DOSSIERS

DES PREUVES CHOQUANTES DE DÉCÈS EXCESSIFS ET DE DÉPEUPLEMENT POTENTIEL LIÉS AUX VACCINS COVID: LES RAPPORTS DU GOUVERNEMENT ET DE PFIZER RÉVÈLENT LA VÉRITÉ

Selon des rapports gouvernementaux récemment publiés, un nombre stupéfiant de 1,8 million de décès excédentaires ont été enregistrés aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et dans une grande partie de l’Europe depuis la distribution généralisée du vaccin Covid-19.

Cette tendance troublante soulève de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité et à l’efficacité du vaccin.

En outre, des documents confidentiels de Pfizer, qui ont été initialement dissimulés par la Food & Drug Administration américaine pendant au moins 75 ans mais qui ont ensuite été rendus publics par une ordonnance du tribunal, révèlent que le gouvernement était conscient des risques et des conséquences potentiels du vaccin.

Ces documents suggèrent que le vaccin Covid-19 pourrait contribuer à la dépopulation à l’échelle mondiale.

Ces révélations sont profondément inquiétantes et remettent en question la décision de déployer le vaccin Covid-19 à une telle échelle. Il est impératif que des recherches supplémentaires soient menées afin de comprendre pleinement les risques et conséquences potentiels du vaccin, et que toutes les précautions nécessaires soient prises pour protéger la santé publique.

La sécurité du public doit être la priorité absolue dans tout déploiement de vaccin, et il est crucial que des informations précises soient mises à la disposition du public pour permettre une prise de décision éclairée.

Avant de nous plonger dans l’abondance des preuves, nous aimerions souligner pourquoi il est si important de lire cette enquête et de la partager aussi largement que possible.

Nous savons maintenant, grâce à des documents gouvernementaux secrets et cachés, que depuis le lancement de l’injection de Covid-19, il y a eu une surmortalité stupéfiante de 1,8 million de personnes aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Royaume-Uni et dans 27 autres pays d’Europe.

Cela représente 1,8 million de décès supplémentaires dans seulement 16 % des pays du monde entier. Imaginez donc combien de millions de personnes supplémentaires ont perdu la vie par rapport à ce que l’on attendrait normalement.

Vous trouverez toutes les sources et une ventilation des chiffres ci-dessus plus loin dans cette enquête approfondie. Mais il est important que vous le sachiez maintenant car ces chiffres prouvent qu’il y a eu beaucoup plus de décès en 2021 après le lancement des injections de Covid-19 qu’en 2020, au plus fort de la prétendue pandémie de Covid-19.

Et les documents suivants, analysés dans le cadre de cette enquête, prouvent que votre gouvernement, les autorités médicales et Big Pharma savaient non seulement que cela se produirait, mais aussi que cela conduirait très probablement à une dépopulation massive.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a tenté de retarder de 75 ans la publication des données de sécurité du vaccin COVID-19 de Pfizer, bien qu’elle ait approuvé l’injection après seulement 108 jours d’examen de sécurité le 11 décembre 2020.

Mais début janvier 2022, le juge fédéral Mark Pittman leur a ordonné de publier 55 000 pages par mois. Ils ont publié 12 000 pages à la fin du mois de janvier.

Depuis lors, le PHMPT a publié tous les documents sur son site web.

L’un des documents contenus dans la décharge de données est « reissue_5.3.6 postmarketing experience.pdf ». La page 12 du document confidentiel contient des données sur l’utilisation de l’injection Covid-19 de Pfizer pendant la grossesse et l’allaitement.

Des documents confidentiels de Pfizer révèlent que 90 % des femmes enceintes vaccinées par Covid ont perdu leur bébé
Pfizer indique dans ce document qu’au 28 février 2021, il y avait 270 cas connus d’exposition à l’injection d’ARNm pendant la grossesse.

Quarante-six pour cent des mères (124) exposées à l’injection de Covid-19 de Pfizer ont souffert d’une réaction indésirable.

Sur ces 124 mères ayant subi un effet indésirable, 49 ont été considérées comme des effets indésirables non graves, tandis que 75 ont été considérées comme graves. Cela signifie que 58% des mères qui ont déclaré avoir subi des effets indésirables ont souffert d’un événement indésirable grave allant de la contraction utérine à la mort fœtale.

Source – Page 12

Au total, 4 cas graves de fœtus/bébé ont été signalés suite à l’exposition à l’injection de Pfizer.

Mais c’est ici que les choses deviennent plutôt inquiétantes. Pfizer déclare que sur les 270 grossesses, ils n’ont absolument aucune idée de ce qui s’est passé dans 238 d’entre elles.

Mais voici les résultats connus des grossesses restantes –

Au moment de la rédaction du rapport, il y avait 34 résultats en tout, mais 5 d’entre eux étaient toujours en attente. Pfizer a noté qu’un seul des 29 résultats connus était normal, tandis que 28 des 29 résultats ont entraîné la perte ou la mort du bébé. Cela équivaut à 97 % de tous les résultats connus de la vaccination par Covid-19 pendant la grossesse qui ont entraîné la perte de l’enfant.

Si l’on inclut les 5 cas où l’issue était encore en suspens, cela équivaut à 82% de toutes les issues de la vaccination contre le Covid-19 pendant la grossesse qui se sont soldées par la perte de l’enfant. Cela équivaut à une moyenne d’environ 90% entre les chiffres de 82% et 97%.

Nous avons donc ici notre première preuve que quelque chose ne tourne pas rond lorsqu’il s’agit d’administrer l’injection Covid-19 de Pfizer pendant la grossesse.

Voici les conseils tirés du document  » REG 174 INFORMATION FOR UK HEALTHCARE PROFESSIONALS  » du gouvernement britannique…..liens Here’s the guidance taken from the UK Government’s ‘REG 174 INFORMATION FOR UK HEALTHCARE PROFESSIONALS’ document –

C’est en tout cas ce qu’indiquait le guide en décembre 2020. Malheureusement, à peine un mois plus tard, le gouvernement britannique et d’autres gouvernements dans le monde ont révisé ces directives pour les lire comme suit

Source – Page 7

C’est toujours l’orientation officielle à partir de juin 2022, et cela conduit à plusieurs questions qui nécessitent des réponses urgentes quand on sait que depuis début 2021, on dit aux femmes enceintes que la vaccination Covid-19 est parfaitement sûre.

Il suffit de regarder les choses que l’on a dit aux femmes d’éviter pendant leur grossesse avant de leur dire qu’il est parfaitement sûr de prendre une injection expérimentale pour se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans ce cas.

Le poisson fumé,
Fromage à pâte molle,
Peinture humide,
Café,
Thé aux herbes,
Suppléments vitaminiques,
Les aliments transformés.
Ce ne sont là que quelques exemples, et la liste est infinie.

Commençons donc par la section  » Grossesse  » du guide officiel. En décembre 2020, les recommandations indiquaient que « la vaccination contre le virus Covid-19 n’est pas recommandée pendant la grossesse ». Environ un mois plus tard, cette directive indiquait que « les études sur les animaux n’indiquent pas d’effets nocifs pour la grossesse, etc.

Examinons donc les études animales en question.

Mais avant cela, il convient de souligner que les recommandations officielles stipulent, depuis juin 2022, que « l’administration du vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 pendant la grossesse ne doit être envisagée que lorsque les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus ». Alors pourquoi diable toutes les femmes enceintes du pays ont-elles été activement contraintes de recevoir cette injection ?

Pfizer et les autorités de réglementation médicale ont caché les dangers de la vaccination par le Covid-19 pendant la grossesse, une étude animale ayant révélé un risque accru de malformations congénitales et d’infertilité.
L’étude limitée sur les animaux dont il est question dans les directives officielles a en fait révélé le risque de dommages importants pour le fœtus en développement, mais les organismes de réglementation médicale aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie ont activement choisi de supprimer cette information des documents publics.

L’étude en question peut être consultée dans son intégralité ici et s’intitule « Absence d’effets sur la fertilité des femelles et le développement prénatal et postnatal de la progéniture chez les rats avec BNT162b2, un vaccin COVID-19 à base d’ARNm ».

L’étude a été réalisée sur 42 rats femelles Wistar Han. Vingt et un d’entre eux ont reçu l’injection de Covid-19 de Pfizer, et 21 ne l’ont pas reçue.

Voici les résultats de l’étude –

Here are the results of the study –

Source

COMME CES ARTICLES SONT TROP TROP LONG A TRADUIRE MON BLOG TRADUIT AUSSI EN CLIQUANT SUR TRADUCTEUR ….. LA SUITE ICI https://expose-news.com/2022/12/21/gov-pfizer-reports-depopulation-covid-vaccine/

Source : Anna-Bellas

0 comments on “DES PREUVES CHOQUANTES DE DÉCÈS EXCESSIFS ET DE DÉPEUPLEMENT POTENTIEL LIÉS AUX VACCINS COVID: LES RAPPORTS DU GOUVERNEMENT ET DE PFIZER RÉVÈLENT LA VÉRITÉ

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :