MANIPULATION

COVID-19: LES HÔPITAUX ONT MENTI SUR LES CAUSES DE DÉCÈS (DES RÉVÉLATIONS INÉDITES)

BREAKING : Un directeur du NHS confirme que les hôpitaux ont menti sur la cause des décès pour créer l’illusion d’une pandémie de COVID….ILS NOUS ont tous mentis Chine, Italie, France , ETC …

Un professionnel britannique confirme dans le détail l’escroquerie du faux codage (depuis 2016) brillamment démontré pour la France par Pierre Chaillot dans son dernier livre publié par l’Artilleur.*

 par bellinaanne, publié dans classée

Avant la mise en place de Covid, quatre types de pneumonie additionnés constituaient la principale cause de décès au Royaume-Uni. Selon un ancien directeur des soins de fin de vie, le système de certification des décès nouvellement mis en place par le médecin légiste certifiait tous les types de décès par pneumonie comme des décès par covid-19.

Samedi, Sai, un ancien directeur des soins de fin de vie du NHS, a écrit un fil Twitter qui, entre autres, a donné un compte rendu personnel des changements apportés au système de déclaration des décès mis en œuvre dans le NHS :

« Lorsque quatre maladies différentes [sont] regroupées et désormais appelées covid-19, vous verrez inévitablement la covid-19 avec un taux de mortalité énorme. Les médias grand public ont fait état de l’augmentation considérable du nombre de décès dus au covid-19 en raison de la mise en place du système des médecins légistes.

« Les patients admis et mourant de maladies très courantes telles que la vieillesse, les infarctus du myocarde, l’insuffisance rénale terminale, les hémorragies, les accidents vasculaires cérébraux, les BPCO et les cancers, etc. étaient tous certifiés comme étant des covid-19 par le système des médecins légistes.

« Les hôpitaux passaient du système des médecins légistes au système pré-pandémique quand ils le voulaient. Lorsqu’il fallait augmenter le nombre de décès dus au covid-19, l’hôpital passait au système du médecin légiste. »

En outre, « les hôpitaux étaient incités à déclarer les décès dus au covid-19 plutôt que les décès normaux, car le gouvernement versait aux hôpitaux des sommes supplémentaires pour chaque décès dû au covid-19 qui était déclaré », a déclaré Sai. « Je n’ai aucun doute dans mon esprit, que le gouvernement a planifié l’ensemble de la pandémie depuis 2016, lorsqu’il a proposé pour la première fois de modifier la certification médicale des décès. »

Dernières nouvelles du blog

UKRAINE: URSULA PERD COMPLÈTEMENT LA TÊTE

Chers lecteurs / Chers lectrices. Nous lançons une campagne de dons et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. JEMINFORMETV.COM a…

COMPRENDRE LA MAGOUILLE VAXINALE ANTI-COVID EN QUELQUES MINUTES

Chers lecteurs / Chers lectrices. Nous lançons une campagne de dons et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. JEMINFORMETV.COM a…

Vous pouvez lire le fil de discussion de Sai sur Twitter ICI ou sur l’application Thread Reader App ICI. Au cas où il serait supprimé de Twitter, nous avons copié le fil ci-dessous et joint une copie pdf à la fin de cet article. Dans ce qui suit, le numéro au début d’un paragraphe correspond au numéro du tweet dans le fil de discussion.

  1. La vérité sur la pandémie de covid-19 vue de l’intérieur du NHS (ex-directeur des soins de fin de vie dans l’un des plus grands hôpitaux du Royaume-Uni).
  2. En 2016, le gouvernement britannique a proposé et piloté un changement dans le processus de certification des décès dans tous les hôpitaux du Royaume-Uni. Je joins ci-dessous un lien vers ce document du ministère de la Santé ( » DoH « ) :

Reforming death certification : Introducing scrutiny by Medical Examiners, ministère de la Santé, mai 2016.

3 & 4. Le document du DoH proposait un passage au système des  » médecins-examinateurs  » ( » ME « ) et a été envoyé à un certain nombre de publics différents pour obtenir un retour et une consultation. Le système ME était déjà en cours d’expérimentation dans deux hôpitaux du nord. Les résultats de la consultation sont présentés ci-dessous :

Introduction de médecins légistes et réformes de la certification des décès en Angleterre et au Pays de Galles : Réponse du gouvernement à la consultation, ministère de la Santé et des Soins sociaux, juin 2018.

  1. Avant la pandémie de covid-19, le processus de certification de décès impliquait que les médecins traitants d’un patient se rendent au service de deuil/aux affaires des patients pour discuter du décès et soit : a) transmettre le décès au coroner ou b) rédiger un certificat médical de cause de décès ( » MCCD « ).
  2. Le MCCD indique la cause du décès. Une cause directe (1a) ou des causes contributives (1b) (1c) (1d) sont indiquées, ainsi que les comorbidités (qui ne sont pas directement à l’origine du décès) qui sont inscrites au point (2) du MCCD. La DMCC n’est jamais qu’une cause probable de décès, elle n’est pas définitive.
  3. La seule façon définitive de déterminer une cause de décès précise et plausible est de référer le patient décédé à HM Coroner (si certains critères sont remplis), pour que HM Coroner accepte et prenne en charge le cas, ce qui entraîne la réalisation d’une autopsie (« PM ») par un histopathologiste.
  4. Lorsqu’un décès est considéré comme naturel et qu’il n’y a rien de fâcheux, le MCCD est rédigé par le médecin traitant d’un patient décédé. Habituellement, il s’agit d’un F1, F2, SHO ou Registrar qui est présent. Il est rare qu’un consultant traitant soit présent, mais il finalisera la cause du décès.
  5. Une hiérarchie hospitalière stricte existe au sein du NHS pour les médecins. Elle est la suivante – du plus bas au plus haut rang : Foundation Year 1 (FY1), Foundation Year 2 (FY2), Senior House Officer (SHO), Registrar (Reg), Consultant, Clinical Lead, Medical Director.
  6. Les médecins juniors s’expriment très rarement ou contestent leurs aînés. La décision d’un supérieur est considérée comme définitive et elle sera appliquée et exécutée sans aucune hésitation ni questionnement.
  7. Au cours de mes cinq années et demie d’expérience dans le domaine des soins de fin de vie, je n’ai vu qu’un seul médecin en formation qui n’était pas d’accord avec une cause de décès proposée et qui a contesté son consultant.
  8. Avec le nombre de décès qui se produisent dans un hôpital, comme vous pouvez l’imaginer, il y a beaucoup de variations en ce qui concerne les causes de décès, car nous avons de nombreux médecins différents qui rédigent un MCCD et qui proposent différentes maladies potentielles dans des ordres différents.
  9. Le système ME proposé changerait cela, puisque le gouvernement engagerait et paierait un médecin légiste, qui siégerait dans chaque hôpital et rédigerait tous les MCCD pour tous les patients décédés. Cela éliminerait effectivement toute variation des causes de décès.
  1. Une hiérarchie hospitalière stricte existe au sein du NHS pour les médecins. Elle est la suivante – du plus bas au plus haut rang : Foundation Year 1 (FY1), Foundation Year 2 (FY2), Senior House Officer (SHO), Registrar (Reg), Consultant, Clinical Lead, Medical Director.
  2. Les médecins juniors s’expriment très rarement ou contestent leurs aînés. La décision d’un supérieur est considérée comme définitive et elle sera appliquée et exécutée sans aucune hésitation ni questionnement.
  3. Au cours de mes cinq années et demie d’expérience dans le domaine des soins de fin de vie, je n’ai vu qu’un seul médecin en formation qui n’était pas d’accord avec une cause de décès proposée et qui a contesté son consultant.
  4. Avec le nombre de décès qui se produisent dans un hôpital, comme vous pouvez l’imaginer, il y a beaucoup de variations en ce qui concerne les causes de décès, car nous avons de nombreux médecins différents qui rédigent un MCCD et qui proposent différentes maladies potentielles dans des ordres différents.
  5. Le système ME proposé changerait cela, puisque le gouvernement engagerait et paierait un médecin légiste, qui siégerait dans chaque hôpital et rédigerait tous les MCCD pour tous les patients décédés. Cela éliminerait effectivement toute variation des causes de décès.
  6. En 2016, lorsque j’ai entendu parler de cette proposition, je travaillais en tant que responsable du deuil dans un hôpital du centre de Londres. Mon mentor/responsable hiérarchique de l’époque était une ancienne infirmière en chef qui gérait les services de deuil et tous les décès à l’hôpital seraient contrôlés par elle et le service.
  7. Nous disposions d’un pouvoir décisionnel considérable, car nous examinions toutes les notes des patients après leur décès, et nous guidions et conseillions les médecins sur ce qu’il fallait écrire dans le cadre d’un MCCD ou d’un Coroners Referral.
  8. À mon avis, notre rôle était de nous asseoir sur la barrière et d’agir dans le meilleur intérêt d’un patient décédé (et de sa famille), mais aussi de protéger l’hôpital et nos médecins de toute négligence potentielle.
  9. Comme vous pouvez l’imaginer, de nombreuses batailles ont été menées avec un grand nombre de médecins au fil des ans pour décider de la cause du décès d’un patient ou de son orientation vers le coroner.
  10. Les F2 et les SHO étaient particulièrement les pires en ce qui concerne l’arrogance de savoir ce qui devrait être écrit sur un MCCD ou de déclarer qu’un patient n’avait pas besoin d’être référé au coroner (souvent en déclarant que leur consultant leur avait donné des instructions).
  11. Il convient de noter que les consultants ne sont que des êtres humains et qu’ils peuvent aussi être incorrects à certains moments. Nous devons nous rappeler qu’un chef clinique et, au-delà, un directeur médical leur succèdent dans la hiérarchie. Qui ont beaucoup plus d’expérience et de connaissances.
  12. Lorsque j’ai demandé à mon mentor en 2016, comment le système ME allait changer les choses, on m’a répondu que les services de deuil/affaires des patients deviendraient purement administratifs et que le jugement clinique reviendrait au médecin légiste.
  13. Le pouvoir et la prise de décision en ce qui concerne les orientations vers les MCCD/Coroners étaient en train d’être retirés non seulement aux médecins traitants, mais aussi aux services de deuil/affaires des patients/responsables des services de deuil/directeurs des soins de fin de vie.
  14. Ce pouvoir de décision était remis uniquement au médecin légiste, qui n’a pas été impliqué dans le traitement d’un patient lors d’une admission.

J’ai intégré toutes ces informations à l’époque et j’ai acquis le maximum de connaissances auprès de mon mentor/responsable hiérarchique.

  1. En 2016, il se trouve également que j’ai fait un changement et saisi l’opportunité de gérer mes propres services de deuil dans l’un des plus grands trusts hospitaliers de tout le Royaume-Uni. En moyenne, je supervisais les demandes d’orientation vers le MCCD/le coroner pour environ 1 750 décès sur une base annuelle.
  2. J’ai développé une relation de travail très étroite et une amitié avec l’un des directeurs médicaux (un médecin ayant le rang le plus élevé dans un hôpital). Cela s’est avéré particulièrement utile lorsqu’il s’agissait d’interpeller les médecins au sujet des demandes de DMCC/coroners.
  3. En devenant directeur des soins de fin de vie, j’ai été impliqué dans les rapports sur les taux de mortalité, la conduite des examens de mortalité et la rédaction des politiques de l’hôpital. J’ai également développé une excellente relation de travail avec le coroner qui supervisait notre Trust.
  4. Le HM Coroner a le pouvoir d’enquêter sur tout hôpital ou trust concernant un décès ou un certain nombre de décès. Un léger problème peut se poser, dans la mesure où HM Coroner a une allégeance envers la Couronne et le gouvernement.
  5. Lorsqu’un décès est signalé au Coroner, il l’était auparavant via [un] appel téléphonique du médecin traitant. Une discussion a eu lieu avec le bureau du Coroner et un résultat direct et une instruction viendraient du bureau du Coroner, par l’intermédiaire de HM Coroner (via un appel téléphonique).
  6. Il y a un défaut fondamental [dans] ce système, car il n’y a pas de documentation de la décision et de l’instruction du Coroner. Tout se fait de bouche à oreille. Il y a toujours une marge d’erreur sans aucune documentation électronique.
  7. Chaque hôpital, chaque fiducie et chaque coroner ont un système différent pour signaler les décès. J’ai personnellement pris la décision de protéger mon hôpital et le Trust, en développant un formulaire électronique de signalement au coroner, que j’ai proposé à notre coroner et développé après son accord.
  8. Nous disposions désormais d’une documentation sur chaque décès signalé et sur chaque résultat.

Lors du signalement d’un décès, le coroner examine la cause de décès proposée et l’accepte, ou rejette la cause de décès et prend en charge l’affaire (décès du patient), ce qui conduit à une enquête ou à une MP.

  1. En 2019, notre directeur médical est entré dans mon bureau un matin et a déclaré que le conseil d’administration de l’hôpital avait pris la décision de passer au système du médecin légiste.

Entendre les mots « ME System » a été un énorme cas de déjà vu (conversation avec mon mentor en 2016).

  1. Je savais exactement ce qu’était le système ME, mais j’ai choisi, au contraire, de jouer les imbéciles et de demander ce qu’était exactement le système ME et ce qu’il signifiait pour notre service, mon personnel et nos rôles. Tout ce que le directeur médical m’a mentionné ce jour-là était une copie carbone de ce que je savais déjà.
  2. Je savais que mon temps dans les soins de fin de vie était terminé. J’avais atteint le sommet et il n’y avait plus de progrès pour moi. Perdre tout pouvoir et toute capacité de décision au profit d’un médecin généraliste arrivant à l’hôpital ne me plaisait pas. J’avais déjà décidé que je devais partir.
  3. À la recherche d’un nouveau défi et d’une nouvelle expérience, j’ai déménagé en 2019 dans un autre grand hôpital du centre de Londres, cette fois-ci en faisant un détour par la gestion opérationnelle. J’étais en charge de la gestion opérationnelle de la néphrologie, de la rhumatologie, de la dermatologie et du diabète et de l’endocrinologie.
  4. En janvier 2020, je me souviens d’avoir entendu parler du premier cas de covid-19 dans notre hôpital, avec un patient arrivant de Chine qui s’est présenté à nos urgences. Les urgences ont été fermées et nettoyées à la vapeur ce jour-là, je me souviens du moment où j’en ai entendu parler.
  5. Dans mon esprit, je voyais le reportage sur le covid-19 dans les médias comme rien de plus que la grippe aviaire ou l’Ebola, qui avaient provoqué la panique mais qui étaient pourtant passés. Je n’étais pas inquiet le moins du monde.

Les choses ont commencé à s’intensifier en février 2020, au moment où je partais en vacances.

  1. En raison des reportages des médias, j’ai acheté des masques N95 par précaution pour mon voyage et pour les donner à mes parents et à ma jeune sœur. J’ai eu la chance de pouvoir passer quelques jours au Sri Lanka pour un mariage, puis presque un mois entier en Australie (mars 2020).
  2. J’ai regardé le récit d’une maladie infectieuse mortelle continuer à croître avec chaque jour qui passe. J’ai pris la décision d’écourter mes vacances de quelques jours afin de m’assurer de retourner auprès de ma famille et [de ne pas] me retrouver bloqué en Australie.
  3. À mon retour au Royaume-Uni, fin mars 2020. L’une des premières choses qui m’a frappé est l’absence de contrôle de la température ou de questions à l’aéroport d’Heathrow. Cela semblait étrange pour une maladie infectieuse potentiellement mortelle qui se propageait dans le monde entier.
  4. C’était d’autant plus étrange que le Sri Lanka et l’Australie m’avaient interrogé/contrôlé les températures à l’arrivée, et que même Singapour contrôlait les températures pendant le transit.
  5. Ma mère venait de se remettre d’un cancer, mon père avait plus de 70 ans et ma jeune sœur était née avec le syndrome de Down, en plus de souffrir de plusieurs autres maladies. J’avais trois personnes à haut risque pour le covid-19 dans ma famille et j’avais peur/peur de leur donner du covid-19.
  6. J’ai demandé à mon hôpital de me permettre de travailler à domicile. Ils ont refusé. Je n’étais pas jugée à haut risque, bien que je vivais chez mes parents à l’époque. J’avais besoin d’aider ma mère et ma sœur. L’hôpital n’avait aucun égard pour la sécurité de ses employés. Ils m’ont obligée à venir travailler.
  7. J’ai passé deux mois à m’isoler dans ma chambre, j’en sortais à peine, de peur de propager une maladie infectieuse. Je n’ai jamais pensé à la situation, à mon expérience ou à mes connaissances antérieures, je ne faisais que réagir à la frénésie médiatique. J’étais pleine de panique et de stress.
  8. La première irrégularité que j’ai remarquée, c’est que le gouvernement et les médias ont déclaré que le covid-19 était une maladie infectieuse. Cependant, juste avant que le premier confinement ne soit mis en place, j’ai noté que le gouvernement avait rétrogradé le statut du covid-19 en déclarant qu’il n’était plus infectieux.
  9. Cela n’avait aucun sens pour moi. Pourquoi devrions-nous nous isoler s’ils ont déclassé le statut ? Mon cercle d’amis comptait de nombreux médecins et dentistes. Ils paniquaient tous à l’époque, disant qu’ils avaient des masques chirurgicaux inadéquats et qu’ils avaient besoin de masques N95.
  10. Les masques N95 étaient considérés comme le seul moyen d’empêcher les professionnels de la santé d’être infectés par le covid-19.
  11. Le fait de demander au public de porter des masques chirurgicaux n’avait aucun sens pour moi. Le virus aurait pu passer directement à travers. Quelque chose ne semblait pas normal.
  12. J’ai fini par rencontrer et sortir avec un médecin FY1 (mon ex-[petite amie]) vers octobre 2020. Nous avons sympathisé parce qu’elle était différente de tous les autres médecins à qui j’avais parlé de covid-19. Elle avait aussi des doutes et pensait que le virus n’était pas aussi infectieux qu’on le prétendait.
  13. Nous avons toutes les deux commencé à réaliser lentement que le covid-19 était une vraie maladie (car elle apparaissait sur les radiographies des patients) mais qu’elle n’était pas du tout infectieuse, malgré tous les reportages des médias.
  14. J’avais besoin de faire l’expérience de travailler dans un hotspot de covid-19 et de voir toute l’action par moi-même. En mars 2021, j’ai quitté mon emploi à l’hôpital du centre de Londres et j’ai saisi l’occasion de gérer les services d’urgence et l’AMU (Acute Medical Unit) dans un hôpital du sud de Londres.
  15. Les 6 mois que j’ai passés à travailler en A&E/AMU ont confirmé tous mes soupçons et ont abouti à ma décision de mettre fin à ma carrière dans le NHS.
  16. [Pendant ces 6 mois, je n’ai pas été testé une seule fois avec un test PCR, alors que je me trouvais tous les jours dans des services remplis de patients covid-19 positifs. Pourtant, on nous demandait de faire plusieurs tests lorsque nous nous rendions dans un autre pays.
  17. Le test PCR que le NHS utilisait pour tester les patients est connu pour donner des résultats faussement positifs. Cela est démontré par de nombreuses études que l’on peut trouver en ligne, dont voici un exemple : Êtes-vous contagieux si vous avez un résultat positif au test PCR pour le COVID-19 ? – Le Centre pour la médecine fondée sur les preuves, Le Centre pour la médecine fondée sur les preuves, 5 août 2020
    • Si un patient est testé positif pour le Covid-19 avec un test PCR, cela ne signifie pas qu’il est infecté. S’il est testé à nouveau, il est fort possible que le test soit négatif. Cependant, dans le cadre du NHS, les patients ne sont testés qu’une seule fois et ce résultat est inscrit dans leur dossier tout au long de leur admission.
    • Les politiques hospitalières ont été modifiées parallèlement à la mise en œuvre du système des médecins légistes, afin de s’assurer que tout patient décédé dans les 30 jours suivant un test positif devait avoir le covid-19 comme cause principale de son décès. Ceci a été réglementé par le médecin légiste.
    • La cause la plus importante de décès dans chaque hôpital par an avant le covid-19 est la pneumonie. La pneumonie est une maladie respiratoire comme le covid-19.
    • La pneumonie peut être décomposée en 4 causes de décès différentes : La bronchopneumonie, la pneumonie d’aspiration, la pneumonie communautaire et la pneumonie hospitalière. Ces quatre causes, lorsqu’elles sont additionnées, tuent le plus grand nombre de personnes sur une base annuelle avant la pandémie.
    • Le médecin légiste (un individu dans chaque hôpital), certifiait tous ces décès par pneumonie comme des décès par covid-19. Lorsque quatre maladies différentes [sont] regroupées et désormais appelées covid-19, vous verrez inévitablement la covid-19 avec un taux de mortalité énorme.
    • Les médias grand public ont fait état de cette énorme augmentation des décès dus au covid-19 en raison de la mise en place du système des médecins légistes.
    • Les patients admis et mourant dans des conditions très courantes telles que la vieillesse, les infarctus du myocarde, l’insuffisance rénale terminale, les hémorragies, les accidents vasculaires cérébraux, les BPCO et les cancers, etc. étaient tous certifiés comme étant des covid-19 par le système des médecins légistes.
    • Les hôpitaux passaient du système des médecins légistes au système pré-pandémique quand ils le voulaient. Lorsqu’il fallait augmenter le nombre de décès dus au covid-19, l’hôpital passait au système du médecin légiste.
    • Une semaine, on disait aux médecins qu’ils devaient remplir un MCCD, pour leur dire la semaine suivante qu’ils n’étaient pas obligés de le faire, car le médecin légiste s’en chargeait.
    • Les hôpitaux étaient incités à déclarer les décès dus au virus covid-19 plutôt que les décès normaux, car le gouvernement leur versait une somme supplémentaire pour chaque décès dû au virus covid-19 déclaré. Le système des médecins légistes veillait à ce que le covid-19 soit considéré comme la cause du décès.
    • Le gouvernement envoie le budget annuel du NHS aux Primary Care Trusts. Ce budget est divisé pour financer les hôpitaux et les cabinets de médecins généralistes. Une équipe de codage clinique dans chaque hôpital attribue des codes à chaque traitement ou décès, afin que l’argent soit versé aux hôpitaux.
    • Tout médecin qui s’opposait à l’utilisation du covid-19 comme cause de décès était malmené et vilipendé. Le General Medical Council (« GMC ») tient un registre de tous les médecins du Royaume-Uni. Cela garantit qu’il y a une crainte d’être radié pour s’être exprimé contre un programme.
  18. Le GMC contrôle effectivement tous les médecins du Royaume-Uni.

Même si un médecin se rend compte de ce qui se passe et veut en parler. Il y réfléchira à deux fois avant de parler, car il risquerait sa carrière entière et tout ce pour quoi il a travaillé si dur.

  1. Les médecins ont essentiellement les mains liées, beaucoup ont des familles, des enfants, des hypothèques et des bouches à nourrir. Si j’étais dans leur situation, je réfléchirais à deux fois avant de parler, de peur d’être radié par le GMC et de tout perdre.
  2. L’application Track & Trace du NHS, qui a été introduite pour essayer de contrôler la propagation du virus, ne s’applique pas aux professionnels de la santé. On nous a tous demandé de la désactiver, car l’isolement des médecins et du personnel pendant 14 jours a perturbé le flux des patients, les lits et la sortie des patients.
  3. Tous les médecins à qui j’ai parlé de la prise du vaccin contre le covid-19 ont insisté sur le fait qu’ils allaient attendre un certain temps avant de le prendre eux-mêmes, pour s’assurer qu’il était sûr.

Comment est-il éthique de donner un vaccin à vos patients, mais de ne pas vouloir le prendre vous-même ?

  1. Au cours de mes 12 années de service au sein du NHS, jamais un médecin n’a poussé ou influencé le public à prendre un vaccin. Pourtant, sur les médias sociaux, j’ai vu des amis proches qui étaient médecins, commencer à poster sur les médias sociaux qu’ils avaient pris le vaccin et que le public devrait le faire.
  2. Je ne serais pas surpris si les médecins étaient forcés par leurs supérieurs à promouvoir le vaccin ou s’ils recevaient un gain monétaire en le faisant.
  3. Je n’ai aucun doute dans mon esprit, que le gouvernement a planifié l’ensemble de la pandémie depuis 2016, lorsqu’il a proposé pour la première fois de modifier la certification médicale des décès.
  4. Le stress conduit à la maladie et à la pathologie. La panique conduit les gens à suivre les ordres et les instructions qui leur sont donnés par l’autorité, comme l’utilisation prolongée du masque, qui conduit à une augmentation des admissions dans le système NHS en raison de l’hypoxie et de la pneumonie bactérienne.
  5. Le parcours de traitement du NHS implique que les patients soient placés sous ventilateur. Il y a 50 % de chance de décès par cette seule décision clinique. Combien de personnes innocentes sont mortes à cause de la décision clinique de les placer sous ventilateur ?
  6. Pendant les visites du conseil d’administration (où chaque patient admis est discuté), nous voyions quotidiennement des patients admis en raison des effets indésirables de la prise du vaccin. Les patients s’évanouissaient après avoir pris le vaccin ou souffraient de caillots ou d’accidents vasculaires cérébraux.
  7. Le NHS ne pense qu’à l’argent et à faire de l’argent. La sécurité d’un patient ne semblait pas être la chose la plus importante. Il s’agissait plutôt de savoir comment faire pour libérer des lits afin qu’un autre patient puisse être traité.
  1. Les patients qui n’ont pas de parents proches sont transférés dans des maisons de soins infirmiers avec un ensemble de soins. Je ne peux pas me prononcer sur ce qui est arrivé à ces patients dans les maisons de soins, pendant la pandémie, car je n’ai aucune expérience de leur fonctionnement interne.
  2. Les patients sont considérés comme de l’argent, même en cas de décès, les hôpitaux reçoivent de l’argent pour chaque décès. Y a-t-il un réel souci de la santé et de la sécurité des patients ? Je connais de nombreux médecins qui sont principalement motivés par l’argent et le gain monétaire.
  3. La raison pour laquelle j’ai quitté le NHS en 2021
    Un homme de 56 ans, admis aux urgences pour une insuffisance rénale terminale, a déjà suivi un traitement régulier par dialyse. Aucun symptôme respiratoire à l’admission et aucune température. Cependant, lorsqu’il est testé avec un test PCR…

Il est, malheureusement, testé positif. Cela reste dans son dossier tout au long de son admission. Notre hôpital est relativement petit par rapport à d’autres dans lesquels j’ai travaillé, nous n’avons donc pas de machine de dialyse. Nous devons transférer d’urgence ce patient dans un autre hôpital, sinon il va mourir. Notre médecin traitant appelle les hôpitaux plus importants disposant d’un appareil de dialyse pour organiser son transfert. Tous les médecins décrochent le téléphone et demandent le statut covid-19 du patient. Le transfert est refusé en raison d’un protocole d’infection au covid-19. Nos médecins répètent que ce patient va mourir sans dialyse. On nous dit qu’il n’y a rien à faire et que le transfert du patient ne peut être accepté.

Ce monsieur a fini par mourir sans dialyse. Maintenant, dites-moi s’il vous plaît ce qui figure sur la DMCC… 1a) covid-19 2) insuffisance rénale terminale.

Pas écrit par le médecin traitant qui n’était pas d’accord avec cette cause de décès mais par un médecin légiste, mis en place par le gouvernement et l’hôpital.

Quand des personnes innocentes sont tuées par une organisation et un système corrompus, pour un pur gain monétaire, je ne peux plus rester sans rien faire et participer à cela. Ma conscience était claire et je ne voulais plus faire partie de tout cela.

  1. Je suis très heureux et chanceux d’avoir été en mesure de m’éloigner. J’ai pu m’exprimer, car je n’ai pas les mains liées et je ne suis pas réglementé par une organisation ou un organe directeur. Je crois qu’il faut dire la vérité et, ce faisant, je ne suis qu’un instrument pour Dieu.
  2. J’ai rejoint le NHS, il y a 12 ans, parce que j’avais le désir d’aider les personnes dans le besoin, mais le moment où j’ai réalisé que je ne le ferais plus, était le moment pour moi de m’en aller.
  1. Je m’excuse auprès de vous tous si le fil de discussion ci-dessus prête à confusion en ce qui concerne la terminologie ou si vous ne pouvez pas comprendre son contenu. J’espère au moins qu’il pourra être compris par mes collègues professionnels de la santé ou par les journalistes qui souhaitent rapporter la vérité.
  2. Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez aider à diffuser cette vérité et à faire prendre conscience de ce qui s’est réellement passé au sein du NHS en postant et en étiquetant toute personne pertinente qui, selon vous, pourrait aider à diffuser la vérité de ce fil.

ICI FICHIERS PDF ….

Sai is currently the Creative Director at Trillionaire Gents Squad, a streetwear and lifestyle clothing brand established in 2021. Thread-by-@TheOriginalSai-14-Jan-23Download

SOURCE Featured image: Call to protect UK doctors from prosecution over life-or-death Covid rationing, The Guardian, 17 November 2020

https://expose-news.com/2023/01/17/how-uk-hospitals-manipulated-cause-of-death/embed/#?secret=1q5e4Cmyxv#?secret=FyBqaagnuz

Source : Anna Bellas

0 comments on “COVID-19: LES HÔPITAUX ONT MENTI SUR LES CAUSES DE DÉCÈS (DES RÉVÉLATIONS INÉDITES)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :