de services publics qui grimpent tout en continuant à fabriquer du pain et des bretzels et le fabricant allemand de papier toilette Hakle GmbH a demandé une procédure d’insolvabilité en auto-administration. Si vous n’avez pas de bidet ou de seau plein de sable, le papier toilette est un article indispensable. La spirale inflationniste peut conduire au jour où il est moins cher de s’essuyer le cul avec un billet de 100 euros que trois feuilles de Hakle.

Ainsi, la situation économique dans chacun des pays va créer une énorme pression intérieure pour que les gouvernements européens respectifs, qui encouragent actuellement l’Ukraine et maudissent la Russie, les poussent à repenser leurs politiques. La guerre russo-ukrainienne a déjà créé des fissures importantes parmi les membres de l’UE, la Hongrie refusant d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie. Les électeurs froids et affamés seront de plus en plus indignés d’envoyer des millions de dollars en Ukraine alors que les privations se multiplieront de Berlin à Londres.

Le fossé entre l’Europe et la Russie est énorme et la Russie n’est pas d’humeur à pardonner les insultes lancées contre tout ce qui est russe, le vol des ressources financières russes et la facilitation par l’Europe des attentats terroristes contre les futurs nouveaux citoyens russes des oblasts de Kherson, Zaporijia, Donetsk et Lougansk. La Russie détient l’atout essentiel – elle peut activer le flux de gaz et de pétrole essentiel pour relancer la fabrication et le chauffage domestique en Europe. Mais je ne pense pas que la Russie le fera sans contrepartie. Qu’est-ce que cela pourrait être ?

Et si l’Europe rompait avec l’OTAN ? Ou, plus simplement, l’éclatement de l’OTAN. Jusqu’à présent, l’Europe a adopté l’illusion que la Russie ne peut pas fonctionner économiquement sans un marché européen. Les six derniers mois de l’opération militaire spéciale de la Russie ont prouvé que le contraire est vrai : sans les ressources clés de la Russie, l’Europe est une économie morte marchant nue dans un hiver glacial.

Les deux principaux partenaires commerciaux de l’Europe sont la Chine et les États-Unis. L’Europe est en déficit commercial avec la Chine. Si la Chine exige le paiement en dollars, plutôt en euros, alors la pression inflationniste sur l’Europe s’intensifiera. Pourquoi ? Parce que la valeur du dollar US a grimpé en flèche par rapport à l’Euro et à la Livre Sterling. Ils devront dépenser plus d’Euros pour acheter des Dollars, ce qui signifie que le déficit commercial avec la Chine risque de s’aggraver.

La situation avec les États-Unis est à l’opposé. Les États-Unis ont enregistré un déficit avec l’Europe qui, à son tour, a bénéficié d’un excédent. Cet excédent disparaîtra ou, au minimum, diminuera de façon spectaculaire. La capacité de l’Allemagne à exporter des produits vers les États-Unis va s’affaiblir à cause du prix du dollar et parce que les usines européennes fermeront ou réduiront leur production.

À moins d’un revirement miracle – c’est-à-dire que l’inflation disparaisse et que la crise énergétique se dissipe – la situation en Europe deviendra plus désastreuse. L’histoire de ce genre de bouleversements économiques est jonchée des cadavres de politiciens qui ont insisté pour pousser des politiques qui nuisent à leurs électeurs. L’échec de la République de Weimar en Allemagne a ouvert la voie à l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. Je ne suggère pas qu’un nouvel Hitler attend dans les coulisses, mais je crois que le pouvoir actuellement exercé par les Verts à travers l’Europe sera réduit ou même étouffé.

Les États-Unis font face à leur propre catastrophe économique imminente. L’effondrement du marché boursier – désormais en baisse de plus de 20% depuis le premier de l’année – devrait se poursuivre. Malgré l’insistance stridente de l’administration Biden sur le fait qu’il n’y a pas de récession, les signes de récession se multiplient, en particulier sur le marché du logement. Mais la détérioration de la situation économique n’est pas encore suffisante pour générer la pression politique nécessaire parmi l’électorat étasunien propagandisé pour qu’il renonce à envoyer des milliards à l’Ukraine. Un choc majeur de stagflation ou un effondrement de l’armée ukrainienne pourrait cependant changer ce calcul.

Les États-Unis et l’Europe jouent un jeu de poker à gros enjeux avec la Russie. Ils ont parié tous leurs jetons que l’Ukraine vaincra la Russie ou forcera la Russie à la table des négociations et que Poutine, chapeau à la main, rampera sur le ventre devant les maîtres occidentaux et demandera de l’aide. C’est fou. Mais il y a beaucoup de politiciens et d’experts habitant des coins sombres de Washington qui croient profondément à ce fantasme.

La Russie ne joue pas au poker. La Russie joue aux échecs et elle y joue bien. Les relations commerciales et militaires en plein essor de la Russie avec la Chine, l’Iran, l’Inde et le Pakistan, l’Arabie saoudite et le Brésil renforcent la position de Poutine, et non l’affaiblissent. L’effondrement éventuel de l’Ukraine à la suite d’une économie en ruine et/ou de défaites sur le champ de bataille sera plus qu’un œil au beurre noir pour l’OTAN et, par extension, pour l’Europe. Cela détruirait probablement la raison d’être de l’OTAN. Cela, à son tour, jettera les bases d’un rapprochement avec la Russie sans les États-Unis.

L’âge du Colosse des États-Unis touche à sa fin. L’Oncle Sam n’aura plus de meute de Yorkshires, Caniches et Teckels européens qui jappent en laisse. Je pense que nous sommes au seuil d’un nouvel ordre international multipolaire qui brisera enfin l’héritage du colonialisme européen et de l’impérialisme américain. Comme Garland Nixon l’a sagement noté, « le Général Hiver est en marche ».

source : Sonar 21

via El Correo de la Diaspora

1 comment on “L’EUROPE VA-T-ELLE ROMPRE AVEC LES ÉTATS-UNIS ?

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    Un article à lire attentivement, c’est peut-être un grand espoir pour nous, peuple européen, qui, par les décisions scandaleuses des pseudos dirigeants, vassaux stupides des USA, nous enfoncent dans des ténèbres dont on ne voit pas actuellement le bout du tunnel..

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :