DOSSIERS

COÏNCIDENCE – LES RAPPORTS DU GOUVERNEMENT SUGGÈRENT QUE LES ENFANTS MEURENT DU STREPTOCOQUE A EN RAISON DES DOMMAGES CONSIDÉRABLES CAUSÉS AU SYSTÈME IMMUNITAIRE PAR LA VACCINATION COVID…

Voila qui me donne raison j’ en avais parlé avant hier sur un article

 par bellinaanne,

Au printemps 2022, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé une  » alerte mondiale  » au sujet d’une nouvelle forme d’hépatite grave qui tuait des enfants.

Puis, quelques jours seulement après l’annonce de l’OMS, une nouvelle étude scientifique a été publiée « par coïncidence », concluant que la vaccination Covid-19 a la capacité de provoquer une hépatite auto-immune grave.

Aujourd’hui, quelques mois plus tard, les autorités, avec l’aide des médias grand public, font régner la peur de Dieu chez les parents du Royaume-Uni en ce qui concerne la sécurité de leurs enfants, en raison d’une prétendue série de décès soudains d’enfants dus à ce qui est normalement une infection bactérienne bénigne appelée Strep A (Streptococcus A).

Mais avec –

Des rapports officiels du gouvernement prouvant que la vaccination COVID cause d’immenses dommages au système immunitaire rappelant le syndrome d’immunodéficience acquise,
Des données officielles européennes sur la mortalité prouvant que la surmortalité chez les enfants a augmenté de 552% depuis que l’Agence européenne des médicaments a approuvé le vaccin Covid-19 pour les enfants,
des données secrètes publiées par les Centers for Disease Control confirmant qu’au moins 118 000 enfants et jeunes adultes sont morts subitement aux États-Unis depuis le lancement du vaccin Covid-19, et
Des données du gouvernement britannique confirmant que les enfants vaccinés avec le Covid-19 ont jusqu’à 137 fois plus de risques de mourir que les enfants non vaccinés,
N’est-il pas temps que les autorités admettent enfin que nous avons été témoins de plus de « coïncidences » que nécessaire pour confirmer que le vaccin Covid-19 est la cause la plus probable du décès soudain d’enfants atteints d’une infection à streptocoque A, en raison des immenses dommages qu’il cause au système immunitaire ?

C’est le genre de titres publiés par les grands médias britanniques en ce moment.

Et selon l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA), « 851 cas de scarlatine et de streptocoques invasifs du groupe A ont été signalés au cours de la semaine 46, contre une moyenne de 186 pour les années précédentes ».

L’UKHSA a également confirmé que la scarlatine, causée par une bactérie appelée streptocoque du groupe A, qui provoque également d’autres infections respiratoires et cutanées telles que l’angine streptococcique et l’impétigo, « est généralement une maladie bénigne ».

L’agence a également confirmé que « rien ne prouve qu’une nouvelle souche soit en circulation ».

Alors pourquoi voit-on soudain tant d’enfants mourir à cause de cette bactérie ? Avec 16 décès présumés au 9 décembre.

L’argument le plus probable que vous entendrez de la part des autorités est que cela est dû aux mesures de confinement qui ont été introduites en 2020 en réponse à la prétendue pandémie de Covid-19. Elles prétendront que le manque d’interaction humaine aura réduit l’immunité des enfants aux infections simples.

Source

Mais le dernier confinement complet a pris fin en mars 2021, et toutes les écoles ont rouvert en même temps. Nous aurions donc dû constater une augmentation des maladies bénignes se transformant en maladies graves chez les enfants au cours de l’hiver 2021 si le manque d’interaction humaine avait réduit l’immunité des enfants aux infections simples ?

Comme nous le savons tous, cela ne s’est pas produit. Quels autres dénominateurs communs pourraient donc être à l’origine des maladies graves ou des décès d’enfants dus à ce qui aurait été des infections bénignes avant 2020 ?

Tout indique que ce dénominateur commun est l’injection de Covid-19, qui a été proposée pour la première fois à tous les enfants âgés de 12 à 15 ans en septembre 2021, puis aux enfants âgés de 5 à 11 ans en février 2022.

Et maintenant, l’organisme britannique de réglementation des médicaments a « autorisé » le vaccin Pfizer à être utilisé chez les nourrissons et les enfants âgés de 6 mois à 4 ans à compter du 6 décembre.

Tout cela a été et est fait en dépit du fait que nous savons que les enfants ne souffrent pas de maladies graves dues au Covid-19, et que les injections de Covid-19 ne préviennent pas l’infection ou la transmission. En fait, les preuves officielles suggèrent qu’elles augmentent la probabilité d’infection.

Examinons donc les preuves et vous pourrez décider par vous-même s’il faut croire le récit officiel selon lequel  » un manque d’exposition au streptocoque A au plus fort de la pandémie  » est à l’origine de l’augmentation soudaine du nombre de décès d’enfants, ou si les injections de Covid-19 sont en fait à blâmer.

Un voyage dans le passé – L’hépatite
Le 15 avril 2022, l’Organisation mondiale de la santé a lancé une alerte mondiale concernant une nouvelle forme d’hépatite aiguë sévère dont l’étiologie (la cause) est inconnue et qui touche depuis un mois des enfants britanniques auparavant en bonne santé. Des cas ont également été notifiés en Espagne et en Irlande. Les tests ont exclu tous les virus de l’hépatite précédemment connus.

L’annonce est intervenue après que l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) eut détecté des taux d’inflammation du foie (hépatite) plus élevés que d’habitude chez les enfants.

Puis, quelques jours plus tard, une nouvelle étude scientifique a été publiée le 21 avril 2022, concluant que la vaccination par le Covid-19 peut provoquer une hépatite à médiation immunitaire (inflammation du foie) distincte, dominée par les lymphocytes T, avec un pathomécanisme unique associé à une immunité résidente tissulaire spécifique de l’antigène induite par la vaccination, nécessitant une immunosuppression systémique.

Le NHS a commencé à déployer l’injection Covid-19 de Pfizer à cinq millions d’enfants de 5 à 11 ans au Royaume-Uni au début d’avril 2022. Il l’administrait auparavant aux jeunes enfants jugés vulnérables depuis la fin de l’année 2021.

Est-ce une coïncidence si, à peine quelques semaines plus tard, un nombre extrêmement inquiétant d’enfants souffraient d’une hépatite de cause inconnue ? Une forme d’hépatite si grave que des enfants ont dû subir une greffe du foie ou ont perdu la vie ?

C’est à vous de décider, mais vous pouvez en savoir plus ici.

La vaccination par le COVID détruit le système immunitaire et peut provoquer le syndrome d’immunodéficience acquise.
L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) publiait chaque semaine un rapport de surveillance des vaccins, chaque rapport contenant quatre semaines de données sur les cas, les hospitalisations et les décès liés au COVID-19 par statut vaccinal.

Nous avons analysé 5 de ces rapports de surveillance des vaccins publiés, contenant des données du 16 août 2021 au 2 janvier 2022, afin d’obtenir une image claire de l’effet des vaccins Covid-19 sur le système immunitaire de la population vaccinée, et voici ce que nous avons trouvé…

Les rapports de surveillance des vaccins de l’UKHSA utilisés pour notre enquête peuvent être consultés ici.

VOICI QUELQUES LIENS

On vous a dit que l’injection d’ARNm Covid-19 de Pfizer avait une efficacité vaccinale de 95%.

Le graphique suivant illustre l’augmentation/diminution de l’efficacité du vaccin par mois dans chaque groupe d’âge sur une période de 5 mois allant du 16 août 21 au 2 janvier 22.

Source

Les premières injections de rappel ont été administrées au cours de la 37e semaine de 2021, et ce graphique montre clairement comment elles ont permis de renforcer l’efficacité du vaccin au cours des deux mois suivants. Mais malheureusement, il montre aussi que cette amélioration a été de courte durée, l’efficacité des vaccins Covid-19 tombant à des niveaux effrayants entre les semaines 49 et 52.

Entre le 6 décembre et le 2 janvier, l’efficacité réelle des vaccins a atteint son niveau le plus bas dans tous les groupes d’âge, à l’exception des plus de 70 ans, mais ces derniers ont encore une efficacité négative.

L’augmentation attendue de l’efficacité du vaccin chez les 40 à 69 ans ne s’est pas matérialisée et, au lieu de cela, une énorme chute de l’efficacité du vaccin a été enregistrée, tombant à -151% chez les 40-49 ans.

L’efficacité du vaccin a également chuté dans la tranche d’âge des 30-39 ans à moins 123 %, bien que le vaccin de rappel ait été administré à des millions de personnes au cours de la semaine 49.

On est loin de l’efficacité supposée de 95 % dont on vous a parlé.

Mais que signifie réellement une efficacité positive/négative d’un vaccin ?
Les vaccins fonctionnent en simulant une attaque virale et en provoquant une réaction du système immunitaire comme si vous aviez été infecté par le virus. Ils sont censés entraîner le système immunitaire jusqu’à ce que vous développiez une immunité naturelle contre le virus.

Par conséquent, l’efficacité des vaccins est en réalité une mesure de la performance du système immunitaire des personnes vaccinées par rapport à celle des personnes non vaccinées.

Les données publiées par l’UKHSA confirment que l’efficacité des injections de Covid-19 dans le monde réel (qui est en fait une mesure de la performance du système immunitaire) diminue considérablement en peu de temps.

Mais, malheureusement pour la population vaccinée, au lieu que le système immunitaire revienne au même état qu’avant la vaccination, la performance du système immunitaire commence à décliner rapidement, ce qui le rend inférieur à celui des personnes non vaccinées.

Cependant, les données du gouvernement britannique prouvent qu’une dose de rappel du vaccin peut donner un coup de fouet à court terme au système immunitaire.

Mais, malheureusement, ces mêmes données montrent que les performances du système immunitaire commencent ensuite à décliner encore plus rapidement qu’avant l’administration de la dose de rappel.

Ces données suggèrent donc que la population vaccinée aura désormais besoin d’un cycle sans fin de rappels pour renforcer son système immunitaire jusqu’à un point où il ne sera plus défaillant mais inférieur à celui de la population non vaccinée.

Le syndrome d’immunodéficience acquise est une maladie qui entraîne la perte de cellules immunitaires et rend les individus vulnérables à d’autres infections et au développement de certains types de cancers. En d’autres termes, il décime complètement le système immunitaire.

Par conséquent, pourrions-nous assister à une nouvelle forme de syndrome d’immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19 ?

C’est ce que semble penser Facebook.

Notre enquête initiale sur ce sujet a été partagée par un lecteur sur Facebook le jour même où nous avons publié l’article, et Facebook a pris l’initiative de retirer immédiatement le message et de le qualifier de « désinformation ».

Cependant, le lecteur qui a partagé notre article a contesté la censure de Facebook et, le 27 octobre, l’entreprise a finalement répondu pour confirmer qu’elle avait tort, que l’enquête était tout à fait correcte et que la publication du lecteur sur Facebook est maintenant de retour sur la plateforme de médias sociaux hautement censurée.

Source

Et si nous observons une nouvelle forme de syndrome d’immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19, cela expliquerait certainement pourquoi nous voyons soudainement tant d’enfants souffrir de maladies graves et mourir cette année à cause de ce qui aurait été des infections bénignes avant le lancement des injections de Covid-19.

La surmortalité des enfants européens âgés de 0 à 14 ans a augmenté de 552 % depuis que l’EMA a approuvé le vaccin COVID pour les enfants.
Le 28 mai 2021, l’Agence européenne des médicaments a étendu l’autorisation d’utilisation en urgence de l’injection d’ARNm Covid-19 de Pfizer aux enfants âgés de 12 à 15 ans.

Source

Six mois plus tard, ils ont étendu l’autorisation d’utilisation d’urgence aux enfants de 5 à 11 ans.

Source

Avant qu’ils ne le fassent pour la première fois, les décès d’enfants étaient bien en deçà des niveaux attendus, selon EuroMOMO, un projet européen de surveillance de la mortalité ayant l’autorisation officielle de rassembler et de publier des statistiques qui lui ont été données par les gouvernements des pays d’Europe.

Mais depuis, ils ont considérablement augmenté.

À tel point qu’au 6 novembre 2022, la surmortalité des enfants en Europe avait augmenté de 552 %, un chiffre choquant.

Mais depuis, ils ont augmenté. Avec une augmentation de 848% enregistrée jusqu’à la fin de 2021 –

et une augmentation de 444% enregistrée à partir du 6 novembre 2022…

Est-ce juste une autre coïncidence ? C’est à vous d’en décider. Mais vous pouvez lire l’enquête complète sur ce qui précède ici.

substantiellement.

À tel point qu’au 6 novembre 2022, la surmortalité des enfants en Europe avait augmenté de 552 %, un chiffre choquant. LE LIEN EST ICI here.

Le CDC confirme discrètement qu’au moins 118 000 enfants et jeunes adultes sont  » morts subitement  » aux États-Unis depuis le lancement des vaccins COVID.
Comparé à d’autres pays, le gouvernement américain n’a pas su publier des données pertinentes et actualisées nous permettant d’analyser les conséquences du déploiement des injections de Covid-19. Cependant, nous avons finalement réussi à tomber dessus grâce à une institution connue sous le nom d’Organisation de coopération et de développement économiques (OEC).

L’OEC est une organisation intergouvernementale comptant 38 pays membres, fondée en 1961 pour stimuler le progrès économique et le commerce mondial. Et pour une raison quelconque, elle héberge une multitude de données sur la surmortalité. Vous pouvez trouver ces données par vous-même ici.

Le graphique suivant a été créé à partir des chiffres trouvés dans la base de données de l’OEC. Des chiffres qui ont été fournis à l’OEC par les Centres américains de contrôle des maladies (CDC). Il montre la surmortalité des enfants et des jeunes adultes âgés de 0 à 44 ans aux États-Unis, par semaine, en 2020 et 2021.

Les chiffres officiels révèlent qu’il y a eu une légère augmentation de la surmortalité chez les enfants et les jeunes adultes lorsque la prétendue pandémie de Covid-19 a frappé les États-Unis au début de 2020.

Cependant, avec l’introduction de l’injection de Covid-19, on aurait pu s’attendre à ce que les décès diminuent de manière significative dans ce groupe d’âge en 2021. Mais au lieu de cela, c’est le contraire qui s’est produit.

La surmortalité chez les enfants et les jeunes adultes était significativement plus élevée chaque semaine en 2021 qu’en 2020, à l’exception des semaines 29 et 30. Puis, au cours de la semaine 31, un phénomène radical s’est produit, entraînant une augmentation significative de la surmortalité chez les enfants et les jeunes adultes.

Et les chiffres officiels fournis par les CDC montrent malheureusement que cette tendance s’est poursuivie en 2022.

Le graphique suivant montre les chiffres officiels des CDC pour tous les décès et décès en excès chez les enfants et les jeunes adultes aux Etats-Unis avant le lancement du vaccin Covid-19, et après le lancement des vaccins Covid-19 le 14 décembre 2020.

Source Data

Les chiffres ci-dessus révèlent que l’année 2022 n’a connu jusqu’à présent que 1 352 décès en excès chez les 0-44 ans à la semaine 40 par rapport à la semaine 51 en 2022, bien que l’année 2020 ait été l’apogée présumée de la pandémie de COVID et ait comporté 11 semaines supplémentaires de décès.

Mais les chiffres les plus inquiétants révélés dans le graphique ci-dessus sont le nombre total de décès et de surmortalités chez les enfants et les jeunes adultes depuis le lancement des injections de Covid-19.

Près d’un demi-million de personnes âgées de 0 à 44 ans sont malheureusement décédées depuis la semaine 51 de 2020, ce qui a entraîné un nombre stupéfiant de 117 719 décès en excès par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019.

S’agit-il d’une nouvelle coïncidence ? C’est à vous d’en décider. Mais vous pouvez lire l’enquête complète sur ce sujet ici.  here.

Le gouvernement britannique confirme discrètement que les enfants vaccinés par COVID sont jusqu’à 137 fois plus susceptibles de mourir que les enfants non vaccinés.
Une agence du gouvernement britannique, connue sous le nom d’Office for National Statistics (ONS), a récemment publié de nouvelles données sur les décès par statut vaccinal en Angleterre.

Le dernier ensemble de données de l’ONS est intitulé « Deaths by Vaccination Status, England, 1 January 2021 to 31 May 2022 », et peut être consulté sur le site de l’ONS ici, et téléchargé ici. here.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité par statut vaccinal pour 100 000 personnes-années chez les enfants âgés de 10 à 14 ans en Angleterre pour la période allant du 1er janvier 2021 au 31 mai 2022, selon les chiffres fournis par l’ONS.

En ce qui concerne les décès dus au Covid-19, l’ONS révèle que le taux de mortalité chez les enfants non vaccinés âgés de 10 à 14 ans est de 0,31. Mais pour les enfants vaccinés à une dose, le taux de mortalité est de 3,24 pour 100 000 personnes-années, et pour les enfants triplement vaccinés, le taux de mortalité est de 41,29 pour 100 000 personnes-années.

Ces chiffres révèlent que les enfants partiellement vaccinés ont 11x/966,67% plus de risques de mourir du Covid-19 que les enfants non vaccinés, et que les enfants triplement vaccinés ont 137,3x/13 633,33% plus de risques de mourir du Covid-19 que les enfants non vaccinés.

Et malheureusement, il y a peu d’amélioration en ce qui concerne les décès non liés à la Covid-19. Voici à nouveau le graphique montrant les taux de mortalité par statut vaccinal chez les enfants en Angleterre.

Le taux de mortalité par décès, toutes causes confondues, est de 6,39 pour 100 000 personnes-années chez les enfants non vaccinés et est légèrement plus élevé (6,48) chez les enfants partiellement vaccinés.

Cependant, le taux va de mal en pis après l’administration de chaque injection. Le taux de mortalité, toutes causes confondues, est de 97,28 chez les enfants doublement vaccinés et de 289,02 pour 100 000 personnes-années chez les enfants triplement vaccinés, ce qui est choquant.

Cela signifie, selon les données officielles du gouvernement britannique, que les enfants doublement vaccinés ont 1422% / 15,22x plus de risques de mourir de toute cause que les enfants non vaccinés. Alors que les enfants triplement vaccinés ont 4423% / 45,23x plus de chances de mourir de n’importe quelle cause que les enfants non vaccinés.

Est-ce une coïncidence de plus ? C’est à vous d’en décider. Mais vous pouvez lire l’enquête complète sur ce sujet ici.

Conclusion
Cela conclut nos preuves, mais ce n’est en aucun cas la seule preuve disponible pour soutenir le fait que les injections de Covid-19 sont très probablement à blâmer pour une augmentation soudaine du nombre d’enfants qui meurent à cause d’une infection par le streptocoque A.

Les rapports officiels des gouvernements du monde entier prouvent que des centaines de milliers d’enfants de plus sont morts depuis le lancement des injections de Covid-19 que ceux qui seraient morts avant le lancement des injections.

Ils prouvent également que les enfants vaccinés avec le Covid-19 sont nettement plus susceptibles de mourir que les enfants non vaccinés.

Mais la preuve la plus importante pour étayer le fait que la vaccination Covid-19 est responsable de l’augmentation soudaine du nombre d’enfants qui meurent d’une infection par le streptocoque A, est peut-être les rapports officiels du gouvernement qui prouvent que la vaccination Covid-19 endommage le système immunitaire et peut provoquer une nouvelle forme de syndrome d’immunodéficience acquise.

On croit souvent à tort que le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) est uniquement causé par le virus VIH. Ce n’est tout simplement pas vrai.

L’immunodéficience acquise (ou secondaire) est l’une des principales causes des infections. Ces troubles de l’immunodéficience affectent votre système immunitaire partiellement ou dans son ensemble, faisant de votre corps une cible facile pour plusieurs maladies et infections. (Source)

Lorsque les troubles de l’immunodéficience affectent votre système immunitaire, votre corps ne peut plus combattre les bactéries et les maladies. (Source)

Cela expliquerait pourquoi des enfants souffrent soudainement de maladies graves ou meurent à cause d’une bactérie qui causait auparavant une infection bénigne.

Plusieurs facteurs dans l’environnement peuvent causer des troubles immunodéficitaires secondaires. (Source) (Source)

En voici quelques-uns :

La radiothérapie ou la chimiothérapie, qui peuvent entraîner un trouble immunodéficitaire secondaire appelé neutropénie.
Les infections dues au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) peuvent entraîner le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA).
La leucémie, un cancer qui commence dans les cellules de la moelle osseuse et qui peut entraîner une hypogammaglobulinémie, un type d’immunodéficience secondaire.
la malnutrition, qui touche jusqu’à 50 % des populations des pays sous-développés et rend les gens vulnérables aux infections respiratoires et aux diarrhées.
Mais parmi les causes les moins courantes figurent les médicaments ou les drogues. (Source) (Source)

Il est donc parfaitement possible qu’un médicament ou une drogue provoque le syndrome d’immunodéficience acquise, et les rapports officiels du gouvernement prouvent que les vaccins Covid-19 doivent être ajoutés à la liste.

https://expose-news.com/2022/12/14/strepa-covid-vaccination-killing-children/embed/#?secret=8rYFLErCuT#?secret=xaOiZc1QeJ

Source : Anna-Bellas

0 comments on “COÏNCIDENCE – LES RAPPORTS DU GOUVERNEMENT SUGGÈRENT QUE LES ENFANTS MEURENT DU STREPTOCOQUE A EN RAISON DES DOMMAGES CONSIDÉRABLES CAUSÉS AU SYSTÈME IMMUNITAIRE PAR LA VACCINATION COVID…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :