MANIPULATION

LE PLAN DE WASHINGTON POUR DÉMANTELER LA RUSSIE

Mike Whitney
mondialisation.ca

L’objectif de l’Occident est d’affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre nation. Ils déclarent ouvertement que, puisqu’ils ont réussi à briser l’Union soviétique en 1991, il est maintenant temps de diviser la Russie en de nombreuses régions distinctes qui seront à couteaux tirés. » Le président russe Vladimir Poutine

« Cheney ‘voulait voir le démantèlement non seulement de l’Union soviétique et de l’empire russe, mais aussi de la Russie elle-même, afin qu’elle ne puisse plus jamais être une menace pour le reste du monde’… L’Occident doit achever le projet qui a débuté en 1991 ….. Mais tant que l’empire de Moscou ne sera pas renversé, la région – et le monde – ne seront pas en sécurité… » (« Decolonize Russia », The Atlantic)

L’animosité de Washington à l’égard de la Russie a une longue histoire qui remonte à 1918, lorsque Woodrow Wilson a déployé plus de 7 000 soldats en Sibérie dans le cadre d’un effort allié visant à réduire les gains de la révolution bolchevique. Les activités du corps expéditionnaire américain, qui est resté dans le pays pendant 18 mois, ont depuis longtemps disparu des livres d’histoire aux États-Unis, mais les Russes considèrent toujours cet incident comme un nouvel exemple de l’intervention incessante des États-Unis dans les affaires de leurs voisins. Le fait est que les élites de Washington se sont toujours mêlées des affaires de la Russie malgré les fortes objections de Moscou. En fait, un grand nombre d’élites occidentales pensent non seulement que la Russie devrait être divisée en unités géographiques plus petites, mais aussi que le peuple russe devrait se réjouir d’une telle issue.

Les dirigeants occidentaux de l’anglosphère sont tellement consumés par leur orgueil démesuré et leur sentiment aveugle d’être dans leur bon droit qu’ils croient sincèrement que les Russes ordinaires aimeraient voir leur pays divisé en petits États qui resteraient ouverts à l’exploitation vorace des géants pétroliers occidentaux, des sociétés minières et, bien sûr, du Pentagone. Voici comment le cerveau géopolitique de Washington, Zbigniew Brzezinski, résume la situation dans un article de Foreign Affairs :

« Compte tenu de la taille et de la diversité (de la Russie), un système politique décentralisé et une économie de marché libre seraient les plus à même de libérer le potentiel créatif du peuple russe et des vastes ressources naturelles de la Russie. Une Russie faiblement confédérée – composée d’une Russie européenne, d’une République sibérienne et d’une République extrême-orientale – aurait également plus de facilité à entretenir des relations économiques plus étroites avec ses voisins. Chacune des entités confédérées serait en mesure d’exploiter son potentiel créatif local, étouffé pendant des siècles par la lourde main bureaucratique de Moscou. En retour, une Russie décentralisée serait moins sensible à la mobilisation impériale. » (Zbigniew Brzezinski, « A Geostrategy for Eurasia », Foreign Affairs, 1997)

La « Russie faiblement confédérée » [loosely confederated Russia], que Brzezinski imagine, serait une nation édentée et dépendante, incapable de défendre ses propres frontières ou sa souveraineté. Elle ne serait pas en mesure d’empêcher des pays plus puissants d’envahir, d’occuper et d’établir des bases militaires sur son sol. Elle ne serait pas non plus en mesure d’unifier son peuple disparate sous une seule bannière ou de poursuivre une vision positive « unifiée » de l’avenir du pays. Une Russie confédérale – fragmentée en une myriade de petites parties – permettrait aux États-Unis de maintenir leur rôle dominant dans la région sans menace de contestation ou d’ingérence. Et cela semble être le véritable objectif de Brzezinski, comme il le souligne dans ce passage de son magnum opus The Grand Chessboard (Le grand échiquier). Voici ce qu’il dit :

« Pour l’Amérique, le principal prix géopolitique est l’Eurasie… et la primauté mondiale de l’Amérique dépend directement de la durée et de l’efficacité de sa prépondérance sur le continent eurasien. » (« THE GRAND CHESSBOARD – American Primacy And It’s Geostrategic Imperatives », Zbigniew Brzezinski, page 30, Basic Books, 1997)

Brzezinski résume succinctement les ambitions impériales américaines. Washington prévoit d’établir sa primauté dans la région la plus prospère et la plus peuplée du monde, l’Eurasie. Et pour ce faire, la Russie doit être décimée et divisée, ses dirigeants doivent être renversés et remplacés, et ses vastes ressources doivent être transférées dans la poigne de fer des transnationales mondiales qui les utiliseront pour perpétuer le flux de richesse d’est en ouest. En d’autres termes, Moscou doit accepter son humble rôle dans le nouvel ordre, celui de compagnie gazière et minière de facto de l’Amérique.

Washington n’a jamais vraiment dévié de son objectif d’anéantir l’État russe, en fait, la stratégie de sécurité nationale (SSN) récemment publiée ainsi qu’un rapport du Congrès intitulé « Renewed Great Power Competition : Implications for Defense-Issues for Congress », confirment une grande partie de ce que nous avons dit ici, à savoir que les États-Unis prévoient d’écraser toute opposition émergente à leur expansion en Asie centrale afin de devenir l’acteur dominant dans cette région. Voici un extrait du rapport du Congrès :

L’objectif des États-Unis d’empêcher l’émergence d’hégémonies régionales en Eurasie, bien qu’il existe depuis longtemps, n’est pas gravé dans la pierre – c’est un choix politique qui reflète deux jugements : Il s’agit d’un choix politique reflétant deux jugements : (1) étant donné la quantité de personnes, de ressources et d’activité économique en Eurasie, un hégémon régional en Eurasie représenterait une concentration de pouvoir suffisamment importante pour pouvoir menacer les intérêts vitaux des États-Unis ; et (2) que l’Eurasie est une région où les États-Unis ont une grande influence. et (2) que l’Eurasie ne s’autorégule pas de manière fiable en termes de prévention de l’émergence d’hégémons régionaux, ce qui signifie que l’on ne peut pas compter sur les pays d’Eurasie pour être en mesure d’empêcher, par leurs propres actions, l’émergence d’hégémons régionaux, et qu’ils peuvent avoir besoin de l’aide d’un ou plusieurs pays en dehors de l’Eurasie pour être en mesure de le faire de manière fiable ». (« Renewed Great Power Competition : Implications for Defense-Issues for Congress« , Congrès américain)

Dans quelle mesure cette nouvelle itération de la politique étrangère officielle des États-Unis est-elle différente de la doctrine Wolfowitz qui a été présentée avant la guerre en Irak ? La voici :

« Notre premier objectif est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival, soit sur le territoire de l’ancienne Union soviétique, soit ailleurs, qui représente une menace de l’ordre de celle que représentait autrefois l’Union soviétique. Il s’agit d’une considération dominante qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale. »

Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas eu de changement significatif dans la politique depuis que Wolfowitz a articulé sa doctrine il y a près de deux décennies. L’establishment de la politique étrangère américaine affirme toujours résolument le droit de Washington à dominer l’Asie centrale et à considérer tout concurrent dans la région comme une menace pour la sécurité nationale. Ce point est encore souligné par le fait que la Russie et la Chine ont été identifiées dans la dernière stratégie de sécurité nationale comme des « concurrents stratégiques », un euphémisme de l’État profond pour désigner des ennemis mortels. Consultez cet extrait d’un article intitulé « La partition de la Russie après la troisième guerre mondiale » [Partitioning Russia After World War III?] :

L’objectif final des Etats-Unis et de l’OTAN est de diviser et de pacifier le plus grand pays du monde, la Fédération de Russie, et même d’établir une couverture de désordre perpétuel (somalisation) sur son vaste territoire ou, au minimum, sur une partie de la Russie et de l’espace post-soviétique…

Le but ultime des Etats-Unis est d’empêcher l’émergence en Europe et en Eurasie de toute alternative à l’intégration euro-atlantique. C’est pourquoi la destruction de la Russie est l’un de leurs objectifs stratégiques…..

Redessiner l’Eurasie : les cartes de Washington pour une Russie divisée

Avec la division de la Fédération de Russie, (l’)article prétend que toute rivalité bipolaire entre Moscou et Washington prendrait fin après la troisième guerre mondiale. Dans une contradiction totale, il affirme que ce n’est que lorsque la Russie sera détruite qu’il y aura un véritable monde multipolaire, mais il implique également que les États-Unis seront la puissance mondiale la plus dominante, même si Washington et l’Union européenne seront affaiblis par la grande guerre prévue avec les Russes. » (« Partitioning Russia after World War 3 », Global Research)

russie démantelée

Les relations de Washington avec la Russie ont toujours été conflictuelles, mais cela a plus à voir avec les ambitions géostratégiques de Washington qu’avec un quelconque comportement perturbateur de la part de Moscou. Le seul crime de la Russie est d’occuper des biens immobiliers dans une partie du monde que les États-Unis veulent contrôler par tous les moyens. Lorsque Hillary Clinton a annoncé pour la première fois les projets américains de « [la stratégie du] pivot vers l’Asie », la plupart des gens ont pensé qu’il s’agissait d’un plan raisonnable pour transférer des ressources du Moyen-Orient vers l’Asie afin d’accroître la participation américaine au marché qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Ils ne se rendaient pas compte à l’époque que les décideurs politiques avaient l’intention d’entraîner la Russie dans une guerre terrestre sanglante en Ukraine afin d’ »affaiblir » la Russie pour que Washington puisse étendre ses bases militaires à travers la masse continentale eurasienne sans rencontrer d’opposition. Personne n’avait prévu non plus jusqu’où Washington irait pour provoquer, isoler et diaboliser la Russie dans le but exprès de destituer ses dirigeants politiques et de diviser le pays en de multiples statlettes [multiple statlets]. Voici Hillary qui présente le dossier en 2011 :

« Exploiter la croissance et le dynamisme de l’Asie est au cœur des intérêts économiques et stratégiques américains… Les marchés ouverts en Asie offrent aux États-Unis des possibilités sans précédent en matière d’investissement, de commerce et d’accès aux technologies de pointe… Les entreprises américaines (ont besoin) de puiser dans la vaste base de consommateurs en pleine expansion de l’Asie….

La région génère déjà plus de la moitié de la production mondiale et près de la moitié du commerce mondial…. nous sommes à la recherche d’opportunités pour faire encore plus d’affaires en Asie… et de possibilités d’investissement dans les marchés dynamiques de l’Asie »(« America’s Pacific Century« , Secrétaire d’État Hillary Clinton », Foreign Policy Magazine, 2011)

Une lecture attentive du discours de Clinton et un examen de la doctrine Wolfowitz aideront même le lecteur le plus borné à tirer des conclusions évidentes sur le conflit actuel en Ukraine, qui n’a presque rien à voir avec la soi-disant « agression russe », mais tout à voir avec le plan de Washington visant à projeter sa puissance en Asie, à contrôler les énormes réserves de pétrole et de gaz de la Russie, à encercler la Chine avec des bases militaires et à établir la domination américaine à l’épicentre du marché le plus prospère de ce siècle. Voici encore Poutine :

« Pour se libérer du dernier réseau de défis, ils doivent à tout prix démanteler la Russie ainsi que d’autres États qui choisissent une voie de développement souveraine, pour pouvoir piller davantage les richesses des autres nations et les utiliser pour boucher leurs propres trous. Si cela ne se produit pas, je ne peux pas exclure qu’ils essaient de déclencher un effondrement de l’ensemble du système, et de tout mettre sur le compte de cet effondrement, ou, ce qu’à Dieu ne plaise, qu’ils décident d’utiliser la vieille formule de la croissance économique par la guerre. »

Les experts américains en politique étrangère font sans vergogne la promotion de théories qui menacent de déclencher une confrontation militaire directe avec la Russie qui pourrait aboutir à un échange nucléaire. Dans un récent « webinaire pour les membres du Congrès » organisé le 23 juin sous le titre « Décoloniser la Russie ». Le webinaire, animé par des agents de la CIA et des nationalistes de droite d’Ukraine et du Caucase, a effectivement fait valoir que la Russie était un empire colonial qui devait être démantelé avec le soutien de Washington. » (WSWS) L’auteur explore les raisons pour lesquelles certains experts veulent qualifier la Russie d’ »impérialiste » ? Un article du WSWS explique pourquoi :

(…) « l’affirmation selon laquelle la Russie est « impérialiste » remplit une fonction politique essentielle : Elle fournit une couverture politique à l’agression impérialiste contre la Russie et aux objectifs de guerre des puissances impérialistes….. C’est cette stratégie que la pseudo-gauche pro-OTAN couvre par ses clameurs sur « l’impérialisme russe ». L’encouragement des tensions nationalistes, régionalistes et ethniques est un élément clé de la politique de guerre impérialiste depuis des décennies……

En combinant l’expansion de l’OTAN, les coups d’État à ses frontières et les interventions militaires dans les pays alliés de la Russie et de la Chine, les puissances impérialistes ont systématiquement et implacablement encerclé la Russie…

En effet, si l’on examine l’histoire des guerres menées par l’impérialisme américain au cours des trente dernières années, la guerre en cours pour le dépeçage de la Russie et de la Chine apparaît comme une brutale fatalité. Malgré leur réintégration dans le système capitaliste mondial, les puissances impérialistes se sont vu interdire par les régimes oligarchiques au pouvoir de piller directement les vastes ressources de ces pays. Se disputant ces ressources entre elles, et poussées par des crises internes insolubles, elles sont maintenant déterminées à changer cela.

… le projet de résolution décrit les objectifs fondamentaux de la guerre américaine contre la Russie comme suit : « la destitution du régime actuel de la Russie, son remplacement par une marionnette contrôlée par les Américains, et l’éclatement de la Russie elle-même – dans ce que l’on appelle la « décolonisation de la Russie » – en une douzaine ou plus d’îlots étatiques impuissants dont les ressources précieuses seront détenues et exploitées par le capital financier américain et européen ». Ce passage est central pour comprendre à la fois le conflit en cours et la politique de la pseudo-gauche pro-OTAN et leur insistance à considérer la Russie comme un « pays impérialiste. » (« Les principes historiques et politiques de l’opposition socialiste à la guerre impérialiste et au régime de Poutine« , Clara Weiss, World Socialist Web Site)

Comme vous pouvez le constater, les membres de l’élite de l’establishment de la politique étrangère cherchent avec acharnement de nouvelles justifications plus convaincantes pour une confrontation avec la Russie dont le but ultime est de fragmenter le pays ouvrant la voie au rééquilibrage stratégique ou « pivot » de Washington. Il y a 20 ans, sous l’administration Bush, les hommes politiques étaient loin d’être aussi circonspects dans leurs opinions sur la Russie. L’ancien vice-président Dick Cheney, par exemple, ne tentait pas de dissimuler son mépris total pour la Russie et était étonnamment franc quant à la politique qu’il soutenait. Consultez cet extrait d’un article de Ben Norton :

L’ancien vice-président américain Dick Cheney, l’un des principaux architectes de la guerre en Irak, ne voulait pas seulement démanteler l’Union soviétique ; il voulait également briser la Russie elle-même, pour l’empêcher de redevenir une puissance politique importante….. L’ancien secrétaire américain à la défense, Robert Gates, a écrit : « Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée à la fin de 1991, Dick voulait voir le démantèlement non seulement de l’Union soviétique et de l’empire russe, mais aussi de la Russie elle-même, afin qu’elle ne puisse plus jamais constituer une menace »…

Le fait qu’une personnalité à la tête du gouvernement américain ait cherché, pas si secrètement, à dissoudre définitivement la Russie en tant que pays, et l’ait fait savoir sans détour à des collègues comme Robert Gates, explique en partie l’attitude agressive adoptée par Washington à l’égard de la Fédération de Russie depuis le renversement de l’URSS.

La réalité est que l’empire américain ne permettra tout simplement jamais à la Russie de remettre en question sa domination unilatérale de l’Eurasie, malgré le fait que le gouvernement de Moscou ait restauré le capitalisme. C’est pourquoi il n’est pas surprenant que Washington ait totalement ignoré les préoccupations de la Russie en matière de sécurité, rompant sa promesse de ne pas étendre l’OTAN « d’un pouce vers l’est » après la réunification allemande, entourant Moscou d’adversaires militarisés qui s’acharnent à la déstabiliser.

Les services de sécurité russes ont publié des preuves que les États-Unis ont soutenu les séparatistes tchétchènes dans leurs guerres contre le gouvernement central russe. L’universitaire britannique John Laughland a souligné dans un article paru en 2004 dans The Guardian, intitulé « Les amis américains des Tchétchènes », que plusieurs dirigeants sécessionnistes tchétchènes vivaient en Occident et recevaient même des subventions du gouvernement américain. Laughland a noté que le plus important groupe sécessionniste tchétchène basé aux États-Unis, le Comité américain pour la paix en Tchétchénie (ACPC), dont le nom est trompeur, compte parmi ses membres « une liste des néoconservateurs les plus en vue qui soutiennent avec tant d’enthousiasme la « guerre contre le terrorisme » » :

Parmi eux figurent Richard Perle, le célèbre conseiller du Pentagone, Elliott Abrams, célèbre pour son implication dans l’affaire Iran-Contra, Kenneth Adelman, l’ancien ambassadeur américain aux Nations unies qui a encouragé l’invasion de l’Irak en prédisant que ce serait « une promenade de santé », Midge Decter, biographe de Donald Rumsfeld et directrice de l’organisation de droite Heritage Foundation, Frank Gaffney, du militariste Centre for Security Policy ; Bruce Jackson, ancien officier du renseignement militaire américain et ancien vice-président de Lockheed Martin, aujourd’hui président du Comité américain sur l’OTAN ; Michael Ledeen, de l’American Enterprise Institute, ancien admirateur du fascisme italien et aujourd’hui l’un des principaux partisans d’un changement de régime en Iran ; et R. James Woolsey, ancien directeur de la CIA, qui est l’un des principaux supporters des plans de George Bush visant à remodeler le monde musulman dans un sens favorable aux États-Unis.

Le fait que les salafistes-djihadistes d’extrême droite représentaient un pourcentage significatif de l’insurrection tchétchène n’a pas dérangé ces néoconservateurs anti-musulmans – tout comme les vétérans islamophobes de la « guerre contre le terrorisme » n’ont eu aucun problème à soutenir les islamistes takfiris extrémistes coupeurs de têtes dans les guerres américaines ultérieures contre la Syrie et la Libye…..

…. Victoria Nuland, le troisième fonctionnaire le plus puissant du département d’État de l’administration Joe Biden, a été la principale conseillère adjointe en politique étrangère du vice-président Cheney de 2003 à 2005. (Elle a également contribué à parrainer le violent coup d’État en Ukraine en 2014 qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu). Comme son mentor Cheney, Nuland est une néoconservatrice pure et dure. Le fait qu’il soit républicain et qu’elle travaille principalement dans des administrations démocrates n’est pas pertinent ; ce consensus belliciste en matière de politique étrangère est totalement bipartisan.

Nuland (ancien membre du conseil d’administration bipartisan de la NED) est également mariée à Robert Kagan, saint patron du néoconservatisme et cofondateur du Project for the New American Century – le foyer douillet des néocons à Washington, où il a travaillé aux côtés de Cheney, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz et d’autres hauts responsables de l’administration Bush. Kagan était un républicain de longue date, mais en 2016, il a rejoint les démocrates et a ouvertement fait campagne pour Hillary Clinton à la présidence. » (« L’ex-vice-président Dick Cheney a confirmé que l’objectif des États-Unis est de briser la Russie, pas seulement l’URSS« , Ben Norton, Multipolarista).

La politique étrangère américaine est désormais exclusivement entre les mains d’un petit groupe d’extrémistes néocons qui rejettent catégoriquement la diplomatie et qui croient sincèrement que les intérêts stratégiques de l’Amérique ne peuvent être atteints que par un conflit militaire avec la Russie. Cela dit, nous pouvons dire avec un certain degré de certitude que les choses vont empirer avant de s’améliorer.

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

Dernières nouvelles du blog

LE « VACCIN TUEUR » COVID. DES GENS MEURENT DANS LE MONDE ENTIER. C’EST UNE OPÉRATION CRIMINELLE

[Source : Mondialisation.ca] Par Prof Michel Chossudovsky Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19. Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants. « Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folieLire la suite

ZELENSKY CONFIE LA GESTION DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS EN UKRAINE AU FONDS D’INVESTISSEMENT AMÉRICAIN BLACKROCK

Le gouvernement ukrainien s’allie à la société d’investissement américaine, BlackRock, pour “relancer son économie”. Un protocole d’accord a été signé le 10 novembre dernier, a annoncé le lendemain le ministère ukrainien de l’Économie. Cet accord porte sur la réalisation d’une plateforme visant à attirer des capitaux privés. Le protocole d’accord, signé à Washington aux États-Unis, prévoit laLire la suite

1 comment on “LE PLAN DE WASHINGTON POUR DÉMANTELER LA RUSSIE

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    NOUVEL ARTICLEBACK

    jeminformetv.com
    LE PLAN DE WASHINGTON POUR DÉMANTELER LA RUSSIE
    Mike Whitney
    mondialisation.ca

    L’objectif de l’Occident est d’affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre nation. Ils déclarent ouvertement que, puisqu’ils ont réussi à briser l’Union soviétique en 1991, il est maintenant temps de diviser la Russie en de nombreuses régions distinctes qui seront à couteaux tirés. » Le président russe Vladimir Poutine

    « Cheney ‘voulait voir le démantèlement non seulement de l’Union soviétique et de l’empire russe, mais aussi de la Russie elle-même, afin qu’elle ne puisse plus jamais être une menace pour le reste du monde’… L’Occident doit achever le projet qui a débuté en 1991 ….. Mais tant que l’empire de Moscou ne sera pas renversé, la région – et le monde – ne seront pas en sécurité… » (« Decolonize Russia », The Atlantic)

    L’animosité de Washington à l’égard de la Russie a une longue histoire qui remonte à 1918, lorsque Woodrow Wilson a déployé plus de 7 000 soldats en Sibérie dans le cadre d’un effort allié visant à réduire les gains de la révolution bolchevique. Les activités du corps expéditionnaire américain, qui est resté dans le pays pendant 18 mois, ont depuis longtemps disparu des livres d’histoire aux États-Unis, mais les Russes considèrent toujours cet incident comme un nouvel exemple de l’intervention incessante des États-Unis dans les affaires de leurs voisins. Le fait est que les élites de Washington se sont toujours mêlées des affaires de la Russie malgré les fortes objections de Moscou. En fait, un grand nombre d’élites occidentales pensent non seulement que la Russie devrait être divisée en unités géographiques plus petites, mais aussi que le peuple russe devrait se réjouir d’une telle issue.

    Les dirigeants occidentaux de l’anglosphère sont tellement consumés par leur orgueil démesuré et leur sentiment aveugle d’être dans leur bon droit qu’ils croient sincèrement que les Russes ordinaires aimeraient voir leur pays divisé en petits États qui resteraient ouverts à l’exploitation vorace des géants pétroliers occidentaux, des sociétés minières et, bien sûr, du Pentagone. Voici comment le cerveau géopolitique de Washington, Zbigniew Brzezinski, résume la situation dans un article de Foreign Affairs :

    « Compte tenu de la taille et de la diversité (de la Russie), un système politique décentralisé et une économie de marché libre seraient les plus à même de libérer le potentiel créatif du peuple russe et des vastes ressources naturelles de la Russie. Une Russie faiblement confédérée – composée d’une Russie européenne, d’une République sibérienne et d’une République extrême-orientale – aurait également plus de facilité à entretenir des relations économiques plus étroites avec ses voisins. Chacune des entités confédérées serait en mesure d’exploiter son potentiel créatif local, étouffé pendant des siècles par la lourde main bureaucratique de Moscou. En retour, une Russie décentralisée serait moins sensible à la mobilisation impériale. » (Zbigniew Brzezinski, « A Geostrategy for Eurasia », Foreign Affairs, 1997)

    La « Russie faiblement confédérée » [loosely confederated Russia], que Brzezinski imagine, serait une nation édentée et dépendante, incapable de défendre ses propres frontières ou sa souveraineté. Elle ne serait pas en mesure d’empêcher des pays plus puissants d’envahir, d’occuper et d’établir des bases militaires sur son sol. Elle ne serait pas non plus en mesure d’unifier son peuple disparate sous une seule bannière ou de poursuivre une vision positive « unifiée » de l’avenir du pays. Une Russie confédérale – fragmentée en une myriade de petites parties – permettrait aux États-Unis de maintenir leur rôle dominant dans la région sans menace de contestation ou d’ingérence. Et cela semble être le véritable objectif de Brzezinski, comme il le souligne dans ce passage de son magnum opus The Grand Chessboard (Le grand échiquier). Voici ce qu’il dit :

    « Pour l’Amérique, le principal prix géopolitique est l’Eurasie… et la primauté mondiale de l’Amérique dépend directement de la durée et de l’efficacité de sa prépondérance sur le continent eurasien. » (« THE GRAND CHESSBOARD – American Primacy And It’s Geostrategic Imperatives », Zbigniew Brzezinski, page 30, Basic Books, 1997)

    Brzezinski résume succinctement les ambitions impériales américaines. Washington prévoit d’établir sa primauté dans la région la plus prospère et la plus peuplée du monde, l’Eurasie. Et pour ce faire, la Russie doit être décimée et divisée, ses dirigeants doivent être renversés et remplacés, et ses vastes ressources doivent être transférées dans la poigne de fer des transnationales mondiales qui les utiliseront pour perpétuer le flux de richesse d’est en ouest. En d’autres termes, Moscou doit accepter son humble rôle dans le nouvel ordre, celui de compagnie gazière et minière de facto de l’Amérique.

    Washington n’a jamais vraiment dévié de son objectif d’anéantir l’État russe, en fait, la stratégie de sécurité nationale (SSN) récemment publiée ainsi qu’un rapport du Congrès intitulé « Renewed Great Power Competition : Implications for Defense-Issues for Congress », confirment une grande partie de ce que nous avons dit ici, à savoir que les États-Unis prévoient d’écraser toute opposition émergente à leur expansion en Asie centrale afin de devenir l’acteur dominant dans cette région. Voici un extrait du rapport du Congrès :

    L’objectif des États-Unis d’empêcher l’émergence d’hégémonies régionales en Eurasie, bien qu’il existe depuis longtemps, n’est pas gravé dans la pierre – c’est un choix politique qui reflète deux jugements : Il s’agit d’un choix politique reflétant deux jugements : (1) étant donné la quantité de personnes, de ressources et d’activité économique en Eurasie, un hégémon régional en Eurasie représenterait une concentration de pouvoir suffisamment importante pour pouvoir menacer les intérêts vitaux des États-Unis ; et (2) que l’Eurasie est une région où les États-Unis ont une grande influence. et (2) que l’Eurasie ne s’autorégule pas de manière fiable en termes de prévention de l’émergence d’hégémons régionaux, ce qui signifie que l’on ne peut pas compter sur les pays d’Eurasie pour être en mesure d’empêcher, par leurs propres actions, l’émergence d’hégémons régionaux, et qu’ils peuvent avoir besoin de l’aide d’un ou plusieurs pays en dehors de l’Eurasie pour être en mesure de le faire de manière fiable ». (« Renewed Great Power Competition : Implications for Defense-Issues for Congress« , Congrès américain)

    Dans quelle mesure cette nouvelle itération de la politique étrangère officielle des États-Unis est-elle différente de la doctrine Wolfowitz qui a été présentée avant la guerre en Irak ? La voici :

    « Notre premier objectif est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival, soit sur le territoire de l’ancienne Union soviétique, soit ailleurs, qui représente une menace de l’ordre de celle que représentait autrefois l’Union soviétique. Il s’agit d’une considération dominante qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale. »

    Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas eu de changement significatif dans la politique depuis que Wolfowitz a articulé sa doctrine il y a près de deux décennies. L’establishment de la politique étrangère américaine affirme toujours résolument le droit de Washington à dominer l’Asie centrale et à considérer tout concurrent dans la région comme une menace pour la sécurité nationale. Ce point est encore souligné par le fait que la Russie et la Chine ont été identifiées dans la dernière stratégie de sécurité nationale comme des « concurrents stratégiques », un euphémisme de l’État profond pour désigner des ennemis mortels. Consultez cet extrait d’un article intitulé « La partition de la Russie après la troisième guerre mondiale » [Partitioning Russia After World War III?] :

    L’objectif final des Etats-Unis et de l’OTAN est de diviser et de pacifier le plus grand pays du monde, la Fédération de Russie, et même d’établir une couverture de désordre perpétuel (somalisation) sur son vaste territoire ou, au minimum, sur une partie de la Russie et de l’espace post-soviétique…

    Le but ultime des Etats-Unis est d’empêcher l’émergence en Europe et en Eurasie de toute alternative à l’intégration euro-atlantique. C’est pourquoi la destruction de la Russie est l’un de leurs objectifs stratégiques…..

    Redessiner l’Eurasie : les cartes de Washington pour une Russie divisée

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :