DOSSIERS

LES RESPONSABLES DE LA SANTÉ ADMETTENT QUE BILL GATES DIRIGE LE MONDE

[Source : takecontrol.substack.com]

Dans un rapport publié dans Politico, des responsables américains et européens et des spécialistes de la santé mondiale ont admis que Bill Gates dirigeait la réponse mondiale au COVID

Par Dr Joseph Mercola

https://www.bitchute.com/embed/tDEYcW9Zi9xy/

L’HISTOIRE EN UN COUP D’ŒIL

  • Le 14 septembre 2022, Politico a publié un rapport spécial basé sur quatre douzaines d’entretiens avec des responsables américains et européens et des spécialistes de la santé mondiale, qui admettent que Bill Gates dirige la réponse mondiale au COVID.
  • Quatre organisations de santé — la Fondation Bill & Melinda Gates, GAVI, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) et le Wellcome Trust — ont rapidement pris les devants dans la riposte mondiale à la pandémie, et bien que toutes les quatre prétendent être des organisations indépendantes, elles sont toutes effectivement fondées et/ou financées par Gates.
  • Au cours des premiers jours de l’épidémie, la Fondation Gates, la GAVI, le CEPI et le Wellcome Trust ont lancé un effort coordonné pour identifier les fabricants de vaccins, financer des tests, des traitements médicamenteux et des injections d’ARNm, et élaborer un plan de distribution mondial en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé. En fin de compte, ils n’ont pas réussi à atteindre leurs propres objectifs sur tous les fronts.
  • Gates n’est pas qualifié pour faire des recommandations en matière de santé et il n’a jamais été élu pour représenter le public.
  • Gates a utilisé sa richesse, son influence et sa perspicacité pour se mettre dans une position où il peut dicter la politique de santé mondiale pour son propre avantage financier.

L’idée que Bill Gates exerce une influence indue sur la santé mondiale a toujours été niée et rejetée comme une théorie du complot loufoque. Mais comme pour tant d’autres choses, cette théorie du complot s’avère maintenant être une conspiration de facto.

Le 14 septembre 2022, Politico a publié un rapport spécial détaillé basé sur « quatre douzaines d’entretiens avec des responsables américains et européens et des spécialistes de la santé mondiale », intitulé « Comment Bill Gates et ses partenaires ont pris le contrôle de la réponse mondiale au COVID ».1

Comme l’a noté Igor Chudov sur Substack,2 en quelques heures, le titre a été modifié pour se lire : « Comment quatre groupes privés ont utilisé leur influence pour contrôler la réponse mondiale au COVID — avec peu de surveillance »,3 comme illustré dans les captures d’écran de Chudov ci-dessous :

Article politique

Curieusement, cinq heures après cette modification, Politico a changé le titre, donc au moment d’écrire ces lignes, il se lit comme suit :4 « Comment Bill Gates et associés ont utilisé leur influence pour contrôler la réponse mondiale de Covid — avec peu de surveillance. » Le seul mot qui manque maintenant dans le titre original est « ses ». Vous pouvez voir comment le titre s’est déplacé d’avant en arrière au cours de 15 heures sur archive.today.5

Les organisations Four Gates monopolisent la réponse mondiale au COVID

Selon Politico,6 quatre organisations de santé – la Fondation Bill & Melinda Gates, GAVI, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) et le Wellcome Trust – ont rapidement pris les devants dans la riposte mondiale à la pandémie, et bien que toutes les quatre prétendent être des organisations indépendantes, elles sont toutes fondées et/ou financées par Gates.

« Lorsque la Covid-19 a frappé, les gouvernements du monde n’étaient pas préparés », écrit Politico. « Alors que les nations les plus puissantes regardaient vers l’intérieur, quatre organisations non gouvernementales mondiales de santé ont commencé à élaborer des plans pour une lutte à mort contre un virus qui ne connaîtrait pas de frontières.

Ce qui a suivi a été un changement de pouvoir constant, presque inexorable, des gouvernements débordés vers un groupe d’organisations non gouvernementales, selon une enquête de sept mois menée par des journalistes de POLITICO basés aux États-Unis et en Europe et le journal allemand WELT.

Armées d’expertise, renforcées par des contacts aux plus hauts niveaux des nations occidentales et renforcées par des relations bien ancrées avec les fabricants de médicaments, les quatre organisations ont assumé des rôles souvent joués par les gouvernements – mais sans la responsabilité des gouvernements. »

Six points à retenir de l’enquête de Politico

Au cours des premiers jours de l’épidémie, alors que les gouvernements débattaient encore de la gravité de celle-ci, la Fondation Bill & Melinda Gates, la GAVI, le CEPI et le Wellcome Trust ont lancé un effort coordonné pour identifier les fabricants de vaccins, financer des tests, des traitements médicamenteux et des injections d’ARNm, et élaborer un plan de distribution mondial en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé. Dans une barre latérale, Politico met en évidence six points clés de son enquête :7

« Les quatre organisations ont dépensé près de 10 milliards de dollars pour la COVID depuis 2020 – le même montant que la principale agence américaine chargée de lutter contre la COVID à l’étranger.

Les organisations ont collectivement donné 1,4 milliard de dollars à l’Organisation Mondiale de la Santé, où elles ont aidé à créer une initiative essentielle pour distribuer des outils COVID-19. Ce programme n’a pas atteint ses objectifs initiaux.

Les dirigeants des organisations ont eu un accès sans précédent aux plus hauts niveaux de gouvernement, dépensant au moins 8,3 millions de dollars pour faire pression sur les législateurs et les fonctionnaires aux États-Unis et en Europe.

Des fonctionnaires des États-Unis et de l’Union européenne, ainsi que des représentants de l’OMS, sont passés par ces quatre organisations en tant qu’employés, ce qui leur a permis de consolider leurs relations politiques et financières à Washington et à Bruxelles.

Les dirigeants des quatre organisations se sont engagés à combler le déficit d’équité. Cependant, pendant les pires vagues de la pandémie, les pays à faible revenu se sont retrouvés sans vaccins vitaux.

Les dirigeants de trois des quatre organisations ont soutenu qu’il n’était pas nécessaire de lever les protections de la propriété intellectuelle pour augmenter l’approvisionnement en vaccins – ce qui, selon les militants, aurait permis de sauver des vies. »

Non qualifié et non élu

Comme l’a détaillé Politico, grâce au lobbying et à la puissance financière de Gates, la réponse internationale à la COVID est rapidement passée des gouvernements individuels à « un groupe mondial d’experts non gouvernementaux sous surveillance privée ».

« Qu’est-ce qui rend Bill Gates qualifié pour donner des conseils et conseiller le gouvernement américain sur où il devrait mettre… d’énormes ressources ? » ~ Kate Elder, conseillère politique principale pour la campagne d’accès de Médecins sans frontières

Aux États-Unis, le président Biden a affecté 500 millions de dollars au seul CEPI dans son budget COVID de 5 milliards de dollars, qui n’a pas encore été approuvé par le Congrès. Mais, comme l’a noté Kate Elder, conseillère principale en politique vaccinale pour la campagne d’accès de Médecins sans frontières :8

« Qu’est-ce qui rend Bill Gates qualifié pour donner des conseils et conseiller le gouvernement américain sur où il devrait mettre … d’énormes ressources? »

Lawrence Gostin, professeur à l’Université de Georgetown spécialisé dans le droit de la santé publique, a déclaré à Politico :

« Je pense que nous devrions être profondément inquiets. Pour le dire de manière très grossière, l’argent achète de l’influence. Et c’est la pire des influences. Pas seulement parce que c’est de l’argent — même si c’est important, parce que l’argent ne devrait pas dicter la politique — mais aussi parce que c’est un accès préférentiel, à huis clos.

[C’est] antidémocratique, parce que c’est extraordinairement non transparent et opaque [et] laisse derrière les gens ordinaires, les communautés et la société civile. »

Gates « possède » l’OMS

Beaucoup ont souligné que Gates, grâce à ses milliards de dons à l’OMS, a une influence significative sur les décisions de l’OMS. En septembre 2021, Astrid Stuckelberger, Ph.D., une initiée de l’OMS, a dénoncé Gates, expliquant comment l’OMS est, en fait, contrôlée par Gates, qui à son tour dicte la politique pour son avantage financier personnel.

Des quatre organisations sur lesquelles Politico se concentre, la GAVI, l’Alliance du vaccin, est peut-être la plus importante. La GAVI, fondée par Gates, a son siège en Suisse. En 2009, la GAVI a été reconnue comme une institution internationale et a accordé une immunité générale totale, y compris une immunité diplomatique qualifiée, ce qui est extrêmement étrange étant donné que l’organisation n’a aucun pouvoir politique qui justifierait l’immunité diplomatique.9

Plus étrange encore est que les clauses d’immunité de la GAVI vont au-delà même de celles des diplomates. L’immunité de la GAVI couvre tous les aspects de l’engagement, y compris les transactions commerciales criminelles. Tout aussi étrange est le fait qu’ils sont complètement exonérés d’impôt.

La GAVI peut faire ce qu’elle veut sans aucune répercussion. La police ne peut même pas enquêter ou recueillir des preuves auprès de la GAVI si celle-ci devait être impliquée dans une enquête criminelle. C’est comme ça qu’ils sont bien protégés. Et, selon Stuckelberger, La GAVI est l’entité qui dirige vraiment l’OMS.

Selon Stuckelberger, Gates a demandé, en 2017, d’être nommé au conseil d’administration de l’OMS – comme un État membre – apparemment parce qu’il leur donne tellement d’argent. Il n’y a aucune preuve que Gates ait jamais officiellement obtenu le statut d’État membre, mais il semble qu’il ait trouvé un jeu de pouvoir alternatif.

Stuckelberger a souligné que Gates et l’OMS avaient conclu un accord contractuel tripartite avec Swissmedic, la Food and Drug Administration of Switzerland, ce qui est très inhabituel. Donc, essentiellement, alors que Gates n’a pas été élu en tant qu’État-nation à un seul homme, il a créé des contrats tripartites avec les États membres et l’OMS, le plaçant essentiellement à égalité avec l’OMS !

[Voir aussi, à titre spéculatif :
Qui est l’Antéchrist ?]

Une curiosité qui soutient l’idée que Gates est soit le véritable pouvoir derrière l’OMS, soit a le même pouvoir que l’OMS, est le fait que Gates a été à plusieurs reprises le premier à annoncer ce que le monde doit faire pour faire face à la pandémie, puis l’OMS sortait un message identique que les États membres devaient ensuite suivre.

Mais qui diable est Gates pour diriger la santé mondiale et les réponses à la pandémie ? Ce n’est personne. Il n’a aucune formation médicale. Il n’est absolument pas qualifié pour parler de quelque problème de santé que ce soit. Il n’a même pas obtenu son diplôme universitaire. Et il n’a jamais été élu pour représenter le peuple à quelque titre que ce soit.

Fondamentalement, ce que nous avons ici est un individu riche qui a trouvé un moyen de monopoliser officieusement la capacité de prise de décision d’une autorité sanitaire mondiale afin de s’enrichir, ce qui est au-delà de la folie.

L’OMS a joué un rôle déterminant dans la montée au pouvoir de Gates

L’influence de Gates sur l’OMS est sans aucun doute la raison pour laquelle l’OMS a permis à ces quatre groupes financés par Gates de diriger la réponse mondiale au COVID en premier lieu. Tel que rapporté par Politico :10

« L’OMS a joué un rôle crucial dans la montée en puissance des groupes. Tous avaient des liens de longue date avec l’Organisme Mondial de la Santé. Les conseils d’administration du CEPI et de la GAVI ont un représentant spécialement désigné de l’OMS.

Il y a aussi une porte tournante entre l’emploi dans les groupes et le travail pour l’OMS : d’anciens employés de l’OMS travaillent maintenant à la Fondation Gates et au CEPI ; certains, comme Chris Wolff, directeur adjoint des partenariats avec les pays à la Fondation Gates, occupent des postes importants.

Une grande partie de l’influence des groupes auprès de l’OMS découle simplement de l’argent. Depuis le début de la pandémie en 2020, la Fondation Gates, La GAVI et le Wellcome Trust ont fait don collectivement de plus de 1,4 milliard de dollars à l’OMS — un montant nettement supérieur à la plupart des autres États membres officiels, y compris les États-Unis et la Commission européenne, selon les données fournies par l’OMS. »

Ce serait une chose si ces organisations faisaient vraiment un excellent travail. Mais ils ne l’ont pas fait. Un examen indépendant11 par Dalberg Global Development Advisors, une société de conseil en politique de New York, a révélé que l’initiative créée par les groupes de Gates, l’Access to COVID-19 Tools Accelerator (ACT-A), a échoué sur tous les fronts.

Malgré un budget de 23 milliards de dollars,12  ACT-A n’a acheté que 16 % de son nombre cible de tests pour les pays à revenu faible et intermédiaire, et sur les 245 millions de traitements qu’il était censé fournir aux pays à revenu faible et intermédiaire, ils n’en ont attribué que 1,8 million. De même, sur les 2 milliards de piqûres de COVID qui devaient être livrées d’ici à la fin 2021, seules 319 millions de doses ont été livrées.

Bien sûr, on pourrait affirmer que le fait de ne pas fournir de tests de RCR frauduleux, de traitements dangereux et d’injections d’ARNm était une bénédiction déguisée. Mais le fait demeure que ces organisations sont loin d’être excellentes et échouent lamentablement à atteindre bon nombre de leurs objectifs déclarés.

Ils sur-promettent et sous-livrent. Ils sont prêts à sacrifier des vies pour garder le contrôle sur des brevets lucratifs. Et, alors qu’ils façonnent plus ou moins à eux seuls la réponse mondiale aux pandémies, il n’y a personne pour les tenir responsables de leurs performances.

Ce que Politico a laissé de côté

Bien que le rapport de Politico ait une portée considérable, il n’inclut toujours pas un certain nombre de pièces de puzzle importantes répertoriées dans l’article Substack de Chudov. Par exemple :13

  • Le SRAS-CoV-2 semble être une arme biologique intentionnellement conçue[Note de Joseph : étant donné qu’il n’y a aucune preuve scientifique de l’existence d’un tel virus (voir notamment Confirmation écrite : les scientifiques ne peuvent apporter aucune preuve de l’existence d’un virus pathogène), il est fort probable qu’une telle prétendue arme ne soit qu’un leurre de plus afin de pousser davantage de personnes vers la pseudo vaccination ou qu’elle soit simplement le résultat de la modification chimique d’exosomes produits par les cellules humaines ou animales lorsqu’elles sont agressées par la malnutrition et/ou par différentes formes d’intoxication, y compris par des ondes électromagnétiques pulsées. (voir notamment : Paquet d’ondes radio et Les coupables de la crise corona sont clairement identifiés)]
  • La Fondation Bill & Melinda Gates a aidé à organiser l’événement 201, un exercice sur table de préparation à la pandémie en octobre 2019 qui a prédit prophétiquement la COVID-19 — et la nécessité d’une campagne massive de propagande et de censure pour étouffer les « [théories de] conspirations » autour du virus.
  • Gates a acheté 3,1 millions d’actions de BioNTech en septembre 2019 pour 55 millions de dollars.14 15 À l’époque, BioNTech travaillait sur des immunothérapies spécifiques au patient pour le cancer et d’autres maladies chroniques. À la mi-mars 2020, BioNTech s’est associé à Pfizer pour développer un vaccin d’ARNm COVID.16 En août 2021, l’investissement prémonitoire de Gates valait 1,7 milliard de dollars.
  • La Fondation Gates a financé EcoHealth Alliance17, l’organisation soupçonnée d’avoir participé au développement du SRAS-CoV-2.
  • La Fondation Gates a également financé l’Université de Caroline du Nord (UNC) avec au moins 56 subventions différentes, où Ralph Baric, Ph.D., a mené des recherches sur le gain de fonction liées au développement du SRAS-CoV-2. Baric a également travaillé avec EcoHealth Alliance et l’Institut de virologie de Wuhan (WIV).

Comme l’a noté Chudov dans ses remarques finales :18

« Néanmoins, la simple publication de cet article a une importance énorme. Les choses que la plupart d’entre nous connaissent et dont nous parlons apparaissent dans la soi-disant “presse grand public” — après que tout le mal a été fait, bien sûr.

Le virus a été libéré; des millions sont morts [Note de Joseph : sans les médias, il est très probable que rien de nouveau par rapport aux maladies déjà connues n’aurait été relevé. On a systématiquement déclaré atteintes de covid toutes les personnes ayant eu un résultat positif au Test PCR qui ne permet aucunement de diagnostiquer une maladie donnée. Voir notamment :
Précisions scientifiques sur l’arnaque du test PCR
Le Covid à travers la théorie des germes, 150 ans d’escroquerie scientifique sur les virus ?
Mise au point de Reiner Fuellmich — 28 septembre 2022
Déconstruction de l’arnaque Covid : les documents Ministère de la Santé admettent que le CDC n’a jamais isolé de ‘virus covid-19’… le test PCR ne détecte que le BRUIT des instruments]
; plus d’un milliard de jeunes ont été vaccinés de force sous de faux prétextes. Quand il est trop tard pour changer quoi que ce soit, Politico énonce enfin l’évidence. Pourtant, c’est mieux que rien.

Presque tout dans l’article de Politico était connu il y a un an. Où était Politico alors ? Occupé à prendre l’argent de la publicité du vaccin COVID du gouvernement. La pandémie était un crime, pas un accident. »

Le programme Gates-Fauci pour vacciner le monde

Gates est cependant loin d’être le seul ennemi de ce drame orchestré. Le Dr Anthony Fauci est un autre acteur clé. Ironiquement, Gates affirme qu’il a « pris le poids de l’abus du complotisme COVID » parce que les Européens ne connaissent pas Fauci. Il a récemment déclaré au magazine Fortune :19

« C’était tout un phénomène; ici aux États-Unis, cela s’est concentré sur moi et Tony Fauci, et à l’international, c’était plus juste moi parce qu’ils ne savaient pas qui était Tony – celui-ci a vraiment raté ça ! »

Mais alors que Gates essaie de faire passer les inquiétudes des gens concernant son influence indue sur leur santé comme une blague, on ne manque pas de preuves qu’il tire vraiment les ficelles qu’il est loin d’être qualifié pour tirer.

Dans « Bill Gates Lays Out Plan for Global Takeover » [Bill Gates expose son plan pour une prise de contrôle mondiale], je passe en revue le rôle de Gates dans l’OMS et le plan de l’OMS pour, en fin de compte, prendre le contrôle de toutes les décisions en matière de soins de santé, dans le monde entier. J’ai également passé en revue la manière dont Gates et Fauci ont collaboré, formant un formidable partenariat public-privé qui exerce un pouvoir incroyable sur le public américain.

Dès 2000, Fauci et Gates ont conclu un accord pour contrôler et étendre l’entreprise mondiale de vaccins , qui a abouti en 2021 à un plan visant à injecter à chaque homme, femme et enfant de la planète un vaccin expérimental COVID. La collaboration de Gates et Fauci est détaillée dans le livre à succès de Robert F. Kennedy Jr., « The Real Anthony Fauci ». La vidéo en haut de cet article résume leur schéma commun.

Action contre la faim dans le monde- pour une cause juste, votre soutien compte. Cliquez sur l’image pour faire un don.

Dernières nouvelles du blog

LE « VACCIN TUEUR » COVID. DES GENS MEURENT DANS LE MONDE ENTIER. C’EST UNE OPÉRATION CRIMINELLE

[Source : Mondialisation.ca] Par Prof Michel Chossudovsky Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19. Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants. « Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folieLire la suite

ZELENSKY CONFIE LA GESTION DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS EN UKRAINE AU FONDS D’INVESTISSEMENT AMÉRICAIN BLACKROCK

Le gouvernement ukrainien s’allie à la société d’investissement américaine, BlackRock, pour “relancer son économie”. Un protocole d’accord a été signé le 10 novembre dernier, a annoncé le lendemain le ministère ukrainien de l’Économie. Cet accord porte sur la réalisation d’une plateforme visant à attirer des capitaux privés. Le protocole d’accord, signé à Washington aux États-Unis, prévoit laLire la suite

1 comment on “LES RESPONSABLES DE LA SANTÉ ADMETTENT QUE BILL GATES DIRIGE LE MONDE

  1. Ping : LES RESPONSABLES DE LA SANTÉ ADMETTENT QUE BILL GATES DIRIGE LE MONDE — JEMINFORMETV.COM – La vérité est ailleurs

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :