DOSSIERS

POURQUOI LA MACRONIE A-T-ELLE ABUSÉ DU « SECRET DÉFENSE » POUR DISSIMULER DES INFORMATIONS SUR LES PRODUITS EXPÉRIMENTAUX PFIZER ET AUTRES ?

Vous vous demandiez pourquoi la macronie a abusé du « secret défense » pour dissimuler des informations sur des produits expérimentaux injectés à des millions de personnes ?

Vous avez une partie de la réponse grâce à des documents que Pfeizer a été contraint de produire sur décision de la justice américaine : dès 2021, les défectuosités et la dangerosité des produits expérimentaux étaient connues des autorités médicales et des gouvernements, dont celui de la France. Ainsi s’explique le secret défense appliqué dans le domaine…de la santé publique.

Pendant que la justice américaine contraint Big Pharma à la transparence, que le Procureur de l’Union Européenne ouvre une enquête sur les contrats entre l’UE et Big Pharma ; en France, une premier mise en examen de l’ancienne ministre de la santé. A qui le tour ?

Vaccins à ARNm : la CIA et la Défense nationale

Cela ne va pas bien finir. Cela ne va pas bien finir.

Robert W Malone MD, MSRobert W Malone MD, MS Robert W Malone MD, MS

27 octobre

Transcription de la vidéo ci-dessus :

Vaccins à ARNm : réalité contre fiction.

Mon but n’est pas de vous submerger avec tous les différents clips, coupures de journaux, articles de revues scientifiques, etc., etc., mais plutôt de vous aider à comprendre la technologie et pourquoi elle est poussée et comment elle est poussée. Je vais présenter cela comme étant axé sur la compréhension, pas sur la politique.

Maintenant, cela peut susciter certains, « Oh, vous n’êtes qu’une opposition contrôlée. » Cela semble être un thème favori qui me frappe ainsi que Jordan Peterson et Peter McCullough et un certain nombre d’autres, ce qui est extrêmement source de discorde en ce moment et n’aide aucun d’entre nous. Mais juste pour remettre les pendules à l’heure, il y a deux mois, dans la Déclaration IV du Sommet mondial sur la COVID, nous avons fait des déclarations sans équivoque sur la nécessité de poursuivre, que la nécessité de rendre des comptes est là, que le vaccin doit être arrêté. Ils ne sont ni sauvés ni efficaces, et cetera. Je tiens simplement à préciser que j’ai publié, et mes collègues du Global COVID Summit et de l’Alliance internationale des médecins et des scientifiques médicaux ont été très clairs sur notre position concernant ces produits. Je ne les appellerai pas des vaccins. Je pense que ce n’est vraiment pas un terme approprié compte tenu de leur activité, mais ce n’est pas mon propos ici. J’espère que d’ici, si je peux faire fonctionner les diapositives, nous y voilà, qu’au moment où nous en aurons fini avec cela, vous comprendrez en quelque sorte ces éléments essentiels. Quels sont les moteurs de la réponse à la crise COVID et les multiples vérités qui les sous-tendent ?

Envisager de comprendre la technologie de l’ARN comme un moyen de commencer à donner un sens à ce que nous avons tous vécu. Paul vient de vous donner une autre lentille à travers laquelle vous pouvez voir ce qui s’est passé. Il y en a beaucoup d’autres. Par exemple, il a à peine évoqué le Forum économique mondial et l’Organisation mondiale de la santé, la collusion avec l’ONU, et cetera. Il n’a pas vraiment parlé des initiatives de la Fondation Bill & Melinda Gates. Il y a tellement de façons différentes de comprendre et de commencer à traiter ce que nous avons vécu au cours des deux dernières années et demie. Je parle de ces différentes manières dans différents forums. Mais celui-ci, je vais juste me concentrer sur la technologie ARN. C’est suffisant pour gérer cela dans le temps dont nous disposons ici.

Quel était le besoin médical non satisfait qui était traité ? Je pense qu’il est important pour nous de comprendre au moins les points de vue de l’autre côté qui sont compréhensibles. Il y a clairement des aspects néfastes, mais je veux que vous compreniez au moins une partie de la justification sous-jacente. Comprendre la technologie des vaccins génétiques, y compris l’ARNm. Quelle est vraiment la technologie ? Il a été présenté à beaucoup de gens comme une boîte noire. Il a cet acronyme qui semble très intimidant pour beaucoup de gens. J’espère que lorsque vous partirez d’ici, vous sentirez que vous avez une bonne compréhension de ce qu’est la technologie, de ses principes fondamentaux afin que vous puissiez traiter l’information et lire les journaux et prendre vos propres décisions sur ce que vous pensez que les choses signifient.

Je veux que vous compreniez la différence entre la charge utile et la plate-forme. On parle des fondamentaux de la pharmacologie de cette catégorie de produits. Je veux que vous compreniez comment et pourquoi il est poussé. Il s’agit davantage d’essayer de vous donner un aperçu et une compréhension de ce qui se passe ici, vu à travers cette seule lentille de la technologie de l’ARNm et des mensonges et des vérités qui se cachent derrière. Ce n’est qu’une des nombreuses lentilles. J’ai parlé de formation de masse. J’ai parlé du Forum économique mondial. J’ai parlé de l’état administratif. Il y a tellement de variables ici que nous pourrions parler pendant huit heures, mais je vais juste me concentrer sur l’ARN.

Pourquoi les vaccins à ARNm ? Pourquoi est-ce poussé? Il y a ce monde universel, et comprenez que ce que vous avez vécu ici en Virginie est reflété par les personnes à qui je parlais lors d’une conférence à Padoue, en Italie, il y a environ une heure et demie. Les mêmes choses ont été vécues au Brésil, partout dans le monde occidental. Pourquoi cela a-t-il été poussé ? Quel est le besoin non satisfait qui est traité ? Maintenant, je n’attribue aucune valeur au fait qu’ils aient raison ou tort. Je veux juste que vous compreniez la logique sous-jacente, au moins à la surface de cela.

Le problème que nous avons est que la technologie permettant aux individus de concevoir des armes biologiques est devenue si insignifiante qu’un senior d’université travaillant dans leur propre école, ou quelqu’un d’un niveau d’éducation similaire, peut s’auto-entraîner, travailler dans son garage avec des trucs qu’il peut sortir d’eBay, peut facilement recréer les combinaisons d’agents pathogènes les plus meurtrières que notre gouvernement a trouvées dans le programme de guerre biologique que nous avons mené pendant des années. Je ne dis pas que nous ne l’exécutons pas encore. Nous le faisons sous un autre nom. Nous appelons cela de la recherche défensive sur les armes biologiques, et non de la recherche offensive sur les armes biologiques. Je ne sais pas quelle est la différence, mais c’est le langage imposé par le traité de guerre biologique qui a été signé. Il fuit comme une passoire.

Mais je veux que vous compreniez, et si cela ne vous dérange pas de garder les diapositives sur le moniteur parce que j’en ai besoin parce que j’ai un certain âge, j’ai besoin de ces connexions visuelles. Pour résumer, avec la technologie traditionnelle des vaccins, nous prévoyons d’avoir des vaccins, si tout se passe bien, pour tous les agents de guerre biologique déployés jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire la tularémie et la variole et toutes ces choses. Des vaccins pour tous les agents de guerre déployés jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et nous les aurons tous d’ici 2050 si tout se passe bien.

De toute évidence, nous sommes maintenant dans un environnement dans lequel un jeune adulte ou un mauvais acteur dans n’importe quelle partie du monde peut créer des armes biologiques très puissantes. De toute évidence, nous n’avons pas la capacité d’y répondre efficacement. C’est le besoin médical non satisfait sous-jacent. C’est le problème posé. Nous devons être clairs à ce sujet. Nous sommes tous énervés. Je ne défends en aucune façon la façon dont cela a été déployé. Je ne dis pas que cette solution est la meilleure solution. Je dis simplement qu’il existe un besoin médical non satisfait, c’est-à-dire qu’il existe une menace très importante. Ce n’est pas banal. Ce n’est pas le fruit de l’imagination de Cheney que des agents de guerre biologique peuvent être conçus.

Je suis convaincu que nous avons fait la majeure partie de l’ingénierie jusqu’à présent, et ce qui va sortir dans le prochain livre de Bobby (Robert F. Kennedy, Jr.) va faire exploser vos circuits en termes de ce que nous ont fait en Géorgie et en Ukraine. Nous allons garer ça. Ces choses sont en train de se faire. Le problème est qu’une fois qu’ils sont libérés, ce que nous avons tous vécu au cours des trois dernières années, cela fait presque trois ans maintenant. Nous sommes fin septembre, les données montrent que le début de l’épidémie a eu lieu au moins en septembre 2019, sinon plus tôt. Nous avons maintenant trois ans d’expérience dans ce que cela signifie.

Une fois que ces choses sont lâchées, elles peuvent balayer le monde. La technologie est maintenant avancée au point où les agents pathogènes peuvent être modifiés afin qu’ils soient relativement spécifiques pour différents groupes ethniques en fonction de leur génétique. Les agents pathogènes peuvent être modifiés. Je peux vous dire que mes amis, ou ce qui était autrefois mes copains de la DTRA, la division Chem Bio de la Defense Threat Reduction Agency, sont extrêmement conscients que des agents peuvent être conçus pour cibler des groupes ethniques. C’est le champ de bataille. C’est le véritable environnement dans lequel nous nous trouvons. Nous devons disposer d’une certaine technologie pour permettre une intervention rapide.

Nous devons disposer d’une technologie pour permettre une intervention rapide des équipes des forces spéciales qui vont se rendre là où se trouvent les méchants lorsque nous les détectons, réglons ce problème et les éliminons. Ces forces spéciales doivent être protégées. Nous avons besoin de capacités pouvant être déployées au niveau du bataillon. Nous avons besoin de capacités pouvant être déployées au niveau de la population. Cette technologie d’ARN était l’une de celles, avec les anticorps monoclonaux, dont le gouvernement a longtemps cru qu’elles avaient un énorme potentiel pour permettre ce type de réponse rapide.

En fait, ils préfèrent les anticorps monoclonaux. L’idée derrière les anticorps monoclonaux qu’ils aiment vraiment est que vous pouvez administrer ces produits à un groupe des forces spéciales. Ils vont au théâtre, font leurs affaires, ressortent, vont voir leur femme, l’anticorps monoclonal a disparu. C’est effacé. Yay. Le problème est que la technologie n’a tout simplement pas fonctionné. La technologie des anticorps monoclonaux est trop compliquée. C’est trop encombrant. Ce que nous avons appris au cours des trois dernières années, c’est que les virus et les agents pathogènes peuvent évoluer pour échapper à cela assez rapidement parce qu’ils sont assez spécifiques. Nous avons tous vu l’évolution virale en temps réel. Nous l’avons vécu.

C’est le besoin médical non satisfait et la justification sous-jacente. Qu’il existe un besoin non satisfait pour certaines technologies, qui permettront désormais une réponse rapide aux agents pathogènes émergents et aux agents pathogènes modifiés tels que la guerre biologique ou les agents pathogènes basés sur le terrorisme. Je pense que nous pouvons tous convenir que nous aimerions qu’une telle technologie existe.

La vérité est que la DARPA, qui est la branche de développement opérationnel, essentiellement la CIA, est tombée amoureuse de la technologie ARN il y a plus de dix ans. Ils ont décidé de le capitaliser et de le forcer à entrer sur le marché. Par exemple, ce sont eux qui ont capitalisé par l’intermédiaire d’In-Q-Tel, leur bras d’investissement, les nouvelles installations de fabrication d’ARN au Canada. C’est un programme de la CIA. Il n’y a pas d’ambiguïté ici. Je ne dirai pas de secrets d’État.

La technologie a été essentiellement retirée de la poubelle, car elle avait été supprimée par Merck après que je l’ai développée il y a plus de 30 ans. Ensuite, il a été avancé de manière très agressive par la DARPA. La DARPA a financé et essentiellement construit Moderna. Ils continuent de pousser tout cela. Ils le font passer par le gouvernement. Ce que vous voyez, c’est le pouvoir de la communauté du renseignement et du nouveau complexe industriel de biodéfense qui s’est développé depuis les attaques à l’anthrax et cela va vraiment au-delà en étant capable de faire passer leur programme par le gouvernement.

Quand vous voyez tous ces contournements des procédures et des règles normales, cela se produit parce qu’en grande partie notre communauté du renseignement pousse cela à travers la structure administrative de l’État. pourquoi le font-ils? Je pense que si nous reculons juste une minute et disons, « D’accord, essayons de leur donner le bénéfice du doute pendant un moment. » Ce que je pense qu’ils croient, c’est qu’ils doivent pousser cela, ils doivent faire accepter cette technologie parce qu’il n’y a pas d’alternative. La menace est si grave, à leur avis, dans leur monde effrayant, la menace est si grave que quelque chose a …

monde effrayant. La menace est si grave que quelque chose doit exister, et c’est quelque chose auquel ils se sont accrochés. Maintenant, je dis ça pas pour les défendre. Je dis cela pour essayer de vous aider à comprendre ce à quoi vous avez été soumis. Vaccins ADN versus ARN. J’avais eu les deux idées au Salk en 89. L’ADN peut également être utilisé à des fins vaccinales. C’est l’idée centrale, la petite perspicacité brillante que j’ai eue. Je ne pense pas être arrogant en disant cela. Ce petit truc qui m’est venu à l’esprit quand j’étais dans ce labo de thérapie génique au Salk, et j’ai réalisé qu’on avait un problème. La thérapie génique n’allait pas fonctionner parce que les nouveaux gènes qui sont les bons gènes sont considérés par le système immunitaire comme simplement différents. Ils produisent différentes protéines, et votre système immunitaire ne sait pas s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise protéine. Il sait juste que c’est une protéine différente. Il va l’attaquer.

Et cela s’est avéré être le défaut logique de la thérapie génique. Et ils n’ont toujours pas résolu cela. La seule façon de le résoudre est de placer les gènes dans un compartiment immunodéprimé comme le fond de l’œil ou chez les personnes immunodéprimées. Et j’étais essentiellement là en tant qu’étudiant passionnément désireux de développer la thérapie génique, j’ai réalisé que tout le domaine dans lequel j’avais consacré ma vie n’allait jamais fonctionner. Et a eu l’idée, oh, eh bien, cela pourrait être utilisé pour provoquer une réponse vaccinale. La thérapie génique pourrait être utilisée pour les vaccins. C’est pourquoi j’ai dit tout au long, ce ne sont pas vraiment des vaccins. Ce sont des technologies de thérapie génique appliquées à la vaccination. Cela inclut les vecteurs adénoviraux. C’est explicite.

Et le premier mode de réalisation, j’ai déposé ces brevets, et ils incluaient l’utilisation de l’ARNm en particulier. Je pensais que ça avait des avantages, mais aussi, de l’ADN. Et le monde a compris la partie ADN parce que cela fonctionnait chez la souris. Merck a acheté les droits, et ils ont dépensé bien plus d’un milliard de dollars qui ne pourraient jamais le faire fonctionner. Et ils l’ont simplement abandonné jusqu’à ce que, comme je l’ai dit, la CIA ait essentiellement récupéré la partie ARN de la poubelle et l’ait poussée vers l’avant et l’ait fait fonctionner. Donc, c’est ce qui se passe ici. Il s’agit de l’idée que nous pouvons utiliser la technologie de la thérapie génique, injecter des gènes dans votre corps et transformer vos cellules en petites usines de fabrication, produire une partie d’un virus, une protéine étrangère, et générer une réponse immunitaire, à la fois une cellule T et une cellule B. Donc, l’immunité cellulaire et humorale contre cette protéine étrangère d’une manière qui serait très similaire à celle d’une infection par le virus. Mais il n’y a pas de virus. C’était la logique.

            The problem is like everything, it all sounds great on paper, and then, you got to make it work, and you got to deal with the consequences when things don’t go right. I just wanted you to understand that. The logic for why mRNA was because mRNA typically only lasts for a few hours or maybe half a day after it’s manufactured in your body. The idea that I had way back then was that this RNA could be used like a drug, administered, and that if somebody has a toxicity, a toxic reaction, it’ll be degraded and gone. Just like you clear most drugs. And then, a physician can decide, let’s not do that again. That was the idea behind RNA as opposed to DNA, which sticks around for a long, long time in your body once it’s in a cell. That’s where this started from.

            Now, let’s talk about, remember, my goal is that you walk out of this understanding. This is not a focus on passing judgment. This is a focus on empowering you to comprehend what’s going on. And the starting point is you have to understand that DNA makes RNA, and RNA makes protein. Not everybody has been through modern biology and understands the central dogma, but that’s where this is going. mRNA is one of many different types of RNA. It’s an acronym. It sounds scary to some people. It means messenger RNA. There’s other kinds of RNA. Ribosomal RNA, transfer RNA. They do different things. RNA is just a molecule, a polymer that your body uses for many different things.

            And one of them is to transfer information from DNA to the protein manufacturing machinery. And so, the idea of using mRNA as a drug is basically like hijacking the normal apparatus. If you think of RNA like a ticker tape to tell the little machine that makes protein what to make, you’re taking and sticking in a foreign molecule, a foreign RNA that’s not made from a copy of your DNA, and that’s going to make the protein manufacturing machinery make a different protein, protein from a virus. I just wanted you to understand that. And this is just a diagram of those different types of RNAs and the machinery. We don’t need to go into the molecular biology of it.

Et nous connaissons tous ce virus maintenant. Tout le monde est devenu virologue et épidémiologiste au cours des trois dernières années. Et la protéine de pointe sur la droite, comme vous pouvez le voir, a une sorte de deux parties. L’un est une partie qui colle dans la cellule. Et d’ailleurs, il existe sous forme de trimère. J’aime le considérer comme un hameçon triple, n’importe qui va pêcher. C’est un trimère. Et le petit crochet est à l’extrémité, donc les barbes ou le domaine de liaison au récepteur, et la partie à laquelle vous attachez la ficelle est la sous-unité S1 qui se colle dans la cellule lors de sa fabrication. C’est la structure de base du virus et de la protéine. Maintenant, ce sont des images, et elles sont difficiles à voir d’où vous êtes. Je vais vous parler de la technologie, de la plate-forme de formulation.

Ce ne sont pas des liposomes. Ce sont des graisses chargées positivement et l’ARN est négatif. Et vous prenez ces graisses et vous les mélangez avec l’ARN, et tout s’effondre en un glob. Le problème avec cela est que lorsqu’il s’effondre dans un glob comme celui-ci, il peut coller à d’autres globs. Il produit de très gros granulats. C’est pourquoi les personnes qui administrent ces vaccins ont des directives très strictes. Une fois qu’ils ouvrent la bouteille et qu’ils l’hydratent, ils doivent l’utiliser dans un court laps de temps car sinon, il forme de gros agrégats. Et ces gros agrégats peuvent être toxiques pour les gens. Et il existe une technologie utilisée pour empêcher cette agrégation de se produire. Et c’est l’une de ces différentes petites parties qui se trouvent dans ce panneau supérieur qui montre schématiquement des exemples des produits chimiques qui sont utilisés, ces graisses chargées positivement, et certaines des autres choses qui sont ajoutées à la formulation, qui comprend le cholestérol, entre autres choses .

Et l’un d’entre eux est le polyéthylène glycol. Et le polyéthylène glycol est probablement responsable d’une grande partie de l’anaphylaxie à court terme. Ce sont des personnes qui meurent dans l’heure ou deux qui suivent l’administration. Certaines personnes ont une hypersensibilité au polyéthylène glycol. Le polyéthylène glycol est là pour empêcher ces choses de s’agréger, et il est spécifiquement conçu dans ce cas pour qu’il tombe de la particule peu de temps après, car sinon, il empêcherait la particule de se lier aux cellules et de délivrer l’ARN. C’est un peu tout ce dont je veux parler, à propos de l’idée centrale. Et comme vous pouvez le voir sur cette petite spirale, tout cela s’agrège et se forme autour d’un ARN synthétique qui est fabriqué dans le tube à essai. Ce n’est pas vraiment de l’ARN. La substance qui est administrée n’est pas de l’ARN naturel. C’est un autre… Paul a sa liste de mensonges.

Un autre des mensonges est que la substance qui est injectée avec ces vaccins n’est pas vraiment de l’ARN. C’est modifié. L’une des quatre parties, AUGC, qui forme la perle, le collier de perles. Pensez à un collier de perles avec quatre couleurs différentes. C’est de l’ARN. Mais l’une de ces couleurs, le U, est en fait un U modifié. C’est de la pseudouridine. Et c’est mis là parce que l’ARN a deux problèmes en tant que mécanisme de vaccination, en tant que mécanisme de délivrance.

            One is that these formulations are incredibly inflammatory. They provoke… If you want to generate pus, take these formulations without all the bells and whistles they’ve had to put on them, and inject them into an animal. They are highly inflammatory, and they’re still inflammatory now. We know that now. We’ve experienced over the last three years. That’s always been the problem with the tech. And they tried to solve it by incorporating this modified U called pseudouridine, which depresses the immune response to the RNA and a lot of other things. And it makes the RNA last a much longer time so it can keep making protein.

La pseudouridine est ce qui est mis tout au long de cet ARN plutôt que l’uridine ordinaire. Et parce qu’il en a, il confère ces activités, mais ce n’est pas un ARN naturel. Ce n’est pas ce que les idées que j’ai eues à l’origine. Le truc ne resterait que quelques heures. Maintenant, c’est trop petit pour que je puisse le lire et c’est probablement trop petit pour que vous le lisiez, mais l’essentiel, comme je l’ai dit, est que la pseudouridine modifie considérablement toute cette équation de tant de façons différentes. Et quand il a été développé et breveté à UPenn en tant que modification des brevets et de la technologie de base, on ne comprenait pas vraiment ce qu’il faisait.

La biologie de la pseudouridine n’est toujours pas comprise. Et cela fait partie de l’histoire de tout cela, c’est que les gens ont en quelque sorte pris de l’avance sur leurs skis tout au long. Ils ont poussé la technologie parce qu’ils la veulent tellement parce que le besoin médical non satisfait est si profond. Ils ont tellement peur du risque, en partie parce que nous créons ce risque. Mais c’est une autre histoire. Et ils voulaient avoir quelque chose qui serait universel, qu’ils pourraient appliquer pour n’importe quel nouvel agent pathogène et qui pourrait passer directement du gène au vaccin. C’est l’idée.

Et ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils ont en quelque sorte précipité les choses sans le comprendre. Maintenant, vous vous souviendrez que nous administrons, nous recevons tous… Ceux qui ont reçu le vaccin, le reçoivent dans leur deltoïde. Et ce que la FDA a dit à tous les docs et Pfizer a dit à tous les docs, c’est que cet ARN, ces complexes vont aux ganglions lymphatiques drainants, et ils le font. Les ganglions lymphatiques axillaires qui s’écoulent de ce deltoïde prennent ce complexe, il y est acheminé par les lymphatiques, et une grande partie y va. Malheureusement, les données montrent qu’il va aussi sur tout le corps. Mais à l’époque où cela ne faisait que commencer, il y a trois ans, eh bien, nous pourrions en discuter, mais au fur et à mesure que ces produits particuliers étaient développés, ils étaient vendus, la technologie était vendue que les formulations utilisées ne feraient que à ces ganglions lymphatiques. Maintenant, nous savons que ce n’est pas vrai, mais c’est comme ça que ça a été présenté.

Maintenant, que se passe-t-il quand c’est fait ? La grande histoire sous-jacente à toute cette fraude et à tout ce dont parle Paul est que la FDA n’a pas fait son travail. La FDA n’a pas fait son travail, je pense, parce qu’elle a été poussée dans une position où elle devait accepter ce que la communauté du renseignement voulait et toute la pression de la Maison Blanche et de partout ailleurs dont nous avions besoin pour avoir cette technologie, nous nécessaires pour que cette technologie soit déployée à l’échelle mondiale. Et donc, nous allons simplement permettre que beaucoup de coins soient coupés.

Enfin, au début de cette année, avec cet article publié en janvier, un groupe de l’Université de Stanford a posé les questions. Combien de temps est l’ARN là-bas? Combien de temps la protéine, la protéine de pointe est-elle fabriquée ? Quelle quantité de protéine de pointe est fabriquée ? Des questions fondamentales qui auraient dû être connues au tout début. Mais la FDA n’a pas forcé les sociétés pharmaceutiques à faire ces tests parce qu’elles l’ont justifié. Ils ont fait un petit geste de la main.

… parce qu’ils l’ont justifié, ils ont fait un petit geste de la main. Ils ont dit : « Ce ne sont pas des produits de thérapie génique. Ce sont des vaccins. C’est un mensonge, un mensonge commode, mais c’est ce qu’ils ont fait et cela leur a permis de justifier l’application uniquement de la liste de contrôle de la sécurité des vaccins à la FDA plutôt que d’appliquer également la liste de contrôle de la thérapie génique. C’est pourquoi lorsque j’ai commencé à en parler et que j’ai dit : « C’est de la thérapie génique. J’ai été tellement critiqué par tous les vérificateurs des faits dans la presse, et cetera, parce qu’ils ne pouvaient pas permettre que le récit sorte qu’il s’agit en fait d’un produit de thérapie génique appliqué à des fins vaccinales. Mais nous savons que les fabricants savaient que c’était le cas parce qu’ils l’avaient dit dans leurs documents auprès de la SEC avant que tout cela ne se produise il y a des années, d’accord ? C’est donc un autre des petits affronts qui a été utilisé.

            But this group at Stanford went and finally did the work that should have been done before this was administered to all of us, and what did they find? Well, among other things they documented, this is one of the first key papers that immune imprinting is happening, which is why when you get multiply jabbed, and I think these boosters are going to make it even worse, you actually become more susceptible to the viral infection because your immune system is tuned to only responding to the historic strain, not the current strain.

Mais ils ont trouvé d’autres choses ici, et je suis désolé que ce soit trop de texte, alors je vais juste vous le dire. Ce qu’ils ont trouvé, c’est que les niveaux de protéines, ce sont de vrais patients, ce ne sont pas des modèles animaux ou quoi que ce soit d’autre, ce sont des patients qui ont reçu le vaccin, les niveaux de protéines de pointe dans le sang de ces patients étaient beaucoup plus élevés que les niveaux de la protéine de pointe trouvée après l’infection. Avec l’infection, le virus commence lentement à se répliquer dans votre nez et votre pharynx oral et votre bouche et vos voies respiratoires supérieures et votre système immunitaire entre en action et commence à neutraliser cela, et ils se battent comme un équilibre progressif et il en résulte une croissance lente de la quantité d’antigène.

Avec l’ARN, quand ce jeune homme là-bas qui va dormir reçoit son vaccin, qu’il n’a pas pris, espérons-le, ce qui se passe, c’est que son corps reçoit un chargement d’antigène de pointe qui est essentiellement déversé dans sa circulation sanguine en très peu de temps, très différente de l’infection naturelle. Et donc quand les gens disent : « Eh bien, pourquoi verriez-vous une toxicité avec la protéine de pointe des vaccins et pas la même… Pourquoi serait-ce pire avec les vaccins qu’avec l’infection ? » Eh bien, à cause du dosage, il y a tellement plus de protéines produites, et en passant, elles sont produites pendant une longue période, environ 60 jours ou plus. Ils n’ont pas testé au-delà de 60 jours. De plus, l’ARN ne disparaît pas après quelques heures comme le vrai ARN, cet ARN qui contient de la pseudouridine dure jusqu’à 60 jours tant qu’ils le testent. Encore une fois, ce n’est pas théorique, il s’agit de mettre des aiguilles dans les ganglions lymphatiques axillaires des patients, de prélever un échantillon et de demander si l’ARN s’y trouve et de prélever des échantillons de sang et de demander la quantité de protéines dans ces échantillons de sang. Cela explique donc une grande partie de ce que nous avons vécu.

Ensuite, il y a ce problème, et cela fait partie des mensonges dont Paul parlait et dont nous avons tous fait l’expérience, que l’immunité naturelle n’est pas aussi bonne que l’immunité induite par le vaccin. Il y a beaucoup, beaucoup d’articles publiés maintenant qui montrent que ce n’est pas vrai. Et à partir des premiers principes, il est facile de comprendre pourquoi ce n’est pas vrai. Lorsqu’ils ont construit ces vaccins, ils ont choisi de commencer essentiellement par ce qui avait été fait auparavant et ont échoué avec le développement des vaccins MERS et SRAS 1 et n’utilisent qu’une seule protéine, n’ont utilisé que la protéine de pointe et ont utilisé la protéine de pointe entière parce qu’ils niaient que le la protéine de pointe entière était une toxine et ils le sont toujours, mais ils commencent à devoir admettre ce point.

Mais ils n’ont utilisé qu’un seul antigène. Lorsque vous êtes infecté par le virus, vous montez un anticorps et une réponse immunitaire cellulaire contre tout un tas d’antigènes, et donc si le virus commence à évoluer pour échapper à la surveillance immunitaire sur la protéine de pointe, c’est ce qui s’est passé face à tous ces piqûres que tout le monde a partout dans le monde, si ça commence par une immunité naturelle, si ça commence à évoluer pour échapper à cette suppression immunitaire, la pression immunitaire sur le pic, ça ne peut pas faire ça en même temps qu’il évolue pour échapper toutes les autres formes de pression immunitaire qui sont là à cause de toutes les autres protéines qu’il fabrique. C’est fondamental. Tout le monde le sait dans mon domaine, mais ils ont nié cela et c’est cette insistance que leur approche est la meilleure et précise et qu’elle ne conduira pas à l’évasion immunitaire, et cetera, et cetera. Mais les données sont maintenant disponibles, l’immunité naturelle est plus robuste, plus durable, plus protectrice et entraîne probablement beaucoup moins de développement [inaudible 00:33:50].

Quels sont les risques ? Voyons si je peux les lire ici. Il s’agit en fait de l’analyse cumulative du rapport d’événements indésirables post-autorisation de Pfizer, il s’agit des données qui ont été forcées d’être publiées par Pfizer par ordonnance du tribunal au lieu d’être retardées de 7 ans, comme Paul en parlait. Troubles centraux généraux, troubles du système nerveux, troubles musculo-squelettiques, troubles gastro-intestinaux, troubles respiratoires, troubles cutanés, infections, cardiaques, vasculaires, psychiatriques, hématologiques et lymphatiques, oculaires, immunitaires, ça n’en finit pas. Dans la divulgation de Pfizer, c’est 11 pages, d’accord ? Ils ont connu tout ça. Ce n’est pas ce qu’ils pensaient qui pourrait arriver, cela vient de la pharmacovigilance de Pfizer avec leurs vaccins sous licence, car ce qui se trouve ici aux États-Unis n’est pas le produit sous licence, soit dit en passant. Ce sont des données provenant du monde entier accumulées par Pfizer par l’équipe de pharmacovigilance, et c’est ce qu’ils rapportent à la FDA, ce que la FDA a bien sûr alors nié.

La liste des effets indésirables est énorme, c’est comme si aucun d’entre nous n’avait jamais vraiment vu avec un produit comme celui-ci. Je n’ai certainement jamais rien vu de tel avec ce vaccin, sans parler de la mortalité. Et pourquoi notre gouvernement et nos agences de réglementation, aux États-Unis et dans le monde, ne sont pas disposés à aborder cette question, c’est une autre discussion sur la politique et la corruption qui sévit, et Paul en a un peu parlé, mais nous pourrait durer des heures.

Maintenant, la dernière chose clé que je veux que vous compreniez pendant que nous parlons de cela, nous parlons de ces technologies de vaccins génétiques, et je vous garantis qu’elles vont être déployées sur vous pendant des années maintenant, mais vous devez comprendre certaines des ces principes fondamentaux, plate-forme contre charge utile, et tout le monde s’y mêle. Il y a la technologie de la plate-forme, qui a le potentiel de permettre une toute nouvelle classe de produits pharmaceutiques, thérapeutiques, de traitements personnalisés pour les individus pour leur cancer, toutes sortes de bonnes choses, c’est pourquoi ces entreprises ont leur capitalisation boursière, potentiellement pour permettre une nouvelle classe de produits pharmaceutiques basés sur la fourniture d’informations génétiques.

L’idée, comme je l’ai mentionné avec la plateforme, est que vous pouvez passer directement de la séquence génétique au produit et raccourcir le temps de développement car la fabrication est la même quelle que soit la séquence. Vous venez de le saisir dans l’ordinateur. C’est pourquoi ils l’aiment. Ils pensent qu’une fois qu’ils obtiennent un processus de fabrication standard avec toutes les caractérisations qui y sont associées, ils n’ont plus à le refaire. Ils peuvent simplement aller à l’ordinateur, le saisir, séquencer quoi que ce soit, fabriquer des médicaments personnalisés pour votre femme parce qu’elle a un cancer ou tout nouvel agent pathogène venu d’Afrique centrale ou quoi que ce soit. C’est leur système de croyance.

La plate-forme d’ARNm comprend toutes les choses qui sont nécessaires pour fabriquer et délivrer l’ARN, qui sont distinctes de la chose qui est fabriquée, la protéine qui est fabriquée, c’est ce qu’on appelle la charge utile. Il est assez important pour vous de comprendre comment aller de l’avant pour donner un sens à tout cela. D’accord, vous comprenez donc la plate-forme par rapport à la charge utile, la protéine de pointe et l’ARN recouvrant la protéine de pointe est la charge utile. La façon dont il est emballé, assemblé, fabriqué, testé, etc., est la plate-forme. La plate-forme est constituée de ces graisses, du polyéthylène glycol, d’autres ARN, de l’ARNm synthétique, d’autres composants.

Existe-t-il de l’oxyde de graphène ? Le problème que j’ai avec cette question, qui me revient depuis près de deux ans maintenant, c’est qu’il n’y a aucun moyen pour moi de savoir s’il y a de l’oxyde de graphène ou non. Il y a beaucoup d’oxyde de graphène dans l’environnement général, et la seule façon de prouver que cela est vrai ou faux est soit si, premièrement, les sociétés pharmaceutiques acceptent les composants contenus dans ces produits, et elles le feront ne libère pas ça, d’accord ? Ils ne publieront pas une liste complète des composants. Soit, un organisme de réglementation ou quelqu’un d’autre habilité testera rigoureusement les lots sortant de la ligne de manière contrôlée avec une chaîne de contrôle claire comme ils l’ont toujours fait dans le passé, et ce qu’ils sont interdits de faire par contrat avec ces fabricants. .

Donc, le problème que j’ai avec l’oxyde de graphène et les autres contaminants, c’est que dans la plupart des cas, il n’y a pas de bonne façon de répondre à cette question parce qu’il nous est interdit de répondre à cette question parce que, par contrat, les organismes de réglementation ne sont pas en mesure de faire leur travail partout dans le monde et évaluer ce qu’il y a réellement dans ces flacons. Sont-ils vraiment purs ? L’identité est-elle définie ? La puissance est-elle définie ? Les compagnies pharmaceutiques ont exécuté des contrats qui empêchent que cela se sache.

Il ne fait aucun doute que nous avons des contaminants de petits fragments de verre et de petits fragments de métal dans de nombreux lots, pas nécessairement tous les lots, et ce sont des types connus de contaminants qui proviennent de processus de fabrication pharmaceutique existants comme le remplissage/finition, et ils sont absolument toxiques. Et encore une fois, c’est la preuve que les organismes de réglementation n’ont pas fait leur travail. C’est leur travail est d’assurer la pureté, la puissance et l’identité.

La charge utile comprend également les processus de fabrication, de purification et de test, dont je viens de parler, qui ont été cooptés. Il comprend le paquet réglementaire, y compris les tests non cliniques. Il s’agit donc de l’expérimentation animale notoire qui a été effectuée non pas avec l’ARN codant pour la pointe, mais avec la protéine de luciole appelée luciférase, en utilisant la méthode la moins sensible pour détecter où va le produit, qui est l’imagerie du corps entier par opposition à la dissection des tissus et à l’analyse leur. D’une manière ou d’une autre, la FDA a autorisé les sociétés pharmaceutiques à se voiler la face et à utiliser la méthode la moins sensible pour déterminer où va ce produit et où il fabrique des protéines. C’est un autre énorme échec.

Mais la plate-forme inclut toutes ces données, le remplissage, la finition, la distribution et le stockage, tout cela entre dans la technologie de la plate-forme. Et la charge utile est, comme je l’ai mentionné, l’ARN, qui transforme vos cellules en installations de fabrication. Et cet ARN lui-même peut avoir une activité biologique, donc j’ai parlé de l’immunosuppression de la pseudo-uridine, de la demi-vie augmentée. Un autre problème majeur avec ces produits est que pendant la fabrication de l’ARN lui-même ou de l’ARN pseudouridine, ce qui se passe, c’est que la polymérase, la chose qui la fabrique dans cette réaction biologique, s’arrête périodiquement et quand elle le fait, elle libère un fragment d’ARN qui est incomplet. Ces fragments d’ARN…

ARN incomplet. Ces fragments d’ARN sont biologiquement actifs. Ils peuvent interférer, ils peuvent déclencher des réponses immunitaires, toutes sortes de choses. Et ils n’ont pas de bon moyen de les purifier. Donc le matériel qui est injecté, ce n’est pas seulement un faux ARN, une pseudo uridine, y compris de l’ARN, mais c’est tout un mélange de choses dont ils espèrent que la majorité est ce qu’ils veulent. Mais ils n’ont créé aucune directive de purification pour tous ces autres contaminants. S’il s’agissait d’un médicament normal ou d’un produit biologique normal, la FDA examinerait rigoureusement et s’assurerait que ce n’est que le produit biologique qu’il prétend être et qu’il ne contient aucun autre contaminant ou autre, s’il s’agit de contaminants, il existe des directives strictes à propos de combien. Cela n’existe pas ici.

La charge utile comprend également la protéine. Et la principale protéine dans ce cas est la pointe. Dans d’autres cas, c’est l’hémagglutinine de la grippe pour les nouveaux vaccins contre la grippe. Mais cette protéine que nous connaissons maintenant peut contenir d’autres éléments. Et j’ai mentionné l’histoire du venin de serpent. Je ne pense pas que l’analyse de la séquence soutienne cette thèse du Dr Artis. Je ne suis absolument pas convaincu. Mais la possibilité que ces protéines puissent être modifiées pour inclure d’autres antigènes, ou qu’elles incluent d’autres antigènes, soit absolument faisable, est absolument viable. Ainsi, la charge utile et la séquence de la charge utile et ce qu’elle provoque la fabrication de vos cellules sont cruciales.

Maintenant, comment et pourquoi cela est-il poussé ? Évidemment, nous avons tous fait l’expérience de la propagande et de la censure, et Paul en a parlé. Je l’ai vécu personnellement. C’est une guerre de l’information incontrôlée, une guerre de l’information sans restriction à un niveau que le monde n’a jamais vu auparavant. Nous avons une situation dans laquelle tous les grands médias sont contrôlés par de grandes entités financières qui se trouvent être les mêmes que celles qui contrôlent l’industrie pharmaceutique. Et fonctionnellement, contrôlez notre gouvernement. Ce que nous avons vu, c’est que la guerre de l’information de propagande bloque toute personne divulguant des événements indésirables, comme vous tous qui vous êtes levés et avez dit que vous connaissiez directement des personnes qui sont décédées ou ont été blessées. J’ai été vaccin endommagé. Ce n’est pas permis d’en discuter.

Il n’est pas permis d’en discuter en raison de l’impact potentiel sur le déploiement de ce produit, dont ils estiment que la fin justifie les moyens. Qu’il est absolument essentiel qu’ils fassent en sorte que le monde puisse accepter cette nouvelle technologie parce que s’ils ne le font pas… Et il y a tous les autres agendas concernant la carte de vaccin, l’identité personnelle et la monnaie numérique de la banque centrale, etc . Mais, au niveau fondamental, on croit que cette technologie est si importante que nous devons la diffuser à toute la population. Et il faut amener les gens à l’accepter. Et donc, c’est tellement important qu’ils croient qu’ils étaient justifiés de déployer le plus grand effort de propagande que le monde ait jamais vu.

Paul a sous-estimé. C’était plus d’un milliard de dollars dépensés par le CDC, d’accord ? Et c’est toujours en cours. Cela se traduit par le fait que les gens ne peuvent pas avoir de consentement éclairé. J’ai donc un collègue qui me blâme, dit que parce que je parle de psychose de formation de masse, je dis que tout le monde est responsable et que les prédateurs mondiaux ne sont pas responsables. Ce n’est en aucun cas vrai. C’est un faux récit. Et je ne dis en aucun cas que les individus sont responsables s’ils ont, comme moi, pris le vaccin. Nous n’avons pas pu obtenir de consentement éclairé.

Dans mon cas, j’ai eu une téléconférence à cause de qui je suis et de mes antécédents. J’ai eu une téléconférence spécifiquement avec Peter Marks à la FDA au début où j’ai dit: « Peter, je suis préoccupé par ces choses qui sont dans ce paquet non clinique. Vous avez été trompés. » Et il m’a dit, en gros, « Robert, donne-moi un peu de temps pour sortir ça. J’ai le nouveau paquet de données de Pfizer. Je n’ai plus de soucis maintenant. S’il te plaît, n’en fais pas un gros problème. » Et je suis resté silencieux pendant quelques mois sur cette base, et j’ai pris le coup. Et j’ai eu la toxicité. Ce que je veux dire, c’est que j’ai été dupe. Nous étions tous dupes. Et nous avons tous été empêchés d’avoir un consentement éclairé. Alors pardonnez-vous, s’il vous plaît. Pardonne-moi.

Maintenant, ce sont de nouvelles informations qui viennent d’être publiées. En avril 2021, il y a eu une consultation de l’Organisation mondiale de la santé. Maintenant, c’est un discours bureaucratique fantaisiste car nous nous réunissons tous et réfléchissons à ce que nous allons faire. Il était présidé par Margaret Liu de Merck, qui était la personne qui était à l’avant-garde de l’équipe essayant de développer des vaccins à ADN dans les années 90 et qui a échoué. Mais elle était la présidente, très scientifique industrielle. Lors de cette réunion qui a réuni toutes les agences de réglementation du monde entier, il a été décidé de contourner les tests précliniques et cliniques normaux basés sur ce concept de plateforme centrale partagée. C’est pourquoi je voulais que vous compreniez ce qu’était la plate-forme par opposition à la charge utile.

Il y a donc eu une conférence à l’OMS au cours de laquelle toutes les agences de réglementation occidentales se sont réunies et la Chine, et ils ont tous convenu que nous allons traiter cela comme une technologie de plate-forme, et nous allons le faire passer avec des tests très limités. Et puis une fois que nous avons fait cela, de nouveaux produits peuvent être rapidement développés en conservant cet ancien ensemble de données inadéquat. Maintenant, je ne dis pas cela comme une théorie du complot. C’est publié. Et nous voyons maintenant cela se déployer. Les seules nouvelles données qui seront nécessaires pour ces nouveaux vaccins et produits thérapeutiques à base d’ARNm seront celles associées à la charge utile. Ils vont donc supposer que la plate-forme est sûre maintenant parce qu’elle a été déployée sur des milliards de personnes. C’est une autre raison pour laquelle ils doivent nier tous les événements indésirables, sinon toute la logique s’effondrera.

La position de la FDA, et nous l’avons maintenant vue déployée, merci pour cinq minutes… Nous l’avons maintenant vue déployée avec les nouveaux boosters. La position de la FDA est que les modifications de la séquence d’ARNm pour des charges utiles similaires ne nécessitent pas de données non cliniques ou cliniques substantielles. Ce que cela signifie, c’est ce que nous avons vu. Ils sont allés à la fabrication, à la vente et au déploiement de ces nouveaux vaccins sans pratiquement aucun test réel. Dans la mesure où ils ont fait des tests sur des souris, ils ont découvert que cela n’interférait en aucune façon avec l’infection de ces souris par l’agent pathogène. Cela n’a pas fonctionné chez les souris. Cela n’a pas d’importance. Ils ont tous convenu que ce sont les nouvelles règles.

Alors maintenant, nous avons plus de 100 essais cliniques pour les vaccins à ARNm, dont 51 sont actuellement en cours d’inscription, les autres sont sur le point de commencer à s’inscrire aux États-Unis, et ils bénéficient tous de droits acquis sur la base de ce qu’ils affirment être la preuve claire qu’il existe aucun risque de sécurité associé à cette technologie car elle a été déployée chez des milliards de personnes aux États-Unis et dans le monde.

De plus, il existe plus de 200 essais cliniques pour des médicaments à base d’ARNm basés sur cette même logique. Tous ces grands-pères d’une plate-forme technologique ignorent que ce qui est livré n’est pas de l’ARN naturel. Et ce que cela crée, c’est une situation. C’est ainsi que les choses fonctionnent dans l’espace réglementaire. À l’heure actuelle, seules deux entreprises disposent de ces ensembles de données approuvés. Et cela signifie que ces deux sociétés ont désormais le monopole de tout nouveau médicament ou vaccin développé et déployé avec cette technologie. Parce que toute autre personne qui essaiera d’apporter sa propre version devra passer par tous ces autres tests et démontrer que ses trucs sont au moins aussi sûrs et efficaces que ceux qui ont été déployés sur nous tous. Ainsi, ce que la FDA a fait, c’est accorder un monopole à perpétuité à Pfizer, BioNTech et Moderna.

J’espère donc qu’au lieu de parler de cette toxicité ou de cette toxicité, du taux d’événements pour la cardiotoxicité, ou si nous allons tous mourir ou non dans cinq ans après avoir pris les vaccins, ce que j’ai essayé de faire, c’est pour vous aider à comprendre ce qui se passe réellement sous tout cela. Et souvenez-vous de ma déclaration au début, cela ne veut pas dire que cette épidémie et la situation n’ont pas été exploitées pour des raisons économiques et de pouvoir par un tas d’autres mauvais acteurs. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas de planification préalable. Cela ne veut pas dire que la Fondation Bill et Melinda Gates et Bill Gates n’ont pas fait de livre à ce sujet. Cela ne veut pas dire que je nie en aucune façon que la corruption au sein de la FDA, du CDC et du milieu universitaire, comme Paul en parlait, est profonde et systémique. Je vous donne seulement ce petit objectif de regarder à travers l’environnement de la technologie ARN afin que vous puissiez comprendre au moins cette partie pendant que vous essayez de donner un sens à tout le reste.

Je vous remercie pour votre temps. J’espère que cela a été utile.

Source (en anglais) : Robert Malone

Dernières nouvelles du blog

UKRAINE: URSULA PERD COMPLÈTEMENT LA TÊTE

Chers lecteurs / Chers lectrices. Nous lançons une campagne de dons et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. JEMINFORMETV.COM a…

COMPRENDRE LA MAGOUILLE VAXINALE ANTI-COVID EN QUELQUES MINUTES

Chers lecteurs / Chers lectrices. Nous lançons une campagne de dons et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. JEMINFORMETV.COM a…

1 comment on “POURQUOI LA MACRONIE A-T-ELLE ABUSÉ DU « SECRET DÉFENSE » POUR DISSIMULER DES INFORMATIONS SUR LES PRODUITS EXPÉRIMENTAUX PFIZER ET AUTRES ?

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    BIEN QU’ASSEZ LONG ET UN PEU FASTIDIEUX, NOTAMMENT DE PART LA TRADUCTION, JE CONSEILLE VRAIMENT A TOUT LE MONDE, VACCINÉS OU NON VACCINÉS, LA LECTURE DE CET ARTICLE IMPRESSIONNANT DE ROBERT MALONE! ET MALHEUREUSEMENT CE NEST PAS UNE FICTION MAIS BEL ET BIEN UNE TERRIBLE RÉALITÉ, CONCUE POUR DURER ET SE DEVELOPPER AU TRAVERS DES NOUVEAUX TRAITEMENTS ET MÉDICAMENTS QUI SONT OU VONT ÊTRE MIS SUR LE « MARCHÉ DE LA SANTÉ « …Y A T’IL UN QUELCONQUE RAPPORT AVEC LES PÉNURIES ACTUELLES DE CERTAINS MÉDICAMENTS PRESCRITS DEPUIS LONGTEMPS MAINTENANT ? AMOXICYLINE, ENTRE AUTRES…? JE L’IGNORE MAIS JE ME MEFIERAI DORÉNAVANT PLUS QUE JAMAIS DE CES NOUVEAUX MÉDICAMENTS… CEST ENCORE PLUS HALLUCINANT QUE JE NE LE CRAIGNAIS…

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :