ÉCONOMIE

L’EFFONDREMENT DES ÉCONOMIES EUROPÉENNES COMMENCE PAR LA GRANDE-BRETAGNE

par Philip Pilkington.

L’effondrement des économies européennes a maintenant démarré, en commençant par le maillon économique le plus faible du continent : la Grande-Bretagne. Philip Pilkington, analyste en macroéconomie et investisseur, décrypte la catastrophe qui a commencé.

L’annonce du budget britannique déclenche une avalanche

L’effondrement de la Grande-Bretagne a été déclenché par la publication du budget du nouveau gouvernement vendredi 23 septembre. Le budget était ridicule – un paquet expansionniste dans une économie avec une inflation élevée et un énorme déficit commercial – et il a déclenché une vente sur le marché des gilts (titres de créance négociables émis par le Royaume-Uni), qui s’est rapidement étendue au marché de la livre sterling. Les fonds de pension sont maintenant confrontés à d’énormes pertes. La prochaine étape sera une inflation plus forte, une récession et un chômage plus élevé.

Les médias se sont empressés d’accuser le gouvernement, comme si une simple annonce budgétaire pouvait déclencher un effondrement économique de grande ampleur. “Avez-vous honte de ce que vous avez fait ?” BBC Radio Kent a demandé à Liz Truss, dans un spectacle superficiel qui n’est devenu que trop commun dans la Grande-Bretagne contemporaine.

Les marchés financiers s’agitaient depuis plusieurs semaines

La vérité, cependant, est que le budget n’était qu’une excuse. Les marchés financiers ont fait du bruit à propos de la situation économique depuis des semaines. Début septembre, les traders parlaient en plaisantant du “peso britannique” ; des rumeurs circulaient sur les bureaux de négociation des obligations britanniques qui transféraient leurs transactions au bureau de crise des marchés émergents. Toute personne ayant un lien avec la City savait ce qui se passait. Cela aurait dû inclure la Banque d’Angleterre et le Trésor, qui semblent avoir été endormis au volant depuis le début de la guerre en Ukraine, voire depuis le début des confinements anti-COVID..

De quoi la City s’inquiétait-elle ? Une inflation élevée et un déficit commercial incontrôlable. À la fin du mois d’août, Goldman Sachs prévoyait que l’inflation au Royaume-Uni atteindrait 22% l’année prochaine. Quelques jours plus tard, la Deutsche Bank prévoyait un déficit de la balance courante de 10%, du jamais vu en dehors des marchés émergents qui connaissent de graves bulles financières.

Quelle était la cause de ces déséquilibres ? La réponse est simple : les coûts de l’énergie. La Grande-Bretagne importe beaucoup d’énergie. Lorsque le coût de l’énergie augmente, les importations explosent et la balance commerciale s’effondre. Ces coûts plus élevés sont répercutés sur les consommateurs, d’où l’inflation. La Grande-Bretagne est tombée la première parce qu’elle était le coureur le plus lent du peloton.

Le canari dans la mine de charbon

Cela est dû au fait que la Grande-Bretagne a longtemps compté sur la City de Londres pour sa prospérité. La Grande-Bretagne ne dispose pas d’une base manufacturière sérieuse, de sorte que la livre sterling dépend des flux financiers vers la City. Dans une économie qui repose sur l’industrie manufacturière – comme l’Allemagne – la crise actuelle met plus de temps à se manifester. En Allemagne, les prix de l’énergie devront encore augmenter un peu avant que l’industrie ne commence à fermer ses portes. À ce stade, les exportations s’effondreront, l’inflation s’envolera, les marchés obligataires européens se déprécieront et l’euro s’effondrera.

C’est déjà le cas, mais cela arrive au ralenti.

En Grande-Bretagne, l’ensemble de la crise peut être évalué immédiatement, car il suffit que la City de Londres, ainsi que les banques internationales et les gestionnaires de fonds avec lesquels elle fait affaire, se rendent compte de la gravité de la situation, puis appuient sur quelques boutons. Cela fait de la Grande-Bretagne une sorte de canari dans la mine de charbon pour l’ensemble de l’Europe, ce dont les politiciens européens prennent progressivement conscience.

Il y avait une issue…jusqu’au sabotage de Nordstream

Il y a maintenant deux voies possibles. La première est que les marchés de la livre sterling et des gilts continuent à vendre dans les semaines à venir et que la livre sterling les suive dans leur chute. La seconde est qu’ils se calment, mais qu’ensuite, avec l’arrivée de l’hiver, l’aggravation de l’inflation et la détérioration de la balance commerciale, tout recommence. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la première hypothèse semble plus probable.

Existe-t-il une issue ? Il y en avait une jusqu’à lundi 26 septembre, lorsque quelqu’un a saboté les pipelines de Nordstream.

La plupart des gens – moi y compris – pensaient qu’après le chaos économique de cet hiver, les Européens céderaient sur les sanctions contre la Russie et que Nordstream serait rouvert. Ce n’est plus une option. Les prix de l’énergie en Europe sont désormais définitivement plus élevés – du moins jusqu’à ce que nous commencions à construire de nouvelles capacités, mais cela prendra des années. Il n’y a tout simplement pas d’issue. L’effondrement de l’oléoduc lundi a ressemblé à cette scène de film où l’entrée de la grotte est soudain obstruée par une chute de pierres et où le héros est piégé à l’intérieur.

Tout cela était parfaitement et tragiquement évident. En mai, il était indéniable que les sanctions contre la Russie ne fonctionnaient pas. Mais nous avons tout de même continué, les médias nous assénant semaine après semaine des absurdités sans queue ni tête. Lorsque la Russie a commencé à couper le gaz, il était tout aussi évident que les conséquences économiques seraient dévastatrices, en particulier pour la Grande-Bretagne. Mais ceux d’entre nous qui ont dit quelque chose ont été traités d’apologistes de Poutine – et les médias ont donné une voix à ceux qui ont fait des promesses sur le GNL (gaz naturel liquéfié) qui ne pourraient jamais être tenues.

Eh bien, nous y voilà. Le chèque a été rejeté et l’économie est en chute libre. Nordstream est une épave qui couve au fond de la mer Baltique. Il n’y a pas de retour en arrière possible.

source : The Daily Sceptic

via Le Courrier des Stratèges

Dernières nouvelles du blog

LE « VACCIN TUEUR » COVID. DES GENS MEURENT DANS LE MONDE ENTIER. C’EST UNE OPÉRATION CRIMINELLE

[Source : Mondialisation.ca] Par Prof Michel Chossudovsky Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19. Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants. « Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folieLire la suite

ZELENSKY CONFIE LA GESTION DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS EN UKRAINE AU FONDS D’INVESTISSEMENT AMÉRICAIN BLACKROCK

Le gouvernement ukrainien s’allie à la société d’investissement américaine, BlackRock, pour “relancer son économie”. Un protocole d’accord a été signé le 10 novembre dernier, a annoncé le lendemain le ministère ukrainien de l’Économie. Cet accord porte sur la réalisation d’une plateforme visant à attirer des capitaux privés. Le protocole d’accord, signé à Washington aux États-Unis, prévoit laLire la suite

4 comments on “L’EFFONDREMENT DES ÉCONOMIES EUROPÉENNES COMMENCE PAR LA GRANDE-BRETAGNE

  1. Ping : L’EFFONDREMENT DES ÉCONOMIES EUROPÉENNES COMMENCE PAR LA GRANDE-BRETAGNE — JEMINFORMETV.COM – La vérité est ailleurs

  2. Ping : L’EFFONDREMENT DES ÉCONOMIES EUROPÉENNES COMMENCE PAR LA GRANDE-BRETAGNE – Titre du site

  3. genevieve meunier

    Le Royaume Uni subit de la part de son grand ami et allié américain un véritable acte de guerre par le sabotage délibéré des gazoducs Nord Stream 1 et 2 et son gouvernement ne réagit en aucune façon! Il payera cher sa servitude à l’oncle Sam!

    J’aime

  4. Ping : L’EFFONDREMENT DES ÉCONOMIES EUROPÉENNES COMMENCE PAR LA GRANDE-BRETAGNE – Titre du site

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :