DOSSIERS

LE GRAND MENSONGE DE LA VACCINATION

Au lieu de reconnaissance, éteindre les lumières est à l’ordre du jour.

Les fabricants et les autorités admettent que le vaccin Covid ne protège pas contre l’infection et la transmission. L’histoire de la pandémie doit être réécrite. Mais les responsables font tout pour étouffer une réévaluation.

Philippe Bon

Ce furent des jours d’horreur pour l’UE – et de grands moments pour la vérité. Tout d’abord, la désormais célèbre confession de la directrice de Pfizer, Janine Small, devant le Parlement européen. Le 10 octobre 2022, elle a admis que le vaccin n’avait pas été testé pour arrêter la transmission du virus avant d’être injecté des millions de fois. De mauvaises blagues circulent déjà : Deux souris sont assises là. L’un demande : « Tu te fais vacciner ? » Dit l’autre : « Es-tu fou ? L’expérience humaine est toujours en cours. »

« Covidiots » bien compris

Trois jours plus tard, le 13 octobre, la Commission européenne confirmait lors d’une audition officielle que la vaccination ne protège pas contre la transmission ou la contagion (nous y reviendrons).

Enfin, un jour plus tard, troisième mauvaise nouvelle : le parquet européen enquête sur la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Elle est accusée d’avoir conclu des accords hors de prix avec l’industrie pharmaceutique au détriment de l’UE et des contribuables – et d’avoir caché les nouvelles incriminantes.

Un seul de ces rapports serait un tremblement de terre modéré – tous ensemble sont le pire scénario pour l’UE. Mais pas seulement pour eux : le récit de la vaccination panacée contre le Covid, que les fabricants, les scientifiques et les gouvernements du monde entier ont vénéré, s’effondre.

A l’inverse, il s’avère que les critiques insultés de « fous », de « théoriciens du complot » ou – particulièrement charmant – de « covidiots » avaient raison. Votre instinct avait raison : La vaccination n’est pas seulement la panacée promise. C’est une non-valeur classique : elle a coûté des milliards aux contribuables – sans apporter aucun avantage correspondant.

Après les dernières révélations, l’histoire de la pandémie corona et de son « dépassement » doit être réécrite. Mais les responsables et leurs serviteurs dans les médias font tout ce qu’ils peuvent pour étouffer l’enquête.

Quiconque se fait vacciner contre la rougeole est protégé. Quiconque se fait vacciner contre le Corona n’est évidemment pas protégé.

Les maisons de presse sont silencieuses

Cela va jusqu’à la censure pure et simple, comme j’en ai fait l’expérience de première main. Les faits et les liens décrits ici ont également fait l’objet de ma chronique « Dr. Bien» sur le réseau en ligne de Portal 24. J’ai lié l’article sur la plateforme commerciale LinkedIn et sur Facebook. Mais tout était fini au bout de deux heures : les posts, qui avaient été lus et partagés avec diligence, ont discrètement disparu des plateformes sociales. Qui a peur de la vérité ? Où vivons-nous réellement ? La Chine est apparemment en Europe.

Et que font les journalistes des grands médias, qui ont attisé la panique virale au mieux de leurs capacités et ont reçu des millions de l’État pour la campagne de vaccination et des millions d’autres en aide Covid ? Ils restent silencieux – et ignorent systématiquement les bombes qui sont tombées à Bruxelles la semaine avant dernière. Selon la logique : ce que nous n’écrivons pas n’existe pas. En même temps, ils se vantent – ​​de la radio et de la télévision suisses à Tamedia et CH Media – de diffuser «des faits au lieu de fausses nouvelles» et de défendre la «pertinence». gâteau feuilleté.

L’argument protecteur ne tient pas

Au lieu de reconnaissance, éteindre les lumières est à l’ordre du jour. Quiconque réagit aux révélations révolutionnaires choisit la position de repli suivante : « Nous n’avons jamais dit que la vaccination protège contre l’infection et sa propagation. Il ne sert qu’à prévenir les cours sévères. »

Pas correcte! Il se peut que certains virologues et autres experts se soient exprimés avec plus de prudence. Mais le message jubilatoire annoncé à tambours et trompettes était : « La vaccination Covid est la grande avancée. Il protège contre l’infection et la transmission. Maintenant, nous pouvons maîtriser la pandémie. »

Il y a de nombreuses preuves de cela, de Suisse, d’Europe, du monde entier. Le conseiller fédéral suisse et ministre de la Santé Alain Berset, le plus haut responsable de la crise corona du pays, a tweeté le 12 août 2021 : « La vaccination contre le corona protège contre l’infection, la propagation du virus et une évolution grave de la maladie ». Et le 18 novembre 2021, l’Office fédéral de la santé publique (BAG) a mis la « protection contre l’infection » à 90%, même avec le « rafraîchissement ».

Anthony Fauci : « Quiconque est vacciné peut être sûr qu’il ne sera pas infecté. »

Promesse de salut «vaccination»

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a soufflé dans la même trompette. Dans sa « Déclaration sur l’avancement de la vaccination » du 25 novembre 2021, elle a déclaré : « La vaccination vous protège, vous et tous les autres ». Avec une vaccination de rappel, il faudrait s’assurer que « ceux qui ont été vaccinés jusqu’à présent restent immunisés ». C’est exactement la promesse que les politiciens responsables ont faite pour promouvoir leurs campagnes de vaccination : « Quiconque est vacciné est immunisé. La vaccination protège. La vaccination aide. »

Cela ne sonnait pas différemment outre-Atlantique. L’oracle Bill Gates a déjà sonné le 30 juillet 2020, « le but principal du vaccin est de briser la chaîne de l’infection ». Il n’y aura « pratiquement plus d’infections ». Et plus loin : « Ceux qui se font vacciner non seulement se protègent, mais réduisent également la transmission du virus aux autres. »

Cette promesse de salut a été propagée dans le monde entier par les instances officielles et les autorités sanitaires. Le 29 mars 2021, Rochelle Walensky, médecin et directrice des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) de l’administration Joe Biden, a déclaré sur la télévision MSNBC : « Nos données suggèrent que les personnes vaccinées ne contractent pas le virus et ne tomber malade. » Son patron, Monsieur le Président, l’avait déjà souligné le 13 mars 2021 : « Les personnes totalement vaccinées ont un risque très, très faible de contracter le Covid-19. »

Et enfin, l’immunologiste Anthony Fauci, conseiller médical en chef de l’homme le plus puissant du monde, a promis : « Quiconque a été vacciné peut être sûr qu’il ne sera pas infecté », a déclaré Fauci le 17 mai 2021. Vaccination se protège soi-même, sa famille et rompt la chaîne d’infection (2 juin 2021). Non sans le sens américain de la vivacité et du pathos, Fauci a assuré : « Avec la vaccination, vous devenez une impasse pour le virus. Si le virus vous atteint alors, vous êtes au bout du fil ! »

Confession de la Commission européenne

La fin de la ligne est maintenant pour l’arnaque à la vaccination. Les déclarations citées devraient être une preuve suffisante que la vaccination a été saluée par les responsables comme le remède miracle qui protège contre l’infection et la transmission et élimine le virus. Il faut se rappeler toutes ces promesses faites par les responsables pour saisir la force explosive de l’aveu susmentionné de Wolfgang Philipp, le plus grand stratège de l’UE en matière de vaccination. Lorsque le député roumain Cristian Terhes a accusé la Commission européenne de mentir à la population sur l’effet protecteur de la vaccination, Philipp a déclaré : « Si vous voulez un vaccin qui empêche la transmission, alors bonne chance ! Nous aurions pu l’avoir, mais il n’est pas encore là. » Ils y travaillent, mais c’est une « conception complètement différente d’un vaccin ».

Qui a peur de la vérité ? Où vivons-nous réellement ? La Chine est apparemment en Europe.

L’aveu est on ne peut plus clair – et il ne vient pas de n’importe qui, mais du responsable en chef de la Commission européenne. Philipp est directeur de l’Autorité de préparation et d’intervention en cas d’urgence sanitaire (Hera). Il dit en langage clair : tous les vaccins qui ont été mis sur le marché jusqu’à présent, qui ont fait couler des milliards de francs d’impôts dans les caisses des fabricants, n’ont jamais fait ce que le public était amené à croire sans le moindre doute scientifique. : ils ne protègent pas contre l’infection avant la transmission.

La déclaration de Philipp, microbiologiste de formation et ancien immunologiste de l’Université de Bâle, est également explosive : les responsables le savaient apparemment depuis le début. Ou comment interpréter autrement l’affirmation selon laquelle un vaccin efficace nécessiterait une « conception complètement différente » ? Les fabricants et les politiciens qui ont acheté les vaccins devaient savoir à quoi ressemblait cette conception.

Les contribuables récupèrent-ils de l’argent ?

La vérité sur la vaccination qui est maintenant révélée a des ramifications profondes. Premièrement, toutes les mesures qui différencient les vaccinés des non vaccinés, telles que le certificat et l’exclusion discriminatoire des non vaccinés, reposent sur l’affirmation selon laquelle la vaccination protège contre l’infection et la transmission, ce qui s’est maintenant avéré faux. La vaccination était le permis de vivre. Ceux qui n’étaient pas vaccinés devaient rester dehors. S’il y a jamais eu une légitimation pour cela, elle a maintenant disparu.

D’autant plus déplacés sont les insultes et les appels ouverts à discriminer les non vaccinés par des politiciens de premier plan. Le président du FDP, Thierry Burkart, a exigé : « Si les services de réanimation sont pleins, les personnes non vaccinées doivent faire la queue à la fin » (30 décembre 2021).

Deuxièmement, il y a les questions de responsabilité et le gaspillage vertigineux de l’argent des contribuables. Le député Terhes réclame maintenant le remboursement de l’argent des contribuables aux constructeurs. Il s’agit de sommes faramineuses. En novembre 2021, la Commission européenne avait signé des contrats d’une valeur de 71 milliards d’euros pour acheter jusqu’à 4,6 milliards de doses de vaccins, selon le « rapport spécial » n° 19/2022 de la Cour des comptes européenne.

450 millions de personnes vivent aujourd’hui dans l’UE. Si chacun d’entre eux était vacciné sans exception, à commencer par les nouveau-nés, la taille du deal serait de dix injections par personne. Cela remet également en cause l’efficacité de la vaccination contre le Covid-19. Pourquoi vacciner sans fin quand la vaccination fonctionne ? Quiconque se fait vacciner contre la rougeole est protégé. Quiconque se fait vacciner contre la poliomyélite est protégé. Quiconque se fait vacciner contre le Corona n’est évidemment pas protégé. Si la vaccination est écrite dessus, la vaccination n’y figure pas.

Troisièmement : Outre les conséquences politiques, le scandale mondial de la vaccination peut également avoir des conséquences juridiques. Le 14 octobre, un jour après l’aveu officiel de l’effet protecteur inexistant, le parquet européen a annoncé qu’il enquêtait dans le cadre de l’achat des doses de vaccin, notamment contre la présidente de la Commission Ursula von der Leyen.

Il y a des conséquences juridiques

Et la Suisse ? Des questions similaires se posent ici. Ici aussi, d’énormes sommes d’argent ont été payées pour des vaccins, sur la base de contrats avec les fabricants qui n’ont pas encore été entièrement divulgués, qui ne sont pas des vaccins au sens traditionnel – car ils ne protègent pas contre l’infection. L’article 20 du Code des obligations suisse stipule que les contrats sont nuls et non avenus : « Est nul le contrat qui a un contenu impossible ou illégal ou qui est contraire aux bonnes mœurs ».

En tout état de cause, les faits connus à ce jour pourraient indiquer que l’objet des accords contractuels portait sur une prestation dite impossible, car la prestation promise – l’effet protecteur – n’était pas donnée dès le départ (car cela aurait, pour cite encore Wolfgang Philipp, une « conception complètement différente » du vaccin fourni). Les contrats entre le gouvernement fédéral et les fabricants pourraient également être immoraux, car la vaccination Covid-19 est au mieux inutile pour la population (en termes de protection promise contre l’infection et la propagation), mais dans le pire des cas, elle est même nocive – et parce qu’il était commercialisé comme n’ayant pas d’alternative sans réel besoin et imposé à la population avec une pression psychologique.

Philipp Gut est propriétaire de l’agence de communication Gut Communications GmbH, journaliste pour le Nebelspalter , éditeur de l’ Umwelt Zeitung et auteur. Auparavant, il était chef des affaires intérieures et adjoint Rédacteur en chef de la Semaine mondiale.

Source : Die weltwoche

Dernières nouvelles du blog

3 ARTICLES DATANT DE 2020-2021, EN LIEN AVEC LE COVID.

« Un outil d’autant plus inquiétant qu’une fois utilisé, les modifications génétiques deviennent indétectables au sein du patrimoine génétique. » Le « virus » mortel OGM pourrait bien être le vax… Sortis dans la presse mainstream en pensant que les gens ne feraient pas le lien… « Quelques mois après la publication d’un rapport de la CIA, qui classait leLire la suite

COMMENT FONCTIONNE LE CONTRÔLE MENTAL RÉEL

[Source : 911tap.org] Par Brandon Smith [NDT les surlignements et autres mises en valeur du texte ne font pas partie de l’article original en anglais.] Lorsque les gens sont confrontés à l’idée de « contrôle de l’esprit », ils pensent souvent à quelque chose issu de la télévision ou du cinéma : un prisonnier solitaire torturé, chimiquement hébété et conditionnéLire la suite

0 comments on “LE GRAND MENSONGE DE LA VACCINATION

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :